Juste besoin d’écrire...

(maniaco-dépression)
blondebleue
Messages : 1761
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Juste besoin d’écrire...

Message par blondebleue » 17 nov. 2019, 12:56

J’ai la déprime jusque dans les tripes. Je viens ici le plus souvent quand ça va mal. Alors ne vous sentez pas obligé de répondre.

Je suis devenue une personne que je n’aime pas et qui vit une vie que je n’aime pas. J’en veux à cette maladie qui me donne par moment l’illusion que ça va aller bien, que je suis ok, que je peux finalement travailler et vivre normalement. Juste pour ensuite me couper l’herbe sous les pieds. Sans préavis. Et tout s’écroule. Dépression sévère, l’hôpital.

Chaque matin et chaque soir je prends mes meds religieusement. Est-ce qu’on y croit encore après 7-8 ans de changements constants? Je me couche le soir en espérant m’endormir vite sous l’effet des meds. Et je regrette de me réveiller. Je bouge machinalement faire un café. Je passe du lit au sofa, avec le même oreiller. Je ne finis jamais mon café. J’ouvre machinalement la télé ou je reste dans le silence. Et les pleurs arrivent de nulle part. C’est dans mes tripes.

Je suis têtue, j’ai voulu maintenir certaines tâches au travail. Refuse un arrêt de travail. Mon psychiatre a compris pourquoi. J’ai pas besoin d’être au bureau souvent. Mais il y a des gens que je ne peux pas laisser tomber pour le prochain mois.
Sinon je me sens tellement incompétente. Depuis 3 ans je n’arrive pas à faire mon travail correctement. Je n’aime pas l’incompétente que je suis devenue.

Je n’ai envie de rien. Ni du soleil dehors, ni de musique, ni de parler, de m’expliquer. Je pleure pour rien. Juste parce que je suis une bipolaire en dépression. Qui déteste sa vie. Du moment.

J’ai pris la décision d’annoncer à des collègues que je suis bipolaire. Chaque fois que j’y ai pensé quand j’allais mal, j’étais soulagée de ne pas l’avoir fait quand j’allais mieux. Mais ça devient un cercle vicieux. Dès que je me remets à aller mal, je dois mentir pour couvrir mes absences, mes oublis, mes lacunes. Ça demande tellement d’énergie dans un moment où je n’en ai pas du tout. Je veux me libérer de ça. Je n’aime pas la menteuse que je suis devenue.

J’ai pensé à quelques collègues avec qui je mène des projets et ce serait pour leur dire en même temps que je vais avoir besoin de me retirer de plusieurs volets. Et leur dire pourquoi. Et si la rumeur se répand en traînée de poudre alors soit. Je deviendrai une bipolaire paranoïaque en plus ...

Mon corps ne veut pas bouger. Je resterais couchée toute la journée. Je sais que j’ai l’air d’une loque. Je dors habillée. Mes cheveux sont merdiques depuis l’epival. Si je sors, c’est comme mettre un masque, un faux costume, faire semblant. Je n’aime pas cette personne qui doit si souvent faire semblant pour cacher sa déprime ou sa surexcitation.

Je suis devenue qq1 que je n’aime pas qui vit une vie que je n’aime pas.
Et non, je ne suis pas suicidaire. Juste ralentie, en boule et en pleurs sur mon sofa...

isa456
Messages : 1542
Enregistré le : 19 janv. 2016, 10:05

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par isa456 » 19 nov. 2019, 08:14

Je te trouve bien dure envers toi-même

Tu n'es pas cette personne que tu décris, tu es en dépression, cet état est passager.

Donne toi le droit de prendre un congé si nécessaire pour ne pas penser au travail et à cette responsabilité

Je pense à toi

Ouena
Messages : 1876
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par Ouena » 19 nov. 2019, 09:42

Bonjour Blondebleue, juste un mot pour te dire que c'est ben correct de venir ici quand ça va pas bien, on est là pour ça. Je suis d'accord avec Isa, ton estime de toi-même est affectée par la dépression. Tu es une bonne personne, tu es gentille avec tout le monde et surtout très intelligente et profonde et sage. Il est arrivée souvent que tu m'a touchée droit au cœur avec tes interventions. Je pense à toi aussi. Bonne journée. Un jour à la fois.

modjo
Messages : 285
Enregistré le : 15 juin 2015, 16:27

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par modjo » 20 nov. 2019, 07:57

Bonjour blonde,
Peux tu faire une liste de tous les avantages que tu as en ce moment ?
As tu deux jambes ?
Deux bras ?
As tu deux yeux ?
As tu des gens que tu aimes ?
Des gens qui taimes?
As tu un toit ?
De quoi manger tous les jours ?
Etc.
Imagine la chance que tu as deja dans la vie !!

modjo
Messages : 285
Enregistré le : 15 juin 2015, 16:27

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par modjo » 20 nov. 2019, 07:58

Ah oui au fait : le bonheur est de se satisfaire de ce que l'on a!

Et meme quand on est bipolaire, il y a plein de bon cotés !!

Suegag
Messages : 149
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par Suegag » 21 nov. 2019, 21:35

On se ressemble tellement c’est curieux ! Moi aussi c’est la merde et un échec en même temps. J’te dis que j’suis pas fière. Quand je relis mes posts en plus, pis que j’ai comme compris comment ça marche, que j’avance un bout pis que je recale. On sait que ça va passer. Mais ça empêche pas que là, maintenant , c’est de la merde. Moi aussi ça ne va pas au travail . Plutôt que de progresser je régresse.
Mais je vais garder ça pour moi. Anyway, everybody’s got their own shit. Et j’vois pas pourquoi je devrais aviser mes collèges de mes failles ou fragilités. Pour vrai, je ne ferai pas confiance sur une question comme celle-là. Le seul avantage que j’ai à avoir cette maladie là, c’est qu’elle ne paraît pas. La bipo parano, calme toi le pompon! T’es malade, t’es pas obligée d’informer la nature de ton mal! Personne comprend ça en plus. C’est à toi de dealer avec ça. Eux deal avec tes absences, pas avec la dépression récurrente de shit.
Moi aussi j’fais dur. J’m’en fou. J’suis pas capable. Pis ma fille qui demande si je suis de nouveau malade. Et le pire dans tout ça, c’est que c’est peut-être ce qui est en train d’arriver. Mëme si j’veux pas pis que j’ai vraiment travaillé du mieux que je pouvais sur moi.
Je voudrais avoir la possibilité de foutre le camps et de changer de vie... j’va m’arrêter là, plus j’écris, plus j’me pompe.
Courage madame bleue, y’aura des jours plus radieux!

blondebleue
Messages : 1761
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par blondebleue » 21 nov. 2019, 21:59

Les journées de bipolaires se suivent mais ne se ressemblent pas...

Oui Modjo tu as raison, si je cumule mes « avoirs » je ne manque de rien. C’est juste plus culpabilisant voir les choses ainsi. Cette dépression n’a pas vraiment de raison d’être. Un peu quand même. Je me suis surmenée alors que je le sentais que j’étais fragile...

Je les sens venir mes dépressions et mes hypomanies. C’est comme la météo qu’on peut prévoir un peu à l’avance. Cette fois j’ai ralenti jusqu’a ne plus pouvoir bouger. Avant même de pleurer. La dépression chez moi c’est d’abord dans cet extrême ralentissement, ou parfois une anxiété sournoise qui s’installe alors que je ne suis pas anxieuse de nature.

La dépression ce n’est pas l’absence de sources de bonheur. C’est le corps et la tête incapable d’y goûter.

Je pleures de moins en moins. J’ai réussi à me faire 3 repas. Je dors beaucoup, comme un bébé dont le cerveau a besoin de se refaire une santé après les mouvements de la journée.

J’ai beau savoir que c’est passager. Surtout que j’ai des cycles rapides. Mais la détresse de cette nuit en arrivant à l’hôpital elle n’en est pas moins réelle. Un cerveau détraqué. Qui va se raviser dans 3 semaines et avoir une toute autre vision de la vie.

C’est ça la folie en fait...

SACHA
Messages : 2650
Enregistré le : 11 mars 2014, 12:54
Localisation : Gatineau

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par SACHA » 22 nov. 2019, 08:46

j'aimes la façon dont tu as décris la dépression bipolaire
blondebleue a écrit :
21 nov. 2019, 21:59
La dépression ce n’est pas l’absence de sources de bonheur. C’est le corps et la tête incapable d’y goûter.

blondebleue
Messages : 1761
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par blondebleue » 22 nov. 2019, 13:34

J’ai la visite de ma plus jeune aujourd’hui. Elle ne venait pas spécifiquement pour moi. Mais ce soir on va faire qq chose pour souligner son anniversaire qui était le 19.

J’ai pleuré devant elle. Avant je n’aurais pas osé. J’ai tjrs cherche à protéger mes enfants. Je ne voulais pas qu’ils viennent me voir à l’hôpital. Ils sont tous loin de toute façon. Et je ne voulais surtout pas sentir une pression que je devais me montrer plus forte que ce que j’étais. Ils auraient juste vu Mom dormir.

Et ce ne sont plus des enfants, 26, 27, 30 et 31...

Une résidente en psychiatrie m’a demandé à l’hôpital si je me rappelais du moment où je m’étais sentie le mieux dans ma vie. J’ai pas réfléchi 2 secondes. Lorsque j’étais enceinte. Boost hormonal hypomaniaque. Mais avec la descente vertigineuse qui suit. D’où l’envie d’un autre bébé.

J’ai travaillé un peu tous les jours cette semaine. De la maison. Je sais que c’est dur à comprendre pourquoi je ne prends pas simplement un congé de maladie. C’est juste la nature de mon travail qui fait que oui, dans plusieurs cas je ne suis pas remplaçable. Autrement j’aurais pris le congé...

Je songe avec mon psychiatre à un long congé cet hiver et ce printemps pour stabiliser les meds. Je me répète peut-être? J’ai besoin d’un oasis de paix. Et si je capote ça n’affecte que moi. Mais faut que je prépare mon absence.

Besoin de paix. C’est le mot juste.

Itsabell
Messages : 750
Enregistré le : 21 août 2016, 23:25

Re: Juste besoin d’écrire...

Message par Itsabell » 25 nov. 2019, 07:22

Bonjour Blondebleue,
Ça fait un bout que je veux t’écrire mais je ne prends pas le temps. Ce que tu décris dans ta profonde dépression c’est exactement ce que j’observais chez ma mère lorsqu’elle était en dépression. J’allais chez elle tous les jours. Elle pleurait de manière inconsolable. Elle ne voulait plus se lever. Jusqu’au jour où je l’ai amené de force à l’hôpital. Mon père était dépassé par tout ça.
Pourtant elle avait tout pour être heureuse. La santé, l’argent, la famille... mais on ne choisit pas. Et si elle arrête son traitement d’antidépresseur, elle replonge systématiquement.
Ce que je veux te dire c’est que je compati avec toi et que je te comprends. C’est une maudite maladie. Difficile à comprendre. Ça peut arriver à n’importe qui. Et malheureusement c’est toi qui en souffre en ce moment.
Décrocher de ton travail pourrait être une bonne chose. Même si je sais qu’on se sent souvent irremplaçable, parfois on n’a juste pas le choix. Moi je gardais toujours un lien avec le travail car c’est ce qui me gardait vivante et le changeait les idées. Mais quand c’était trop, c’était l’arrêt complet.

Prends bien soin de toi. Ne te sens pas coupable de te reposer et tente le plus possible de faire des choses qui te plaisent. Malgré la difficulté que ça occurre. Voir des gens, des amis pourraient peut être t’aider?

Répondre