Culpabilité et maladie bipolaire

(maniaco-dépression)
melaniecoeur
Messages : 536
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 30 nov. 2018, 18:08

Allô, comment ne pas se sentir coupable d'être mal en point a cause de la maladie ?

Exemple : dire non a une sortie avec des amies, pcq on est hospitalisé ? Ou malade en down chez soi ?

Ça fait plusieurs fois que ça m'arrive et j'ai du mal a dire non ?

Je me sens très coupable d'avoir des troubles de l'humeur.

Merci

melaniecoeur
Messages : 536
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 02 déc. 2018, 17:40

Allô

J'en reviens pas, ça intéresse ni interpelé personnes ? Je ne crois aucunement que personne ça lui ait arriver de se sentir coupable ?

Je suis déçu.

Mélanie

Plexus
Messages : 178
Enregistré le : 16 août 2010, 06:59

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par Plexus » 02 déc. 2018, 17:50

Allo Mélanie,

Je te comprends, tu vois aujourd'hui c'était la fête d'une de mes filleules le matin pour un brunch et en PM le spectacle de danse de mes deux autres nièces, je suis une ma tante très présente dans leur vie, bien je ne me suis pas présentée à ni un ni l'autre et c'est pas la première fois que ça arrive. Bon j'ai un mauvais rhume mais pas juste cela, je me sens pas bien, dépressive, anxieuse, pas envie d'entendre du bruit, trop de lumière, trop de monde.

Ce matin et maintenant je me dis : c'est assez de vivre pour les autres et me morfondre... Si tu regardes les autres, est-ce qu'ils vivent leur vie pour toi ou pour eux ? Alors tu ne te sens pas bien, tu ne te sens pas bien c'est tout. Et ceux qui ne comprennent pas, c'est triste mais peut-être qu'ils ont un travail à faire sur eux même. Mais le manque de compassion est souvent relié au manque de connaissance et la capacité à avoir de la compassion pour les autres. Le mieux est de dire la vérité : non, je ne me sens pas bien...

Je sais comment on se sent poche, coupable, qu'on se morfond, c'est ce que je fais chaque fois, mais aujourd'hui j'ai décidé que je vis POUR moi. Donc les gens me prendrons tel que je suis... J'écrivais justement à mon amie à ce sujet tantôt, une amie qui me comprend, en fait la seule avec qui je me sens moi-même à 100% ... Donc sujet à point.

C'est normal de se sentir coupable, poche, pas dans le coup, mais en même temps s'aimer soi-même c'est se respecter, et tu es la seule et unique personne qui peut prendre soin de toi. Certaines personnes peuvent t'aider à prendre soin de toi, mais en gros, on est souvent les mieux placé pour le faire. Je pense qu'avec le temps qui passe, je me sens moins mal de dire non, je réalise que les autres ne font pas leur vie en fonction de moi donc je n'ai pas à faire la mienne en fonction des autres ... C'est égoiste un peu mais on doit se protéger.

En gros, je te comprends car je vis souvent cela, quand on ne se sent pas bien on doit y aller par priorité et alléger, ce qui implique de dire non. C'est parfois une question de ''survie''... S'isoler pour se réénergiser. On passe à côté de certaines choses, mais on peut se reprendre quand ça va mieux... Les gens qui ne comprennent pas, tant pis pour eux, on peut juste pas faire autrement...

Courage !

melaniecoeur
Messages : 536
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 03 déc. 2018, 17:44

Merci pour ton message. Ca me fait du bien et ca va me permettre de voir que je suis pas la seule a avoir des troubles de l'humeur et qui se sent coupable devant la famille. Il faut apprendre a dire non, sans se sentir coupable. Tu fais bien de t'affirmer. Cest non, cest non. Comme au jour de l'an, je vais chez mon père, il fait un party dans une salle et on est 50 personnes, ca m'épuise vite, je lui ai dit que je partirai a 9h. Désolé, cest ca ou rien. Je vais aider a monter la salle avec mon père et mon frère. Il faut savoir mettre ses limites. Mon père me dit que je suis grosse, je pèse 150 lbs. Je mesure 5-5. Il est habitué a me voir a 100 lbs. Je lui ai dit que je m'aimait comme ca. Et que les commentaires m'importe peu. Assez que mon ancien chum m'a laissé pour ca. Criss de con. On a été 13 ans ensembles. On peut tu être ce que nous sommes? Il y a toujours qqn qui est jamais content dans la famille. Soit a cause de nos humeurs, poids, etc... J'ai 41 ans, bientôt 42 ans. Alors, je vais apprendre a m'affirmer. Merci je me sens moins seule avec ca. La maudite culpabilité. !! Nous faisons de notre mieux.

Plexus
Messages : 178
Enregistré le : 16 août 2010, 06:59

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par Plexus » 05 déc. 2018, 10:42

Tu as tout à fait raison de dire tout de suite une heure précise de départ, comme cela les gens importants pour toi ne seront pas surpris quand tu vas partir. And that's it. Ça ne t'empêchera pas de reste si tu veux rester... Les gens vont s'habituer à cela. Tu dois te respecter, c'est ta santé en priorité, pas de santé on a pas grand chose, donc on doit faire malheureusement des choses qui nous font sentir mal par rapport aux autres, mais les gens qui t'aiment doivent et vont le comprendre. Sinon il leur manque un boute de quelque chose dans leur tête ;-) Ton chum t'a laissé parce que tu as pris du poid, ouff, raison de plus que tu ne l'ais plus dans le décor. C'est pas une bonne et vraie raison, l'amour va au delà de cela. Il n'a pas été honnête, et plutôt blessant de te dire cela. Un homme qui t'aime va t'aimer que tu pèses 100 ou 150 livres et surtout il va t'appuyer dans ce que tu vis et ce que tu veux. 41 ans c'est le tournant d'une vie. On évalue nos 40 premières et on fait un bilan, positif et souvent dans notre cas plus ou moins positif hihi À force de souffrir on a raison d'être inquiets des futures 40 prochaines années à venir hihi Mais justement pour mieux les vivre, on doit se respecter, et se respecter c'est ne pas de se mettre de la pression pour se faire aimer. Vivre pour NOUS et non pour les autres ... Oui les autres sont importants mais notre santé l'est selon moi encore plus si on veut justement pouvoir être disponible pour les autres. Être à l'écoute de soi, prendre soin de nous. Facile à dire quand on se sent bien (je ne me sens vraiment pas bien ces temps-ci) mais l'expérience de vie m'aide à mieux me connaître et m'aide à me respecter plus. Fini de me forcer pour faire plaisir, je suis déjà très attentive aux autres et généreuse de nature, donc quand je peux pas je PEUX PAS. Peu importe la raison. Quand je te dis que les autres font leur vie sans te consulter avant bien faut faire la même chose et arrêter de culpabiliser d'être malade st-cibole hihi... Je réalise aussi que j'ai le sens du drame, ma sensibilité m’amène à ressentir tout x 100... Trop c'est comme trop. Trouve ce qui te fait du bien dans la vie, on cherche trop loin. J'aimerais avoir une vie EXTRAORDINAIRE ... mais qui a tant que cela une vie EXTRAORDINAIRE hahha ... La nature, la tranquillité, le calme sont des choses qui me font du bien. J'ai découvert après plusieurs années dans l'action que la nature est pour moi ce qui est le plus EXTRAORDINAIRE au monde et pourtant moi qui voulait me créer une vie extraordinaire! C'est souvent dans la simplicité qu'on trouve la réponse et pour moi la nature c'est ma meilleure thérapie. Bon voilà j'ai sortie du cadre mais j'avais envie de te partager cela ce matin. :D

melaniecoeur
Messages : 536
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 05 déc. 2018, 15:48

Oui, mets en. Cest comme ca, sinon, je n'y vais pas. Mon père est averti d'avance. Cest pcq cest lui qui fait le jour de l'an, car si cest un autre, je n'y vais pas. Je vais y aller pour l'aider et lui faire plaisir. Après, on me dit que je suis égoiste??? Et oui, tu as raison, cest ma santé qui passe en 1er. Surtout, ces temps ci, je suis très fatiguée, il fait toujours gris. Ca m'aide pas. Je dormirai jusqu'au mois de mars. J'ahi ce temps de l'année.

Oui, je suis pas mal sûr quils vont comprendre. Malgré a Pâques en 2016, je sortais de l'hopital. A cause dune TS sévère aux soins intensifs, pendant 3 semaines et quand jai été chez mon cousin, je sentais un gros malaise de la part de pas mal de monde, en lien avec ce que j'avais fait, mon frère me repoussait quand je m'approchait de lui et mon père aussi. Ca faisait une semaine que jétais sortie de l'hopital. A ma sortie, mon père avait mis le téléphone sur la table ne m'obligeant d'appeler mon cousin pour dire que je vais y être avec mon père. Mon père avait un gros pouvoir sur moi et me menais par le bout du nez, quand jai resté chez lui en 2015=2016. J'étais malade et personne ne comprenait. Je ne voulais pas aller la. La famille a mon père a 60 personnes et ils vivent dans l'ancien temps. ILs vont pas a l'hopital, ni pilules, ils préfère prendre un coup, boire de la bière et du vin. La plupart sont alcoolique. Je vient dune famille dysfonctionnelle et alcoolique. Oui, je pense quils leur manque un bout dans leur tête. ILs connaissent pas l'autisme et la santé mentale du tout. Pour eux, jai rien. Ma mère est mon frère vivent dans le déni et pour eux, jai rien. Cest une excuse. Imagine tu ma famille?? J'ai grandi la dedans et en plus de vivre de l'intimidation a école du primaire au secondaires et même sur le marché du travail. J'avais tout ca sur le dos. Javais beau le dire a mes parents et ils faisait rien. JÉtais une enfant. Merci mon dieu, je suis adulte et je suis plus heureuse dans un sens. A part la maladie, il faut dealer avec, apprendre a l'accepter et se sentir reconnu aussi, compris la dedans et que cest pas la faute a personne. On l'a pas choisi d'être bipolaire.

Mon ancien chum, cétait un cave. Après 13 ans, il aurait du y penser avant. Il savait comme j'étais. Je n'étais pas si grosse que ca. IL voulait qu'ons reste amis et jai dit non. J'ai dit tu me laisse, bien, oublie moi! OUI, ca été blessant. Mon père me trouve grosse et trouve que je dors trop, prend trop de médicaments. Il comprend pas. J'ai pas trop le choix, sinon, je suis très malade et feel très mal. IL comprend pas. Encore moins ma mère et mon frère. Maintenant, je m'éloigne de ma famille car ils sont pas très aidant. Reproches, négligeance, abus de pouvoir et me faire sentir coupable. Ma mère et mon frère, sont négligeant et pas présent pour moi. Mon père est le seul. Mais encore la. IL veut me prendre sous son emprise et me manipuler, que je dépende de lui, genre. Je suis indépendante et je m'affirme bien plus envers lui. IL a plus le dessus sur moi. J'ai bien hâte de rencontrer un autre homme qui va m'aimer comme je suis. Ca fait 5 ans et demi, je suis un peu tannée. Cest difficile d'être seule. Surtout quand ta famille est pas vraiment la. Cest vrai que 41 ans, cest le tournant d'une vie. On fait des bilans. Quand mon chum, m'a laissé, il avait 40 ans. IL acceptait pas ca, je pense. IL se trouvais laid, vieux. Il avait peu d'estime de lui. Je souhaite de mourir a 50 ans. Ca va être assez de souffrance pour moi, sur la terre. Depuis que je suis petite que je souffre. Je ne veux pas me rendre a 80 ans. On voit les vieux dans les hospices et cest pas drôles. ILs ont 1 bain par semaine, yark. Ca pas d'allure. A moins d'être riche et pouvoir avoir plus de soins dans une bonne résidence.

Cest important de se respecter, de prendre soin de soi. Car personne va le faire a notre place. Quand jai été a l'hôpital la semaine passé, on m'a parler de rester dans un foyer de groupe. Car je vais souvent a l'urgence, a tous les mois, depuis août. A cause que je suis down et que jai des idées suicidaires. Ma médic est pas stable. Je suis sur lamictal depuis 2 semaines. Ils ne savent plus quoi faire avec moi. Ils disent que je serai entourée, avec du soutient et plus de services. Ca m'a fait peur. Je reste seule dans un HLM. loyer modique. En plus de mon séroquel, lyrica, paxil. Oh que oui, vivre pour nous, pas pour les autres. Certain notre santé passe avant. Si le monde comprenne pas, ca nous appartient plus. Quand j'avais fait ma TS en 2016, ma mère venais me voir a lhôpital et elle disait que je coutait cher au système et elle me criait après dans le couloir. Elle voulait absolument entre dans le bureau avec moi et la psychiatre et même lui parler seule a a seule. J'ai dit : T'a de quoi a cacher? J'avais 39 ans. J'avais le droit de refuser quelle entre. Mais elle faisait sa victime et me manipulais d'une facon pour que je dise oui. De même quand son chum et elle sont venus me chercher chez mon père pour aller a la cabane a sucre, je sentais un malaise, de la part de son chum. Ca lui dérangeais de venir me chercher, jétais très blessée encore. Comme tu peux voir, ma famille est spéciale. Je prend mieux soin de moi en étant loin de ma famille. Toi aussi, tu te sens pas bien ces temps ci? Cest pas facile la noirceur a 4h. ILs devraient abolir ca le changement d'heure. Cest bien, tu fais un bon travail sur toi. As tu de l'aide d'une ergo? On ma fait l'offre de me faire évaluer par une ergo en psychiatrie pour voir mon niveau de fonctionnement, lundi passé. J'ai refuser car j'avais trop peur, je suis sortie dimanche soir de l,hopital.

Toute facon, je vais voir mon psychiatre le 19 déc. Moi, cest pareil, je me force a faire plaisir aux autres. Sinon, cest pas long que l,on me fait sentir coupable. Cest bien d'être attentive aux autres et généreuse. J'essaie aussi d'être le mieux que je peux. CEST bien, tu mets tes limites, moi aussi, cest ce que je me pratique a faire. Hi,i,hi,hi, il a de l'humour cest bien! Les autres finissent par nous rendre malade. Même ma mère a oser me dire que je la rendais malade! Mon père me guelais, parlait fort souvent après quand je lui parlais de ma mère, il était saoul. ILs font leur vie et je fais la mienne. A 41 ans, il est temps, ca suffit de me faire rejeter par ma mère et mon frère, ils ne m'acceptent pas. Je vois mon frère 5 x par année, aux occasions, mon père a peut près pareil. Cest pas mêlant, je vois plus on psychiatre souvent. Hi,hi,hi,hi!!!

Moi, cest aller a la piscine l'été, prendre du soleil, aller dans les parcs. Aller sur les terrasses, aller a la pêche. J'adore l'été, jahi l'automne et lhiver. Je suis déprimée. Été, je suis high. Cest bien de trouver ce qui nous fait du bien. J'ai un toutou béluga, il est doux. J'aime les lapins et les chats. La lune qui brille sur mon plancher de cuisine le soir. J'aime les couchers de soleil, aller en voyage, aller au resto. Magasiner et aller sur mon ordi. Nous faisons de notre mieux. Est tu bipolaire? Prend tu une médication? As tu un suivi? Merci de ton partage, ca fait du bien! Prend soin de toi!

Plexus
Messages : 178
Enregistré le : 16 août 2010, 06:59

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par Plexus » 06 déc. 2018, 14:05

Je dois t'avoue que ton message me touche beaucoup et merci de me faire part de toutes ces confidences. Tu as beaucoup souffert et l'envie de te donner la mort, me dis à quel point tu as souffert, je connais la souffrance mais je n'ai jamais fait de TS comme tu écris... J'espère réellement que tu trouveras la lumière en toi, même si ce n'est qu'une petite étincelle lors des moments de grandes difficultés où cette idée pourrait ressurgir dans ton esprit. J'ai eu des pensées de mort, j'ai déjà eu même une invasion d'idée de mort dans ma tête, avec un plan, et c'est à partir de là que je suis allée consultée. Mon histoire ''médicale'' est longue mais j'ai eu un diagnostique bipolaire 1 en 2007 pour ensuite avoir un diagnostique pas claire par mon nouveau psychiatre. Il redoute quelque chose de neurologique comme la douance, et bipolaire 2 finalement mais qui correspond pas à tous les critères. Une chose est certaine, je fais de l'anxiété généralisée qui m'amène à lutter constamment contre la dépression de marde ! hihi Comme en ce moment. Je fais de l'angoisse. Peur de mourir, peur de la perte des gens que j'aime, peur peur peur... Pourtant je suis plutôt une combatante dans la vie, mais l'arrêt de l'alcool et de l'antidépresseur m'a comme dégelée et là je suis à frette et j'ai l'impression que je suis une p'tite bébitte tout nue dans un énorme monde remplis de dangers hihihi Je sais que c'est over react. Je dois réellement me recentrer. Je suis suivie par un psychiatre, je prends maintenant seulement 100 mg de Lamictal. J'ai arrêté le seroquel il y a un an et le celexa il y quelques semaines en sevrage très progressif. Et là ouff je rush. Mon psy m'a prescrit du xanax et de l'Abilify, je ne veux pas prendre l'Abilify. Je veux attendre plusieurs mois pour voir comment mon état va s'améliorer ou non depuis l'arrêt de mon antidépresseur. Ensuite je déciderai. Donc je prend des petites graines de xanax pour ne pas capoter. Mon cerveau bouillonne de peur. Donc voilà pour ma condition mentale ces temps-ci.

Pour ta famille ouff, j'avoue que c'est tout un fardeau d'avoir dans l'empreinte de notre vie des parents mésadaptés. Tu as la chance d'avoir ton papa pour t'apporter un certain support, c'est important. Ta mère, c'est triste car une maman c'est vraiment important. Quand je lis ce que tu écris, je lis que tu as de la force ! Tu es toujours en vie malgré tout ce que tu as vécu. La famille, on la choisie pas. Et l'incompréhension, quand elle vient de la famille c'est triste et décevant. L'important est de te concentrer sur toi, te confier à des gens en qui tu as confiance, te protéger des situations qui te blessent, choisir tes sorties. Moi mon père est un anxieux chronique, qui a eu une enfance de ''marde'' et qui n'a pas été un père paternel et présent. Ma mère est dépressive biopolaire sévère hihi Je ris mais c'est pas drôle en fait ;-) Elle est de la génération des pauvres femmes victimes de la vie qui n'a pas pu faire les choix qu'elles auraient voulu faire. En quelque sorte elle n'a pas tord à ce niveau. Elle est présente pour moi mais j'ai longtemps vécu une forte culpabilité et pris sur mes épaules ses souffrances. Je suis une fille qui même à moitié morte, je déplace de l'air, ma mère elle est à moitié morte tout le temps, le genre que quand j'étais jeune restait couchée du matin jusqu'au soir. Une ambiance de mort. Donc, j'ai eu ma période où je lui en ai voulu d'être ce qu'elle est, mais au fond la maladie a été difficile pour elle, elle est moins forte que moi. Mais elle est douce, attentionnée et très importante pour moi. Mon père lui est immature de coeur... malgré sa grande intelligence cérébrale.

Voici une vidéo que je t'invite à regarder, mon amie qui me l'a envoyée pour que je n'oublie pas que notre vie, malgré les choses qu'on ne peut pas toujours contrôler, on peut l'améliorer par nos pensées et nos choix. Si ça te tente de la regarder, c'est plein d'espoir. Je devrais la regarder tous les jours pour ne pas oublier car la noirceur prend souvent beaucoup de place dans ma vie. https://www.youtube.com/watch?v=70Xg0cclf5Q

Écris moi tout ce que tu as envie de m'écrire :-) Bon PM à toi !

melaniecoeur
Messages : 536
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 07 déc. 2018, 13:06

Merci, je suis contente que mon message te touche comme ca. Je l'ai eu pas mal roff dans ce temps la. Que tu comprenne ce que jai vécu. Cest bon que tu ai eu le courage d'aller consulter a la suite des idées suicidaires. Ca prouve que tu prend soin de toi. Les psychiatres hésitent beaucoup a émettre des diagnostiques, je ne sais pas pourquoi, il me semble que cest simple, on fait des manies, dépressions, cest logique, non? Les troubles de l'humeur sont souvent accompagnés de troubles anxieux. Je lutte contre ca, mais avec ma médic, ca va mieux. Mais je n'arrive pas remonter la pente, je suis super épuisée, faitugée, plus de force. J'ai du mal a fonctionner. Cest peut être pour ca et le fait que j'allait beaucoup a l'urgences a cause de mon down et idées suidicidaires quils voulaient me placer dans un foyer de groupe quand jai été a l'hopital. Ouf, pas évident ton anxiété. As tu une médications? Juste le lamictal, cest pas assez. Moi jai mon séroquel qui me calme et m'aide a dormir, 650 mg par jour pour stabiliser mon humeur et mon lamictal, je suis a 75 mg. Pourquoi, as tu arrêté le célexa et le séroquel, ca aurait pu t'aider? Ce sont peut être pas les bon médicaments? Mets en une maman cest important, mais la mienne est absente. Elle voulait tellement une fille. Elle allait même faire bruler des lampions a l'église. La, je suis la et elle est pas présente. Elle m'a déja dit qu'elle n'avait pas demandé davoir une fille comme moi!! Cest blessant. Oui, mets en des parents mésadaptés. Pas fait pour avoir des enfants. Merci de trouver que jai de la force. Ca m'ent prend pour passer au traver la maladie. Je vais demander a mon psychiatre si je pourrais être suivi a la clinique de l,humeur pour une psychologue, ou psychoéducatrice? Je revois mon intervenante que en janvier ,car ils ferment pour les maudites fêtes. Non, certain que on choisi pas notre famille. J'en aurai choisi une autre. J'ai toujours été incomprise par ma famille. Cest très décevant comme tu dis et frustrant. Comme si on choisissait d'être malade. ILs ne sont pas dans notre peau. Cest ce que je fais de me conifer aux bonnes personnes. Sans que je sois jugée. Cest triste pour ton père. Cest aussi important un père. Cest très dûr de se sentir incompris par notre famille. Cest avec eux que l'on grandi. Ta mère aussi, est bipolaire? Moi, je ne sais pas sil en a dans ma famille. Ils sont pas diagnostiqués. Ils veulent rien savoir et sont orgeilleux, ils vont pas a hopital et prendre des pilules. Cest épuisant a la longue. Ca du pas être le fun l'ambiance chez vous. Moi aussi, mes parents s'engeulaient ou bien passaient des semaines sans se parler. Cétait une lourde ambiance. Merci de m'écrire, je me sens moins seule. Je vais souhaiter que ca aille mieux pour toi! Les fêtes arrivent. IL faut que j'aille porter un papier au CLE et ensuite chez Équilibre pour mes nouvelle orthèse. ca me tente pas. Ils pourraient ils me semble s'arranger par fax au lieu de me faire courailler comme ca, arrrggg, ca mets en rogne. Cest pas eux qui sont malades, hein?. J'ai appelé et ils disent que cest moi qui doit se déplacer. J'ai pas énergie, je suis tannée!!! Je me demande combien de temps je vais feeler de même? Ca fait 2 mois. Cest pas mal long. Cest long de me sortir de ce maudit down. J'en ai marre. Surtout que ma famille ne sait rien. Puis mon intervenante, je la vois qu'en janvier, cest toute le temps comme ca. Quand on en a besoin d'eux quils sont pas la! Merci d'être la! Bonne journée!


.

melaniecoeur
Messages : 536
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 07 déc. 2018, 17:48

Je suis mêle en ce moment. Je suis dans un gros down, depuis 2 mois, super fatigué, du mal a sortir du lit.. Quand j'ai été a l'hôpital la semaine passée, vu que j'y vais souvent, depuis août, a cause de ma phase down, dépression. Ça amène des idées suicidaires.

Mais, ils savent plus quoi faire pour m'aider. ils m'ont parler de foyers de groupe, que ça serai mieux, entouré et senblabes à hôpital, plus encadré plus soutenu, avec des services. Sauf que personne dans les 3 psychiatre que j'ai vu, m'ont parler de ça en détail. Savais peu de détails la dessus. 3 psychiatre, différents, ont jugé nécessaire de me faire placer. Qu'en pensez vous ???

J'avais peur. Ces temps ci, j'annule mes RV, activités, j'ai du mal a faire mes repas, lavage, commissions, me lever du lit. J'ai pas aide de ma famille. Je vie seule. J'ai 41 ans. J'adore mon HLM. Je ne veux pas le perdre. C'est pas facile de decider. Je vous mon psychiatre 19 décembre, je vais lui en parler. Merci

DemiLiard
Messages : 811
Enregistré le : 01 juin 2014, 07:46

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par DemiLiard » 07 déc. 2018, 23:30

Ouin, c'est un choix difficile. J'imagine que ça peut dépendre de ton tempérament. Mon frère était en appartement supervisé 35h/semaine puis il a dû aller en foyer de groupe. Initialement, ça a été un coup dur parce qu'il l'aimait bien lui aussi son appartement mais je crois qu'il apprécie le foyer de groupe finalement. Et c'est mieux que l'hôpital quand même puisque au moins il a son espace personnel, sa chambre, alors qu'à l'hôpital on peut être 4 par chambre en plus d'être à l'étroit dans les espaces partagés.

Une autre chose à considérer est la durée de l'hébergement. Moi je suis en appartement supervisé 24/7 et on peut rester 3 ans maximum, sauf que j'étais en appartement régulier avant ça donc je ne perdais pas un HLM comme ça pourrait l'être dans ton cas.

Répondre