Limites.

Répondre
Cabotine
Messages : 474
Enregistré le : 14 févr. 2010, 18:32

Limites.

Message par Cabotine »

Apparemment, j'aime trop tester mes limites... On dirait que je fais exprès d'atteindre le point de non-retour. Je passe ma vie à essayer de vivre normalement, de faire des projets normalement, d'avoir une relation amoureuse normale bref, pour moi normal veut dire atteindre mes objectifs sans péter les plombs!

Ok, 9 jours de travail non-stop c'est beaucoup. Je sais bien que je vais en pâtir après mais j'en connais tout plein qui le font sans problèmes! J'enchaîne les journées en essayant de gérer mon stress le mieux possible: je travaille à presque temps plein, j'essaie de bâtir une relation amoureuse et je fais des trucs à côté qui me passionnent. Sauf que voilà... épuisée moralement je suis.

L'idéal pour moi serait de pouvoir tout gérer ça: le travail, le social, l'amour et les projets à côté dont j'ai besoin pour me réaliser. Je me rend compte que ce n'est pas possible. Je ne pourrai jamais faire du temps plein, je ne pourrai jamais réaliser les objectifs que je me suis fixé parce que je pète les plombs et là tout foire. On me dit d'en faire moins, je n'ai pas envie d'en faire moins!

Je sais que ça l'air mélangé dans ma tête présentement, ça l'est... Mais je ne peux pas me permettre de planter maintenant, des gens comptent sur moi! Pourquoi mes limites sont-elles si courtes??? Que puis-je espérer faire de ma vie si je ne peux jamais me mettre à l'épreuve? Si chaque projet, chaque période de stress me met sur le cul? Quoi accomplir? Accepter que je ne suis pas à la hauteur de mes ambitions? Me cacher dans une bulle de verre, toute ma vie, quel gâchis!

Ok, j'ai enchaîné un début de relation avec une fin de session et beaucoup de remplacement au travail, puis j'ai mon projet (bénévolat) qui a embarqué et j'y ai mis beaucoup de temps et de stress, puis encore le travail qui redouble, mon amoureux qui me déçoit, et là c'est mon anniversaire et paraît-il qu'il faut que j'organise tout pour samedi, alors que je n'ai même pas eu le temps de souffler... chu cassée, je ne sais même pas comment je vais faire pour payer mes comptes, je dois trouver un chambreur pour juillet, j'ai un spectacle à organiser pour le 19.... oui, visiblement c'est trop.

Pourtant j'ai vraiment tout fait pour gérer mon stress, pour profiter de chaque moment de détente, de ne pas trop m'en demander, de respirer, zenn et tout, question de bien dormir... et je dormais bien jusqu'à ce matin. Là, je m'aperçois que mes nuits sont de plus en plus courtes, je ne dors plus le matin, j'ai du mal à trouver le sommeil... je sais ce que ça veut dire. Je n'ai plus de seroquel, alors je doute que ça aille mieux de ce côté, je sais que ça ira en empirant. J'en suis rendue aux gravols (bah ouais ça cause de la somnolence!)

C'est encore arrivé... malgré ma vigilance. Haute vigilance je dirais. Pourtant je n'ai pas eu de symptômes: sommeil ok, pas trop énervée, pas de fuite des idées comme à l'habitude, pas trop verbomoteur, pas de jeux de mots à la con dans ma tête, non rien de ça.... Ok peut-être au début, à la fin avril... puis je n'ai pas arrêté.

Je me retrouve encore au point de rupture, là où l'élastique étiré au max me pète dans face... et ma belle relation amoureuse??? Mes beaux projets? À la flotte. Encore. Ma mère m'a toujours dit que la vie était un éternel recommencement, je crois qu'elle n'imagine même pas à quel point c'est vrai pour moi. Je pense que ce qui me fait le plus chier là-dedans, c'est de m'apercevoir, encore, que mes limites physiques et psychologiques entravent mes objectifs. Ce n'est pas vrai que mes buts sont irréalistes, il faut bien que je travaille pour manger, il faut bien que je fasse quelque chose de ma vie, il faudra bien un jour que j'aie une vie amoureuse normale... Mais non, je m'enfarge encore dans mes maudites limites, dans ma maudite maladie conne qui ruine toujours tout, je l'ai vue ruiner la vie de mon père, va-t-elle ruiner la mienne aussi?

Quelle conasse sans coeur! La maniaco-dépression massacre la vie des gens, sans égard pour leur âge, leurs ambitions, leurs talents. Je me regarde et je vois bien à quel point tout ça c'est du beau gâchis. Je ne devrais pas être déçue de moi-même, je devrais être fière de lui tenir tête à ce point, d'être aussi exigeante, aussi tenace... Mais voilà, j'ai des limites.

Désolée car ces temps-ci je ne suis pas très aidante sur le forum, j'écris surtout pour chialer et je suis consciente d'être assez égocentrique. Je ne m'en veux pas. (je ne vais pas m'auto-flageller en plus, ce n'est vraiment pas le moment.)

Merci à tous ceux qui ont lu ce caca nerveux!
No human
Avatar du membre
kayaka
Messages : 234
Enregistré le : 16 févr. 2010, 18:53

Re: Limites.

Message par kayaka »

Alors, Cabotine, comme je te connais maintenant un peu mieux, je me permet de te répondre... Mon message est gentil, respectueux, un peu de taquinerie, de compréhension et aussi pour te faire réagir...J'aime bien te piquer un peu, ca me fait sourir :D Je le ferai en rouge pour être bien sur que tu vois bien le message :lol:


Apparemment, j'aime trop tester mes limites... On dirait que je fais exprès d'atteindre le point de non-retour. Je passe ma vie à essayer de vivre normalement, de faire des projets normalement, d'avoir une relation amoureuse normale bref, pour moi normal veut dire atteindre mes objectifs sans péter les plombs ca c'est ta personnalité, rappelles-toi en :D !

Ok, 9 jours de travail non-stop c'est beaucoup. Je sais bien que je vais en pâtir après mais j'en connais tout plein qui le font sans problèmes! J'enchaîne les journées en essayant de gérer mon stress le mieux possible: je travaille à presque temps plein, j'essaie de bâtir une relation amoureuse et je fais des trucs à côté qui me passionnent. Sauf que voilà... épuisée moralement je suis ouf c'est normal...j'aurais moi-même pas tenu ce rythme très longtemps....

L'idéal pour moi serait de pouvoir tout gérer ça: le travail, le social, l'amour et les projets à côté dont j'ai besoin pour me réaliser. Je me rend compte que ce n'est pas possible. Je ne pourrai jamais faire du temps plein, je ne pourrai jamais réaliser les objectifs que je me suis fixé parce que je pète les plombs et là tout foire. On me dit d'en faire moins, je n'ai pas envie d'en faire moins! Oui tu peux le faire Cabotine, un peu plus lentement et avec un peu de recul mais c'est possible

Je sais que ça l'air mélangé dans ma tête présentement, ça l'est... Mais je ne peux pas me permettre de planter maintenant, des gens comptent sur moi est-ce que tu peux seulement avoir le droit de choisir ou tu peux te planter puisque de toute facon tu vas te planter (pas tres encourageante la fille)! Pourquoi mes limites sont-elles si courtes??? Que puis-je espérer faire de ma vie si je ne peux jamais me mettre à l'épreuve ca on appelle ca la fougue de la jeunesse :D ? Si chaque projet, chaque période de stress me met sur le cul Se pourrait-il et je dis bien, pourrait...que ce ne soit pas le stress qui te mette sur le cul mais les périodes et les conditons sur lesquelles tu as du pouvoir qui te mettent sur le cul? :D ? Quoi accomplir? Accepter que je ne suis pas à la hauteur de mes ambitions être à la hauteur de ses ambition...hum...réussir sa vie ou réussir dans la vie, tel est la quesion...? Me cacher dans une bulle de verre, toute ma vie, quel gâchis jamais pour moi, la vie est un jeux et il faut pouvoir jouer...Suffit de trouver son terrain et de jouer c'est tout!

Ok, j'ai enchaîné un début de relation avec une fin de session aucun pouvoir et beaucoup de remplacement au travail faut bien gagner sa vie, puis j'ai mon projet (bénévolat) qui a embarqué peut tu le mettre sur la glace un moment et j'y ai mis beaucoup de temps et de stress, puis encore le travail qui redouble je sais que tu aimes ton travail, mon amoureux qui me déçoit qu'est-ce que tu fais avec? et si tu l'aime finalement, tout peut s'arranger...Mon amoureux aussi m'a décu en 20 ans et il le sera encore certainement dans le futur, et là c'est mon anniversaire et paraît-il qu'il faut que j'organise tout pour samedi, alors que je n'ai même pas eu le temps de souffler tes amis sont des ingrats :twisted: ... chu cassée, je ne sais même pas comment je vais faire pour payer mes comptes, je dois trouver un chambreur pour juillet, j'ai un spectacle à organisé, visiblement c'est trop en prendre conscience c'est déjà ca...


Pourtant j'ai vraiment tout fait pour gérer mon stress y'a des limites à la gestion...il faut savoir se pardonner, pour profiter de chaque moment de détente en as-tu vraiment profité...Et dans toute la folie de ta vie as-tu profité détendu de ce qui t'arrivait?, de ne pas trop m'en demander on se pardonne ok?, de respirer c'est toute une technique et une discipline impossible à réaliser en peu de temps je te l'assure et tout, question de bien dormir chanceuse du y arrivait... et je dormais bien jusqu'à ce matin. Là, je m'aperçois que mes nuits sont de plus en plus courtes, je ne dors plus le matin, j'ai du mal à trouver le sommeil... je sais ce que ça veut dire c'est bon tu reconnait les symptômes...Tu es bonne Cabotine. Je n'ai plus de seroquel, alors je doute que ça aille mieux de ce côté, je sais que ça ira en empirant tu peux pas t'arranger pour en avoir?. J'en suis rendue aux gravols (bah ouais ça cause de la somnolence!)

C'est encore arrivé... malgré ma vigilance. Haute vigilance je dirais. Pourtant je n'ai pas eu de symptômes: sommeil ok, pas trop énervée, pas de fuite des idées comme à l'habitude, pas trop verbomoteur, pas de jeux de mots à la con dans ma tête, non rien de ça.... Ok peut-être au début, à la fin avril... puis je n'ai pas arrêté.


Je me retrouve encore au point de rupture, là où l'élastique étiré au max me pète dans face: ca nous arrive tous et même au commun des mortels... et ma belle relation amoureuse??? Mes beaux projets? À la flotte en est-tu certaine?. Encore. Ma mère m'a toujours dit que la vie était un éternel recommencement, je crois qu'elle n'imagine même pas à quel point c'est vrai pour moi mon prof de yoga m'a toujours dit que ce ce qui a de plus stable dans la vie c'est le changement, on est pas sortie du bois :lol: . Je pense que ce qui me fait le plus chier là-dedans, c'est de m'apercevoir, encore, que mes limites physiques et psychologiques entravent mes objectifs on dis quoi déja: si jeunesse savait et si viellesse pouvait ou queque chose du genre... :D . Ce n'est pas vrai que mes buts sont irréalistes, il faut bien que je travaille pour manger c'est plus que vrai; les besoins primaires selon la pyramide de Maslow :lol: , il faut bien que je fasse quelque chose de ma vie les besoins secondaires ou autre selon la pyramide de maslow, il faudra bien un jour que j'aie une vie amoureuse normale c'est quoi ca normal????... Mais non, je m'enfarge encore dans mes maudites limites, dans ma maudite maladie conne qui ruine toujours tout, je l'ai vue ruiner la vie de mon père, va-t-elle ruiner la mienne aussi? me me permet de te dire que c'est pas la maladie qui vas te ruiner, c'est ce que tu vas faire avec :roll:

Quelle conasse sans coeur! La maniaco-dépression massacre la vie des gens, sans égard pour leur âge, leurs ambitions, leurs talents ne lis surtout pas mon hommage à la maladie, tu vas sauter encore plus :lol: . Je me regarde et je vois bien à quel point tout ça c'est du beau gâchis. Je ne devrais pas être déçue de moi-même, je devrais être fière de lui tenir tête à ce point, d'être aussi exigeante, aussi tenace... Mais voilà, j'ai des limites on en a tous, même le communs des mortels. Et à viellir, o y est encore davantage confronté; les limites qu'imposent le corps avec le temps sont bien présent. La maladie arrive tôt dans ta vie mais de toute facon tu y serait confronté un jour comme tout le monde. Ici Cabotine, je normalise...Oui la maladie impose ses limite et oui, il faut vivre avec....

Désolée car ces temps-ci je ne suis pas très aidante sur le forum, j'écris surtout pour chialer et je suis consciente d'être assez égocentrique . Je ne m'en veux pas. (je ne vais pas m'auto-flageller en plus, ce n'est vraiment pas le moment.)

tu sais Cabotine, je te comprend, la maladie m'impose des limites. Je vois grand et sans elle, je réaliserais davantage...Mais tu sais, on peut tous se réaliser dans sa vie; la tortue comme le liève...Il est possible qu'à la fin de ma vie je n'ai pas tout fait ce que j'aurais voulu...Mais à vouloir aller vite partout je penses qu'on passe à côté des projets qu'on met sur pied. quand je me dépêche pour faire ma peinture est-ce que je prend conscience du plaisir que j'ai à la faire? quand je me dépêche pour souper avec mes enfants, est-ce que je prend vraiment le plaisir d'être avec eux? Et au final, qu'est-ce que c'est que de réaliser SA vie? Il faut moi aussi que j'apprennne aussi large (j'en ai besoin c'est dans ma nature) mais moins. vite..Juste un peu plus lentement c'est tout...La limite devient alors une alliée pour moi puisqu'elle m'oblige à ralentir et à profiter de ce que je vis maintenant. Désolé, il est possible que cela te fasse encore réagir davantage, mais c'est ok avec moi, je sais que t'es pas méchante :lol: ...la vie est un jeux...faut juste trouver son espace et surtout, son terrain...

Prend ca relaxe

kayaka

P.s c'est peut-être l'augmentation du Seroquel qui me rend aussi Zen...ou peut-etre finalement mon âge, ou peut-être le beau soleil, ou peut-ètre que je suis bien aujourd'hui...En fait, la maladie est une chose mais la vie et ce que l'on est est une autre...
Le ridicule n'a jamais tué personne...Vivons ce que nous sommes c'est tout.
belly

Re: Limites.

Message par belly »

Salut Cabotine,

tu parles beaucoup de normalité dans ton message.


C'est un drôle de mot qui à été inventé, probablement pour rassurer, sécuriser les humains. Mais celons moi il n'existe que des différences et des niveaux d'intensité propre à chacun et dont tu dois apprendre à repérer en toi. Tu en reconnais déjà, même si tu semble trouvé ça insignifiant, moi je pense que c'est super. Moi je ne la déteste pas cette maladie, il y a des gens sans maladie qui me répugnent par leurs attitudes. Je me suis fais amie avec elle, cela a pris beaucoup de temps mais je pense que c'est une relation de tous les jours. Si tu te bas contre des neurones et bien je suis pas sur que tu va gagner sans aide chimique. C'est de la mécanique notre maladie, c'est ce que je trouve vraiment facilitant.

Bref je veux pas t'écrire la même chose que Kayaka, je pense quel te fat faire une belle réflexion

Je te souhaite de prendre le temps de t'aimer à travers tous ce que tu vis, cela en vaut vraiment la peine.


Le jour ou je me suis donné le droit de ne pas être parfaite je crois que je me suis fait le plus beau cadeau du monde!!!

Je t'embrasse et PRENDS SOIN DE TOI.


BELLYXX
Gentleman
Messages : 2290
Enregistré le : 14 févr. 2010, 07:10

Re: Limites.

Message par Gentleman »

Pauvre Cabotine

Je te trouve tres exigeante et sévere envers toi meme.Je te voit pas comme une personne qui chiale pour chialer en te lisant mais seulement une personne qui ale gout d'écrire sont trop plein.Et je te voit encore moins comme égocentrique.Loins de la.Tu fait tellement de choses que meme une personne qui est dans la normalitécomme tu dit, n'arriverait pas a faire en géneral.Deja Études et travail est quelque choses si en plus tu fait de l'overtime,organise plein d'autre activité,bénévolat en prime.Wow moi aussi je peterait au frette faire tous ça.

Tu dit que tu as pas eu le temps de souffler et que samedi tu doit organiser ton aniversaires,ben j'espere que cette journée tu va avoir le temps de souffler(tes chandelles) :P

Quand a ta vie amoureuse,ben je peut rien dire ,j'suis pas vraiment le meilleur conseiller ici vu mon Cv de relations intimes. :oops: et Kayaka et Belly on dit pas mal ce que j'aurais pu rajouter.

Alors prends ça relaxe et prends soin de toi .C'est toi la personne la plus importante pour toi meme.Lache pas


Bye


gentleman
Gentleman
Messages : 2290
Enregistré le : 14 févr. 2010, 07:10

Re: Limites.

Message par Gentleman »

Ah oui j'oubliais

Bonne fetes en passant,je te souhaite ta prochaine année plus calme,meilleur retablissements coté santé,et amoureuse et que tes problemes d'argents se règles au plus vite

Bye Gentleman
Cabotine
Messages : 474
Enregistré le : 14 févr. 2010, 18:32

Re: Limites.

Message par Cabotine »

Merci!!!!

Oui comme tu dis gentleman, j'avais surtout besoin d'écrire mon trop plein! En gros, hier je me suis rendue compte que j'en faisais trop, comme d'habitude... Même que je perd le contrôle parfois, parce que je ne peux pas faire grand chose contre les éléments extérieurs. Je dois composer avec, alors ben je compose loll!

Aujourd'hui je me sens déjà mieux, encore ben speedé mais je relativise: quoi que je fasse, je vais devoir rencontrer mes échéances, je vais devoir tenir mon horaire au travail. J'ai décidé de laisser tomber le party de fête, trop de stress. Je vais remettre ça à plus tard dans la saison, là où tout le monde sera disponible et ça sera beaucoup plus plaisant. Un stress de moins!

Hier j'ai été poaner une de mes guitares. Ça ne me fait pas de peine parce que c'était pas ma préférée et que je ne m'en servais pas de toutes façons. Alors maintenant j'ai des sous, je peux manger et tout... c'est correct comme ça. Je vois ça comme un bon sacrifice. Même si c'est la honte aussi un peu :oops: pauvre guitare! Mais bon, le matériel c'est secondaire.

Hier j'ai réglé des trucs qui me stressaient le plus. Je suis beaucoup plus zenn ce matin! J'ai mis la main sur mon précieux seroquel, je vais donc pouvoir dormir. Un autre stress de moins!

Oui c'est vrai je suis très exigeante envers moi-même, ça ne se guérit pas vraiment ça, alors pour être en accord avec moi-même je vais aller de l'avant dans mes projets, je sais que je vais être satisfaite de moi à la fin. Je préfère réaliser mes objectifs et être épuisée, mais fière, plutôt que de laisser tomber et me sentir coupable.

Belly: oui je parle de normalité: la normalité selon moi (c'est tout relatif!) ok je crois qu'on a chacun nos barèmes de normalité, les miens sont peut-être ''anormaux'', c'est correct comme ça. Et je crois aussi que je peux gagner la bataille contre mes neurones. Peut-être pas toujours, mais cette fois-ci oui. La guerre au final je sais pas qui gagnera, mais, au fond, le sait-on jamais??? À chacun sa bataille, moi j'ai choisi de me battre contre des symptômes, soit la déprime, les idées noires et le trop plein d'énergie, la fuite des idées, l'insomnie... Et puis j'abdique sur d'autres affaires: la stabilité, j'ai décidé de mettre une croix dessus. Je ne sais pas trop c'est quoi anyway. J'ai toujours dealé avec les changements et si je veux continuer, je dois assumer toutes les conséquences. C'est ok pour moi. Si ça change, ben j'irai consulter. En attendant, je suis fonctionnelle malgré les difficultés, tant que je pourrai avancer dans la vie sans médicaments eh ben j'irai de l'avant!

kayaka: J'ai choisi où j'allais me planter. Bon, je savais depuis le début que c'est ainsi que ça se terminerait mais bon... je n'ai pas été toute seule à faire ce choix. À moitié responsable donc.

Je veux réussir MA vie, pas DANS la vie. Ça c'est clair pour moi. Alors je sais ce que j'ai à faire. L'idée de rater tout vient du fait que j'ai du mal à assumer les difficultés qui se mettent devant moi. Ça vient de la peur. Peur de ne pas être à la hauteur. Il faut croire en soi et ''hold fast to dreams''. Quand on vieillit, on se rend compte qu'on est bien seul à pouvoir faire sa vie. C'est comme ça pour tout le monde et pour moi aussi. Si je ne crois pas en moi, personne ne le fera à ma place. Eh oui la vie est un jeu, un jeu dangereux parfois. Il faut savoir tirer son épingle parfois et profiter de ce qu'on a. Ceci dit, je tente de vivre le moment présent le plus possible. Je crois que je mûris un peu là-dessus mais que veux tu! Il faut bien que jeunesse se passe loll!

J'ai lu ton hommage à la maladie et je crois que tu as eu raison d'écrire ça. Le truc c'est que comme il s'agit de bi-polarité, dès fois je l'aime et dès fois je l'haïs! loll

Là ça va bien mieux! Je suis comme ça: une cocotte-minute, quand la pression est trop forte, au lieu de garder ça en-dedans et d'exploser jusqu'au plafond, je laisse sortir un peu de ''steam'' et ensuite je continue!

Cabotine, toujours motivée et, mieux encore, reposée un ti-peu (pas pour longtemps loll)

Merci gang, vous me faites toujours réfléchir dans le bon sens (je réfléchis tout le temps mais dès fois... je me trompe de chemin!)
No human
Répondre