Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Répondre
sdlegenial
Messages : 33
Enregistré le : 13 oct. 2010, 13:30

Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Message par sdlegenial »

Bonjour aux personnes qui me liront et qui auront la possibilité de m'éclairer.

Cela fait un an que je savais que je ne me sentais pas bien. J'ai 50 ans. J'avais et j'ai encore beaucoup de difficulté à me concentrer et j'ai très peu de mémoire. Personne, ni mon employeur, ni mon épouse, ni mes enfants ni quiconque s'en rendait compte et c'est ce qui m'a le plus dérangé et affecté. Ben non, tu es un peu triste, ben non, tu fonctionnes bien au travail...etc.

Je crois avoir développé une bonne expertise pour cacher ce qui me tourmentait à l'intérieur de moi, mais cela m'a tué. Agir avec un total contrôle de mon paraître lorsque je rencontre des gens, cela a été possible assez longtemps, mais plus maintenant. Je n'ai plus cette énergie du faux. Par ailleurs, ma mémoire me faisant défaut, j'étais inquiet de faire des fautes et des erreurs que je ne pourrais expliquer logiquement, de là la possible obligation de dire que je n'allais pas bien du tout. Et cela était inacceptable, pour moi. J'aimais mieux mourir que de devoir dire que j'étais malade. C'est fou hein !

J'ai fait une tentative de suicide au mois d'août ( pas pour faire du chantage ou pour attirer l'attention, un vrai geste calculé et qui devait fonctionner) et comme vous le constatez je suis heureusement encore vivant. Amoché avec 2 côtes cassées en plus d'avoir fait une convulsion. Un dossier médical avec des mots comme tentatives de suicide et tra la la que mon employeur verra bientôt. Et cela me gêne comme ce n’est pas possible. J'ai honte de mon geste. Une étiquette que je vais devoir porter. En théorie les ressources humaines n'ont pas le droit de donner le diagnostic à mon superviseur. Et je ne compte surtout pas donner des infos à mes collègues ou superviseur. Le suicide est tabou....bien sûr.

Je connais maintenant bien le processus mental qui mène au geste du suicide. On ne m'y prendra plus que je me dis...mais à chemin connu, cela m'inquiète, d'y revenir, alors je dois me battre et changer le processus destructeur en moi. Je comprends maintenant pourquoi le geste du suicide est à éviter, car l'on doit entr'autres porter cela longtemps en nous et la vie est déjà assez difficile ( faut quand même travailler pour gagner sa vie) qu'il est préférable de ne pas s'ajouter nous même cette souffrance. Je n'ai pas écouté pcq je croyais que j'étais un cas plus compliqué que les autres ou surtout qu'il n'y avait pas de solutions appropriées pour moi.

Ironie, j'écris toujours comme cela, en bons mots, bien décrits même en émotions comme pour ne pas me laisser aller, pour au moins dire et exprimer ce que je sens pour me faire comprendre. Mais que de rage je sens en moi, assez pour crier en mots écrits.

J'ai donc décidé de me soigner et de faire tous les efforts possibles. Je trouve cela vraiment difficile, je ne connais rien de plus souffrant que cela, c'est horrible à vivre, cette maladie. Mais cela vous le savez sans doute...

Pour vous donner quelques précisions. Mon arrêt de travail a été signé le 31 août dernier après une hospitalisation de 4 ou 5 jours. Mon retour au travail est prévu pour le 25 octobre. Cela fait presque 2 mois. Médecin de famille, psychiatre, psychologue, rencontre en famille et beaucoup de gens j'ai rencontré. Mais voilà, je n'arrive pas à me décider et le plus difficile c'est que personne ne semble être en mesure de me dire quand doit-on retourner au travail.

La décision finale revient à moi. C'est quand même assez spécial, j'ai une maladie mentale et je dois décider si je suis apte au travail, mais comment décider de cela quand on a de la difficulté à prendre une décision. C'est certain que le médecin donne son avis, mais c'est plutôt des généralités, ex. habituellement monsieur, c'est 6 semaines, cela peut se poursuivre, mais vous savez, cela dépend de chaque personne. Où bien, monsieur, vous sentez-vous déprimé ou avez-vous encore des idées suicidaires, tu dits oui et puis voilà...t'es encore en congé de maladie. Quand tu te brises une jambe, tu sais que tu peux revenir quand tu marches moindrement, mais avec la dépression cela semble plus vague.

Et surtout, je crois que je n'ai pas beaucoup avancé. Quelques fois je veux tout laisser tomber et à d'autres moments je me donne assez d'énergie (positive) pour me dire apte au retour, mais cela ne dure pas longtemps. J'ai peur et je crois que personne ne peut savoir à quel point.

Un arrêt de travail trop long n'est pas bon. Un retour trop rapide non plus. Et je n'arrive pas à savoir si je suis prêt. Ce n’est pas simple du tout.

Je ne suis pas prêt pcq mes symptômes sont encore là, perte de mémoire, difficulté de concentration et inquiétude constante sur ce qui va arriver avec moi et ma famille. Je ne suis pas prêt pcq je n'ai pas le goût de me retrouver dans la même situation et surtout j'ai appris à mieux me connaître depuis ces derniers mois et je sais que j'ai une grande tendance à faire ce que les autres désirent que je fasse sans même me poser des questions sur ce que j'aime ou sur ce que je crois bon pour moi. Je ne me connais pas du tout. Et je ne me fais plus confiance à cause de mon geste de tentative de suicide. Au moindre avis contraire à moi, je réagis mal, je me mets en opposition aux gens. C'est comme si je commençais à comprendre que je désirais changer des choses, et adapter les situations en fonction de mes capacités et mes désirs, mais je suis très maladroit à ce niveau et j'ai tendance à laisser faire ou bien je me repli sur moi-même. Je ne sais pas trop ce que je veux.

Je suis prêt à retourner au travail parce que je suis exaspéré de me sentir en marge des autres. J'ai fait des démarches en psy etc et je dois avouer que je ne progresse pas bien, pas assez vite. J'ai peur d'être bloqué. L'émotion sort avant la pensée et pensée s'évanouit bien vite. Je ne raisonne pas. Je suis ds l'émotion. Quand je reste ds l'émotion trop longtemps, je suis incapable de rien faire. C'est correct un bout de temps, mais pas 2 mois. De plus, je ne sais plus si je suis dans l'émotion parce que cela fait mon affaire d'être ainsi et de ne pas faire face aux réalités du quotidien. peut-être que la réalité du travail va me forcer à reprendre en mains mes dossiers. Mais vais-je claquer ?
Je sais aussi ne pas être très bon au travail, mes idées ne viennent pas vite, lorsque l'on me demande mon opinion, je ne me force pas et je dis comme les autres. Revenir sans être bon et pas mieux qu'avant, sans avoir avancé. Je ne sais pas si c'est une bonne idée.

Je suis un professionnel en éducation, je travaille avec des jeunes dynamiques et allumés!

Bon c'est un peu mélangé tout cela...je vous laisse ainsi je n'en peux plus
kayaka1
Messages : 91
Enregistré le : 17 août 2010, 19:39

Re: Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Message par kayaka1 »

bonjour legénial...D'abord je te répond car je vis un peu le même sentiment que toi présentement; soit l'embivalence du retour. J'aimerais dans un premier temps te dire que ton pseudo; le génial humm...je suis certaine qu'il y a un peu de vrai là-dedans sinon pourquoi le choisir :D

Quand est on prêt. Un peu d'histoire sur moi brève. Trouble biplaire de type 2 (c'est à dire à cycles rapides sans avoir les très très hauts et les très très grands bas; juste assez pour souffrir et pouvoire faire semblant que ca vas bien) depuis 7 ans; 2ième arrêt de travail depuis janvier dernier. Celui la il était mieux accepté même si aujourd,hui je déteste encore la foutue maladie mais bon...

Alors...Oui c'ests vrai que quand c'est long c'est pas bon et quand c'est court c'est pas mieux. Court ou long c'est quoi finalement? La relation au temps est bien difféfent d'un indivicu à l'autre finalement. Pour moi 3 mois c'était une éternité alors imagines en 8!!! J'avais les même symptòmes que toi au niveau dépressif mais aussi vers le haut c'est juste ca la différence. ON m'avait dit de prendre mon temps et même mon employeur ne voulait pas que je me presse...

Alors la question se pose maintenant. Les médecins vont savoir te dire si tu peux le faire. Mais ils nous posent toujours la maudite question : est-ce que tu te sent prête???? Je l'sai tu moi c'est toi le doc pas moi...Et là la réflexion débute...

Bon...La concentration est bonne. Mon humeure est assez stable. J'ai été 2 fois récemment chez mon employeur pour des pauses et pour une réunion pour voir comment je réagissais (mon employeur et mon équipe de travail sont tous au courant de ma condition, j'ai ouvert là-dessus); ma boss m'a dit qu'à la réunion d'équipe elle a vu une différence dans mon débit, mes questions, mon énergie ect­. Elle peut me faire des lectures intéressantes car je travaille avec elle depuis 10 ans et elle m'a vu descendre. Mon tchum ne peut pas me donner l'heure juste, il est trop près de moi pour pouvoire prendre une distance; mon psy peut aussi m'éclairer. Moi aussi je peux le faire; les étapes que je franchi en allant dans mon milieu de travail m'indiquent aussi si c'est le temps ou non (J'ai dû couper complètement en mars, je n'étais plus capable d'aller faire mon tour). Bref, un ensemble de facteur comme ca qui font que je vais enfin dire à mon psychiatre que je me sens prête. J'ai franchi des étapes importantes; les lectures de mes proches sont intéressantes et j'ai de l'énergie dans la journée. Le reste il vas falloire que je le prenne par bouchée. J'ai même déjà négocié la facon dont mon retour vas se faire avant même d'en parler à mon médecin. Bref c'est moi qui contrôle la baraque avec tous ces indicateurs...

Alors, je penses que dès qu'un doute s'installe il faut aller voir pourquoi il est installé et en discuter avec le médecin et les psychologues. Est-ce que tu es prêt? Les problèmes que tu rencontres sont-ils des freins à ton retour au travail? Des fois ces obstacles ne vont pas nuire, cela dépend de ce que l'on fait...

Je te souhaite donc une bonne rélexion...Moi je poursuis encore la mienne. Je vise un retour prochainement. Reste à savoir si ce sera avant ou après Noel mais il est mainentant de plus en plus claire que ca s'en vient.

ciao

kayaka
Dans la vie il faut savoir savourer les beaux moments qu'elle nous offre. Alors laissons ces doux moments s'imprégner en nous et nous serons alors rempli d'une joie pofonde
Surlaroute
Messages : 339
Enregistré le : 28 mai 2010, 14:57

Re: Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Message par Surlaroute »

Salut Kayaka, toujours aussi éclairante, je n'aurais pas pu dire mieux!

Surlaroute!
sdlegenial
Messages : 33
Enregistré le : 13 oct. 2010, 13:30

Re: Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Message par sdlegenial »

Merci pour vos commentaires Karaka1 et Surlaroute...

Un retour au travail apres deux mois suite à un acte suicidaire c'est peut-être un peu rapide.

Je ne suis pas vraiment bien en arrêt de travail. Ca me désole car cela ne se passe pas comme des vacances. Ah que je me trouve naïf quelques fois. Comme si cela était autre chose que de se soigner. Heureusement j'ai beaucoup à faire chez moi pour la famille. Je suis assez actif, mais je m'effondre devant certaines situations, bien sûr, c'est quand je sors de ma zone de confort.

Je me fait des petits tests de réalité, comme si j'étais au travail, avec horaire et travail continu (mental). Je me rend compte que je ne réussi pas mes tests. Cela complique les choses. Je ne crois pas faire mieux sous pression et avec des collègues qui m'examineront en détails.

En plus, je constate que lorsque je me mets de la pression, je me révolte interieurement. Cela devient bataille ds ma tête et je perd toujours ainsi, sans compter les regrets de l'échec.

Si j'avais une alternative de soutient plus continu, ds un groupe je tenterais peut-être de poursuivre mon arrêt de travail pour participer activement à ce genre d'activité.

S'il y a retour cela se fera en retour progressif...2 jours par semaine pour 1 semaine , 3 jours pour la suivante etc

à suivre
kayaka1
Messages : 91
Enregistré le : 17 août 2010, 19:39

Re: Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Message par kayaka1 »

Surlaroute, merci pour le compliment mais je te refile la pareil j'aime beaucoup tes interventions sur le forum...Sache que je les lis toujours avec beaucoup d'intérêt...

ciao
kayaka
Dans la vie il faut savoir savourer les beaux moments qu'elle nous offre. Alors laissons ces doux moments s'imprégner en nous et nous serons alors rempli d'une joie pofonde
Surlaroute
Messages : 339
Enregistré le : 28 mai 2010, 14:57

Re: Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Message par Surlaroute »

Salut Génial, à Montréal il y a le groupe Revivre, c'est un groupe ouvert, les lundi, mercredi et vendredi. Il y a aussi le mercredi soir. Tu peux aussi regarder du côté de tes assurances collectives (tu es enseignant, je crois) , la confidentialité est assurée.

Je crois que le soutien et l'aide d'un psychologue peuvent aider à y voir plus clair et à développer de nouvelles habiletés.

Lâche pas,

Surlaroute!
Cloclo
Messages : 55
Enregistré le : 02 sept. 2010, 09:20

Re: Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Message par Cloclo »

:roll: Bonjour à vous tous, je voudrais savoir s'il y en a parmi vous qui sont de retour au travail et comment ça se passe avec les patrons et collègues ! ;)
Merci !
cloclo
taggy01
Messages : 211
Enregistré le : 26 août 2010, 09:22

Re: Retour au travail, comment savoir quand nous sommes prêt

Message par taggy01 »

Moi j'ai recommencé à travailler après un arrêt de 3mois mais pas pour une dépression c'était pour une opération qui ma rendu presque en dépression durant l'été car je ne suis pas très casanière de nature loll. Ma patronne est au courant pour mes crises d'anxiété que je traverse au 3ans à peu près et j'apprécie beaucoup quelle soit au courant, pour ma part je trouve ça mieux ainsi et elle ne me juge pas du tout au contraire, elle a même fait sortir des documents sur mon problème de tag et elle ma parlé même de l'assurance collective qui pouvait couvrir un certain nombre d'heures de scéances chez un psychologue si j'en avait besoin. Je trouve ça important d'informer son employeur un peu sur toi sans toutefois lui raconter ta vie mais peut-être il fera plus attention à toi lorsqu'il aura qqchose de moins positif à te dire en ce qui concerne ta job au sein de l'entreprise qui sait. En tout cas je sais que ma boss est devenue plus humaine auprès de ses employés depuis que j'ai avoué ma fragilité aux reproches qui me mets toujours ou presque en position de désarois ou même au pire presqu' en p'tits morceaux. ;)
Répondre