Culpabilité et maladie bipolaire

(maniaco-dépression)
DemiLiard
Messages : 811
Enregistré le : 01 juin 2014, 07:46

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par DemiLiard » 13 déc. 2018, 21:47

J'ai une intervenante à l'appartement que je vois 1 fois semaine. Mon psychiatre je le vois aux 3.5 ou 4.5 mois. Je vois une infirmière aux 6 mois pour le suivi de la clozapine. C'est un des défauts de la clozapine, ça demande un suivi plus serré. Présentement je dois faire des prises de sang aux mois mais au début de la prise de médicament il faut y aller à chaque semaine.

C'est plate que tu ne t'entendes pas avec tlm dans ta famille, mais c'est bien que tu sois capable de mettre tes limites et de faire attention à toi.

Je suis content de lire sur ton autre post que tu remontes la pente. Tu devais commencer à avoir hâte, c'est long longtemps quand on ne va pas bien...

Bonne soirée à toi.

melaniecoeur
Messages : 533
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 14 déc. 2018, 11:59

Ah super, au moins tu as qqn pour parler si ca va pas. Moi aussi, jai eu intervenante que je vois aux semaines. Mais ca fait relache pour le temps des fêtes. Je trouve ca poche. Car desfois cest la que tu as besoin le plus et elle peut pas te voir. Mais par contre, elle m'a dit si il y avait une urgence, elle était la. Elle est très gentille. Elle a faxé une demande au guichet en santé mentale du CLSC. Elle a dit que j'avais un trouble bipolaire suspecté. Mais j'aurai du lui dire que a l'hopital, ils m'ont dit que j'avais un trouble de l'humeur. Mon psychiatre, je le vois aux mois ces temps ci. Pour stabiliser mon humeur et voir avec le lamictal. Je suis rendu a 100 mg. Je sais la clozapine, il faut un suivi assez serré.

OUi, mets en que cest plate une famille dysfonctionnelle et alcoolique. Ils sont pas en mesure de comprendre et de m'aider. Et jai une amie d'enfance, qui habite en campagne et elle a pas auto, ni moi. Alors, on se voit qu'une fois par année. Cest peu. Je le dis souvent aux intervenants, psychiatre pour quils en tiennent compte. Que cest malheureusement le cas et je suis pas vraiment entouré a part mon psychiatre et mon intervenante. Mes proches sont la, mais nont pas les reins assez solide. ILs ont leur propre problèmes a eux. Au moins, oui, je mets me limites et je m'affirme avec eux et j'apprend a dire non.

Merci d'être content que je remonte la pente. Ca fait du bien. Je suis contente moi aussi. Enfin. coline. MOn lamictal commence a faire effet et jai 2 super pharmaciens. Ils sont a l'écoute et m'encourage, prennent le temps. Je suis contente de communiquer avec toi, ca fait du bien et on peut se comprendre dans la maladie. Nous nous ressemblons un peu quand même. Au moins ca va mieux avec ton clozapine?

J'ai donné mon nom pour faire des ateliers a Revivre sur le trouble bipolaire et en 2e choix sur l'estime de soi.

Merci de m'écrire et de me lire.

Suegag
Messages : 149
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par Suegag » 15 déc. 2018, 20:43

Mon truc, ou plutôt mon but c’est de rester authentique, branchée sur mon cœur, et d’y aller avec ce que ça me dit. J’essai de ne pas me justifier. Faut dire que ma famille est loin alors ça m’épargne un paquet de problèmes!

Suegag
Messages : 149
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par Suegag » 15 déc. 2018, 21:01

Et puis l’autre soir, je suis allé à une fête que j’appréhendais pour toutes sortes de raison. Comme je n’aime pas faire le tour pour embrasser tout le monde avant de partir, j’ai informé les hôtes et suis partie sans aller voir personne! J’avoue que ça n’a pas été facile, mais j’étais heureuse d’avoir épargner la bise/poignée de main et parfois le petit jasage qu’on a pas eu le temps de faire durant la soirée".............. Arkeeeeeee! Faut penser à soi parce les autres ne le feront pas, la plupart ni comprennent rien à ce que tu vis anyway.

melaniecoeur
Messages : 533
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 15 déc. 2018, 22:34

Cest mieux oui, de rester nous même. Car de toute facon, on est jamais adéquat pour personne. Trop maigre, trop grosse, dors trop, tu prend trop pilules, bouge, Tu avance pas, tu veux rester dans ton mal, continu et tu vas te ramasser seule, je te le dit. Tu nous rend malade, toi et ton père! Arrête de faire des conneries! Donne toi un coup pied au derrière! Je ne peux pas te voir, il faut que je me lave la tête! Ah oui, moman, ca te prend la journée a te laver la tête! Ah, jai pas demandé a avoir une fille comme toi! Venant de ma mère en 2016. Je venais de lui payer un souper chez Mike's. Elle m'a abandonné dans le parking et que je suis démerder pour rentrer chez mon père en bus, elle m'a dompé seule dans le parking et elle est partie avec son auto. Cest fin, hein de la part d'Une mère!?? Je peux bien plus avoir envie de lui parler. Elle ne fait plus partie de sa vie.


Tout ces paroles entendu a maintes reprise par mon père et ma mère, 2015-2016. Oui, maintenant, cest mieux, dieu merci. Je suis loin de ma famille, cest une famille dysfonctionnelle et alcoolique. Cest pas eux qui vont me remonter d'Une dépression, down. Cest moi toute seule. IL faut être fait fort en coline! Une chance quil y a ici pour en parler, jai un psychiatre et une intervenante en santé mentale. Des activités aussi la semaine et les fins de semaines.

melaniecoeur
Messages : 533
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 15 déc. 2018, 22:56

Ah mon dieu que je me reconnais, il faut pas juste être autiste pour détester les becs, les poignées de main. Ca me console, car moi aussi, jaime pas ca. Quand cest le temps de se dire bonne année, je m'en vais dans un coin et personne m'achale, jai lair sauvage mais j'ahi ca. Les becs dans les lunettes, la peau grasse, les poignées de mains, yark, mets en! J'ai jamais aimé les becs, même venant d'un chum, qui m'embrasse longement, j'étouffe et ca ménerve, un petit bec sur la bouche, ok.

Je suis pareil moi aussi, je dit bonjour a tout le monde en saluant de la main. Pas besoin de faire le tour a 30 personnes, ca m'écoeure et cest inutile, les : Bye, A la prochaine! x 35, sans compter au début : Allô, ca va? Oui, toi? X 35 avec un bec. Nous les femmes cest pire car il faut embrasser les hommes aussi. Tandis que les hommes épargne les becs entre eux, ils embrassent que les femmes. Le monde pensera ce quil voudra, mais moi, j'aime pas ca, ca fini plus et ca sert a rien, cest juste du niaisage. Cest une des raisons pourquoi, jaime pas les partys de fête, noel, mariage, enterrements etc... Tu es courageuse d'être partie sans dire bonjour a tout le monde et félicitation d'avoir averti les hôtes. Cest sûr que ca demande du courage et cest pas facile.

Je ferai la même chose le 31 au soir au party du jour de l'an chez mon père. Nous sommes 50 personnes. Cest pas comme si jétais juste avec mon père et mon frère. Je suis a presque 42 ans. IL faut apprendre a dire non. Et je réussi. Je reste pas jusqu'a 1h du matin, même 2h. Mon père est toujours le dernier a partir. Je vais l'aider aa monter les tables dans la salle et fêter un peu et je repart chez nous en bus et en métro, je suis prête a faire 2h de trajet. Je veux coucher chez nous dans mes affaires. Même si mon père m'achale pour que je dorme chez lui pour quil ne soit pas seul le 1er janvier. Je dois cesser de me sentir mal, quil soit seul. Avoir un chum, ca arriverai pas, il ne m'achalerai pas pour dormir chez lui. IL sait que je suis seule. Mais je change pas d'idée. OH que non!!!!!

melaniecoeur
Messages : 533
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 15 déc. 2018, 23:13

Tu as bien raison la dessus aussi, il faut penser a soi car cest pas les autres qui vont le faire a notre place. Certainement, le monde nous comprend pas. ILs sont pas dans notre tête! Et nous sommes pas dans la leur. Quel que tu sois, on est jamais correct de toute facon. Autant être ce que nous sommes et heureux de l'être. IL faut penser a soi et ensuite, penser aux autres. Cest pas facile a entrer dans ma tête! Quand toute ta vie, tu t'est fait reprocher que tu pensais qu'a toi même et te faire traiter d''égoiste!! Cest eux aussi qui ont un travail a faire sur eux, car sils nous comprennent pas, cest qu'ils faut quils prennent plus conscience de qui nous sommes. Nous avons nos fragilités. Cest comme ca et nous faisons de notre mieux. Sils font du déni, cest quils sont pas capable de regarder les choses en face. Cest le cas de ma mère et mon frère, ils sont dans le déni total et ils me disent que cest des excuses que je me donne, que cest léger, bla,bla,bla....Que j'ai pas de DX, que je cherche juste des DX, troubles, mettez en! J'en ai pas 56. TDA, Autisme et bipolaire. Ca fait assez chez une même personne, je fais de mon mieux, mais personne le vois, jamais. Mais eux ne veulent pas voir. Tant pis pour eux. Rendu la, ca m'appartient plus. J'essaie de me libérer!

Suegag
Messages : 149
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par Suegag » 16 déc. 2018, 10:22

En fait, j’avais confié à mon ami que ça m’énervait de partir avant tout le monde parce que j’aime pas faire le tour (surtout quand y’a personne que je fréquente régulièrement dans place :roll: .. Et il m’a dit que c’est correct de partir et il ajoute: on dit que c’est faire du Ghosting ou ghoster (en français). Je savais même pas que ça se pouvait. Alors les hôtes, j’avais envie de leur dire au revoir et j’ai salué quelques personnes au passage... mais ça vient d’où cette affaire là? Je sais pas si je pourrais le faire au jour de l’an. En fait, ghoster c’est partir comme un fantôme alors faudrait que je parte avant minuit, comme cendrillon :lol:

melaniecoeur
Messages : 533
Enregistré le : 19 sept. 2016, 18:05

Re: Culpabilité et maladie bipolaire

Message par melaniecoeur » 16 déc. 2018, 16:23

Cest justement, moi aussi, j'aime mieux partir en même temps que qqn d'autre. Ou bien vite sans qu'ons s'en appercoive.

Avec la famille que jai, ca donne pas trop envie de rester la trop longtemps la. Il faut que j'arrête de me sentir coupable de dire non et mettre mes limites. T'a tu lu sur ce que jai écrit sur ma famille tout les reproches qu'ils m'ont fait? Ca été très dûr. Tu as assez d'être malade sans te faire culpabiliser sans cesse?, non? En tout cas, je suis bien fière de partir seule chez moi le 31 décembre. Pas obligé de rester la de 3h a 1h du matin. Cest extrêmement long. Nous sommes pas 10, mais 50 personnes. Pis encore la, jaime pas me coucher a 2h du matin. Le lendemain, je suis tout a l'envers, fatiguée, dérêglée.

Je vais voir mon psychiatre mercredi, je vais lui demander sil peut me référer en clinique externe pour un suivi pour mes troubles de l'humeur. Ca me prend un suivi, j'en ai pas, genre avoir une TS, un groupe ou thérapie. Mon psychiatre est pas un psychologue, je suis dans son bureau 15 minutes.

Au moins, ca va mieux avec mon lamictal. J'ai hâte que l'on regagne des minutes, il fait quasiment noir a 4h, j'ahi ca a mort. J'ahi l'hiver pour tuer. Le froid, il fait trop noir de bonne heure. Cest plate. Je ne sors même pas dans ce temps la. Je reste au chaud. Je fais aucun sport d'hiver. Vive l'été, en plus, jaime ca, jai des highs l'été. J'aime être en high, mais pas quand je deviens super irritable au point de me battre, ca va tellement vite dans ma tête dans ce temps la. En septembre, jétais a la pharmacie et je demandais de l'aide car je ne m'endurais plus et ils ont appelé la police et l'ambulance, ils m'ont ammené a l'hôpital. Puis une infirmière, pas très fine, je disais de me taire car j'arrêtais pas de parler. Oufff.

Répondre