itinéraire d'un bipolaire

(maniaco-dépression)
zed
Messages : 19
Enregistré le : 17 déc. 2016, 14:03

itinéraire d'un bipolaire

Message par zed » 17 déc. 2016, 14:34

Bonjour, j'aurai besoin de vos conseils et de votre expérience... Tout d'abord un petit résumé de ma situation.

Je suis un homme célibataire et sans enfant, j'ai 39 ans. Mes premières grosses crises ont commencées en 2009: trouble du sommeil, de l'appétit, sautes d'humeur, addictions multiples (cigarettes, alcool, hash...) A l'époque j'ai démissionné d'un CDI alors que tout allait plutôt bien au niveau professionnel, sur un coup de tête, j'ai eu envie de faire autre chose...

C'est à cet époque que j'ai commencé à me scarifier, comportement que j'avais déjà eu à l'adolescence mais de manière bien plus limité ( j'étais déjà addict à de nombreuses choses...) Je n'ai pas eu une adolescence facile: nombreux déménagements, divorce de mes parents, problèmes psy de mon petit frère (internement en HP pour décompensation psychique il me semble). Je n'ai sans doute pas un terreau favorable au niveau héréditaire (suicides ou tentatives, bipolarité, dépression...)

J'ai vu un psychiatre en 2009 qui m'a donc diagnostiqué comme bipolaire mais il parlait peu et je n'en sais pas plus... Les médicaments m'assommaient et j'ai vite arrêté.

Il y a 2 ans j'ai un peu craqué... alcool+xanax, j'ai appelé le samu car je partais mal, mais je suis reparti des urgences sans rien demander au bout de quelques heures...

Cet été j'ai eu une grosse crise d'angoisse (liée à mon nouveau boulot), les urgences n'ont pas voulu me prendre en charge :/ Je me suis à nouveau scarifié pendant quelques semaines, un peu moins que précédemment heureusement.

Et donc jeudi dernier, sans raison, j'ai pas mal bu et et pris une dizaine de somnifères (stilnox) en stock... je me suis réveillé aux urgences sans savoir qui avait prévenu les secours... gros stress. Je suis ressorti contre avis médical, le psy voulait que je sois interné...

J'ai pris un RDV avec un psy addictologue, cependant je ne sais pas trop quoi faire d'autre... Voir un autre psy qui va m'orienter vers de médicaments donc je risque d'abuser un jour de crise? Suis-je vraiment bipolaire ou plutôt border-line?
Modifié en dernier par zed le 23 mai 2018, 16:30, modifié 1 fois.

Nath2727
Messages : 3440
Enregistré le : 12 juin 2015, 14:52
Localisation : Québec

Re: help

Message par Nath2727 » 17 déc. 2016, 16:33

Pour répondre à ta question: seul un médecin pourra faire le diagnostic...
Quand tu prends des médicaments et de l'alcool, est-ce que c'est une réelle tentative de quitter la vie ou un appel à l'aide?
Le suicide n'est pas une option, même si il y en a dans ta famille.
Il y a toujours d'autres solutions.
Je ne pense pas qu'un psychiatre digne de ce nom prescrirait des benzos à un patient suicidaire...
Il irait sans doute plus avec un traitement de fond de la dépression plutôt qu'un traitement sporadique qui ne guérit rien.
Je crois que tu as besoin d'une aide professionnelle et si ça passe par une hospitalisation, tu dois être conscient, à ton âge, que c'est la meilleure des solutions.
Mais tu quittes souvent l'hôpital contre avis médical, jusqu'où veux-tu t'aider?
Le temps ne respecte rien de ce qui a été fait sans lui.

zed
Messages : 19
Enregistré le : 17 déc. 2016, 14:03

Re: help

Message par zed » 17 déc. 2016, 16:58

Merci pour ta réponse.

Effectivement je pense qu'un diagnostic médical me permettra de mieux comprendre ce dont je souffre... Mais pour cela il faut trouver le bon médecin, avoir le temps, la volonté et les moyens financiers qui le permettent....

Je ne pense pas souhaiter mourir bien que personnellement cela m'indiffère, je me retiens car je ne veux pas attrister ma famille et mes amis... En même temps ma relation aux autres est aussi une cause de mes souffrances, je culpabilise pour le moindre de mes propos mal perçu et toute critique à mon égard qui ne me semble pas justifiée.
Je suis de nature plutôt réservé et exprime rarement ce que je pense sauf en cas d'énervement, ce qui m'arrive très rarement.
Si je veux me faire soigner c'est essentiellement pour ceux que j'apprécie, je ne veux faire souffrir personne.

Et si je quitte à chaque fois l'hôpital, c'est que d'être enfermé et en ville me rends encore plus dingue. :(

PS; désolé pour mon langage et le titre de mon post mais je suis Français et ne parle donc pas le Québecois couramment, pour être déjà allé dans votre beau pays, je pense un jour m'expatrier pour vous rejoindre ;)

blondebleue
Messages : 1748
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: help

Message par blondebleue » 17 déc. 2016, 18:21

Zed je me souviens de toi, tu venais sur le forum il y a qqs années?

L'évidence est devant toi, à toi de choisir si tu veux la regarder vraiment.

La médication nous fait tous vivre des effets secondaires, ça demande de la patience et de la volonté pour accepter de cheminer pour trouver la combinaison qui peut être tolérable et efficace pour chacun.

Les meds t'assommaient, soit. On se retrousse les manches et on discute avec son psy et on fait des ajustements jusqu'à trouver ce qui fonctionne. Personne ici n'a conservé son cocktail initial. Plusieurs sont vivants et mieux après avoir cheminé pour arriver à leur cocktail actuel.

Arrêter la médication n'est pas une option. Sortir de l'hôpital sans suivi n'est pas une option.
Si tu veux aller mieux...

Il y a plusieurs de tes compatriotes ici sur le forum qui pourront te dire comment trouver l'aide professionnelle dont tu sembles avoir besoin. Profites-en.

sassandra
Messages : 447
Enregistré le : 19 sept. 2016, 10:30

Re: help

Message par sassandra » 18 déc. 2016, 02:00

zed a écrit :
J'ai pris un RDV avec un psy addictologue, cependant je ne sais pas trop quoi faire d'autre... Voir un autre psy qui va m'orienter vers de médicaments donc je risque d'abuser un jour de crise? Suis-je vraiment bipolaire ou plutôt border-line?
Bonjour,

les psy sont des pros - Pourquoi ne pas leur faire confiance ?
Et que change actuellement dans ta situation le diagnostique ?
Les même médicaments dans leur diversité sont utilisité pour différentes maladies psy...

La bipolarité a un fort terrain héréditaire
la dépendance aussi
Les bipolaires ont de très fortes tendances à des addictions multiples

Je peux confirmer - chez moi père grand mère frère fille
sont toxico alcoolo - quand à la bipolarité le diagnostique n'a pas été émis
mais pour ma grand mère ça n'existait pas à l'époque
et la dépendance pour les autres masque le fond de la maladie

sassandra
Messages : 447
Enregistré le : 19 sept. 2016, 10:30

Re: help

Message par sassandra » 18 déc. 2016, 02:17

zed a écrit :
J'ai pris un RDV avec un psy addictologue, cependant je ne sais pas trop quoi faire d'autre... Voir un autre psy qui va m'orienter vers de médicaments donc je risque d'abuser un jour de crise? Suis-je vraiment bipolaire ou plutôt border-line?
je suis une ancienne toxico- alcoolo dépendante
j'ai arrêté depuis 23 ans les produits
ma bipolarité a été diagnostiquées il y a juste 12 ans et perso
je considère que je devais d'abord traité ma maladie de la dépendance
qui alliée à ma maladie psy entraînait une perte totale de la maîtrise de ma vie...
Quand le diagnostique de maladie psy a été fait,
ça m'a nullement perturbé
Cesser les produits avaient déjà tellement amélioré ma vie
que yavait pas photo - à savoir que les toxiques sont des psychotropes
qui altèrent le comportement donc altèrent encore plus ma maladie psy
et de plus alcool et cannabis pour ma part
sont largement dépressogène ( déclencheur de dépression)

Donc dans mon cas
je ne vois pas comment j'aurais pu prendre en compte ma maladie psy
si j'avais continué à fonctionner avec les produits.

Pour ma part , c'est bien le rv avec l'addictologue
Sache que si il y a prescription médicale
il y a à l'heure actuelle des nouvelles générations de médicaments
qui ne provoquent pas d'acoutumance et avec lesquels on ne peut pas se droguer
j'avais biens sûr essayé , mais l'effet était nul niveau défonce
Mon traitement de bipolaire , c'est pareil - aucune envie de me "défoncer"
avec ça - bien sûr j'ai essayé - effet désolant pour une addict

Ton addictologue a l'habitude de voir de bipo
ou border line, ce que tu veux ..
Ce qui compte en priorité c'est l'abstinence de psychotropes inutiles
alcools cachets ce que tu veux
(moi j'ai tout gobé - x3 si possible plus il y avait d'interférence
plus ça me plaisait les mélanges : je suis encore vivante , j'ai de la chance
la plupart de mes potes du moment sont morts, ou en prison)

J'ai été suivi par un alcoologue
et ça m'a beaucoup aidé
d'avoir à faire à quelqu'un au fait de la problématique dépendance

Ce n'est que mon avis
issus de mon expérience

Bon courage à toi

zed
Messages : 19
Enregistré le : 17 déc. 2016, 14:03

Re: help

Message par zed » 18 déc. 2016, 04:27

Merci pour vos conseils et témoignages.

Je verrais ce que me propose l'addictologue demain, cela me permettra sans doute d'y voir plus clair.

@blondelbeue: je n'ai pas souvenir d'avoir posté sur ce forum... mais j'ai une très mauvaise mémoire!

blondebleue
Messages : 1748
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: help

Message par blondebleue » 18 déc. 2016, 09:28

Bizarre, en faisant une recherche pour Zed comme auteur, on retrouve presque 400 messages écrits par un pseudonyme zed.

C'était peut-être un autre...

Bonne chance pour ta rencontre avec le psy, je te souhaite que ce soit le début d'une solution pour toi.

Nath2727
Messages : 3440
Enregistré le : 12 juin 2015, 14:52
Localisation : Québec

Re: help

Message par Nath2727 » 18 déc. 2016, 10:41

Salut Zed,

tu ne sembles pas avoir eu une vie facile.
Mais ne laisse pas ton passé devenir garant de ton présent et encore moins de ton futur.
Je crois que tu as quelques options devant toi mais que tu as besoin d'un peu d'énergie pour faire les bons choix.
Fais-toi confiance, sinon qui le fera?

Moi aussi je suis Française, expatriée depuis 25 ans donc plus très Française en fait :lol: .
Je connais la réalité des soins de santé en France et la difficulté de trouver un bon médecin et surtout celui qui prendra le temps de nous écouter et de bien nous traiter.
La différence est qu'ici, le psychiatre (gratuit) ne s'occupe que des prescriptions médicales, le psychologue (que nous devons payer) lui, prend le temps de nous écouter mais ne peut prescrire.
Tandis qu'en France, le psychiatre se réserve un laps de temps pour écouter son patient.

Prends le temps de te reposer, de recharger tes batteries.
Analyse la situation avec du recul.
Et surtout, sois doux avec toi!
Le temps ne respecte rien de ce qui a été fait sans lui.

sassandra
Messages : 447
Enregistré le : 19 sept. 2016, 10:30

Re: help

Message par sassandra » 18 déc. 2016, 11:28

Nath2727 a écrit : Tandis qu'en France, le psychiatre se réserve un laps de temps pour écouter son patient.
Détrompte toi, l'avant dernier psychiatre que j'ai vu
m'a dit : "qu'attendez vous de moi"

"que vous me donniez des stratégies pour gérer ma maladie"

" pour la bipolarité ya que la médication" - pan !!! prends ça dans la tête
bye bye ciao

la psy du centre médico psychologique
est surbookée et donc vu que je suis pas une urgence
elle fait juste que me renouveler le traitement qui m'a sorti du dernier down de deux mois
Je suppose que si je vais pas bien elle prendra le temps
On est en zone rurale et ils sont surbookés
En fait ce sont les infiermières psy qui font le relais

En ville j'en avais vu un, mais il avait passé la séance à me reluquer les seins
(je plaisante pas) , j'ai passé l'entretien les bras croisés hyper mal à l'aise- peut être - sûrement un pervers

L'avant avant dernier, est rentré , s'est assis , a croisé les bras et a attendu.en silence ( une école je crois)
j'étais avec ma fille, ça m'a rendu tellement nerveuse qu'en décroisant les jambes
j'ai shooté dans une table de gosse devant moi qui a volé contre le mur
avec ma fille on a eu une crise de fou rire nerveux - ça a coupé court.on est jamais revenues

l'avant avant avant dernier, avait l'air carrément shooté
il avait peut être pris du codéiné pour soigner sa grippe
quand il a dit à ma fille qu'elle devait taper dans sa tire lire pour financer ses séances
elle lui a répondu : "ouais , c'est ça , comme ça t'auras du black pour te payer ta dope"
on est jamais revenues

:D :D :D :D :D

Répondre