Mon trouble à moi - tentative d'un journal

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
Virgule
Messages : 205
Enregistré le : 14 août 2016, 11:40

Re: Mon trouble à moi - tentative d'un journal

Message par Virgule » 30 déc. 2018, 13:03

Mise à jour. J’ai une nouvelle prolongation de mon arrêt de travail; on me donne deux mois de plus. J’aurai un suivi aussi avec un psychiatre, question de pouvoir enfin avoir un ajustement de médicament plus adéquat. Je n’ai pas l’impression que le cipralex m’aide côté dépression.
Ma nuit a été terriblement agitée, je n’ai pas faim, et je m’isole, je ne veux voir personne. Je régresse. Une fois les Fêtes passées j’aurai, je l’espère, une meilleure perspective de la situation. Ah oui, il faut ajouter l’ablation de la vésicule biliaire en début d’année dans l’équation. Youppi

Bon assez de chialage :roll:

Bonne fin d’année à tous!

Darkash
Messages : 39
Enregistré le : 15 oct. 2018, 16:20

Re: Mon trouble à moi - tentative d'un journal

Message par Darkash » 30 déc. 2018, 14:33

Bonjour,

Bienvenue au club de sans vésicule!!! C'est vraiment pas une grosse opération. Ça fait pas trop mal après non plus. En gros, entre cette opération et une crise de panique....je prend l'opération n'importe quand!
Kicking butts :lol:

Virgule
Messages : 205
Enregistré le : 14 août 2016, 11:40

Re: Mon trouble à moi - tentative d'un journal

Message par Virgule » 06 janv. 2019, 17:33

Aujourd’hui, je n’ai rien fait d’autre que de faire mon vélo et d’écouter le football toute la journée.

Et pour une rare fois, je n’ai aucune culpabilité.

Intéressant...

Virgule
Messages : 205
Enregistré le : 14 août 2016, 11:40

Re: Mon trouble à moi - tentative d'un journal

Message par Virgule » 12 janv. 2019, 12:34

Puis je retombe. Eh oui, je reviens me plaindre.

Un simple incident, une simple difficulté me fait retomber. L'insomnie suit, et ça part en vadrouille. Ma culpabilité reprend de plus belle (je suis un mauvais père, je n'ai même pas la force de faire un simple souper, je suis trop con pour me ramasser, etc.), l'humeur est mauvaise (je dérange tout le monde et je n'endure personne), je suis simplement toxique pour les autres et moi-même.

Yé.

Tout ça même avec 5 mois d'arrêt. Oui, je sais, c'est court en proportion avec le temps pris à développer cette foutue anxiété et sa comparse la dépression. Mais tout même, 5 mois. Ça n'avance pas. Pogné dans la mélasse, même avec les ateliers, la médication, la méditation, les rencontre avec la psy, ma réévaluation de ma perspective d'emploi, une famille soutenante, des amis, etc. Ça n'avance juste pas.

Vide.

On dirait qu'il ne se passe que deux choses dans ma journée: lorsque le jet d'eau chaude me frappe dans la douche le matin, et lorsque je mets ma tête sur l'oreiller le soir. Le reste est une futile tentative qui me ramène à mon état actuel. Un gros nuage sombre s'est stationné dans ma tête. Il fait froid, je vais tout de même aller prendre l'air, espérant que le vent soufflera un peu sur le nuage.

Virgule
Messages : 205
Enregistré le : 14 août 2016, 11:40

Re: Mon trouble à moi - tentative d'un journal

Message par Virgule » 15 janv. 2019, 12:46

J'avais décidé depuis plus d'une semaine de réduire mon dosage de trazodone. J'étais à 25mg, et 2-3 nuits par semaine je faisais de l'insomnie tout de même. J'en avais parlé à mon médecin qui me recommandait de prendre 50mg, soit un comprimé complet. J'ai toujours résisté, guettant chaque occasion de pouvoir réduire voire éliminer ce produit. Je déteste le fait de dépendre d'un médicament pour pouvoir dormir.

Mais la réduction a, bien entendu, accentué l'insomnie, ce qui a augmenté la dépression, la fatigue, l'anxiété, etc.

Donc j'ai pris une dose de 50mg. Oui la nuit a été plus stable et reposante, mais les petites périodes d'éveil étaient lourdes, confuses et étourdissantes. J'aime moins. Ce qui est frustrant, ce que je fais ce qu'il faut pour améliorer mon sommeil: alimentation, activité physique, heures relativement constantes pour le coucher, réduction des éléments anxiogènes, etc. Je suis malheureusement pris encroe avec la béquille trazodone pour un bout. Moins addictif que les benzos, semble-t-il, mais j'en dépend trop à mon goût.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 15 invités