Page 38 sur 38

Re: musique

Posté : 27 nov. 2018, 23:36
par Angélique
Pour rêver avant de s'endormir ;-)

https://youtu.be/veHqJSC-9Lo

Re: musique

Posté : 11 mars 2019, 04:20
par abano
Que cette journée soit belle et bonne pour vous tous et particulièrement pour ceux et celles qui vivent dans la souffrance, n'arrivant pas encore à l'exp rimer.


Parmi les nombreux compositeurs que j'apprécie, il en est un que j'affectionne particulièrement
c'est Schubert.

sans doute parce que ce qu'il nous donne à entendre est en adéquation avec sa vie.

<<Ni la peine de l'autre, ni d'ailleurs sa joie, il n'y a personne qui puisse les comprendre .>>, ce sont là, les rares mots choisis de cet homme dont on sait qu'il n'écrivait pas de lettres ni ne tenait de journal.
effectivement, ses amis, épouvantés devant les ratés musicaux du <<Voyage d'hiver>>,
l'avaient fui.

Ils ignoraient que:
Tout voyage passe,
et c'est pourquoi,
sa plume a laissé couler de source sa <<Sérénade>>, et le théme
suédois du <<Trio en mi bémol.>>

tel le chercheur G. Pérelman, il fuyait le paraître, indifférent aux éloges.

Mais, Doppelgänger , le double de notre solitude,
m' entend
la part de musique , enfouie dans ma solitude, ma surdité.
Et,
Sa sonate en si bémol, a commencé déjà en moi, avant même que le piano ne me la prouve,
l'approuve.

parce qu'il est l'ami universel, il est pour toujours mon ami.

c'est comme un bon livre,
parce que j'ai été entendue par sa musique, je l'ai aimée.

Re: musique

Posté : 13 mars 2019, 10:17
par abano
Nous étions en 2008.

la pianiste Brigitte Engerer percevait dans les Lieder de Schubert, l'un de ses compositeurs préférés,

<<la recherche éperdue du bonheur, de la lumière, avec toujours la conscience aiguë de quelque chose
d'irrémédiablement perdu, la perception <<sous jacente du temps qui s'écoule.>>
<<Schubert est tout entier dans la phrase de ce lied:<<Ah, le bonheur est toujours là où je ne suis pas.>>
_ _ _ _
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Où n'était-il pas?

Je pense qu'il y a de l'héroïsme, à échanger le Temps de sa vie, (traversé comme il l'était, par les affres de l'angoisse), pour l'intensité de la passion de son œuvre musicale.

-pour ce qui est du temps,
L'Ethno musicologie permet de remonter à l'origine du sentiment de l'écoulement du temps;
-les battements du cœur qui accéléraient avec la course du vagabond, tout comme le bruit de ses pas
arpentant les chemins de traverse, rythmaient un chant né de l'écoute du Temps du corps.

la musique est née de l'écoute du corps, ce qui pour être d'une moindre rigueur scientifique, n'en découle pas moins de l'attention à soi.
et si le corps est ainsi à l'origine de l'abscisse du graphique musical de Schubert,
l'ordonnée, elle, c'est-à-dire les fluctuations harmoniques et la détermination des hauteurs de son
proviennent sûrement des impressions de son âme.

Le Lied , qualifié de chant d'intimité est le chant de son ÂME. :) :)