De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

(maniaco-dépression)
LaPlume
Messages : 11
Enregistré le : 27 févr. 2019, 13:23

De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par LaPlume » 28 févr. 2019, 09:12

Je suis passée de Wonder Woman à l’ombre de Peter Pan.

J’avalais les projets, les défis et les idées comme une baleine engloutit le phytoplancton. Aujourd’hui, la sonnerie de mon téléphone me donne la frousse et rencontrer des gens, même mes proches, me demande un effort surhumain. Pourquoi? Diagnostic de trouble bipolaire en novembre 2018, hospitalisation d’une semaine en étage psychiatrique (y a des gens plus bizarres que moi) pour idées suicidaires avant le temps des fêtes à cause d’effets secondaires de médication, puis adaptation à la nouvelle médication. Un topo que vous connaissez peut-être.

Je vous raconte ici mon histoire en bref (bon ok moi et le bref, on ne s’entend pas et c'est moi qui gagne hehe). Je vous invite à partager la vôtre si cela vous le dit. Mon psychiatre affirme que mon humour a été le meilleur ingrédient qui m’a permis de traverser plus de 20 ans de trouble bipolaire avant le diagnostic. Encore heureuse, mais ces temps-ci, il sort rarement le bout du nez. Quoique…pour Noël (j’ai réussi à sortir de l’hôpital à temps), ma mère m’a offert un beau pyjama avec des ours polaires…et moi, devant toute la famille, j’ai fait LA blague d’autodérision inattendue : Dis…ce sont des ours polaires, ou bipolaires mom? hehehe

Trêves de plaisanteries!

Il s’agit de mon 3e épisode dépressif et j'étais dans le déni pour les deux premiers. Le second, il y a 8 ans, m’avait conduite à l’hôpital, puis dans un centre de crise à cause d’idées suicidaires (oui, cette fois-là aussi. La souffrance intérieure était trop forte). J’ai quitté l’endroit après 24h, en me disant : non, pas moi, il est impossible que Wonder Woman se retrouve ici. Ma famille a besoin de moi, je dois être avec elle. J’avais à l’époque un rendez-vous chez le psychiatre…que j’ai fui comme une voleuse, en me demandant ce qu’il pourrait faire de plus pour m’aider. Ahhh l’erreur, je sais!! J’aurais pu savoir il y a 8 ans…mais tout arrive pour une raison, alors ce n’était pas encore le moment. J’avais un monde à sauver et tant de super pouvoirs!

Tout ce dont j’avais besoin, c’était une bonne dose d’antidépresseurs et 3 semaines plus tard, je partais à nouveau à la conquête d’emplois multiples. Oui, parce que toute ma vie, j’ai enchaîné les emplois et j’y suis restée entre 6 mois et 3 ans, parfois même de 1 à 3 semaines. Entre ces périodes, j’ai même décidé d’étudier en massothérapie, puis en ostéopathie, tout en travaillant à temps partiel et en remplissant mon rôle de maman (ok j’ai abandonné ces études durant un down, puis eu l'idée par la suite d'être recruteur, conseillère en orientation, et j'en passe). On me considérait, au travail, comme un réel bout en train, une femme hyper performante qui voyait tout et réalisait tout en même temps…ET plutôt directe et émotive, pour ne pas dire irritable et impatiente. Ouais. Je me suis toujours demandé ce qui clochait, pour quelle raison je ne trouvais pas ma place. Il m'est arrivé d'avoir des accès de colère inadéquats, dont je ne suis pas fière.

Vous ai-je dit que je suis avec mon conjoint depuis 25 ans? Il a enduré Wonder-montagne-russe-Woman tout ce temps. Wolverine peut aller se rassoir, c’est mon homme qui est fait d’Adamantium :P

Dans les 7 dernières années, donc suite à cet épisode, nous avons laissé notre région (jugé trop stressante, notamment pour moi) pour déménager en forêt, avons construit notre maison, perdu nos emplois, puis démarrer deux entreprises (j’avais des idées de grandeur, je travaillais la nuit et rien ne me faisait peur...Tazmanian Devil here I come). Puisque je pouvais encore en prendre, j’ai aidé des proches dans leurs propres entreprises, et nous nous sommes même mariés. Rien de trop beau.

En mai 2018, j’étais au top de ma forme et je prenais DÉJÀ des antidépresseurs depuis des années. C’est lorsque j’ai arrêté que tout s’est enclenché. Je m’étais pourtant remise en forme (la quarantaine!!), arrêté de fumer, changé mon alimentation, et écouté mon médecin (que je déteste) et qui au premier rendez-vous m’a dit : pourquoi des antidépresseurs? Vous allez bien? Il faut arrêter. Donc, j’ai cessé. Graduellement, mais j’y suis arrivée. Et là…LÀ… la dérape « toé ». En images, pensez à ce skieur qui prend une pente trop raide et qui fait l’étoile à répétition…skis, bras, tête, skis, bras, tête…ça ressemble pas mal à ça :D

Cette fois, J'AI demandé à rencontrer un psychiatre. J’avais l’impression de déjà vu et NON, je ne voulais pas revivre cette période. Lorsque j’ai rencontré le psychiatre, que j’ai compris que mon père que je connais très peu (on le disait « spécial » « malade ») a TOUS les symptômes de bipolarité et que je cadrais également, ma mâchoire est allée se cogner tellement fort au plancher qu’elle a défoncé les trois étages en-dessous.

Ma compagnie boîtait déjà parce que je n’arrivais plus à aller chercher de nouveaux clients (peur de rencontrer des gens et de ne pas être à la hauteur de leurs attentes) et j’avais trouvé un nouvel emploi pour arrondir les fins de mois. J’ai cru que les médicaments auraient des effets secondaires physiques…mais pas qu’ils joueraient sur mon mental…ce qui fût le cas. Résultat, compagnie à la dérive sur un radeau et démission de mon emploi afin de ne pas causer plus de tort.

Aujourd’hui, je suis l’ombre de moi-même. Je ne reconnais plus tout ce que j’ai accompli. Je m’arrête seulement à tout ce que je suis incapable d’accomplir, ne serait-ce que les tâches quotidiennes. Je suis emprisonnée non seulement chez moi, mais à l’intérieur de moi-même. Chaque jour est un combat. Lorsque j’ouvre les yeux, je ne sais pas si l’anxiété sera là à me paralyser, ou si j’arriverai à me lever. Tous les beaux discours sur l’optimisme me laissent de marbre. Ça fait mal bonyeux!! Lâchez-moi avec votre monde de licornes! J’arrivais à jongler avec du métal en fusion, et aujourd’hui, je ne sais pas si je passerai la journée sans avoir peur de tout, TOUT!

C’est en venant ici, en vous lisant, en voyant que vous partagez bien des moments similaires aux miens que je respire un peu mieux. Toutefois, je connais cette maladie depuis quelques mois à peine. Pour certains, cela fait plusieurs années et je vois que la souffrance est encore présente. Je ne sais pas comment vous faites. Je vous admire beaucoup. On dit que cela peut prendre de un à deux ans avant de stabiliser l’humeur. Je suis terrifiée à l’idée de ne pas pouvoir travailler à nouveau. Terrifiée à l’idée d’être un boulet et de ne servir à rien, alors que j’ai toujours porté les autres sur mes épaules. Je vous félicite d’avoir la force de traverser les tempêtes et de garder la tête hors de l’eau.

Au plaisir de vous lire et merci d’avoir pris le temps.

Nancyhola
Messages : 15
Enregistré le : 17 févr. 2017, 00:01

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par Nancyhola » 28 févr. 2019, 10:55

Bonjour,
Wow, et bravo pour le partage. Moi aussi je suis Wonder woman... A mes heures...j aurais pu écrire cette histoire tellement elle me rejoint. Ha...les extrêmes...je pourrais écrire un livre tellement il y en a.
Une amie m'a partagé une idée qui finalement je vais mettre en pratique.
Je la partage...
Elle m'a conseillée de mettre sur papier les choses que j ai accompli ou qui m ont fait du bien lors des bons jours et de les consulté lors des mauvais jours.
Quand je suis dans la pente descendante je ne vois plus les couleurs de la vie.Alors j oublie que j ai réalisé de grande chose....
Je réalise que je suis toujours à l'aventure avec cette maladie...finalement je suis une globe trotter des émotions...j'ai jamais voyagé mais,avec cette maladie je me paye tout un voyage.
Parfois il faut regarder derrière pour voir tout le chemin parcouru(realisations, defi de la vie) pour pprendre conscience que je suis pas si pire que n'importe quel autre personne sans cette maladie...je suis juste plus pimenté hahaha un vrai piment fort...celui qui donne chaud a toi et ton entourage..hahahaa
L humour et la dérision font en sorte que tout cela devient un peu plus léger...je crois que cela peu être un remède entouka ca me fait du bien.
Merci pour ton témoignage...il me touche.
Bonne journée sous le soleil...fait frette mais au moins il est là...merci à la nature un beau cadeau pour les jours sombres.
Au plaisir de te relire.

Catherine88
Messages : 282
Enregistré le : 17 févr. 2018, 19:44

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par Catherine88 » 28 févr. 2019, 11:07

Bienvenue sur le forum :)

Moi aussi cest en arrêtant un anti dépresseur que la maladie s'est faite diagnostiqué. Pour ma part je fais des hypomanies avec l'anti dépresseur et sans je sombre ben trop loin... Jai eu mon diagnostique en septembre 2017... J'étais aussi très surprise car mon père est aussi bipo et je ne me reconnaissait pas en lui. Jai appris que chaque bipolaire est différent selon sa personnalité finalement !

Ça l"a pris 6mois et une visite en psychiatrie pour trouver ma médication qui est le seroquel xr ! Le 2 mars ça va faire 1an que je prends ce médicament et aujourdhui même je commence une augmentation de 50mg. Depuis quelques semaines que je suis plus anxieuse, ça spinn en titi dans ma tête sur des histoires niaiseuses avec mes collègues de travail.

Moi je n'ai pas changer d'employeur depuis 10ans, mais j'étais sur la liste de rappel et je changeais d'emplacement,d'équipe et de clientèle aux 6mois-1an. Et ça faisait mon affaire pcq souvent je venais tanné des collègues ou tanné de la job sans défi après un certain temps (jamais de mes clients) ! Maintenant,depuis mai 2018, jai un obtenu un poste temps plein... Heureusement cest une grosse équipe et une job rempli de petits et gros défis sans cesse. Je ne travaille pas toujours avec les mêmes personnes. Mais je remarque que après 10mois, jai de la misère avec certaines collègues et que mon mauvais caractère impulsif, colérique et prime ressort...oups! Ma boss me félicite et mencourage à dire ce que je pense et prendre ma place, mais je trouve que ça se retourne contre moi car je ne me sens pas """"ami''''''' avec tout le monde a cause de ça. Il y a des frictions avec 3-4 personnes sur 12.. Cest pas si mal quand je pense à ça !

Bref....moi non plus le bref ne me fait pas :lol:
Au plaisir de te lire !

LaPlume
Messages : 11
Enregistré le : 27 févr. 2019, 13:23

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par LaPlume » 28 févr. 2019, 11:32

Nancyhola a écrit :
28 févr. 2019, 10:55
Quand je suis dans la pente descendante je ne vois plus les couleurs de la vie.Alors j oublie que j ai réalisé de grande chose....
Nancy, chère Nancy, j'aurais pu te citer au complet...mais celle-là, elle englobe tout. Je mettrai en pratique le truc de ton amie, qui est, ma foi, une révélation. Une liste à faire en priorité!

Merci de m'avoir lue ;)

LaPlume
Messages : 11
Enregistré le : 27 févr. 2019, 13:23

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par LaPlume » 28 févr. 2019, 11:41

Merci Catherine88 pour ces mots de bienvenue et ce partage. Je trouve incroyable que tu aies eu la force de conserver ton emploi. Wow! Moi j'étais trop paralysée par les effets et la descente aux enfers. Je comprends quand tu dis que tes collègues et toi ce n'est pas toujours le Nirvana. Dire ce que je pense ne m'a pas été très bénéfique au travail, et même si on me croyait tellement sociable, j'étais plutôt sauvage. Je travaille mieux seule et ça finissait par me rendre à cran. Je te trouve très courageuse!

Bonne chance dans tes nouveaux dosages...mosus que c'est dur, surtout que les effets positifs se font attendre, souvent contrairement aux effets secondaires.

Au plaisir également.

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par 3.14R » 28 févr. 2019, 17:13

LaPlume a écrit :
28 févr. 2019, 09:12
Aujourd’hui, je suis l’ombre de moi-même. Je ne reconnais plus tout ce que j’ai accompli. Je m’arrête seulement à tout ce que je suis incapable d’accomplir, ne serait-ce que les tâches quotidiennes. Je suis emprisonnée non seulement chez moi, mais à l’intérieur de moi-même. Chaque jour est un combat. Lorsque j’ouvre les yeux, je ne sais pas si l’anxiété sera là à me paralyser, ou si j’arriverai à me lever. Tous les beaux discours sur l’optimisme me laissent de marbre. Ça fait mal bonyeux!! Lâchez-moi avec votre monde de licornes! J’arrivais à jongler avec du métal en fusion, et aujourd’hui, je ne sais pas si je passerai la journée sans avoir peur de tout, TOUT!
Bonjour LaPlume,

Bienvenue dans le forum et dans le travail de l'ombre. ;)
Ne t'en fais pas, nous sommes tous des rescapé(es) de la grande lumière, on a tous jonglé plus ou moins intensément avec du métal en fusion, certains et certaines plus que d'autres, aux confins du tolérable, c'est le propre de notre maladie. Il faut de l'humilité pour accepter les deuils qui viennent avec les prises de conscience telles: nous sommes des êtres marginaux, c'est souffrant d'être bipolaire, c'est permanent comme état, si on accepte les high on doit aussi accepter les down, etc..

La souffrance est une denrée périssable. Ça passe. Les seules discours qui valent la peine que tu mettes dans ta besaces seront ceux qui te permettront de respirer un bon coup pour endurer davantage le mal que génère ta propre vie. Chacun porte un fardeau, un barda de voyage. On y va comme on peut. Aussi, il y a beaucoup de lumière dans le forum, de la solidarité à travers les épreuves et parfois, un mot ou une phrase nous atteins de plein fouet et nous redonne espoir.

Je souhaite que tu puisses rapidement retomber sur tes pattes, loin des extravagances de la maladie, loin des affres de la dépression. Laisses pas la peur te paralyser

Au plaisir de te lire

LaPlume
Messages : 11
Enregistré le : 27 févr. 2019, 13:23

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par LaPlume » 28 févr. 2019, 20:07

Merci 3.14r 😊 de ce message d'espoir. Le psychiatre m'a conseillé d'aller vers de nouvelles personnes. Comme je suis très mal à l'aise de cette éventualité, ce forum me semble une excellente alternative. Je fais tranquillement le tour de vos échanges et j'apprends à vous connaître.

Au plaisir !

blondebleue
Messages : 1748
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par blondebleue » 28 févr. 2019, 23:00

Bonjour maplume et bienvenue,

Beau texte ton témoignage. Je crois que tu verras avec le recul que ta bipolarité était déjà là dans tes périodes de grande productivité entrecoupées d’épisodes dépressifs. Depuis longtemps. L’épisode dépressif du moment est toujours le plus difficile parce qu’on y perd nos repères. Je te le souhaite le plus doux possible.

Mais j’ai aussi le goût de te dire de ne pas oublier que ta bipolarité t’a sans doute fait vivre cette intensité à laquelle tu as goûtée dans tous tes projets. Elle a contribué à tes réussites. Je me rends compte maintenant que beaucoup de ce que j’ai accompli dans ma vie, c’est à cause d’elle, des périodes d’énergie et d’audace qu’elle m’a données.

Ça ne rend pas une dépression plus facile à vivre. Ni la perspective à long terme plus douce. Mais il y a des fois, dans des moments où je suis bien comme maintenant, où je me dis que je préfère avoir eu ma vie. J’espère que tu pourras un jour voir la richesse de ton vécu pour ce qu’elle est...

D’ici là, c’est une patience inouïe qu’il faut. De l’indulgence aussi beaucoup.

LaPlume
Messages : 11
Enregistré le : 27 févr. 2019, 13:23

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par LaPlume » 01 mars 2019, 08:13

Merci blondebleue :D et tu as entièrement raison. C'est grâce à ces moments de grande fébrilité que j'ai été la plus créative, un trait de caractère que je crois que nous partageons en grande majorité. Tes mots me reconfortent et je ne les oublierai pas.

Izaza
Messages : 486
Enregistré le : 25 sept. 2017, 20:30

Re: De Wonder Woman à l'ombre de Peter Pan

Message par Izaza » 01 mars 2019, 08:56

WoW!! Quel beau partage!!! Tu écris et décris très bien... j’ai Bien aimé te lire... bienvenue sur le forum!

Répondre