Page 1 sur 1

Drogue et hypomanie

Posté : 03 sept. 2019, 20:15
par Plexus
Bonjour,

Mon médecin a introduit un antidépresseur à mon lithium et up up up je me suis rallumée. L'affaire est que depuis que j'ai augmenté la dose j'ai des drôles d'idées... genre me commander de la coke pour sortir dans les bars et consommer l'huile de canabis que j'ai ici et que je n'avais pas touché depuis quelques mois...

Mon médecin voulait faire l'introduction de l'antidépresseur en hospitalisation pour s'assurer que tout se passe bien mais j'ai dis non. Ça fait presque un an que je suis couchée sur le dos sur mon divan à ne pas vivre et là je retrouve le goût de vivre mais dans le sens de FAIRE LE PARTY... et rencontrer des mecs... Choses qui normalement ne m'intéresse pas du fait que je suis toujours sur le dos à moitié morte depuis quelques mois...

Alors voilà j'ai dépensé 200 $ en coke et j'en ai presque plus depuis jeudi. Et maintenant je me demande si je ne serais pas en train de faire un genre de virage hypomanie a cause de mon antidépresseur...

Qu'en pensez vous ? Bon j'avoue ça l'air bizarre mon affaire...

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 03 sept. 2019, 20:30
par 3.14R
Plexus a écrit :
03 sept. 2019, 20:15
Qu'en pensez vous ?
Vraiment savoir?

:cry:

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 03 sept. 2019, 20:31
par Plexus
oui surtout

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 03 sept. 2019, 20:52
par 3.14R
Tu sembles avoir assez souffert pour savoir apprécier les éclats de bien être lorsqu'ils se présentent.

Tu as "jeûné" depuis tout ce temps et là, on te propulse pleine de fougue et tu reçois un choc d'énergie, enfin. Normal que tu veuilles y mettre les bouchées doubles.

De l'Énergie... Gogogo, à fond, la pédale au plancher et vive la vie. Normal.

Sauf que tu écris dans la section bipolaire, donc j'imagine que tu es bipolaire... en ce sens je pense que tu souffres d'une maladie sournoise, et
Oups!

Respires, plusieurs fois et calmement car tu vas replonger DANS la maladie hyper vite, soit un méchant up qui va encore te ramener dans ton lit pour un an ou deux ou autre scénario catastrophe.

La maladie bipolaire nous réclame une vigilance, une rigueur dans notre hygiène de vie et même si on fait le mieux possible et bien elle, elle s'en fout. Elle peut, quand elle le veut, nous jeter par terre contre notre volonté. Faut pas se leurrer. Alors moi, je pense que tu devrais prendre la drive à frette. Sans coke, sans pot, sans boisson; évidemment le sexe sécuritaire je suis pour :D

Tu pourrais raffermir ton réseau social, écrire, lire, t’entraîner, sortir sans délirer dans la folie des grandeurs, créer des trucs de tes mains, dessiner, peindre, travailler si la santé revient à ce point là, à frette. .

Tu sais, je suis hyper content de voir que les med's t'ont redonner le goût de vivre mais franchement, pas en gamine. Tu as un contrat de vie différent maintenant que tu connais les affres de la maladie, - tournes lui pas le dos -

P.S.
J'espère juste ne pas te blesser davantage avec mon attitude, elle m'appartient, c'est juste mon opinion que je te partage, je ne dis pas que tu agis mal tu sais, je comprends, j'ai écris que c'est normal que tu veuilles y mettre les bouchées doubles. Il nous arrives pas mal tous de vouloir défoncer la baraque et s'amuser comme si on prenait notre revanche sur la maladie. Comme tu vois je ne parle que de ma vision, je ne connais pas ce que tu en penses. J'aimerais le savoir.
Comment te sens tu sous les med's et sous la drogue? Te sens tu à ta place et en sécurité? Vis tu de la peur? Autre chose de mieux ou de pire? J'aimerais vraiment savoir.

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 04 sept. 2019, 09:11
par Plexus
Ton message me fait vraiment du bien et apporte du calme dans ma vision qui présentement est un peu un tourbillon. Je ne me sens pas du tout vexée par ce que tu écris c'est si bien dis... Depuis un an ma vie est un peu n'importe quoi, mais surtout de la grande anxiété et de la fatigue. Donc c'est comme si tout a coup je retrouve un peu d'énergie et up j'ai l’goût de colorer ma vie... Malgré que la coke me sert juste à ne pas m'endormir après deux bières quand je sors... sauf que je suis sortie une fois seulement jeudi et j'ai passé un gramme en une soirée. Pas certaine que c'est excellent de mélanger cela avec du lithium, du séroquel, du xanax, du cipralex et de la bière... sauf que sur le coup je me dis ''fuck off'' on s'en fou et si demain c'est la crise d'anxiété je prendrai des anxiolytiques ...

Ça c'est moi quand je suis dans ma passe ''fuck off'' on s'en fou...

Par contre je sais que je dois faire attention, sauf que j'ai écrit ici pour justement avoir la vision de d'autres personnes ayant de l'expérience. Parfois notre entourage veulent notre bien mais ne comprennent pas toute l'histoire, la maladie...

Il n'est pas trop tard, j'ai acheté une fois de la coke en bonne quantité en pensant que j'en aurais pour plusieurs mois à prendre que ponctuel et finalement il me reste presque rien que je vais jeter. Hier j'ai lu sur un site que c'est la pire drogue coupée avec le plus de cochonneries qui causent des morts accidentels (pas du aux surdoses mais aux autres cochonneries qu'elle contient)... ça porte à réfléchir.

En gros je ne suis plus une consommatrice (sauf quand j'étais ado)... mais je ne veux pas sur un high perdre les pédales et comme tu dis replonger dans la maladie hyper vite ! ... Je vais devoir en parler avec mon psychiatre si je vois que mes idées ''destructrices'' prennent le dessus et que mon énergie dépasse la normale. J'ai déjà fait des virages sous antidépresseur, moi qui a une libido plutôt à zéro je me suis retrouvée à vouloir sauter sur tout ce qui bouge (ce que je n'ai pas fait ahhahahahhah)...

Merci 3.14R pour ton message, je sais que tu as une grande expérience avec cette foutue maladie, je lis quelque uns de tes posts, toujours intéressants et tu es un homme remplis de talent.

Pour le reste c'est le gym ma porte de sortie, et la randonnée que je fais tous les dimanches. J'adore la nature. Je n'ai pas développé de réel talents artistiques mais mon travail me permet de me servir énormément de ma créativité. Mais présentement je suis en écoeurantite de ma job... ça va passer... pas l'choix c'est mon entreprise. Faut faire vivre le bébé.

PS : je vais relire ton message plusieurs fois pour bien l'assimiler. J'avais besoin de cela.

J'ai pas répondu à tes questions :

Comment te sens tu sous les med's et sous la drogue? ÉTRANGE

Te sens tu à ta place et en sécurité? JE ME SENS DANS L'IMPRÉVU

Vis tu de la peur? PLUTÔT LE FEELING DE TRANSGRESSER LES LIMITES

Autre chose de mieux ou de pire? JE ME SENS NI MIEUX NI PIRE, JUSTE DIFFÉRENTE

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 04 sept. 2019, 11:24
par 3.14R
Évidemment, ce qui suit c'est juste des réflexions à voix haute, pour provoquer d'autres réflexions, jusqu'à l'équilibre. L'équilibre c'est comme de faire du vélo sans tomber, l'équilibre dans l'action, dans le quotidien, dans l'imprévu comme tu le dis si bien.
Plexus a écrit :
04 sept. 2019, 09:11
Comment te sens tu sous les med's et sous la drogue? ÉTRANGE
Étrange comme étranger à... comme nouvelles sensations jamais éprouvées?
Le mix des med's et de la drogue nous rends plus sensible à la psychose, à la paranoïa, etc. Ce que je ne te souhaite pas.
Plexus a écrit :
04 sept. 2019, 09:11
Te sens tu à ta place et en sécurité? JE ME SENS DANS L'IMPRÉVU
Ah, intéressant ça, être dans l'imprévu c'est pas mal zen comme attitude. La vie n'est elle pas semée d'imprévus?
Plexus a écrit :
04 sept. 2019, 09:11
Vis tu de la peur? PLUTÔT LE FEELING DE TRANSGRESSER LES LIMITES
Tant que cela ne t'emporte pas au delà des zones sécuritaires pour ton équilibre psychique et physique. Les dangers QUE la maladie bipolaire l'emporte sur toi à cause de ta consommation de drogue sont réelles. Ces limites obscures ne sont pas clairement tracées, à toi de sentir la chose et de respecter TES limites. Mais toujours, le danger de donner du pouvoir à la maladie rôde. Tans mieux si la peur n'est pas présente, on n,est pas obliger de toujours la ressentir avant de réagir et de se comporter pour l'éviter.
Plexus a écrit :
04 sept. 2019, 09:11
Autre chose de mieux ou de pire? JE ME SENS NI MIEUX NI PIRE, JUSTE DIFFÉRENTE
Ici, je suis en modification de dosage médicamenteux. Je sens bien les effets de ces modifications. C'est aussi ce que tu as ressentis. Je pense que la coke c'est carrément de trop dans l'équation. Mais le côté dépendant aux stimulus extrêmes nous invite souvent (pour ceux et celles que ça concerne) dans l'exagération. On veut accentuer la situation, l'effet de bien-être, dans l'espoir qu'on va aller encore plus que plus mieux. C'est du même ordre que l'alcoolisme et que la toxicomanie. Maniaco-dépression que ça s’appelait avant que le politiquement correct passe par là. Pas tout à fait une maladie parce qu'on en guérie pas, on appelle ca trouble de l'humeur bipolaire maintenant. Mais oui, manie et dépression sont les deux pôles de la patente. Je ne veux basculer ni dans un ni dans l'autre de ces pôles. Avoir la drive de vivre un quotidien valorisant, c'est suffisant pour moi. Valorisant se définit et se conjugue selon chaque personne.

Quand tu dis que tu te sens différentes, tu parles de différente de quoi, ou de qui?

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 06 sept. 2019, 11:46
par Plexus
Bonjour 3.24R

Bon, je me sens un peu plus calme.

Je vais y aller par étape de ce que tu as écris.

ÉTRANGE : mêlée, faible, sensations bizarres, étourdissements, chaud, froid

Ce que je retient de ce que tu dis c'est que la maladie est plus forte que nous. Je suis une fille fonceuse, déterminée, entreprenante, pleine d'énergie (en temps normal), mais oui quand la maladie prend le dessus, et ça m’aie arrivé quelques fois je dois m'isoler tellement je ne me reconnais plus... J'imagine les gens qui ont déjà pas une forte personnalité et qui ont le trouble bipolaire. Quand ils tombent ils doivent tomber encore plus bas. Moi je verbalise beaucoup, je m'exprime donc j'ai plus de chance de recevoir de l'aide.

Dépendant aux stimulus extrêmes : voilà ! Tu le dis bien ! On va mieux, alors on veut aller encore mieux et on en rajoute ! Go go go... Et on prend des risques. C'est vrai que de nature je suis non conventionnel et même si de l'extérieur j'ai l'air plutôt comme tout le monde je suis assez marginale dans mes idées et me façon de vivre. Est-ce que c'est le trouble bipolaire qui fait que je suis comme cela ou tout simplement que la coquille que la société nous présente comme étant la normalité me convient pas : famille, enfants, chien, voiture, bateau, chalet bla bla bla... Je mise plutôt sur les expériences et parfois je choisis des expériences à risques pour les sensations fortes qu'elles procurent... Mais ce que je retient de ce que tu écris est que la trouble bipolaire est plus fort que nous et que si je ne prend pas garde il va me rattraper... Comme ce qui est arrivé il y a un an de cela.

JE ME SENS DIFFÉRENTE : en fait je sens que mon état de conscience est différent. Je vois les choses avec moins d'émotions.

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 07 sept. 2019, 00:33
par 3.14R
:( Ouf. Tu retiens le pire. :ugeek:
Je vais faire encore plus attention aux mots que je pourrais écrire. La maladie, trouble bipolaire se soigne et oui on peux avoir une vie de qualité, même plus le fun et plus riche que ben du monde jugé normal. Cette croyance là je l'assume pleinement. Up. Lumière.

La maladie est là quand même. Et oui, elle peut se manifester. De là l'importance d'avoir un bon suivi médical et une bonne hygiène de vie. Pour Moi, c'est LA base.

Même si je fais ToUt ce qu'il faut pour aller bien, mes états fluctuent quand même. Cette réalité là je l'assume pleinement.

Je cherche le plus possible à ne pas m'affaiblir inutilement avec les drogues et la boisson. Comme ça, quand la maladie frappe, je n'ai pas à dealer avec la culpabilité de m'être rendu vulnérable moi même. Je ne vis pas dans le déni. C'est dur mais j'assume les ups ET les downs lorsqu'ils me frappent. Souvent par surprise. Mais bon.

C'est pas parce que c'est dangereux de conduire un char que je vais m'empêcher de le faire. J'observe beaucoup les gens de mon entourage et je me console d'être bipolaire. Vraiment.

Oui il faut se dresser carrément debout parfois, fréquenter les profondeurs et le cosmique, se voir traverser par des impulsions et briser d'la vaisselle mais même si la liste des souffrances est bien réelle, je suis vivant.

Nous sommes responsables de comment nous VOULONS vivre. Non? Désolé, je dis ce que je pense. Je te parlais à toi, alors que la médication t'avait permise d'aller mieux. Profites en. Pousses pas ta luck en bouffant d'la cochonnerie de tite poudre de perlinpinpin...

C,est sûr dans mon livre à moi que si je prends mon corps pour une vidange...
Je vais me garder une petite gêne avant d'accuser la maladie à 100%.

Je garde ma position que la maladie est sournoise. Ne lui tournons pas le dos.

PS, j'écris ce message là fatigué, il va peut être falloir regarder entre les lignes pour trouver la force de ne pas se laisser faire mais on en vaut la peine.

2ième PS, j'écris sur un cell. Pas super. J'ai pas d'ordinateur pour quelques jours

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 09 sept. 2019, 13:02
par Plexus
Je vois mon psychiatre demain. Sa peur était que l'introduction de l'antidepresseur declenche quelque chose. Ce que ça déclenché c'est ma libido et mon envie de frequenter des hommes... Moi qui normalement dors au gaz et surtout qui est plutôt peureuse en ce qui à trait à rencontrer du nouveau monde. Ça sort pas mal de l'ordinaire mon affaire et ça frôle la fixation... En tous cas j'ai rencontré personne jusqu'à present mais j'ai une date... Faut juste pas que cette nouvelle envie se transforme en un tourbillon de n'importe quoi. Sinon j'ai encore ma phamacie de substances illicites mais pas retouché. J'essaie de retouver la forme... Hier j'ai marché 13 km, cette semaine vélo plus 3 x gym. J'ai pas l'choix... Le reste du temps je le passe presque dans mon lit tellement je manque de jus.

En quoi tu trouves que le vie des bipolaires est plus l'fun et plus riche ? Chose certaines nous sommes drôles et bon dans l'auto dérision et nous sommes loin d'être superficiels.

Est- ce que j'ai le droit de te demander dans quelle tranche d'age tu te situes ? Tu as une sagesse et tu sembles avoir beaucoup d'expériences de vie.

Re: Drogue et hypomanie

Posté : 09 sept. 2019, 19:32
par 3.14R
Encore un petit mot que j'écris sur mon cellulaire.

Je frise la soixantaine. 🙄
Je ne me considère pas comme quelqu'un de très sage. J écris ce que je pense en espérant que les mots que je partage donnent le goût de s'assumer dans la résilience.

J, espère que tu vas rencontrer quelqu'un de bien pour toi. Aussi, que tes efforts à développer ta santé portent fruits.

Ma vie actuelle est mieux que celle de ma jeunesse. Plus le fun et plus riche.

Quand je retrouverai mon ordinateur j, écrirai plus
Prends soin de toi
Hâte d'avoir d'autres nouvelles