Journal de bord

(maniaco-dépression)
Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Journal de bord

Message par 3.14R » 26 févr. 2019, 11:52

Merci Izaza,
c'est le fun de voir quelqu'un qui va bien sans être en manie.
_____

J'ai le moral pas mal à plat. J'essaye de rester positif, j'imagine que vendredi on va mettre en place de nouvelles stratégies pour me sortir de ce merdier.

Izaza
Messages : 500
Enregistré le : 25 sept. 2017, 20:30

Re: Journal de bord

Message par Izaza » 26 févr. 2019, 12:09

Je te le souhaite de tout cœur....

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Journal de bord

Message par 3.14R » 27 févr. 2019, 18:02

Bonjour,

journée maussade aujourd’hui. J'ai dormi de 23h à 10h, donc 11h de sommeil et à 13h je retourne au lit jusqu'à 16h. Wow. Grosse journée de production.

C'est ça pour l'instant. Vendredi matin mon rdv avec mon psy.

Demain soir mon cours de photo, vendredi matin rdv avec psy, vendredi midi je vais chez mon fils pour quelques heures. Ça va me faire du bien de voir du monde.

Mon esprit est brouillé, j'ai tenté d'écrire un peu mais je suis pas capable de faire le focus nécessaire même en écriture spontanée. Ouach.

Me reste qu'à attendre que ça passe.

Je tente de placer des pièces de casse tete par ci par là, je colorie un peu par ci par là, je dors par ci par là, au moins je n'ai pas le stress de devoir travailler dans cette condition. Ah, j'ai lu aussi, quelques page dans Harry Potter. Je suis rendu où il a sa cape d'invisibilité et il a vu sa famille dans un miroir. Si je le termine, ce sera mon premier livre en deux ans. Probablement trois ans. Si je peux reprendre la piqure de la lecture..

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Journal de bord

Message par 3.14R » 28 févr. 2019, 13:27

Je ne croyais pas revisiter cet aspect de la maladie. Je savais que ça allait surement arriver mais je ne croyais pas le revisiter maintenant. Je pensais à ça comme on pense à la mort, un jour oui, un jour. Maintenant que je suis devant le fait, je dois bien admettre que non, c'est pas évident. Je SAIS que c'est temporaire mais quelle désolation que de devoir dormir 16h par jour et de devoir passer les 8h qui reste dans une forme de léthargie proche de l'abrutissement.

Il fait soleil en Gaspésie. Le ciel est sans nuage, je vois un bout de la mer dans un ton bleu-acier, gris. J'ai une envie irraisonnée de faire des choses tandis que mon corps est paralysé. Aujourd'hui, FAIRE n'est pas un verbe qui se conjugue. Mon corps est reposé, calme, trop calme. Il craint les vibrations. Je n'ai pas répondu au téléphone et je n'ai pas regardé qui appelait. Pas la force de me confronter au monde. Je crains le chaos et l'auto-destruction. J'ai ce goût irraisonné de détruire ce que j'ai passé des mois à construire. Ne pas laisser de trace de mon passage. Ce qui avait de la saveur, de la couleur, de l'intérêt pour moi n'en a plus. Je reconnais là un trait de ma maladie. Dénuement total et brut. Tel que je suis. Du sable et du vent. J'ai cette sensation désagréable d'être rendu au bout de ma route. Si je regarde par dessus mon épaule pour me rassurer que je n'ai pas perdu mon temps je n'y vois que quelques traces qui s'effacent dans le blizzard. De porter ma vie m'a brisé la colonne. Face au vent je courbe le dos, mes pensées errent, telles des feuilles sans arbre, désolation.

J'ai creusé un trou pour y passer l'hiver et je crains que le printemps n'arrive trop tard pour m'en déloger. Je parle, dans un silence abyssal, comme celui qui ne veut plus souffrir. Pourtant, j'ai dans les mains le magma de ma propre essence. Je me forge à même la douleur. Elle est ma flamme, celle qui me tient en vie. Je ne peux reprocher au feu d'être brûlant. De trop m'en approcher me fait craindre le pire. Rattraper un funambule dans sa chute.

Mieux vaut m’asseoir le cul sur une chaise à regarder vieillir une roche plutôt que de chercher à comprendre ce qui m'arrive. Faire ne se conjugue pas. Je ne détruirai rien. Il demeure en moi assez de conscience pour savoir que ça passera. Comme passent les crises de panique. Un trou où j'ai passé l'hiver.

:- Écriture spontanée -:
_______

Le premier degré c'est pour les jours de conscience. Les jours où je crois que je connais les choses. Vivre n'a pas vraiment de but autre que son propre but, vivre. Tout est tellement différent d'un Être à l'autre. Le partage permet de mesurer la profondeur de certaines pensées mais chacun y va à sa manière. Aucune pensée n'est absolue. Nous comprenons les choses selon les filtres que nous appliquons aux mots. Il n'y a pas de but. Juste une envie de visiter la vie. Même de visiter le côté noir possède un certain charme. Avancer seul dans les ténèbres alors qu'on entends le bruit des annonces télévisées a quelque chose d'anachronique. De bizarre. De mystérieux et parfois de majestueux.

J'imagine que plusieurs ici possèdent en eux cet aspect-là de la solitude: isolé dans la foule, malgré la foule. Se sentir si différent qu'il ne reste que l'isolement pour demeure. Se réfugier à l'intérieur de soi pour ne pas mourir noyé dans la foule incompréhensive. J'ai tenté de me révéler parfois. Abasourdit. Générer la peur chez l'autre ne me rassure pas. Les gens en général ont peur de la maladie dont je souffre avant même de savoir que j'en souffre. Ne pas le dire. Ne pas dire aux autres que je suis bipolaire permet une meilleure insertion sociale. Paraît-il. Je n'ai pas l'occasion de me taire car je n'ai pas l'occasion de parler.

Comme vous le voyez, je file pas très fort ces temps-ci. Je limite mes interventions littéraires car je visite un aspect désagréable de la maladie, la dépression. À moins que ce ne soit qu'une déprime d'hiver et qu'en mars tout entre dans l'ordre?

Ce soir c'est mon deuxième cours de photographie, j'espère qu'il y aura des interactions avec les gens et j'aimerais demeurer chez moi, me cacher du monde, disparaître.

Demain matin je rencontre mon psychiatre, j'ai confiance en lui.
Meds + luminothérapie?

En après midi et en soirée demain je passerai du temps avec mon fils.. si je vais assez bien..
Modifié en dernier par 3.14R le 28 févr. 2019, 22:49, modifié 3 fois.

Ouena
Messages : 1876
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Journal de bord

Message par Ouena » 28 févr. 2019, 15:01

Accroche-toi 3.14R, essaie de ne pas continuer à t'isoler, ce serait bien que tu aille chez ton fils même si tu file pas. Il ne faut pas écouter cette voix qui te tire vers l'inertie. J'espère que ton psy t'aidera à trouver espoir, je ne sais pas où tu en est au point de vue de la médication? Elle ne fait pas tout mais peut donner un sérieux coup de pouce. Trop de solitude c'est pas bon non plus, tu fais bien d'aller à ton cours de photographie, té capable. Je t'envoie un gros câlin. Que cette soirée soit plus douce...

LaPlume
Messages : 11
Enregistré le : 27 févr. 2019, 13:23

Re: Journal de bord

Message par LaPlume » 28 févr. 2019, 20:22

3.14r, ta plume est un baume même dans la noirceur. Moi qui fais de l'écriture mon métier, je n'arrive même pas à décrire en mots aussi justement que tu le fais l'inertie dans laquelle nous fait glisser la dépression. Je te souhaite du courage, même si chaque minute ressemble à une vie entière.

Ouena
Messages : 1876
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Journal de bord

Message par Ouena » 01 mars 2019, 09:11

C'est ton vrai que c'est beau comment tu écris 3.14R et toi aussi Laplume!!!

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Journal de bord

Message par 3.14R » 01 mars 2019, 22:04

Bonjour Ouena et LaPlume, merci de votre passage et des mots que vous laissez sur mon post. J'apprécie.

Bilan de ma rencontre de ce matin: on diminue le lithium qui me freine trop, on touche pas au lamotrigine pour le moment, la luminothérapie c'est bon pour le début de l'hiver jusqu'au printemps, il ne croit pas que ca m'aiderait d'en faire à ce moment ci de l'année. L'anxiété occasionnelle sera contrôlée par du séroquel en très petite quantité, je suis hyper sensible au séroquel. Donc des 25mg coupé en deux ou en quatre. J'ai testé ca fait la job.

L'Énergie devrait revenir d'ici quelques jours en diminuant le lithium. On diminue parce que je suis plus souvent amorti dans une année que high. Le lithium est un frein contre la manie. C'est la lecture que je fais de la patente. La lamotrigine une barrière contre la dépression. Je suis plus down que dépressif il faut croire. J'ai confiance en mon psy.

Je n'ai pas dormi assez la nuit dernière, je faisais de l'anxiété pour mon rdv de ce matin.
Avant d'écrire des niaiseries je vais aller me coucher et dormir, grosse journée de commissions demain et dimanche.

Il y a plus à faire que je n'ai d'Énergie. Concentré sur l'essentiel. Bouger lentement.

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Journal de bord

Message par 3.14R » 02 mars 2019, 10:48

J'ai bien dormi. Pratiquement impossible de me lever mais le soleil m'incite à vivre ma journée et le fait qu'on m'ait prêté une voiture ...

Ce matin je sens que ma rencontre avec mon psy m'a redonné de l'espoir.
Il m'a dit que si dans une semaine la lassitude et la fatigue était encore là on augmenterait la lamotrigine.
Donc, une semaine.

J'ai la voiture de mon fils durant 2 ou 3 jours, je vais pouvoir faire mes achats principaux, un gallon de verni, nourriture pour chat, épicerie de fond et peut être aller faire de la photo quelque part si j'ai le courage de me mobiliser.

En photo j'ai un devoir: il s'agit de prendre des voitures en mouvement pour travailler les vitesses d'obturation et pourquoi pas, la profondeur de champs. Je n'apprendrai rien mais je participe à ce cours essentiellement pour rencontrer des gens alors mieux vaut faire les exercices et socialiser. :roll:
_____

Je vivrai donc dans l,attente que le niveau d'énergie remonte. Je me trouve chanceux, il a diagnostiqué une dépression saisonnière avec un alourdissement dû au lithium. Ne pas oublier d'aller à la pharmacie chercher mon nouveau dosage. Tiens, commencer par là. J'irais me coucher jusqu'à ce soir. Je déteste être dans le il faut il faut il faut...

Ici la journée est magnifique, pas trop froid et plein soleil. En profiter, sortir et en profiter, je sors peu. Mon appartement est super éclairé. Les idées se contredisent dans ma tête. Je veux puis ne veut plus. Il y a un peu d'anxiété, pas assez pour prendre du séroquel. Le séroquel m'endort et je ne veux pas dormir. Enfin, si, je veux dormir mais non, je peux pas. Quoi que, bon. Une douche avec ça? Je vais prendre tellement de temps à me préparer que les commerces seront fermés. Haha, c'est mon style ce matin. Un autre café? Palpitations au programme..

Bon, je bouge et on verra!
Bonne journée

Ouena
Messages : 1876
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Journal de bord

Message par Ouena » 02 mars 2019, 12:21

C'est encourageant tout ça, tu es dans l'action malgré tout. Bon samedi!

Répondre