Borderline, c'est vivre en enfer

Nyx
Messages : 3
Enregistré le : 29 nov. 2010, 13:22

Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Nyx » 29 nov. 2010, 15:16

Bonjour !

J'ai 45 ans et j'ai consulté durant des dixaines d'années des psy qui n'ont jamais étés en mesure de m'aider (même juste un peu) à retrouver ma vie, la lumière dans mon esprit. Il y a deux ans, une psychologue sexologue géniale m'a dit que j'étais borderline. Des niaiseries, j'en ai tellement entendus qu'a mes yeux, c'était encore une connerie de psy. C'est seulement il y a 3 jours que j'ai compris. Depuis, je suis en crise. Je me sens aspiré par la puissance de ma noirceur. Je ne comprends pas comment je peux croire en un avenir quelconque si je dois vivre pour toujours avec ça dans ma tête. Apprendre à vivre avec... C'est comme choisir la médiocrité de sa vie futur.
Je suis en train de perdre mon combat contre moi-même. Je tiens ma force et ma puissance de mes ténèbres, ma vie s'est enracinée dans un espace sans lumière. Je ne suis pas réelement humain, j'ai l'impression d'être la mort qui s'amuse à rendre visite aux vivants.

Je suis malade... Je suis borderline. J'aurais préféré avoir un cancer. Personne ne va me sauver, peu importe ma détresse. La seule personne qui puisse me sauver, c'est moi-même. Sauf que je n'ai pas assez d'énergie pour lutter seul contre mon esprit tordu. Je ne crois plus qu'il soit possible que j'accède au bonheur, un sentiment que je n'ai jamais ressenti... Pourquoi je devrais tant sauver ma vie ?

Brouillard
Messages : 8
Enregistré le : 29 nov. 2010, 20:29

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Brouillard » 29 nov. 2010, 20:54

WOW!

Ça fait du bien de finalement pouvoir mettre des mots sur ton mal hein?! Soit pas en détresse, c'est la plus belle chose qui pouvait t'arriver de finalement savoir! Le contrôle, c'est toi qui l'a maintenant! Ce n'est plus ta maladie! La détresse, c'est d'avancer dans le noir. Subir. Mais c'est pas ça qui t'arrive là! Regarde comme il faut, je suis sure que maintenant tu peux voir une petite lumière au bout de ton tunnel! T'es plus en équilibre sur le bord d'une falaise à battre des bras dans le vide pour essayer de reprendre ton équilibre. Maintenant, tu peux te battre contre quelque chose de connu. Là, c'est le choc de la nouvelle. C'est normal que ça frappe. Mais ça va passer.

Bon, loin de moi l'idée de te faire un discours ultra positif.. Je déteste ça le monde TROP positif... Et personnellement, j’euthanasierais la personne qui a écrit le livre "Le secret"... ; ) Je suis moi même borderline, diagnostiquée il y a trois ans lors d'une dépression majeure et d'une psychose et j'ai 29 ans. Tout te raconter serait trop long mais tu me poses toutes les questions que tu veux. Le fais que tu sois allée voir une sexologue me laisse croire qu'on a quelques points en commun... Depuis j'ai été malade (physiquement) à cause des dangers que je me suis fais subir moi même, j'ai suivi une thérapie de groupe que j'ai du reprendre à deux fois parce qu'exclue la première fois (prendre de l'alcool était interdit pendant les six semaines de thérapie mais moi, c'est la seule chose qui me faisait du bien...ça, et le sexe aveugle avec des cons parce que c'était selon moi la seule façon d'être aimée...) provoquant des séquelles à vie, j'ai fais une faillite personnelle, et j'en passe. Alors je pense que je parle en connaissance de cause...Je connais pas tout. J'apprends et je me bats encore. Je veux juste que tu comprennes que je ne te joue pas du violon...

Alors premièrement, il faut que tu prennes conscience que c'est un long combat. Contrairement au trouble bipolaire, il n'y a pas de médicament encore qui sert à ne pas nous faire ressentir notre trouble ou mieux vivre avec. Par contre, je prends de l'Effexor 75 mg depuis trois ans qui aide mon côté dépressif et qui m'aide alors à me concentrer plus sur mes efforts face à la maladie. Alors voit avec ton médecin ce que tu pourrais prendre comme antidépresseur et si ça pourrait t'aider. Tu as une bonne psy? J'imagine si elle te suit depuis si longtemps. Ça lui a prit tout ce temps pour te diagnostiquer alors il faut que tu acceptes que ça va prendre du temps à toi avant de t'apprivoiser toi même. Il faut que tu continues d'être suivie. Les médicaments c'est une béquille mais c'est pas suffisant. Et je ne peux pas te donner de conseil de ce côté là, je ne suis pas médecin.

Ensuite, il faut que tu comprennes que personne ne te sauveras. C'est toi et seulement toi qui peut t'en sortir. Bien sur, tu as des gens qui peuvent t'épauler comme des amis ou un conjoint et il faut que tu fasses attention de bien comprendre que ça peut devenir essoufflant pour ceux qui te soutiennent et que ce n'est pas parce qu'ils ne t'aiment pas qu'ils doivent parfois se détacher un peu pour reprendre des forces.

Tu dois d'abord réaliser que tu n'es pas seule. La prochaine étape selon moi, c'est d'en apprendre le plus possible sur la maladie pour l'apprivoiser. Voici quelques outils:

Le livre: "L'ennemi en moi" d'Etienne Gervais, le DVD de sa conférence et son premier documentaire sur le trouble borderline:

http://www.anagramfilms.ca/lennemienmoi.html" onclick="window.open(this.href);return false;

http://www.anagramfilms.ca/lesmiroirsdeformants.html" onclick="window.open(this.href);return false;

http://www.anagramfilms.ca/conferenceet ... rvais.html" onclick="window.open(this.href);return false;

Aussi, tu peux aller voir l'émission de "Une pillule une tite granule" sur le trouble borderline:

http://video.telequebec.tv/video/609/re ... ite-limite" onclick="window.open(this.href);return false;

Et il y a aussi un nouvel organisme, juste pour nous, qui vient de voir le jour:

http://www.carrefourtpl.com/" onclick="window.open(this.href);return false;

Tu trouveras de TOUT sur ce site concernant notre maladie.

Je te suggère ces sites et ces outils pas parce que je connais tout. Juste parce que je sais qu'Internet est truffé d'histoires d'horreur et de vieilles écoles de pensées qui te ferait du mal. Ces outils sont ceux que j'ai utilisés. Ils sont créés par des psychiatres, des médecins et des personnes borderline.

Alors tu vois? On a pleins de ressources! Là t'a ce qu'il faut pour avancer. T'as le diagnostique. Les ressources sont là. Fonce! Tête baissée.

Je comprends que ça prend de l'énergie. Mais il faut que tu comprennes que petit peu par petit peu, tu vas réussir à mieux TE gérer et que ça va faire que tout ne te paraîtra plus comme une montagne plus que ça va être plus facile. Tu ressentiras de moins en moins la douleur parce que tu auras appris à voir les signes avant coureurs d'une crise et les gérer mieux et tu apprendras aussi à t'éviter les situations qui te rendent malheureuse. Aussi, sache que maintenant que tu sais et que tu vas t'aider, tu ne retourneras plus jamais aussi creux, là ou il fait si noir.

Quand tu feras un pas en arrière, ça sera plus pour reprendre ton équilibre avant de continuer à faire des pas en avant.

Tu n'ES pas le trouble borderline. Tu es avant tout une personneà part entière qui a à vivre avec le trouble de personnalité limite. Mais ta maladie ne te définit pas. Tu es aussi quelqu'un qui a des qualités, des forces et des talents.

Aussi n'oublie pas que la maladie mentale est encore très tabou et ne va pas te confier à n'importe qui. Ça fait peur aux gens et souvent leur connerie n'a d'égal que leur ignorance. J'ai beaucoup utilisé ce site ci pour me confier. Je te parle plus d'employeurs et collègues. En effet, le soulagement d'enfin savoir m'a déjà coûté un emploi... On m'a pas congédié pour ça mais on connaissait mes faiblesse et on les a utilisées contre moi... C'est un conseil comme ça. Tu prends ce que tu veux.

Je le sais... c'est chiant! Et le monde nous dis qu'on est forts alors qu'on s'est jamais sentis aussi faible. Des fois j'en veux au monde entier de tenir à moi parce que ça me force à me battre alors que ces mêmes personnes n'ont aucune idée de la souffrance que je peux vivre. Mais c'est vrai qu'on est forts. Y a des gens qui n'auraient pas réussi à passer au travers de la moitié de ce qu'on a vécu tu sais. Prends en conscience. Les victimes, c'est ceux qui ne se battent pas. Je dis souvent que je suis mon pire ennemi. Et personne peut comprendre ça. Mais je te jure (et c'est pas à la légère) que ça se peut aiment pour qui nous sommes.

Pour le moment, contente toi de faire simplement "ce qu'il faut". Tu mets ton cerveau à off pis tu te demandes: "BON! C'est quoi la prochaine étape là?"

Y a des jours ou t'as pas le courage? T'as le droit! DONNE toi le droit de ne pas avoir le courage certains jours et repose toi. Tu te réveilleras plus forte le lendemain.

Lâche pas. Y a des gens qui t'aiment en attendant que tu arrives à t'aimer toi même. Une bonne façon d'y arriver c'est de te faire ce cadeau qui est de continuer à avancer.

Tu sais, je ne me risquerait pas à te dire tout ça si je n'étais pas moi aussi passée par ce chemin boueux ou les pieds s'enlisent facilement. Je te dis tout ça parce que je SAIS que tu vas éventuellement aller mieux.

Si tu me demandes si j'effacerais toutes ces épreuves de ma vie je te dirais non. Elles font de moi et de ce que je suis aujourd'hui et je sais plus ou je vais! Je le sais pas mal plus que certaines personnes qui se disent heureuses!

Pourquoi tu te battrais pour ta vie? Parce que tu t'es pas battue tout ce temps là pour abandonner maintenant!!! T'es habituée, tu le fais depuis si longtemps. Mais

Bon courage...
Vaut mieux calmer la tempête plutôt que de se battre contre le torrent...

Nyx
Messages : 3
Enregistré le : 29 nov. 2010, 13:22

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Nyx » 30 nov. 2010, 15:07

Salut Poulette !!!

Copy/paste d'un Email ???
Comme tu vois, je fais des démarches. Je vais même aller dans une rencontre de groupe pour voir si je vais trouver quelque chose. Étrangement, ça va bien... Il y a quelque chose qui ressemble à de la détente. Je suis beaucoup plus relaxe. Mais...

Nyx
Messages : 3
Enregistré le : 29 nov. 2010, 13:22

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Nyx » 30 nov. 2010, 16:11

Quand on reste dans sa zone de confort, on ne bouge pas. La nature humaine ne bouge que quand elle a la face accoté dans le mur. Je suis extrémiste, j'ai pas de milieu... et je suis pressé de sortir de cet état. Donc je le confronte. Je ne crois pas qu'en évitant ma noirceur je vais me sentir mieux. J'ai un problème de sensibilité, hé bien je dois me désensibiliser devant mon état, donc le confronter, plonger dedans. Depuis 3 jours, je fais des voyages en enfer et j'en ressort avec des forces que je n'avais pas. C'est un peu fou, anticonformiste et contraire à ce que ma psy me demande de faire, mais j'ai pas le temps de niaiser avec des thérapies de longues durées.
Je suis Borderline, il n'y a aucun doute, mais mon profil est différent de la documentation qui traite de ce sujet. J'ai des relations stables, une très forte estime de moi, aucun complexe (un petit complexe de supériorité peut-être) et je corresponds peu aux descriptions que je lis. Mais l'univers de ma noirceur est identique, ma douleur aussi, mon incapacité à gérer mes émotions, etc...
J'ai une puissance et une force que peux de gens ont, je n'ai peur de rien. Je suis aussi puissant que la mort, rien ne peut me faire tomber. C'est juste l'énergie qui me manque de plus en plus pour réussir à choisir la vie, qui commence à flancher, chaque jour. Faire confiance à des gens qui vivent dans des livres au lieu de me faire confiance à moi... Eux n'ont rien été en mesure de faire, moi j'ai survécu à ma vie de marde. Je ne suis pas du genre à me protéger (j'ai pas appris comment faire), je me sort de mes difficultés en m'exposant, en confrontant, en attaquant avec plus de violence tout ce qui m'attaque. Je suis en guerre contre une partie de moi-même, je suis tenace et je gagne toujours car je n'ai aucune limite. Raz le bol de marcher sur le fil comme un équilibriste qui risque la chute à tout moment. Moi je saute. Je vie ou je meurs, noir ou blanc. Des tempêtes en mer, avec des vagues de 40 pieds, c'est mon terrain de jeu. Il suffit de prendre sa force destructrice et de la rediriger vers sa maladie. Je fonctionne en mode automatique, comme dans les tempêtes, je fais mes routines, ce qu'il faut pour sauver le bateau, et peu importe la violence qui s'abbat sur moi, j'en sort toujours gagnant. Je ne suis pas humain.

Brouillard
Messages : 8
Enregistré le : 29 nov. 2010, 20:29

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Brouillard » 01 déc. 2010, 08:24

Nyx a écrit :Salut Poulette !!!

Copy/paste d'un Email ???
Comme tu vois, je fais des démarches. Je vais même aller dans une rencontre de groupe pour voir si je vais trouver quelque chose. Étrangement, ça va bien... Il y a quelque chose qui ressemble à de la détente. Je suis beaucoup plus relaxe. Mais...
Hihi salut!

Oui! Le fait de t'écrire l'autre jour m'a rappelée comment je me sentais seule lorsque tout "ça" a commencé et j'ai ressentis le besoin de soutenir les gens. J'ai copy/pasté parce que je trouvais que ça s'appliquait à bien des gens dans la même situation. Je suis très contente que tu fasses des démarches!

Bisous
Vaut mieux calmer la tempête plutôt que de se battre contre le torrent...

Brouillard
Messages : 8
Enregistré le : 29 nov. 2010, 20:29

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Brouillard » 01 déc. 2010, 09:36

Nyx a écrit :Quand on reste dans sa zone de confort, on ne bouge pas. La nature humaine ne bouge que quand elle a la face accoté dans le mur. Je suis extrémiste, j'ai pas de milieu... et je suis pressé de sortir de cet état. Donc je le confronte. Je ne crois pas qu'en évitant ma noirceur je vais me sentir mieux. J'ai un problème de sensibilité, hé bien je dois me désensibiliser devant mon état, donc le confronter, plonger dedans. Depuis 3 jours, je fais des voyages en enfer et j'en ressort avec des forces que je n'avais pas. C'est un peu fou, anticonformiste et contraire à ce que ma psy me demande de faire, mais j'ai pas le temps de niaiser avec des thérapies de longues durées.
Je suis Borderline, il n'y a aucun doute, mais mon profil est différent de la documentation qui traite de ce sujet. J'ai des relations stables, une très forte estime de moi, aucun complexe (un petit complexe de supériorité peut-être) et je corresponds peu aux descriptions que je lis. Mais l'univers de ma noirceur est identique, ma douleur aussi, mon incapacité à gérer mes émotions, etc...
J'ai une puissance et une force que peux de gens ont, je n'ai peur de rien. Je suis aussi puissant que la mort, rien ne peut me faire tomber. C'est juste l'énergie qui me manque de plus en plus pour réussir à choisir la vie, qui commence à flancher, chaque jour. Faire confiance à des gens qui vivent dans des livres au lieu de me faire confiance à moi... Eux n'ont rien été en mesure de faire, moi j'ai survécu à ma vie de marde. Je ne suis pas du genre à me protéger (j'ai pas appris comment faire), je me sort de mes difficultés en m'exposant, en confrontant, en attaquant avec plus de violence tout ce qui m'attaque. Je suis en guerre contre une partie de moi-même, je suis tenace et je gagne toujours car je n'ai aucune limite. Raz le bol de marcher sur le fil comme un équilibriste qui risque la chute à tout moment. Moi je saute. Je vie ou je meurs, noir ou blanc. Des tempêtes en mer, avec des vagues de 40 pieds, c'est mon terrain de jeu. Il suffit de prendre sa force destructrice et de la rediriger vers sa maladie. Je fonctionne en mode automatique, comme dans les tempêtes, je fais mes routines, ce qu'il faut pour sauver le bateau, et peu importe la violence qui s'abbat sur moi, j'en sort toujours gagnant. Je ne suis pas humain.
Vaut mieux calmer la tempête plutôt que de se battre contre le torrent...

Ericka
Messages : 4
Enregistré le : 05 janv. 2011, 00:50

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Ericka » 10 févr. 2011, 21:55

Merci Brouillard, j ai bien aimé ton texte et tes références, moi aussi borderline de 49 ans et diagnostiquée y a 4 ans suite a une dépression majeure, et bonne chance a toi Nyx dans ta démarche

Brisée
Messages : 32
Enregistré le : 27 avr. 2011, 17:34
Localisation : Montréal

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Brisée » 09 mai 2011, 07:24

Moi aussi, j'ai été diagnostiquée personnalité bordeline à l'âge de 18 ans. Je fais des crises d'angoisse depuis l'âge de 15 ans, j'ai fait 2 dépressions et 6 tentatives de suicide. Je me dis qu'il ne faut pas s'attarder trop au diagnostic. Il ne faut pas oublier que tu es personne à part entière avec tes forces et faiblesses. Moi aussi, j'aimerais qu'on me sauve et qu'on prenne soin de moi mais je sais que je peux attendre longtemps. Il faut essayer de faire des choses concrètes pour améliorer son sort. J'ai terminé mon secondaire de peine et de misère, j'ai été 7 ans abstinente de toute drogue y compris l'alcool. Ok, j'ai eu quelques petites rechutes dernièrement et je ne vais pas très bien dernièrement mais je sais que les efforts qu'il fallait que je fasse, je les ai fait.

Je te souhaite Bon Courage.
Si on avait fait attention à moi quand c'était le temps, je n'en serais pas arrivée à un point de non retour.
La loi du silence est inviolable comparativement à l'être humain.

feemystere
Messages : 3873
Enregistré le : 31 oct. 2011, 22:50
Localisation : Montréal

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par feemystere » 05 nov. 2011, 23:58

Holà! Que devenez-vous? J'aimerais échanger avec des personnes qui vont mieux,ou pas.C'est bien beau parler en thérapie ou à ma meilleure amie(elle a été hospitalisée il y a 2 ans pour dépression),je ne me sens pas comprise et ça ne me permet pas à moi de comprendre des choses.Je lis présentement le livre d'Étienne Gervais «L'ennemi en moi» et j'ai vu des reportages et autres vidéos suggérés par Brouillard. J'ai lu aussi Le journal d'Hannah : trouble de la personnalité / Hannah Westberg ; [traduit de l'anglais par Elise Guellouma].Enfin...Au plaisir de vous lire! =-)
«Une VRAIE RÉUSSITE inclut aussi la santé, l’énergie, l’amour de la vie, l’harmonie des relations, la liberté de créer, la stabilité émotionnelle et psychologique, le bien-être et la paix de l’esprit.»

Mélina A
Messages : 1
Enregistré le : 09 mars 2015, 13:38

Re: Borderline, c'est vivre en enfer

Message par Mélina A » 09 mars 2015, 13:51

Bonsoir,

J'ai besoin de votre aide s'il vous plait. Je suis borderline moi aussi, j'ai fais des tentatives et j'ai honte parce que jai le choix de vivre alors que d'autres n'en ont pas comme tous mes proches que j'ai pu perdre chaque année et au mois d'avril (mois aussi de ma naissance). J'ai honte, souhaiter mon anniversaire est devenu un cauchemar cela m'écoeure. On m'a salis et humilié de manière différentes mais a plusieurs reprises alors lorsque je me vois dans un miroir imaginé ce que je vois : je suis répugnante, je me dégoute a tout point de vu. On dit souvent "vit comme ci cetait le dernier jour" mais chaque jour je me bats contre ma propre personne, la personne qui a inventé ce dicton n'été pas atteind de la personnalité limite...
J'ai vingt ans j'ai cela depuis plusieurs mois avec en plus une angoisse envahissante permanente et des crises de paniques très fréquentes. Je n'arrive plus a bouger, je suis pétrifier dès que je bouge.
Je sais plus quoi faire.... Et les gens, mes amis m'ont tous laissé, je suis seule, j'ai pour ami deux personnes adultes rencontré lors d'une hospitalisation mais ce sont des personnes adorables et merveilleuses mais on ne peut se voir ou autre et on se contact rarement.

Que puis je faire ? Parce que je peux plus me réveiller et me dire "encore une journée ou je vais devoir luttter contre ma propre personne", j'ai plus de force...


Merci d'avance

Répondre