Le Café

(maniaco-dépression)
Ouena
Messages : 2091
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Le Café

Message par Ouena »

Bonjour Sky, je vais ventiler ici un peu, peut-être ça va me faire du bien. En fait je me sens comme si c'était l'automne, retour à la normale après les vacances, moins d'énergie, tristesse.... trouve la vie plate.... j'espère juste que ça va demeurer stable et pas aller encore en descendant. Je sais qu'il faut pas que je laisse ces pensées m'envahir, j'ai recommencé à faire plus de méditation, j'avais abandonné un peu. ¨Ça donne rien de ressasser tout ça. Faut dire que pour moi c'est tout ou rien, le juste le projet d'aller à la bibliothèque peut me rendre euphorique des fois, comme quoi je suis fière de faire quelque chose par moi-même pour une personne dépressive etc... puis vient un temps ou ce n'est plus nouveau... alors ça me déprime de faire la même chose sans l'euphorie. Je me tanne vite de tout. Je trouve ça plate parce que c'est ma personnalité qui est en jeu, pas ma maladie... ça se change pas comme on veut.... Alors je prend la résolution de faire plus de méditation et de rester dans le moment présent le plus possible. Merci Sky pour les ondes. Donnes nous des nouvelles de ton ajustement de médication 3.14. Bonne journée à tous, on lâche pas!
Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Le Café

Message par 3.14R »

C'est pas facile des fois. Qui a influencé quoi? La condition bipolaire a t elle modifié notre personnalité ou est ce notre personnalité qui a fait apparaitre la condition bipolaire? Qui est arrivé en premier: l'oeuf ou la poule?

Je m'en vais voir mon psy pour savoir si on change ma médication ou si on la laisse tel quelle. Je vous en donne des nouvelles. Je dors moins mais encore trop. :roll:
21h
Messages : 135
Enregistré le : 14 mars 2018, 15:00
Localisation : Bordeaux, France

Re: Le Café

Message par 21h »

Merci Ouena de penser à nous.
Pour la bibliothèque, tu vas y lire quoi? Des romans?

3.14r j'adore aussi mettre de l'ordre. Ce week-end , j'ai rangé une bonne partie de la maison, fait du ménage. Ca m'a fait du bien. Ca n'a pas empêché les tristes pensées de venir me voir.
Et comment ça s'est passé avec ton psy?

La mienne m'a demandé aussi l'élément déclencheur de mes idées noires. Je n'ai pas encore su précisément identifier. Vous savez vous?

3.14r je trouve aussi que j'ai eu plusieurs vies. Certaines sont enfouies loin loin.
J'adore ton projet d'écriture. Ma sœur aussi écrit( des poèmes), Ca lui fait du bien. C'est important d'avoir u moyen de faire le tri , le point.

D'ailleurs, vous connaissez des romans traitant de la bipolarité? J'ai lu un livre de Delphine de Vigan sur sa mère bipolaire, vous l'avez lu?
21h
Messages : 135
Enregistré le : 14 mars 2018, 15:00
Localisation : Bordeaux, France

Re: Le Café

Message par 21h »

Et question comme ça. Le psy qui m'a diagnostiqué m'a dit qu'un des éléments du diagnostique était ma dépression majeure très jeune. Vous avez fait une dépression très tôt vous aussi?
Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Le Café

Message par 3.14R »

Je vous lis et je voudrais tant... Mais. Chacun y va à sa manière en fait. Personne ne réagit de la même façon à un même événement. Tous nous sommes différents. C'est la couleur du tissus social. Ce qui fonctionne pour un ne fonctionne pas nécessairement pour un autre. Mais en gros on se comprends. On s'entends que c'est plus difficile pour nous qui sommes bipolaires ou qui avons une condition de faire face à un quotidien parfois banal. La solidarité que j'ai découvert sur le forum m'aide et m'inspire à utiliser des techniques différentes de celles que j'utilise d'habitude. J'ai les mêmes limitations que beaucoup d'entre vous. Je connais l'anxiété, le découragement, la peur, l'ennui, la tristesse et j'affronte moi aussi l'inconnu avec la crainte et le stress de ne pas être à la hauteur. Je ne dis pas que c'est comme ça pour vous, je dis que c'est comme ça pour moi.

Chaque témoignage que je lis me dit qu'il y a quelqu'un au bout du fil qui lutte, comme moi. Quelqu'un qui connait ce que je connais du découragement, de la dépression et de la destruction. Comme si nos personnalités étaient décentrées mais quand même, elle nous permettent de vivre des expériences positives et lumineuses. La vie vaut la peine de lutter. TOUT ce qui vit lutte. Nous on voudrait vivre dans la ouate et le bonheur mur à mur, ça vient d'où cette utopie? Le bonheur est une énergie qui passe et qui nourrit ceux qui sont sensibles à sa présence. Je pense qu'on est plus ou moins sensible au malheur comme au bonheur. Il y a bien des situations où notre cerveau est affecté par la maladie. De là la médication. Mais lorsque le cerveau est stabilisé, les thérapies servent à quoi en fait?

Je lance la question: Nous avons presque tous suivis des thérapies alors je me demande, selon vous, ça sert à quoi une thérapie?

Il n'y a PAS de bonnes réponses, on fait juste jaser autour d'un café, d'un thé, d'un breuvage, moi ça m'aiderait à y voir plus clair dans mes attentes envers les thérapeutes. Évidemment, personne n'est obligé de répondre, c'est juste ma bulle du matin qui me fait parler comme ça, :lol:

Bonne journée à toutes et à tous, avec des pointes de lumière et de paix.
_______

Pour ce qui est des meds, on change rien pour moi. Je dors moins, je dormais 16h par jour alors que maintenant je suis entre 8h et 10h. Mon psy attends la lithémie pour voir mais mon intuition c'est que je vais demeurer à ce dosage pour un bout. Je le vois en décembre sauf s'il y a urgence. Je ne veux pas qu'il y ait urgence.

Ouena: … Un peu de bonheur à chaque jour? On peut syntoniser la fréquence de cette énergie je crois. Dans les petites choses, dans une respiration de l'instant, dans un geste bien posé, dans une pensée bien articulée. Tu as raison de t'approcher de l'instant présent, je suis comme ça moi aussi.

21h: Je n'ai jamais lu Delphine de Vigan. Je serais surpris qu'ils aient ça à la bibliothèque du village. Haha :lol: . J'ai eu une enfance difficile et je pense aujourd'hui que oui, j'ai été dépressif à l'occasion, de longues périodes. Et il m'arrive chaque jour de "m'activer" (expression empruntée à une amie ;) tout comme tu l'as fait dans tes activités de rangement. Non, ça n'empêche pas les pensées tristes, je pense qu'il faut les recevoir ces pensées, jusqu'à un certain point et voir ce qu'elles veulent nous enseigner. Après un temps moi je les repousse. J'invite autre chose dans ma tête. Des projets, des rêves, des pensées plus lumineuses. Je prends ça comme un travail ;)
Ouena
Messages : 2091
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Le Café

Message par Ouena »

Pour répondre à 21h, oui sans diagnostic j'ai sûrement été dépressive enfant, je me souviens j'étais triste et ma sœur essayait de me consoler presque tout le temps, j'avais le mal de vivre.

Pour répondre à 3.14R, j'en ai fait beaucoup de thérapie dans ma vie, une qui m'a le plus aidé c'est la thérapie cognitivo-comportementale, je me souviens le psy m'avait appris à décortiquer mes émotions et à trouver 5 interprétations différentes pour chaque événement ainsi je voyais l'effet sur mes émotions, comme quoi l'interprétation qu'on fait a du pouvoir sur nos émotions. Une qui m'a beaucoup aidé c'est l'approche mémo-corporel 1h de parlotte et 1 de massage qui aidait à débloquer les émotions. Parfois c'était juste d'avoir du soutien ou de pouvoir ventiler. Je me suis rendue compte au bout de tout ça que ce que je voulais c'était me changer profondément, devenir une autre personne et ça ce n'est pas vraiment possible alors j'ai arrêté les thérapies depuis une dizaine d'années, j'ai appris à m'accepter et l'âge aide les traits de personnalités limite, plus de tolérance à la détresse etc. J'ai un ami qui dit qu'il n'y a aucun avantage à vieillir, moi j'en trouve plein, plus de sérénité plus d'acceptation, plus de connaissance de soi etc... maintenant ma thérapie c'est la méditation, c'est fou le pouvoir que ça a sur le hamster. Je suis bien paresseuse mais quand je fais de l'exercice physique je me sens bien physiquement et mentalement pendant plusieurs jours.

J'ai hâte de lire vos pensées sur la thérapie.

Pour répondre encore à 21h (je suis pas en ordre) je lis des romans, en ce moment je lis Dans sa bulle de Suzanne Myre, cette écrivaine a un humour particulier. Et toi lis-tu?

Dans un autre ordre d'idées, ça faisait un mois que j'avais envie de manger ce qu'on appelait dans mon enfance des saucisses au lard avec de la purée en poudre, eh bien je me suis fait ce plaisir hier. Ils ont amélioré les patates en poudre, on dirait des vrais patates! :lol: Un petit plaisir par jour devrait être notre devise.

Bonne journée! Je vous envoie plein de belles pensées!
Lollipop
Messages : 105
Enregistré le : 06 mai 2014, 20:42

Re: Le Café

Message par Lollipop »

La therapie pour moi n'a jamais été d'un grand secours. Est-ce que cest moi qui ne sait pas comment s'y investir? Peut etre... Jai fait une therapie par le jeu quand jetais enfant, pour des troubles anxieux et ca fonctionnait mais en tant qu'adulte je n'ai pas l'impression davoir deja réglé quelque chose en therapie... Ca fait du bien de parler, mais vous parler à vous m'apporte plus qu'à un thérapeute. Jai besoin de parler a des gens qui comprennent, et je ne suis pas sure qu'un therapeute comprend toujours.
J'ai une petite question pour vous: trouvez-vous que les gens normaux sont plates? J'ai l'impression qie cette insouciance que j'ai n'est pas commune dans mon entourage. Je suis toujours partante pour tout sans me soucier des possibles conséquences, alors qu'elles semblent être un frein pour bien des gens. Pourtant avant j'étais anxieuse et je m'en faisais avec tout, maintenant j'ai juste envie de vivre et d'arrêter d'étouffer... On dirait que j'ai envie de vivre pleinement qui je suis, sans toutefois vraiment le savoir. Et vous, vivez vous pleinement? Est-ce que le fait de ne pas se soucier des conséquences, c'est bipolaire comme comportement? Je suis assez stable je sais que je sonne comme si j'étais en train de partir sur une dérape mais en fait j'essaie juste de trouver un sens a ma vie et je suis entourée de gens qui ne remettent jamais rien en question.
21h
Messages : 135
Enregistré le : 14 mars 2018, 15:00
Localisation : Bordeaux, France

Re: Le Café

Message par 21h »

J'ai fait une thérapie pas très utile. Pendant 15min, je parlais. Déjà ca commence mal. Elle me laissais commencer. Je ne savais pas quoi dire. Et j'ai besoin de beaucoup de temps pour avoir confiance en qq1. Alors je ne lui disais pas grand chose. Et j'avais l'impression que quoi que je lui dise, elle dédramatisait. Ce qui est bien. Mais j'avais besoin de vider mon sac au milieu de ma dépression sévère. Et le 1/4h suivant, elle m'apprenait la méditation pleine conscience. C'était intéressant. Mais comme je n'avais pas encore confiance, ce n'était pas encore très profitable.
Au bout de qq séances seulement, elle m'a dit que je n'avais plus besoin d'elle. Que j'avais fait des progrès spectaculaires. Je n'ai pas insisté. Et je suis partie demunie. Ca m'a complètement découragée alors que j'avais vraiment besoin d'aide.
Bref pas concluant du tout. Je fais rarement de la méditation. Je devrais en faire plus. Vous semblez avoir des effets positifs.

Ouena, je suis allée lire une critique du livre que tu lis. Ca envie d'aller le feuilleter.
Je lis millenium de stieg larsson. J'ai très envie de le lire. Je n'arrive à m'y mettre que dans les transports. Pourtant j'ai vraiment envie de savoir la suite.
Lollipop
Messages : 105
Enregistré le : 06 mai 2014, 20:42

Re: Le Café

Message par Lollipop »

21h, jai fait une therapie avec meditation pleine conscience aussi... Cetait un peu trop esoterique pour moi. J' ai pas accroché du tout.
Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Le Café

Message par 3.14R »

Ouena a écrit : 08 août 2018, 09:50 Parfois c'était juste d'avoir du soutien ou de pouvoir ventiler. Je me suis rendue compte au bout de tout ça que ce que je voulais c'était me changer profondément, devenir une autre personne et ça ce n'est pas vraiment possible alors j'ai arrêté les thérapies depuis une dizaine d'années, j'ai appris à m'accepter...
C'est bien dit: Parfois c'était juste d'avoir du soutien ou de pouvoir ventiler.
Les thérapies que j'ai suivi depuis que je suis diagnostiqué bipolaire ont toutes été des thérapies cognitivo-comportementale et presque totalement inutiles point de vu de ma maladie et de la gestion de mes humeurs. Ça se limitait pas mal à ça, je ventilais sans plus.

Lollipop a écrit : 08 août 2018, 15:16 La therapie pour moi n'a jamais été d'un grand secours. Est-ce que cest moi qui ne sait pas comment s'y investir? Peut etre...

J'ai une petite question pour vous: trouvez-vous que les gens normaux sont plates?
Et vous, vivez vous pleinement?
Est-ce que le fait de ne pas se soucier des conséquences, c'est bipolaire comme comportement?
Je ne crois pas que ce soit à nous de savoir s'investir dans une thérapie, je pense plutôt que c'est à elle de s'adapter à nous. Nous sommes malades et vulnérables, à la limite de l'agonie parfois, dans un désespoir profond et une crise identitaire sans nom. Je ne pense pas qu'on ait l'énergie de "s'adapter" à une thérapie. Pour moi la thérapie véritable devrait pouvoir venir nous chercher là où nous sommes. Simplement. Et nous attirer lentement vers plus de confiance, de conscience et de lumière. C'est mon avis.

Gens plates? : Sérieusement, je ne fréquente personne, je suis sorti trois fois pour des soirées de jeux de société c'est tout depuis des années. Je pourrais pas répondre à ta question.

Vivre pleinement? : Oui, j'ai fait mienne une pensée qui circule depuis longtemps dans la société: Vivre l'instant présent. Je m'y applique le plus souvent possible à chaque jour. Et ça marche. Je suis moins stressé dans l'instant présent. Mes sens sont plus aiguisés et je perçois mieux la vie, dans sa profondeur et dans la joie qu'il y a à juste être là, vivant et vibrant. J'aime pas la souffrance que m'impose la vie mais j'aime la vie en général. J'en suis rendu à avoir plus de bons moments dans ma journée que moins.

Les conséquences! : Jeune, je me foutais totalement des conséquences de mes actions. Totalement. J'ai toujours eu ce trait là de personnalité. Je crois que chez moi c'est relié à ma condition, je ne saurait parler pour les autres. Pour moi, je pense que oui, ne pas me soucier des conséquences c'est bipolaire comme comportement.

21h a écrit : 08 août 2018, 16:43 J'ai fait une thérapie pas très utile.
Moi aussi. J'ai suivi une thérapeute durant plusieurs mois, trop malade pour réagir à son incompétence, on pouvait rester en silence durant la moitié de la session. Elle me laissait m'exprimer disait elle. J'avais besoin qu'on me prenne en charge, j'étais défait, en morceau et démotivé de tout. Après plusieurs longs mois, à une fois par semaine, j'ai demandé à voir un autre psychologue, un homme pour changer. Il m'a amené vers la pleine conscience, contre ma volonté. Comme Lollipop le dit, " c'était un peu trop ésotérique pour moi. " À ce moment là! Il a quand même réussi à me faire acheter un livre sur le sujet, livre que j'ai encore mais que je n'ai jamais lu: Au coeur de la tourmente, La pleine conscience. Du Dr Jon Kabat-Zinn. Qui sait, un jour peut être.
_______

Ça sert à quoi une thérapie?

AVANT d'être diagnostiqué bipo, j'ai suivi une thérapie avec un gars pas mal allumé. J'ai compris qu'une thérapie ça sert à comparer mes pensées à celles d'un autre. Je sortais toujours de là motivé et rassuré sur les choses que je devais affronter. J'arrivais avec un problème et je sortais avec trente six solutions potentielles. Je rentrais avec trente six problèmes et j'avais la drive d'affronter une armée de problème. Entre autre chose utile il m'a appris que la vie c'est pas d'être heureux mais de savourer le bonheur quand il passe. On a tous des choses à affronter, le but c'est d'avancer là dedans. Par exemple, si on a peur du noir dans notre chambre à cinq ans c'est un peu normal. Si on a encore peur du noir dans notre chambre à trente ans c'est peut être temps de se prendre en main et d'apprendre à affronter cette peur. Et lui, dans ce sens, il pourrait proposer pleins de stratégies pour affronter cette peur. C'est un exemple. Il me prenait où j'étais rendu. Il ne s'agissait pas pour lui de faire le tour d'un chapitre de quelques livres obscurs mais bien de me soutenir dans l'apprentissage de nouvelles façons de penser. Il me guidait en m'incitant à trouver moi même différents points de vu, différentes solutions pour un même problème.

Je pense qu'une thérapie ça devrait enseigner à quelqu'un d'habituellement démuni à penser par lui même et à trouver des solutions multiples à un même problème. À utiliser notre créativité pour mieux vivre. À prendre confiance en nous. À partir de OÙ ON SE TROUVE. Un proverbe bouddhiste dit que la voie est sous nos pieds. Nous sommes là où nous sommes et un thérapeute devrait nous prendre comme on est. Nous guider et non nous imposer. Si la mentalité d'un thérapeute ne fonctionne pas avec nous on a le droit de changer. Ce que je trouve dommage c'est que de nos jours, la grande majorité des psychologues utilisent la thérapie cognitivo-comportementale et que d'un psy à l'autre ça se ressemble. Ce qui fait la différence au final c'est le psy.

Une autre chose, pour moi, une thérapie devrait nous ouvrir l'horizon, nous permettre de mieux respirer. En fait on compare nos pensées à celles d'un autre individu. Cet individu doit nécessairement posséder un plus grand répertoire de pensées que nous pour pouvoir nous confronter si nécessaire. Et nous guider loin de la souffrance qui nous étouffe.

J'imagine qu'on a pas tout dis sur les thérapies. On en a tous suivi j'imagine. Ça vient avec la pilule haha.
Merci pour vos réponses que j'ai lu et relus.
Bonne journée
Répondre