Tranche de vie et questionnements sur la dépression

(maniaco-dépression)
Répondre
Suegag
Messages : 150
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par Suegag » 20 nov. 2018, 18:53

Bonjour groupe! Je change de sujet parce qu’il n’est plus question d’angoisse mais de dépression... Alors, l’épisode panique a été résorbé avec le Rivotril, que je prend toujours et la baisse du lamictal à 150 mg qu’on croyait responsable de l’épisode panique. Ensuite, on a augmenté le wellbutrin à 200 mg. Depuis ce temps, je suis dans le fond du baril.
Alors, j’ai demandé au psychiatre de reprendre l’élévation du Lamictal (faut dire que je n’y croyais pas au lien entre panique et 25 mg de lamictal) et elle a accepté. Elle a aussi élevé le wellbutrin à 300 mg.

Alors LA QUESTION: d’après vous, passez de 200 à 300 de wellbutrin, ça prend combien de temps avant de sentir l’effet?

Une autre QUESTION: Quand je vais chez la psychiatre ou la psychologue, je me coupe de mes émotions. Comment est-ce possible? Je braille ma vie après le rendez-vous ou quand j’écris dans mon journal et arrivée dans un bureau de professionnel, j’ai l’air de raconter la vie d’une autre...

Merci pour les réponses s’il y en a... Il semble y avoir bien peu de personnes actives sur ce forum.

Bonnes continuités à tous 😊

Itsabell
Messages : 755
Enregistré le : 21 août 2016, 23:25

Re: Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par Itsabell » 20 nov. 2018, 19:28

Pour ta médication je ne peux pas t’aider je ne prends pas du tout la même chose, sauf lamictal mais moi je suis à 200mg.
Quand je vais chez ma psychiatre, je suis complètement gelé. Mais je ne suis pas capable de parler de mes émotions. Je ne les reconnais pas. Je suis TSA. Elle me questionne plus sur la base d’échelle de 1 à 10. Ça diminue mon anxiété et me permet de lui expliquer comment je me sens.

blondebleue
Messages : 1761
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par blondebleue » 22 nov. 2018, 14:10

Suegag a écrit :
20 nov. 2018, 18:53
... la baisse du lamictal à 150 mg qu’on croyait responsable de l’épisode panique...

Alors LA QUESTION: d’après vous, passez de 200 à 300 de wellbutrin, ça prend combien de temps avant de sentir l’effet?

Une autre QUESTION: Quand je vais chez la psychiatre ou la psychologue, je me coupe de mes émotions. Comment est-ce possible? Je braille ma vie après le rendez-vous ou quand j’écris dans mon journal et arrivée dans un bureau de professionnel, j’ai l’air de raconter la vie d’une autre...
...
Je ne peux pas parler du Wellbutrin mais chez moi chaque baisse ou augmentation de Lamictal a rapidement une incidence sur mon humeur. J’ai dû le couper de moitié en commençant l’epival en septembre et s’en est suivie une période dépressive intense. C’était peut-être juste le contre coup d’une hypomanie mais dès que j’ai augmenté à nouveau le Lamictal début novembre 10-12 jours après je me suis mise à aller mieux.

Pour ta deuxième question, je suis pareille pour mes rdv avec ma psychologue. Elle me l’a déjà dit que j’avais l’air de me retenir émotionnellement devant elle. Je ne fais pas exprès. C’est devenue une seconde nature cacher mes émotions devant les autres. Question de rester fonctionnelle.

Avec mon psychiatre c’est différent depuis mon hospitalisation en septembre. J’étais incapable de cacher quoique ce soit à l’hôpital, ni la tristesse ni l’hypomanie, alors que dans son bureau avant je savais décrire mes symptômes avec recul et qq part il les prenait moins au sérieux. Il s’en est même excusé un matin qu’il faisait ses rondes à l’hôpital. Depuis, je ne cache plus rien lors de mes rdv. C’est même pas volontaire, je pense juste que je n’ai plus peur de me montrer vulnérable avec lui.

Mélou
Messages : 168
Enregistré le : 30 avr. 2018, 19:09

Re: Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par Mélou » 22 nov. 2018, 16:28

Salut a toi.

Je peu te parler de médication car ont a plusieurs médicament en commun.

Je ne savais pas que le lamictal pouvais apporter du stress. Le welbutrin par contre peut amener du stress puisqu'il agis sur la noradrénaline et la dopamine. Moi j'avais 150 mg au départ ont la augmenter a 300 mg. J'ai pas senti le changement s'installer. Je peu te dire par contre que jetais beaucoup réveiller j'avais de l'énergie. Dernièrement ont la diminuer car je fesais des crises d'angoisse. La j'ai vu un gros changement en le diminuant. Moins d'énergie, j'ai recommencer à faire mes sieste et le réveil est plus difficile le matin.

Moi a mes rendez vous j'oublie des choses à dire. Ou je sais pas comment les dire comme si sa veux pas sortir de ma bouche. Je pense qu'ont se sens tous un peu comme sa. Par contre je cache rien et je ment pas à mon psychiatre.

Itsabell
Messages : 755
Enregistré le : 21 août 2016, 23:25

Re: Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par Itsabell » 22 nov. 2018, 19:56

Moi maintenant j’écris un courriel à ma psychiatre (mon infirmier qui lui transfère) ou parfois elle me réécrit pour me réconforter. Ça fait que tout est bien compris.

J’ai des grosses difficultés de communication..,

skyhight43
Messages : 415
Enregistré le : 20 oct. 2017, 12:54

Re: Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par skyhight43 » 24 nov. 2018, 08:01

Salut Suegag
Juste pour te dire que j'ai pris wellbutrin qui m'a amener en virage maniaque alors il a été cessé je prend maintenant pristiq et réméron.
Courage et lâche pas tu vas finir par trouver une bonne combinaison fait confiance a ton psy et surtout bienvenue sur le forum au plaisir de te jaser
Le voyage est un retour vers l'essentiel.
Proverbe tibétain

Suegag
Messages : 150
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par Suegag » 14 déc. 2018, 19:31

Bonjour chers amis virtuels,
Je m’excuse de ne pas avoir répondu, j’avoue avoir été très touchée par vos réponse... j’ai perçu beaucoup de souffrances à travers vos témoignages. ça remet les choses en perspective, je suis plus patiente. Mais je suis vraiment écœurée d’être malade.
J’ai délaissé mon suivi avec mon ts II me coûtait 100$ la séance pour débuter un suivi psychologique gratuit en GMF. Ça brasse de ce côté...
Côté médocs, wellbutrin 300mg, cipralex 5 mg à partir du 26, Lamictal à 200mg, rivotril, O,5mg 3 fois par jour, trazodone 150 mg le soir et seroquel 25 mg au besoin, sans oublier l’alertec, que je prend 200 mg le matin et 200mg le midi.
Malgré tout, j’ai connu un 10 jours de dépression intense avec tous les putains de symptômes dont le désespoir. Puis une dépression moins pire avec moins de flash suicidaires et humeur moins apathique. Ça fait une vingtaine de jours que je suis sur ce beat.
Toujours en arrêt depuis février dernier. Trop fatiguée pour avoir du courage, mais j’y crois encore. Le désespoir, c’est dangereux, et ça fait trop mal. Le découragement, j’arrive mieux à endurer.

Et vous, comment ça se passe? En rétablissement, en dépression, en euphorie ou en stabilité?

blondebleue
Messages : 1761
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par blondebleue » 14 déc. 2018, 22:32

Suegag a écrit :
14 déc. 2018, 19:31
... mais j’y crois encore...
Cette phrase m’a profondément touchée. Il y aura une fin à ta dépression. Sans t’en rendre compte tu fais preuve de courage. Le courage c’est jamais quand c’est facile. C’est quand on se bat parce qu’on y croit. Merci de nous rappeler cette belle phrase.

Suegag
Messages : 150
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Tranche de vie et questionnements sur la dépression

Message par Suegag » 15 déc. 2018, 19:59

Merci blondebleue, c’est vrai que ça prend du courage pour aller de l’avant xxx surtout quand t’as peu de résultats.
J’étais pas mal stressée à mon rendez-vous, j’avais écrit des notes chaque jour pour en faire un résumé. Elle a remarqué que ce que j’avait relvé c’était surtout des critiques envers moi- même... C’est vrai, mais ça me gêne qu’on le décèle aussi facilement alors que moi, la plupart du temps, j’m’en rend pas compte. Mais je peux être très vilaine avec moi, je me juge sans arrêt, c’est difficile de me foutre la paix depuis que j’ai tombé. Mais c’était mon genre avant aussi, en moins intense. Je pense que je n’accepte pas la maladie et que je me sens nulle d’être comme ça...

Est-ce que ça influence votre humeur/anxiété quand vous avez rendez-vous avec le doc des pilules?

Répondre