Être Bipolaire une part de choix.

(maniaco-dépression)
Répondre
Ian Pelletier
Messages : 88
Enregistré le : 26 janv. 2012, 08:48

Être Bipolaire une part de choix.

Message par Ian Pelletier »

Je fais ce post pour m'exprimer et inviter chacun à dévellopper sa réflexion sur le (Être Bipolaire) Soyer assurer que j'aurais plaisir à prêter considération à chacun de vos commentaires.

Le une part de choix pour moi est ceci. Je choisis d'être avec ce que j'ai et de me comporter comme le commun des mortels devenirs forts la ou cela m'es aisé et me départir de ce que je peine trop à faire.

La médication le traitement vise à atteindre un certain degrée de comfort et vise à nous maintenir fonctionnel.

Je dévelloppe en premier sur l'aspect fonctionnel de l'individu. Il est propre à chacun la volonté de dépassement, les désirs sont une motivation à être fonctionnel. Le fonctionnel a t'il a être un individu tel que l'es le commun, boulot dodo tondeuse enfants, ou le fonctionnel qui mène au comfort est-il acceptable.

Pour ma part j'ai fait ce choix je favorise ce qui m'amène au plaisir et ce qui ne m'angoisse pas.

J'ai du abbandonner beaucoup et je l'ai fait avec plaisir car à chaque désirs délaissée je respirais mieux une chaine en moins que je laisse dans le sentier je n'en marche que mieux.(Je tiens à spécifier que je suis diagnostiquer depuis 10ans ).

Oui pour moi le fontionnel es confort j'ai plaisir à l'art à la compagnie des autres et à aider l'autre comme je peux.
Je mange , je regarde le ciel et il me plait, l'air m'es bon.

Oui j'ai fait ce choix je ne veux pas être comme eux leur vie leurs désirs m'ennuie.
Je suis bipolaire Je suis un Empath et j'en suis fier ......j'ai choisi!

Puissiez vous tous être pleinement.

Au Plaisir

Ian Pelletier
Gentleman
Messages : 2290
Enregistré le : 14 févr. 2010, 07:10

Re: Être Bipolaire une part de choix.

Message par Gentleman »

C'est quoi un Empath????
Ian Pelletier
Messages : 88
Enregistré le : 26 janv. 2012, 08:48

Re: Être Bipolaire une part de choix.

Message par Ian Pelletier »

http://www.empathguide.com/" onclick="window.open(this.href);return false;
Bibine
Messages : 1540
Enregistré le : 28 févr. 2011, 19:07
Localisation : Victoria, C.-B.

Re: Être Bipolaire une part de choix.

Message par Bibine »

Salut Ian

Ce que tu écris me rejoins, même si notre réflection part de cheminements différents, on semble se rejoindre au bout du compte. ;)

Moi aussi je me suis rendue compte que j'ai des choix.
Dans la bipolarité, j'ai souvent fait l'expérience d'un sentiment de perte de contrôle, et à ce moment-là, je ne sentais plus que j'avais la capacité de choisir...j'étais complètement noyée dans ce déluge d'émotions et de circonstances pas du tout atténuantes.
Je vivais d'une perte de contrôle à l'autre, je "subissais" ma vie plutôt que de sentir que cette vie-là c'était mon choix ultimement. Je vivais la vie d'une victime. Je ne voyais pas comment cela allait changer, et je ne pouvais encore moins m'imaginer que cela allait changer pour le mieux.

C'est entre autres les petites victoires au quotidien qui m'ont aidé à prendre plus conscience des choix que j'ai et que je peux exercer sur ma vie en "l'aménageant" de façon à ce qu'elle me soit plus vivable, plus adaptée à ma condition. Quand j'ai commencé cela j'étais dans un creux de vague assez dangereux et ça me prenait un effort quasi surhumain pour trouver une seule mini bonne chose qui soit arrivé, que j'aie ou qui m'inspire vers l'espoir. Je n'avais plus rien à perdre donc je me suis donnée simplement pour but de "m'entraîner" la volonté et m'améliorer un mini peu chaque jour. Pas rien de spectaculaire ni de performances olympiennes, non! Juste un peu, presque invisible au début, mais qui a engendré une courbe exponentielle! Il s'agissait seulement de partir un momentum... 8-)

À mesure que les jours ont passé, graduellement, tranquillement je me suis sentie mieux. Oui j'ai glissé, j'ai tombé, mais c'était moins dur se relever. Les petites victoires ont mis en place un filet de sécurité sous le funambule. Ils lui ont donné une perche pour s'aider à maintenir l'équilibre. Il y a maintenant des personnes bienveillantes qui l'attendent à chaque bout du fil pour l'encourager et l'aider. Je ne me sens plus seule. Je n'ai plus peur de vivre. Je ne me sens plus comme une imposteure quand ça va bien. Je sais que je vais bien à cause de mes efforts et je ne le dois à personne d'autre. Je suis moins dépendante des autres, je sais que je peux me faire confiance et me reprendre en main. Oui, c'est possible! :D

Je suis plus fonctionelle maintenant aux yeux des autres parce que j'ai en apparence tous les éléments d'une vie stable. Mais cela c'est ce qu'ils voient. Ce que je vois surtout c'est plutôt une fonctionalité venant de l'intérieur. Je suis plus fonctionelle émotionellement, je trouve plus rapidement des solutions viables quand le moteur s'emballe un peu trop. Je suis plus vigilante quand à mes choix, plus sélective, je prends de meilleures décisions. Je suis devenue comme ça (je ne l'étais pas du tout avant!) en grosse partie parce que j'ai remis mes priorités en ordre. ;)

Priorité numéro un: ma santé!
Donc, à partir du moment où ma santé est en haut du podium, le reste de ma vie s'oriente naturellement vers cela. Et tout ce qui n'étais pas en fonction de cela a subi une honnête remise en question. Cette transformation a impliqué, comme tu y fais allusion, beaucoup de ménage. Dans le matériel oui, mais aussi dans les émotions et dans les relations interpersonelles. Ça a pris beaucoup d'énergie et de volonté, mais au final, ma vie est réellement meilleure à vivre. Comme tu dis, on respire mieux, c'est plus léger. :D

Et les événements difficiles (qui continuent d'arriver quand même comme pour tout le monde) semble plus facilement surmontables. Pour moi, cela est fonctionnel. Non, c'est plus que fonctionnel, plus que de la survie...Je vis!

Autre chose aussi, j'apprends à aimer ce que je suis, telle que je suis.
C'est encore assez nouveau tout ça mais côlinne que j'y prends goût! :D
Ça fait du bien, de finalement vivre une amitié avec soi-même! La vie au quotidien est beaucoup plus agréable et facile à vivre quand on n'a pas quelque'un à l'intérieur qui nous juge et nous sabote constamment! Quel enfer c'était!

Oui c'est possible d'aller mieux, bipolaire ou pas, j'en suis convaincue!
Si seulement on se donnait un peu plus la chance, on s'accordait le droit nous aussi d'être simplement un mini-peu plus heureux au quotidien... ;)

Bonne journée à toi et tous les autres fouineux du forum! ;)
étincelle
Messages : 417
Enregistré le : 31 janv. 2012, 19:20

Re: Être Bipolaire une part de choix.

Message par étincelle »

J'aime vraiment le sujet...l'idée...Et de me dire qu'il y a cette part de choix, c'est aussi ce qui me ground à ne pas retomber en psychose, en manie, ou plus difficilement, en dépression.

En psychose, puisque je me dis : Même en considérant l'hypothèse que quelconque de mes idées farfelues puissent être plausibles, (ce qui pourrait facilement entraîner des comportements tout aussi farfelus et une perte à la réalité), il reste que j'ai tout de même le choix de décider ''qu'est-ce que je fais de tout ça)...et là je me centre sur ma fille. Ma fille est mon petit boulet qui me rattache au moins une jambe bien à terre. Du coup, je sais que j'ai le pouvoir et le devoir d'en prendre soin, et nécessairement de prendre soin de moi. Et je me ground sur sa routine...ce qui en occurrence, est bon pour ma santé...ça ne peut faire que boule de neige...

Bien sûr, il y a une partie qu'on ne contrôle pas...cette part de non-choix...les évènements de la vie qu'on ne contrôle pas mais aussi notre maladie (en partie)...que la médication, espérons-le, peut contrôler au moins un peu. On pourrait mettre des scientifique sur la question...à savoir si on contrôle réellement ou non nos humeurs, nos comportements, nos excès, nos pensées...C'est sur que nous avons une part de responsabilité, j'en suis convaincue...L'idée est je crois de ne pas se laisser aller complètement, de ne pas ''Agir'' en victime...Je pense par contre, qu'on a le droit de se sentir bien victime dans tout cela...mais c'est sûr que de renforcer cette position n'est pas la solution...Je ne juge par contre personne sur son parcours...Je pense que moi-même à un moment ou l'autre, j'ai ''agis'' en victime ou je me suis sentie ainsi, de façon consentante ou malgré moi...

Bref, je ne crois pas qu'on puisse choisir d'être bipolaire...J'en viens à cette idée, parce qu'il y a parfois cette voix auto-critique et même auto-destructrice qui ne me croit même plus, qui doute de moi-même, de mes intentions, de mes bonnes actions, de mon diagnostic...Cela prend de l'énergie pour la contrôler et la remettre à sa place...Et j'y parvient par la raison je crois...Je vous avoue que je me sens tiraillée...je vous écris. J'essaie de faire ma sage et d'écrire brièvement dans une intention qui est là dans un premier temps pour soutenir les autres, celui qui écrit initialement, j'essaie d'être orientée vers la solution, de donner des trucs...et par le fait même de me relire et de les appliquer...Belle affaire ! Mais j'ai l'impression que je m'y perd aussi...lol je perds mes idées, je dérape...Je pense que je suis en plein dedans...oups!...Mes pensées vont dans tous les sens...je philosophe...C'est ÇA aussi être bipolaire !! ...pour moi du moins !

Alors je ne ferai pas comme d'habitude et je ne m'excuserai pas ici (mon habitude!)..Je l'accepterai et m'accepterai ainsi! mais je recentrerai tout de même ma pensée...puisque j'ai une part de choix! ;-) en vous disant que c'est vrai ! Il s'agit de deuil pour les choses qu'on délaissent...mais en étant centré sur notre santé, pour le bien être de nous et notre famille ou ceux qu'on aime...le bien qui en découle devient nécessairement plus grand que la peine de la perte...J'ai encore de gros deuil à faire...Je le sais et je ne suis pas encore prête à me l'admettre je crois...En fait je ne suis pas sûre...puisque c'est aussi peut-être dû à la bipolarité, à mon état présent, qui fait que je pense que je devrais peut-être considérer un autre emploi...sagesse dans le but d'un meilleur confort...ou abandon, fuite...? Peut-être que ce n'est pas du tout le moment d'y penser...puisque je suis en manque de force et de jugement...

Alors, vivement le congé pour ce centrer sur d'autres petites victoires pour le moment. J'AI cette part de choix pour le moment. Je suis d'accord avec toi. Et c'est sur cette part que je m'accrocherai. Bref ton idée renforce ma démarche !

terminus! ;-)
raunchola
Messages : 138
Enregistré le : 22 juin 2010, 23:57

Re: Être Bipolaire une part de choix.

Message par raunchola »

que veux tu qu'on y réponde? mes respects.....
Ian Pelletier
Messages : 88
Enregistré le : 26 janv. 2012, 08:48

Re: Être Bipolaire une part de choix.

Message par Ian Pelletier »

(que veux tu qu'on y réponde?)

raunchola ma réponse n'est pas tienne .J'entend par la il n'y a pas de réponse que du cheminement.

L'intention de mon poste est l'expression et l'invitation¸à la réflexion.

Répondre au bas de ce thread ou ce questionner face à celui-ci sont deux voix d'exploration de soi .
Explorer ,structurer sa pensée voir la rendre par l'écrit c'est cheminer .
Je ne demande pas que mon post plaise ou suscite intérêt .
Non je demande la réaction.
J'explique celui qui n'y ressent rien n'avait rien a y gagner.
Celui qui y ressent (comfort ou malaise) cherche à se situer, il gagne en structure ,il peut à cet instant reconsidérer ce qu'il es sous un jour différent il met en lumiere ce qu'il a peut-être ignoré longtemps .
Se questionner ,ressentir es sain.

Ce qui soustend mon poste est ceci .
Il y a de la joie et oui le VIVRE est accessible pour tous .

Rejetez cette idée que vous êtes une phatologie .Je sais une condition qui altère la perception peut-être invalidante. Mais vous pouvez faire ce choix de ne pas être un ''dévoré'' par une condition particulière ( et qui a une statistique trop importante pour ne pas avoir une raison d'être. ). Je demande regardez ce en quoi vous êtes doué. Apprenez à vous aimé avous apprécier.

Alors je le dis à tous soyez exceptionnel car vous êtes l'exception vous êtes uniques.

Au plaisir

Ian Pelletier
Répondre