Grosse dépression du bipolaire

(maniaco-dépression)
Répondre
vero
Messages : 3
Enregistré le : 01 nov. 2010, 09:07

Grosse dépression du bipolaire

Message par vero » 06 nov. 2010, 17:24

Bipolaire depuis 4 ans, 2 épisodes hauts et 2 bas. Le dernier remonte à environ 8 mois et depuis en déprime permanente. Pourtant quand je travaille ça va, je ne pense à rien je suis occupée. Mais chez moi je me traîne voire je ne fais rien, je suis comme bloquée dans mon passé, un mariage que j'ai détruit avec ma maladie, toutes mes connaissances envolées aussi avec ma maladie que personne n'a considéré comme tel... Du coup moi qui étais sollicitée car dynamique, moi qui étais bien dans ma peau, qui ne pouvais pas rester inactive, ne m'ennuyais jamais, avais plein d'envies et de joie de vivre me voilà tout le contraire. Et je ne me connais plus, j'ai l'impression de cohabiter avec une étrangère, je ne sais plus qui je suis, comment m'occuper. J'ai souvent l'impression d'être morte, je souffre terriblement, je n'arrête pas de pleurer souvent en boule toute la journée dans mon canapé jusqu'à m'endormir et quand je me réveille plus aucune force même pas envie de manger bref je vis en enfer le week-end. Et pourtant je prends un régulateur d'humeur, un anti-dépresseur (mais je l'arrête, il ne me fait rien du tout) et je vois un psy tous les quinze jours. J'ai aussi 2 enfants en garde alternée... Je ne comprends pas pourquoi ça ne passe pas, il paraît que le temps aide mais moi il aggrave les choses, ma culpabilité, mes regrets, ma solitude tout empire. Je pensais aussi que la reprise du boulot aillait m'aider mais ça ne marche que la semaine comme un répit mais nullement comme une thérapie. Le laisser aller s'est emparé de moi, je suis dans un cercle vicieux et j'arrive pas à en sortir, tout est de plus en plus noir!!! Que faire?

homgranby
Messages : 12
Enregistré le : 12 juin 2010, 18:57

Re: Grosse dépression du bipolaire

Message par homgranby » 10 nov. 2010, 18:06

Moi aussi, j'ai vécu cela. Et parfois je le revive, mais moins intensément. Je n’avais dans le temps aucun médicament pour dormir. Mon médecin ma prescrire un médicament pour dormir. J'ai dû aussi accepter la solitude, cela a été très dur, mais maintenant je la vie mieux. Je pense que tu dois te pardonner pour ton passé et voir le futur comme un défi. Regarde les personnes qui ont la cancer ou autre maladie chronique. Ils font un combat tous les jours contre leur maladie. Nous devons faire comme eux selon moi. Nous devons faire face à notre maladie chaque jour.

Cabotine
Messages : 474
Enregistré le : 14 févr. 2010, 18:32

Re: Grosse dépression du bipolaire

Message par Cabotine » 19 nov. 2010, 11:03

Salut.

Moi aussi j'ai certains regrets dûs à la maladie. Il est vrai que les gens n'ont pas tendance à voir la maladie comme tel, ils voient un défaut de comportement, n'y comprennent pas grand chose et ils s'écartent, tranquillement, pour ne pas faire style ''je te plante là parce que ta bipolarité ne me plaît pas''.

J'ai aussi fait face à ça: le déni de la maladie. Ça ne venait pas de moi mais bien de certains proches. Ils nous voient vivre un épisode. Alors ils réagissent, puis on leur explique ce qui s'est passé. C'est correct, ils donnent l'impression qu'ils ont compris. Puis les choses redeviennent normales. Lorsqu'un deuxième épisode survient, là, à ce moment-là, ils nous lâchent. C'est le caractère chronique de la maladie qu'ils ne saisissent pas. Ils croient que c'est terminé, qu'on est passé à autre chose et que plus jamais ça ne se produira... mais non, quand on est bipolaire, tout est un éternel recommencement, on en voit pas vraiment la fin parce qu'il n'y a pas de fin. C'est ça qu'ils ignorent la plupart du temps. Alors quand ils s'aperçoivent que les épisodes surviennent à nouveau, ils perdent confiance en nous, ils se rendent compte de toute la complexité du problème et ils baissent les bras.

Si on parlait de cancer, ça serait totalement différend: une récidive se pointe à l'horizon? Qu'à cela ne tienne, nous serons tous là pour t'épauler! Tout est de la faute au méchant cancer (et c'est vrai), le malade n'est absolument pas responsable de sa maladie. Or, pour ce qui est de la maladie mentale, ce n'est pas comme ça que ça marche. On est vus comme étant responsables de notre maladie, pas comme étant des victimes de notre cerveau qui fonctionne mal parfois. On ne peut le guérir, on ne peut que le contrôler, mais ça ça passe dans le beurre. Les autres nous voient comme étant entièrement responsables de nos actes et de nos émotions... ce qui n'est pas le cas, visiblement. Alors quand un épisode survient, ce n'est pas la maladie qu'on pointe du doigt, mais nous. Et les gens quittent le navire parce qu'ils nous jugent assez durement vis-à-vis de ça.

C'est ce qu'on appelle le préjugé. Et, en maladie mentale, il y en a tout un tas de préjugés dont celui-ci. Qu'un pédophile soit jugé en cour comme n'étant pas responsable de sa maladie à cause de troubles psychiatriques, c'est correct. Mais quand un bipolaire apparemment sans tache à son dossier pète un plomb, là il devient responsable aux yeux de ses proches. Les amis quittent, ils voient là un manque de volonté de sa part alors qu'en fait, il n'en est rien et, la plupart du temps, on subit nos affres seuls.

Parmis tous les préjugés qu'il existe pour la maladie mentale, c'est celui-là qui me tape le plus.

En tout cas, je sais pas si c'est pertinent ce que je dis mais voilà, c'est une opinion comme une autre.

@Vero: Ces moments-là finissent par passer, d'une façon ou d'une autre. Parles-en à ton médecin, il y a certainement quelque chose que tu peux faire pour alléger tes symptômes. Je trouve ça bien que tu travailles quand même, ça t'évite de souffrir autant à la semaine longue.

Le weekend, va dehors le plus souvent possible, prends des marches. Ça aide énormément.

@Homgranby: Je trouve que tu as raison: tous les malades de ce monde combattent leur maladie jour après jour et nous devons faire comme eux. La nuance c'est que nous, nous sommes les combattants de l'ombre. On fait face à la maladie en silence, on combat seul la plupart du temps et on recherche toujours la lumière, contre le mal-être.
No human

laure33260
Messages : 4
Enregistré le : 29 nov. 2010, 03:49

Re: Grosse dépression du bipolaire

Message par laure33260 » 29 nov. 2010, 05:15

merci pour tes témoignages ou je me retrouve enormement. je vois que je ne suis pas seule face a ce fleau.

EZtakeit
Messages : 8
Enregistré le : 10 janv. 2011, 12:17

Re: Grosse dépression du bipolaire

Message par EZtakeit » 10 janv. 2011, 12:51

Bonjour à vous

Je suis bipolaire depuis 10 ans, (4 crises)
Je comprend se que vous ressentez, car on passe un peu tous par la solitude et la déprime
Tout se que je peux dire, c'est que dans certains cas, nos chère familles ne savent pas comment réagir à notre situation qui est différente pour chacun d'entre nous ...
Ma mère reste présente, mais ne sait généralement quoi faire...
Mon jeune frère dit que c'Est une question de mental (il est drôle celui-là) ;)
Je crois que nous pouvons tout de même essayer de leur expliquer nos besoins (ça vaut la peine d'essayer)

Je crois aussi que le pire que nous pouvons faire c'est d'Attendre que le vent tourne de lui-même... Desfois, j'avoue que c'Est plus difficile, mais dès qu'on s'en ressent capable, on fait un effort pour s'en sortir... je suis en accord avec toi homgranby...
Il faut se battre le plus souvent possible... comme n'importe quel autre maladie

Lâcher pas gang! EZtakeit

Répondre