Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Surlaroute
Messages : 339
Enregistré le : 28 mai 2010, 14:57

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par Surlaroute »

Salut Catnips,
est-ce que c'était à Montréal?

Surlaroute
Jeff
Messages : 243
Enregistré le : 13 févr. 2010, 23:37

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par Jeff »

Bonjour,

moi c'est tout le contraire. Le service a été extrêmement rapide et direct. C'est ce qui m'a frustré et ça illustre l'ironie du système!

Suite à une expertise privé très inquiétante d'un psychiatre d'un ancien employeur, je me suis présenté dans le système publique pour me rassurer(!) Je me sentais bien et j'ai juste raconté mon histoire pour vérifier. Ils m'ont diagnostiqué d'un trouble bipolaire et m'ont placé en observation trois jours par semaine à mon grand désarroi!

Bien qu'ayant eu de grand high, moi je m'en foutais! J'ai jamais eu peur de la maladie. C'est l'inquiétude des autres qui me faisaient peur. Toute cette mise en scène autour de ce que j'avais dis dans des élans d'enthousiasme. Le sentiment d'être perçu comme un fou.

Mes épisodes spectaculaires alliés avec ma façon extrêmement particulière de voir mes problèmes psychiques ont sûrement contribué à ce que j'ai des services cinq étoiles! :evil: Ça me déplaisait car pour moi la grandeur des services démontraient la gravité de ma pathologie! Tout ça pour dire que toutes sortes de réactions peuvent être vécu selon les patients.

Je pense qu'un patient rebelle va bénéficier de plus de services! On va le checké plus! On va s'en méfier et ignorer peut être l'autre personne à côté qui veut des soins à tout prix mais qui n'a pas l'air trop malade! :roll:

Il faut pas se le cacher. Les épisodes psychotiques attirent l'attention. Le système voudra savoir ce qui se passe dans le cerveau de la personne et vraiment vérifier.

La maladie est souvent perçu comme un continuum en gradation selon la gravité perçu. Par exemple, la cyclothymie < trouble bipolaire II < trouble bipolaire I < trouble shizo-affectif.

Est-ce que c'est vrai? Faudrait que j'y pense. Je vois un danger là-dedans.

Dans un système de santé débordé comme le nôtre, il est fort possible qu'une personne vivant de sérieux problèmes psychologiques ne soit pas prise au sérieux si les symptômes ne sont pas très apparents comme un délire, une manie / dépression majeure...

L'évidence des symptômes jouent gros. C'est humain et c'est une difficulté. Un simple cyclothymique peut être en plus grand danger qu'un bipolaire I car ce dernier, suite à des hospitalisations forcés et devant l'ampleur des symptômes est pris en charge automatiquement et il est forcément au courant de ce qui se passe. Il est dans ce sens beaucoup plus organisé.

Le «cyclothymique bénin» peut attribuer sa dépression à un sentiment comme de ne pas se sentir aimé ou se sentir complètement nul, et sombrer par la suite sans jamais être vraiment aidé par ignorance de ce qu'il vit dans sa tête et plus tard par le système qui ne voit pas d'urgence d'agir.

--

Il y'a des différences dans les services en régions et dans la régions de Montréal mais pas plus qu'y faut. L'avantage en région, c'est que c'est plus petit. On se perd pas dans le triages des patients car professionnels et patients sont peu nombreux. Moins de bureaucratie, tout est à petite échelle, pas de ping pong comme dans la maison des fous dans Astérix. Les endroits où aller sont proches, facilement trouvable et identifiable. J'ai été surpris que dans une petite localité comme Mont-Laurier, il était possible d'avoir des services aussi variés, efficaces et très faciles d'accès.

En ville, il y' a plus de trucs comme par exemple les suivies en cliniques externes avec plusieurs intervenants qui interagissent avec des groupes de patients. Les hôpitaux hyper spécialisés comme Douglas. En ville, un patient va rencontrer fort probablement d'autres patients dans divers ateliers. En région, en temps normal, les patients ne se rencontre pas entre eux. C'est du cas par cas personnel.

Jeff
Avatar du membre
kayaka
Messages : 234
Enregistré le : 16 févr. 2010, 18:53

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par kayaka »

:arrow:
Modifié en dernier par kayaka le 04 juil. 2010, 09:31, modifié 1 fois.
Le ridicule n'a jamais tué personne...Vivons ce que nous sommes c'est tout.
Surlaroute
Messages : 339
Enregistré le : 28 mai 2010, 14:57

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par Surlaroute »

Bonjour, je m'en vais ce matin au CLSC rencontrer une travailleuse sociale. Mon médecin veut que je vois un psychiatre, étant donné que c'est une rechute. Souhaitez-moi bonne chance!

Surlaroute
Girafe
Messages : 38
Enregistré le : 07 mai 2010, 19:53

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par Girafe »

Bonjour à Tous!

Je suis allée voir mon psychiatre aujourd'hui. Oui, en insistant auprès de la Travailleuse Sociale, j'ai réussi à avoir un autre R-V, même si mon médecin est un médecin consultant et pas traitant. Au courant de l'été, j'avais eu des problèmes parce que je prenais 150 mg de seroquel XR le soir, et que j'étais complètement stone le matin. L'après-midi, je me sentais vraiment agitée et 'hyper'. Alors en juillet, il a baissé ma dose de seroquel à 100mg le soir. Ça m'a beaucoup aidée pour le matin. Je me sentais zen et posée sans me sentir stone. Mais l'après-midi, c'était pire. J'étais vraiment très excitée, énervée, agitée, mes pensées allaient trop vite.

Je lui ai dit que c'est probablement que j'ai un métabolisme rapide (je l'ai toujours su, j'ai toujours été maigre comme un pic!) et que je métabolise la substance trop vite. Alors il m'a conservé mon 100mg XR et il m'a ajouté une dose de 50mg de séroquel ordinaire à prendre vers 11h pour avoir un après-midi moins agité. Il m'a dit de prendre juste 25 si je me sens trop stone.

J'ai vraiment hâte de voir si ça va bien fonctionner!

Selon la prise de sang, mon épival n'était pas dose thérapeutique, mais il avait oublié de vérifier dans le dossier. Il dit que c'est pour ça que je suis dans un high depuis un mois. Je suis bien d'accord, je lui ai dit que je me bats constamment pour pas faire de folies, mais que je réussis quand même à me contrôler ( à part que j'ai acheté pour 700$ de linge jeudi passé en un après-midi... J'ai retourné une paire de souliers, mais pas le reste, je suis un peu dans la m... comme on dit, mais ça va se replacer à la prochaine paie... Ça m'a arrive de temps en temps mais jamais sur de longues périodes alors je n'ai pas le temps de me mettre VRAIMENT dans le trouble, heureusement!). Il m'a donc monté un peu ma dose de Épival. Je pense que ça a bien de l'allure. Je pense que c'était plutôt le Séroquel qui me rendait amorphe avant... Je ne comprenais pas pourquoi il avait baissé mon épival de toute façon.

La TS a bien vu que j'étais dans un état tout à fait différent. La dernière fois, j'étais hyper déprimée et négative, et là, c'était plutôt le contraire. Elle l'a fait remarquer au psychiatre. Et elle lui a parlé de ma bonne attitude, que j'essaie de lire des livres, de m'informer et de trouver des trucs, pour m'aider. Je pense qu'elle a finalement compris que je ne suis pas très stable, et le psychiatre aussi.

Aussi, il m'a donné un autre R-V dans 3 mois (OH! UN SUIVI!!), pour voir si je suis stabilisée. Et j'ai un r-v avec la TS dans 3 semaines, autour du résultat de mes prises de sang, comme ça elle pourra vérifier avec le doc si la dose est bonne et on pourra voir si je suis plus stable et ce qui arrive avec le groupe de psychoéducation que je devrais faire à Douglas, mais ils n'ont pas assez d'employés pour l'instant alors ça se peut qu'ils sont annulé.

À part ça, je me suis cassé le petit orteil lundi... alors je suis plutôt à la maison à me reposer pour l'instant. La seule chose que je fais, c'est aller travailler!

Enfin, je me sens un peu mieux prise en charge!!

À bientôt et j'ai hâte d'avoir de vos nouvelles, c'est plutôt mort ces temps-ci!

Girafe xx
« La croyance forte ne prouve que sa force, et non la vérité de ce qu’on croit » - Friedrich Nietzsche
Esquisse
Messages : 457
Enregistré le : 15 févr. 2010, 15:29

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par Esquisse »

Salut Girafe,

Contente de lire ces bonnes nouvelles. Tu as bien fait de tenir bon pour revoir le médecin. C'est ce qui me semble le plus difficile dans notre système de santé : l'accès aux soins. C'est épuisant cette bataille pour avoir de l'aide ou un suivi qui a de l'allure. Une fois qu'on y a accès, ce n'est pas toujours parfait, mais la plupart du temps ça va, on a de bons soins.

Soigne bien ton orteil !

Esquisse
lhommeinvisible
Messages : 4
Enregistré le : 03 avr. 2010, 21:34
Localisation : Québec qc

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par lhommeinvisible »

tu as bien raison faut etre vraiment débroullard pour se faire soigner avoir des service ,des service de qualité de laide que lon a vraiment besoin et etre compris et trouver quelqun de compétant qui a tu veux vraiment te mettre sur une piste pour s en sortir ,je regarde les minute les heurs les mois et les année qui passe et tous ce que jessais par moi meme et je déprime ,je m épuisse

Lhomme invisib;e
Khaboum
Messages : 40
Enregistré le : 16 oct. 2010, 19:17

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par Khaboum »

Bonjour Girafe et tous les autres,

T'as raison, il faut être débrouillard en torbinouche pour se faire soigner... quand on est malade mentalement.

Y a jamais personne qui veut prendre "ça" en charge.

Moi, j'ai pas de médecin de famille. Aujourd'hui, j'ai 34 ans. Le premier psychiatre que j'ai vu, j'avais 21 ans (jeune, rebelle, têtue) et il m'avait fait une blague au second degré. Moi, je l'avais pris au premier degré et j'ai décidé d'annuler le rendez-vous suivant, pour ne plus aller le voir.

Quand j'ai eu 28 ans, j'ai fait une dépression majeure. Je m'étais présentée dans une clinique sans rendez-vous, le médecin m'avait fait promettre de me rendre à l'urgence de Louis-Hyppolite Lafontaine (mon territoire à l'époque).

Après une brève entrevue, je me suis ramassée 1) sur la liste d'attente de l'hopital de jour ; 2) à l'hopital de jour : c'est une couple de semaine pendant laquelle tu te présentes 4 avant-midi par semaine, pour suivre des thérapie de groupe, avec des trucs tirés de thérapie cognitivo-comportementale pour gérer l'anxiété, etc.

Au bout des 15 (?) semaines, le médecin me signe un papier de retour au travail. J'insiste : ne me donnez pas un retour au travail, je vais PAS mieux ! Même sous anti-dépresseur, je vais pas bien !

Il m'a répondu avec une augmentation de mon anti-dépresseur ET le billet de retour au travail.


JE suis retournée voir le médecin à la clinique sans rendez-vous (le même) qui trouvait que ça avait pas d'allure d'augmenter ma dose de médicament sans m'offrir de suivi !

Avec l'augmentation de l'anti-dépresseur : hypomanie. Retour en observation à l'urgence de Louis-H. Prescription de Séroquel, qui m'a rendue végétative.

Après 3 jours d'observation (câline, elle est où l'observation si vous me shootez pour m'abrutir ?) : Oh, madame Khaboum, à ce qu'on voit, vous êtes pas ben ben en hypomanie là !

J'étais tellement vedge que je me suis répétée sa phrase pendant 5 minutes pour pouvoir la comprendre, mais il était trop tard pour répondre...

Ça fait qu'ils ont signé mon congé !


Heureusement, une amie m'avait référé une femme médecin (elle a sa license de médecin, mais elle fait juste de la thérapie), elle a accepté de me suivre au niveau des médicaments, même si elle est contre les médicaments (ne me demandez pas...). Et elle m'a aussi prise en charge pour la thérapie.

Bref, avec elle, j'ai arrêté le Séroquel qui m'abrutissait et j'ai exploré le Lithium qui me faisait pas côté rénal, mais qui me faisait du bien au mental.


Quatre ans après le début de ma dépression, j'ai décidé d'arrêter de la voir, j'étais en sabbatique parce que j'étais écoeurée de toujours faire remplir (et de payer !) les questionnaires médicaux de mon assurance et de mon travail.

(Comment voulez-vous qu'on aille mieux si on doit se tuer à leur prouver qu'on est malade ?)

Bref, pas d'argent à cause de la sabbatique, j'ai décidé d'arrêter mon anti-dépresseur. Et ça a bien été pendant environ un an. Ben... Je dis "bien été"... J'ai eu mes downs, j'ai eu mes ups, c'était tough, mais le sentiment d'avoir toute ma tête, de retrouver ma mémoire, de retrouver mes capacités intellectuelles, ça me faisait du bien. Ça fait que j'endurais mes downs.


Pis après un autre gros coup dur, peu après mon mariage, j'ai commencé à sentir les mêmes symptômes que quand j'étais en dépression majeure.

J'ai eu peur que ça recommence. Alors j'ai commencé par rencontrer une psychologue qui m'a aidé à faire un plan d'action.

J'avais déjà tenté à 2 reprises d'avoir de l'aide via la clinique sans rendez-vous. Ben là, j'ai décidé de les HARCELER jusqu'à ce qu'un des médecins décide de m'aider.

J'y allais aux 2 ou 3 semaines. Et 3 fois, j'ai parlé que j'ai peur de rechuter aux médecins que je rencontrais, jusqu'à ce que je tombe sur une médecin vraiment bien, qui m'a référé à une psychiatre.

Cette psychiatre fait du privé, mais elle accepte de faire des évaluations via le système publique. Diagnostic : bipolaire type 2, peut-être en rechute de dépression dû à des événements extérieurs.

Elle a envoyé son rapport à la médecin de la clinique, qui m'a rappelé et m'a référé à l'hopital de mon territoire.

Je suis allée à l'hopital, avec une copie du rapport la psy 1, le billet de référence de la médecin.

Le médecin de l'urgence de l'hopital avait pas l'air ben content de me voir alors il a été bref : on va vous référer à la clinique externe de psychiatrie.


Et hier, j'ai rencontré la psychiatre de l'hopital (clinique externe de psychiatrie). Elle m'a donné une ordonnance pour Épival, m'a référé à l'infirmier du département pour me faire faire des prises de sang AVANT de le commencer, m'a aussi donné un rendez-vous pour voir comment ça va aller avec l'Épival.

Honnêtement, ces dernières semaines, j'ai beaucoup de chance. Je rencontre juste des gens biens, qui veulent m'aider.

Câline que ça soulage !


Bref, je vous souhaite à tous BON COURAGE ! et BONNE VIE aussi. Je suis persuadée que bien de belles choses nous attendent.

Khaboum
Girafe
Messages : 38
Enregistré le : 07 mai 2010, 19:53

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par Girafe »

Bonjour Khaboum!

Contente de voir que ça s'en vient de mieux en mieux pour te faire soigner! On a toutes les deux été débrouillardes, faut bien qu'on ait un retour à un moment donné!

Maintenant, moi aussi j'ai un 'suivi'... Mon psychiatre ne m'en offre pas un tout-à fait puisqu'il ne fait que des consultations ponctuelles, mais dès que je ne me sens pas bien, j'appelle ma Travailleuse Sociale et elle communique avec lui pour soit changer ma médication, soit me donner un r-v avec lui le plus rapidement possible, et c'est même arrivé que je le voie le lendemain même!

Alors, bien que je n'aie pas de suivi officiel, je vois régulièrement le psychiatre, jusqu'à ce qu'on ait finalement trouvé une médication qui me stabilise bien, ce qui n'est évidemment pas le cas encore...

Au moins, je me sens aidée, et je n'ai plus l'impression d'avoir à me démerder toute seule. Avant, on ne me prenait pas au sérieux, mais à force de voir la Travailleuse Sociale, elle a vu que j'étais une personne sérieuse qui veut tout faire pour s'aider.

Elle m'a également inscrite à une Psychoéducation à Douglas. C'est très intéressant, et je considère que c'est un cadeau qu'on me fait. Je me sens bien soutenue.

Je t'en souhaite autant Khaboum, et aussi à tous ceux qui ont continué à écrire leurs commentaires sur mon Post! J'adore vous lire!

Girafe
« La croyance forte ne prouve que sa force, et non la vérité de ce qu’on croit » - Friedrich Nietzsche
Khaboum
Messages : 40
Enregistré le : 16 oct. 2010, 19:17

Re: Faut être drôlement débrouillard pour se faire soigner!!!

Message par Khaboum »

Salut Girafe !
Contente de voir que ça s'en vient de mieux en mieux pour te faire soigner! On a toutes les deux été débrouillardes, faut bien qu'on ait un retour à un moment donné!
Ouiii, c'est justement ce que je me disais. Moi j'arrive à un tournant de ma vie où je suis PRÊTE à me prendre en main, à plein de niveaux. Et je pense que quand on dégage ce genre d'énergie, ben les choses se mettent en place pour nous aider, si je peux dire.

En tous cas, j'ai l'impression que c'est notre cas à toutes les deux.
Maintenant, moi aussi j'ai un 'suivi'... Mon psychiatre ne m'en offre pas un tout-à fait puisqu'il ne fait que des consultations ponctuelles, mais dès que je ne me sens pas bien, j'appelle ma Travailleuse Sociale et elle communique avec lui
Oui, j'avais lu toutes les pages avant d'écrire dans ton post alors disons que je suis un peu à jour avec ton histoire difficile pour obtenir un semblant de suivi ... (ouf !)

Je trouve ça un peu compliqué de devoir absolument passer par la TS pour éventuellement, si elle juge que c'est nécessaire, te donner un RDV avec le psychiatre...

Tout ce que je peux dire là-dessus, c'est que la patience et la persévérance MAIS AUSSI, le fait que tu leur prouves que t'es sérieuse, que tu veux te prendre en main, selon moi tout ça fait une grosse différence dans la qualité de soins qu'on obtient.

Je te laisse là-dessus, porte-toi bien et les autres aussi.

Khaboum
Répondre