Page 2 sur 3

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 11 oct. 2010, 06:45
par tee
Allô,

Ce n'est pas de la vie donc tu es tanné, c'est de cette situation. La vie en tant que telle peut se vivre avec une autre conjointe, dans un appartement et en travaillant pour un boss. Pour l'instant, tu es malade et je sais par expérience que tu n'es pas capable d'entreprendre quoi que ce soit. La dépression est une maladie physique et non seulement psychologique.

Il y a une lueur d'espoir: tu as un bon docteur. Je ne sais pas si c'est un psy ou un médecin de famille. Pour voir plus de résultat avec ton effexor, peut-être devrais -tu discuter dosage avec ce médecin. Aussi, quand un anti-dépresseur ne suffit pas.....ils le jumellent avec un catalyseur qui peut-être du lithium ou Abilify. Abilify s'emploie ici aux É.U mais je ferais plus confiance au lithium. Je te demande juste d'en parler et de demander des infos à ton docteur.

La priorité dans le moment n'est pas l'argent, n'est pas ta conjointe, n'est pas ta maison ni ta job. C'est toi qui compte...et si tu fais une bêtise tu n'auras pas la chance de voir ce que l'avenir te réserve. Tu n'es pas en mesure de voir l'avenir d'un bon oeil car tu es malade, cette maladie là fait le même effet à tout le monde: on ne peut pas être positif.

Je te souhaite une bonne journée et te mutiler n'arrangera rien.

Bye!

tee xoxox

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 11 oct. 2010, 11:56
par Atropos
Bonjour Tee

Mon médecin est un médecin et non un psy. Il est dans la trentaine et il est très gentil. Je ne suis pas un numéro pour lui. Je peux rester dans son bureau jusqu'à 2h parfois. Il n'hésite pas à me faire passer tous les tests physiques nécessaires et si je vais mal et il ne me dit pas ce que je vis est dans ma tête, mais il sait que cela vient de mon corps. Il m'a expliquié à fond les effets de la sérotonine et il a insisté pour que je prenne ces anti-dépresseur pour que j'aille mieux.

À chaque visite, nous revoyons les doses et les effets. Ce qui s'est passé dans ma vie entre mes visites, si j'ai pris ou perdu du poids, ma tension, etc. Il s'est spécialisé dans un domaine pointu de la médecine, toutefois, il a gardé certains patients, dont moi, qui n'aurait normalement pas affaire là, mais puisqu'il m'a connu lorsqu'il était généraliste, il m'a gardé comme patiente, sachant que les docs de famille son rare ici, à Montréal.


J'ai peu dormi, j'ai mal à la tête. On dirait aussi qu'une ligne de haute tension grésille près de mes oreilles. Ici c'est bizarre. C'est comme si rien ne s'était dit ou passé, malgré que je me sois endormie au salon. Cela me donne l'impression d'avoir rêvé, mes pensées se mêlent, comme si mes sentiments étaient faux. J'ai le vague sentiment d'être la grosse méchante qui fout le bordel pour rien, qu'il faudrait que je mette juste un peu de bonne volonté, malgré que j'ai l'impression de soulever des montagnes.

Je me suis réfugiée dans mon bureau de travail. J'ai fermé les stores, Il me semble que je ne pourrais supporter une autre discussion intensive ... Je suis si fatiguée dans ma tête.

Merci Tee de ta sollicitude.

At.

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 11 oct. 2010, 20:22
par tee
Penses-tu que de parler avec ton médecin à propos de consulter un psy pourrais être une bonne chose? Les psy ne sont pas toujours "humaniste" mais ils connaissent les médicaments et les symptômes. Est-ce que tu sais si il y avait de la dépression dans ta famille? Car parfois, c'est héréditaire.

En lisant, j'ai cru comprendre que tu était une femme homosexuelle, une femme gay comme on dit. Est-ce que tu crois que cela t'a créé des problèmes au point de te pousser à la dépression. Des fois, la dépression est un mélange de surmenage et de problèmes émotifs. Une thérapie pourrait te donner la chance d'exprimer les choses qui t'ont heurté dans la vie et qui peut-être te pousse à te mutiler.

bye! :)

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 11 oct. 2010, 20:51
par Danny
pour faire suite à votre lettre...

Lorsque j'ai appris que mon conjoint était Bipolaire, j'ai toute de suite contacté François Massicotte étant lui aussi Bipolaire je lui est expliquer que mon conjoint avait été diagnostiqués ainsi et que je voulais en savoir plus sur cette maladie. Et il ma donner l'adresse de Revivre.
J'ai lu beaucoup sur le sujet, j'ai même accompagné mon conjoint à ses rendez-vous avec sa thérapeute ainsi que son psy. J'ai posées beaucoup de questions et quelques fois peut-être que je tombais sur les nerfs des gens !!!!!!
La pire chose à dire à une personne Bipolaire.....« donne toi un coup de pied, aide-toi!» Pfffffffffffffff c'est malheureux mais les gens qui disent ceci ne sont juste pas informés sur la maladie !!!!!!
Par contre j'avoue que certains jours sa peut être dur pour le ou la conjointe, mon conjoint ne travail plus ....son psy la déclarer invalide permanent, il a été interné pendant 2 mois, et désolé j'ai toujours dit qu'il n'était pas à la bonne place, depuis son séjour là-bas l'estime de lui est quasi absente, il n'a plus confiance en lui, et il se dénigre énormément. Ça fait moi aussi 10 ans que je vis avec mon conjoint, et nous avons 15 ans de différences (il est plus vieux) présentement nous vivons comme un vieux couple, mais s'il faut passer par là je le ferai, je vais «dealer» avec. De plus pendant que mon conjoint était hospitaliser moi je faisais une dépression majeure !!! Wow suis-je obligé de vous dire que nous faisions un beau couple !!!!
Maintenant je vais beaucoup mieux, j'ai retournée sur les bancs d'écoles, j'ai obtenu mon D.E.S et présentement j'étudie pour devenir secrétaire médicale. Mon conjoint à des ateliers 3 fois semaines, je sais que ça lui demande un énorme éffort de sortir de la maison, mais il le fait et je suis fière de lui. Je ne pense pas retrouver l'homme que j'ai rencontrer il y a 10 ans, mais je garde toujours espoir qu'il retrouvera un sens à sa vie. Cette maladie là est sournoise en se sens que les gens autour jugent énormément et pourtant il ne connaissent absolument rien de cette maladie. Je n'est pas cette maladie, par contre je la côtoit tous les jours depuis 10 ans, et je vois que rien n'est facile pour mon conjoint. Je vous souhaite bonne chance et peut-être qu'il serait bon que votre conjointe se documente sur le sujet...qui sait peut-être qu'elle comprendrait mieux vos humeurs. Anciennement c'Est mon conjoint qui s'occupait des comptes et tout le tralala...maintenant pour essayer de lui calmer les idées et le stress, c'est moi qui gère et le tiens au courant.

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 11 oct. 2010, 21:21
par Danny
;) Merci Tee
Vos commentaires me font du bien, et malgré le fait que quelques fois je me sens égoïste de me permettre des soupers de filles (une fois au deux mois genre !) Oui maintenant je pense un peu plus à moi.
Et quelques fois je l'amène voir des gens, je lui dit que c'est bon changer d'air !!!!
Et il le fait pas longtemps mais il le fait, c'est déjà mieux qu'avant !
Merci encore ! :)

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 12 oct. 2010, 00:22
par Atropos
tee a écrit :Penses-tu que de parler avec ton médecin à propos de consulter un psy pourrais être une bonne chose?

Tee, no money no candy!

Les psy ne sont pas toujours "humaniste" mais ils connaissent les médicaments et les symptômes. Est-ce que tu sais si il y avait de la dépression dans ta famille? Car parfois, c'est héréditaire.

Non, il n'y en a pas.

En lisant, j'ai cru comprendre que tu était une femme homosexuelle, une femme gay comme on dit. Est-ce que tu crois que cela t'a créé des problèmes au point de te pousser à la dépression.

Je suis une femme qui vit avec une femme, oui, et non je ne suis pas gay :mrgreen: Non, j'assume très bien mon saphisme. Je le sais depuis toujours et je suis bien intégrée dans mon milieu depuis plus de 40 ans. Et je ne vis pas en «ghetto».

Des fois, la dépression est un mélange de surmenage et de problèmes émotifs. Une thérapie pourrait te donner la chance d'exprimer les choses qui t'ont heurté dans la vie et qui peut-être te pousse à te mutiler.
bye! :)
J'ai déjà sept longues thérapies derrièrement depuis les 25 dernières années. Je suis workalcoolique et je peux travailler 90 à à 128 hs semaine. Je travaille parfois 48 heures non stop.

La mutilation me fait du bien, transfert la douleur intérieure à l'extérieure et là, je peux la soigner. Il faut dire que je ne suis pas extrême, mais j'ai besoin de ressentir et de soigner, pour que le calme reviennent en dedans.

Là J'ai trouvé ce lieu, j'ai pu m'extérioriser ... ce soir, je suis plus calme.


Je dois ajouter que faute d'argent, parfois je dois attendre jusqu'à 4 jours avant de trouver des $$$ pour payer mes médocs.

A+

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 12 oct. 2010, 00:30
par Atropos
:arrow: À Danny : Je ne suis pas bi-polaire, je suis en dépression majeure. Cependant, j'ai su le mois passé que ma belle-soeur l'était elle. Personne ne l'a su dans la famille.

Cordialement

At.

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 12 oct. 2010, 07:27
par Danny
@ Atropos
Je vais reprendre une phrase que mon psy et celui de mon conjoint mon déjà dit.....«s'il serait possible de mettre tous nos patients dans le plâtre afin que le monde autour comprennent mieux, ont le ferait!»
Les personnes qui ne comprennent pas et ne veulent pas comprendre trouve que les personnes dépressives ou ceux qui sont diagnostiqués Bipolaire s'écoute beaucoups.... pourtant ont s'entend pour dire que se sont des préjuger rien de plus!
Ils ne savent pas à quel point leurs paroles peuvent être blessantes!!!!
J'ai moi-même été en dépression majeure, ça quand même duré 2 ans....maintenant je vais beaucoup mieux encore sous médication mais je sens que je suis sur la bonne voie! Je pensais énormément aux autres avant , je ne voulais pas déplaire à personnes...Maintenant avant de prendre une décision je me répète toujours cette question....« Le fais-tu pour toi ? ou pour plaire à quelqu'un ?» J'ai encore du chemin à faire sur ce côté mais en comparaison à il y a 3 ans je pète le feu aujourd'hui !!!!!
Je vous souhaite Bonne chance ;)

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 12 oct. 2010, 14:20
par Cloclo
8-) :roll: [/b]Bonjour Atropos ! Ne lâche surtout pas, tu vas voir qu'un jour, tu vas ressentir un petit bien-être intérieur. Je te comprends tellement, moi ça va faire 11 mois le 30 octobre que je suis en arrêt de travail pour dépression majeure. Je trouve que ma guérison est longue, j'ai des journées où ça va pas trop pire et d'autres je ne ressens pas trop de bien-être ou plaisir intérieur. Ma marche quotidienne et mon atelier de yoga du rire et de relaxation m'aide à un petit bien-être, mais ce que je ne comprends pas est pourquoi cela dure deux ou trois jours seulement... Bizarre le chimique du cerveau des fois. Ma mère a fait une dépression majeure qui a duré deux ans vers 49ans et a été diagnostiquée bipolaire vers l'âge de 55 ans. Mon médecin m'a dit que dans mon cas c'est probablement hériditaire puisque ma fille a fait une dépression en 2008 qui a duré quelques mois et ma soeur en a faite une cet hiver quia duré 6 mois. Tout comme toi, j'ai vraiment hâte de reprendre ma vie normallement, je sais que je vais y arriver un jour. Alors Atropôs garde l'espoir, même si il est minime car le rayon de soleil reviendra à nouveau dans ta vie et ton intérieur. ;) ;) :P

Re: Le jugement des autres fait mal autant au conjoint

Posté : 13 oct. 2010, 20:13
par tee
Danny a écrit :@ Atropos
Je vais reprendre une phrase que mon psy et celui de mon conjoint mon déjà dit.....«s'il serait possible de mettre tous nos patients dans le plâtre afin que le monde autour comprennent mieux, ont le ferait!»
Les personnes qui ne comprennent pas et ne veulent pas comprendre trouve que les personnes dépressives ou ceux qui sont diagnostiqués Bipolaire s'écoute beaucoups.... pourtant ont s'entend pour dire que se sont des préjuger rien de plus!
Ils ne savent pas à quel point leurs paroles peuvent être blessantes!!!!
J'ai moi-même été en dépression majeure, ça quand même duré 2 ans....maintenant je vais beaucoup mieux encore sous médication mais je sens que je suis sur la bonne voie! Je pensais énormément aux autres avant , je ne voulais pas déplaire à personnes...Maintenant avant de prendre une décision je me répète toujours cette question....« Le fais-tu pour toi ? ou pour plaire à quelqu'un ?» J'ai encore du chemin à faire sur ce côté mais en comparaison à il y a 3 ans je pète le feu aujourd'hui !!!!!
Je vous souhaite Bonne chance ;)
Moi, je n'ai pas eu un psy comme cela. C'était en 1984 par contre...Ils étaient deux et ils ne s'entendaient pas sur le diagnostique. Mon psy disait que j'étais bipolaire puisque le lithium avait agit si rapidement, m'avait "rationnalisé". L'autre disait que j'étais schizophrène. Finalement, celui qui est devenu mon psy pour les 20 années suivantes a hérité de mon dossier et de moi, comme patiente.

Cette homme là était très intelligent mais se donnait des airs de "Colombo". Il faisait un peu l'innocent pour qu'on n'ait pas peur de parler avec lui. Au fil des ans, même dans mes déboires les plus honteux, il ne m'a jamais laisser tombé. Il ne m'a jamais montré du dédain ou du snobisme. Lorsqu'il est devenu le chef du département de psychiatrie, il a du céder mon dossier à une interne. Une interne qui marchait avec des talons aiguilles et qui s'embaumait de parfum "poison" de Christian Dior. Il n'y avait aucune chimie entre nous deux et pendant que j'étais sous ses soins, j'ai tenté de me suicider 2 fois.

La deuxième fois, l'infirmière qui prend les prises de sang en psychiatrie est venue me voir à la pharmacie. En ce temps là, il n'y avait pas d'ass. médicaments du gouvernement. Chaque hopital avec une aile psychiatrique devait fournir les médicaments aux personnes atteintes, 2$ par prescription. L'infirmière m'a dit d'aller à l'administration pour demander un transfert de psychiatre dû à mon état de santé. Il n'y en avait pas de disponible alors mon bon psy m'a reprise. Mes RV étaient à 8 h le matin et à 9 h, il partait voir les dépressifs qui étaient hospitalisés.

J'ai finit, avec son aide, à devenir stable et à ne plus avoir d'épisodes. Il m'a apprit à parler, à m'extérioriser. Autrement, je parlais juste quand j'étais ben gelée. Je me suis rendue à 47 ans et c'est grâce à lui. Il ne m'a jamais fait d'avance, il ne m'a jamais jugé, il ne m'a jamais rejeté.

Est-il le seul psy qui se soucie de ses patients? Je ne crois pas que c'est bon de généraliser ou de mettre tout le monde dans le même panier. Ils font des études, ils ont un internship à faire et à mon avis...ils doivent surement savoir de quoi ils parlent. Il y a des bons psys, il y a en des mauvais. Mais c'est pareil pour les dentistes, les médecins de familles......et les gynécoloques.

Si j'écris ce soir, c'est grâce à lui. Sinon, je serais morte et enterrée.

Bonne nuit,

tee xoxo