Une bouteille à la mer

(maniaco-dépression)
Répondre
BlackVoid
Messages : 11
Enregistré le : 11 janv. 2018, 18:20
Localisation : Lorraine

Une bouteille à la mer

Message par BlackVoid » 16 janv. 2018, 22:36

Pour commencer, j'adresse mes salutations à toute la communauté de revivre. Ceci est mon premier post sur le forum et j'espère qu'il ne sera pas trop hasardeux ! Je suis un français de 19 ans qui est perdu, sans attaches ni fondations dans la vie, je m'explique : Jusqu'à début 2017, tout allait bien ou du moins rien ne m'empêchait concrètement d'avancer dans la vie. Je venais de rencontrer mon actuelle copine et je construisais mon projet professionnel. Et c'est là que le piment tombe dans la soupe, une grosse dispute avec mon paternel sur un énième sujet sans importance. Je ne me suis jamais entendu avec mes parents, c'est comme si je n'avais jamais existé pour eux, ils passent leur vie au travail, semaine comme week-end, été comme hiver.. En bref, une solitude constante durant mon enfance, exacerbée par le fait que je sois fils unique. Lors de cette fameuse dispute mi-mai 2017, il s'etait passé quelque chose dans mon intériorité, je l'avais senti, comme une mutation, un changement psychique, une conscience altérée. Ce soir de discorde, j'ai quitté le domicile de mes parents pour trouver refuge chez mes grands parents et y rester pour une période restreinte. Dès ce jour je commença une période de manie, parsemée de dépenses compulsives, de délires et de bétises en tout genre. Je perdis mon emploi que j'ai quitté "volontairement" et j'en passe.. Puis fin juin, sortie du délire, prise de conscience et effondrement moral et direction les fins fonds des lamentations. Je suis en période basse depuis ce jour, je dors 16h sur 24, j'ai des troubles de l'alimentation, je fuis la vie par manque d'envie. Je me sens bien uniquement dans mon lit, entre deux phases de sommeil, où l'existence semble suspendue. Ma psy émet un diagnostic très favorable pour une pathologie bipolaire, compte-tenu de mes antécédents familiaux. Ça me rassure autant que ça m'effraie, la rationalisation n'a pas que du bon.. Alors j'aimerais avoir votre avis, est-ce que la vie me réserve des tourments éternels ou un bonheur inconditionnel ? Sûrement un peu des deux par ci par là.. Mon futur traitement m'aidera peut être à sortir la tête de l'eau et à éviter de jouer au flambeur de casino. Si je ne vous ai pas perdu en route, vous êtes bien courageux, et je vous remercie de l'intérêt que vous me portez. Si je pouvais avoir une unique réponse, j'en serais comblé. Bonne continuation à vous :ugeek:
Modifié en dernier par BlackVoid le 17 janv. 2018, 20:38, modifié 1 fois.
"Ce ne sont pas les choses qui troublent les hommes, mais l'opinion qu'ils en ont."
Préceptes du stoïcisme,
Marc Aurèle.

carole58
Messages : 94
Enregistré le : 24 déc. 2017, 12:20
Localisation : St catherine

Re: Une bouteille à mer

Message par carole58 » 16 janv. 2018, 22:44

BlackVoid a écrit :
16 janv. 2018, 22:36
. Ça me rassure autant que ça m'effraie, la rationalisation n'a pas que du bon.. Alors j'aimerais avoir votre avis, est-ce que la vie me réserve des tourments éternels ou un bonheur inconditionnel ? Sûrement un peu des deux par ci par là.. Mon futur traitement m'aidera peut être à sortir la tête de l'eau et à éviter de jouer au flambeur de casino. Si je ne vous ai pas perdu en route, vous êtes bien courageux, et je vous remercie de l'intérêt que vous me portez. Si je pouvais avoir une unique réponse, j'en serais comblé. Bonne continuation à vous :ugeek:
Bonsoir , je ne suis pas au meilleur de me forme mais assez pour te dire de pas lacher et tu n'est pas seul.

Ébène
Messages : 30
Enregistré le : 23 nov. 2017, 17:53

Re: Une bouteille à mer

Message par Ébène » 17 janv. 2018, 04:36

Bonjour Blackvoid,
Je suis dans le même questionnement que toi. Diagnostic posé il y a plus d'un an. Essai de traitement adapté mais qui ne me convenait pas...
Là je me retrouve dans une période sans traitement et toutes ces questions tournent en boucle... Le diagnostic est il le bon ? Est-ce que je vais devoir jongler toutes ma vie entre les up et down ?
Je ne suis pas d'une grande aide, je ne sais que penser à moi... Pfffffffff....
Mais parfois de savoir qu'on est pas seul peu aider.
Le traitement aide énormément de ce que j'ai pu lire ici même. Il faut juste un peu de temps pour trouver le bon.

Je t'envoie du courage et de bonnes ondes pour ne pas lâcher... J'imagine et j'ose espérer que le temps est notre allié et qu'il faut lui faire confiance et garder patience !
Ne lâchons pas....

blondebleue
Messages : 1751
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: Une bouteille à mer

Message par blondebleue » 17 janv. 2018, 09:43

Bienveu Blackvoid!

Si tu te mets à lire un peu autour sur le forum tu verras qu’il y a de tout, des gens avec des vies productives comme des gens qui ont su adapter leur vie en conséquence. Leurs histoires m’ont inspirée au début de ma fréquentation ici. Peut-être que ça t’aidera aussi?

Une chose est certaine, les gros creux ont une fin, tout est temporaire. Un bon suivi, une médication adaptée et une hygiène de vie rigoureuse peuvent faire toute la différence. Ton effondrement actuel est temporaire, même si c’est difficile d’y croire quand on y est.

Prends tu une médication?

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Une bouteille à mer

Message par 3.14R » 17 janv. 2018, 11:03

Bonjour BlackVoid,

Je vois deux choses dans ton témoignage.

La première a trait au fait que tu vas encore vivre des péripéties de toutes sortes dans ta vie. Que tu sois bipolaire stabilisé n'y changera rien. Il y aura encore des accrochages, des joies immenses, des disputes, des hauts et des bas générés par le fait de vivre. Comme tout le monde. Ça on y échappe pas. Il faut apprendre à dealer avec. Il faut devenir de plus en plus philosophe et résilient, ouvert et réceptif et ne pas avoir peur de vivre. On y acquiert plus de maturité. Je ne m'en fait pas pour toi à ce sujet. ;)

La deuxième chose que je vois c'est que tu sembles être bipolaire. Là il y a un travail à faire comme si tu apprenais que tu es je sais pas moi, diabétique. Tu t'en occuperais, ou si tu as une infection sur la peau et qu'on te prescrive une pommade, tu la mets et voilà. Bipolaire nécessite une médication et très souvent une thérapie quelconque pour t'aider à voir venir. Pour stabiliser ton humeur et ne plus remonter en manie ou descendre en dépression il faut quelques fois des essais et des erreurs. Ça peut être long. Peut être pas, chacun a son parcours là dedans. Une fois stabilisé tu auras une vie normale, avec des émotions normales et des expériences normales. Tu nous reparleras de ton traitement qui s'en vient.
Alors j'aimerais avoir votre avis, est-ce que la vie me réserve des tourments éternels ou un bonheur inconditionnel ? Sûrement un peu des deux par ci par là..
Il faut juste pas oublier que la vie, indépendamment de la maladie bipolaire, c'est intense quelques fois. Il faut faire la part des choses. Il y en a qui font l'erreur de croire qu'une bonne médication stabilisante donne aussi le bonheur. Le bonheur c'est une autre affaire. C'est une quête qui appartient à tous. Malade ou non, stabilisé ou non. Tu connais déjà tout ça, tu en es lucide dans ton texte. Le bonheur c'est une donnée variable dans le quotidien. Il y a toutes les autres émotions de la vie que l'on peut expérimenter et qui sont valables.

Aussi, il y a des bipolaires qui ont de longues périodes de stabilités, qui se calculent en années. Je ne triche pas avec ma médication, je ne me mets pas à risque, je ne pousse pas ma chance et depuis 2012 mon humeur est stable et je peux vivre sans les variables explosives de ma maladie. J'en suis reconnaissant à mon cocktail de médocs et à ma psy.

Reviens nous écrire :)

Ouena
Messages : 1856
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Une bouteille à mer

Message par Ouena » 17 janv. 2018, 12:03

Bienvenue sur le forum Blackvoid, puisse tu y trouver un certains réconfort. Tu es dans un creux présentement, mais ça ne sera pas toujours comme ça.

BlackVoid
Messages : 11
Enregistré le : 11 janv. 2018, 18:20
Localisation : Lorraine

Re: Une bouteille à mer

Message par BlackVoid » 17 janv. 2018, 17:48

Ouena a écrit :
17 janv. 2018, 12:03
Bienvenue sur le forum Blackvoid, puisse tu y trouver un certains réconfort. Tu es dans un creux présentement, mais ça ne sera pas toujours comme ça.
Merci de ton soutien, ça aide de savoir que toute la planète ne veut pas uniquement m'enfoncer ( éxageration volontaire) :lol:

@Pierre Merci pour ce texte thématique très bien goupillé, ton avis est clair et c'est un plaisir de te lire, au plaisir de re jaser avec toi :)

@Blondebleue J'ai commencé à éplucher le forum, et ce que je lis me permet de réfléchir sous d'autres angles, en empruntant la vision des autres pour relire sa propre histoire. Inspirant pour reprendre tes mots :). Je ne prends actuellement aucune médication, ce qui va peut être changer sous peu lors de ma visite dans un centre expert bipolarité. Merci de ton empathie en ces temps de noirceur.

@Ebène Le fait que tu post ici prouve que tu ne penses pas qu'à toi non ? ;) Les questions plein la tête ça oui, c'est emm****** comme dirait l'autre ! Mon plus gros problème, c'est mon complexe d'infériorité qui me ronge sans arrêt en période down, c'est comme si mon subconscient se battait pour me crier que je ne suis qu'un moins que rien, pas facile à gérer quand c'est omniprésent. Je te souhaite de trouver des réponses à tes interrogations, et t'envoie tous mes voeux de bonheur ainsi que de courage pour cette année, tiens bon !

@carole58 Merci de cet effort de soutien que tu fournis et qui rompt ma solitude. J'espère que tu vas ou que tu iras mieux très vite
"Ce ne sont pas les choses qui troublent les hommes, mais l'opinion qu'ils en ont."
Préceptes du stoïcisme,
Marc Aurèle.

Ébène
Messages : 30
Enregistré le : 23 nov. 2017, 17:53

Re: Une bouteille à mer

Message par Ébène » 17 janv. 2018, 19:20

@Ebène Le fait que tu post ici prouve que tu ne penses pas qu'à toi non ? ;) Les questions plein la tête ça oui, c'est emm****** comme dirait l'autre ! Mon plus gros problème, c'est mon complexe d'infériorité qui me ronge sans arrêt en période down, c'est comme si mon subconscient se battait pour me crier que je ne suis qu'un moins que rien, pas facile à gérer quand c'est omniprésent. Je te souhaite de trouver des réponses à tes interrogations, et t'envoie tous mes voeux de bonheur ainsi que de courage pour cette année, tiens bon !
Effectivement je ne pense pas qu' à moi... Mais je n'arrive pas à encourager, à motiver à apporter de belles choses. La preuve e, tu jettes une bouteille à la mer et au final c'est toi qui trouve les mots pour me réconforter :roll:

J'espère sincèrement que tu trouveras une médication adaptée et efficace, pour te soulager et reprendre confiance en toi.
Les infirmiers qui me suivent m'ont souvent dit qu'on ne fait pas forcément les bons choix lorsqu'on ne va pas bien. Ce n'est pas vraiment notre faute. Il faut bien garder ça en tête et surtout le fait que tu fasses ce qu'il faut pour sortir de cercle vicieux, l'important est là !
Il me semble aussi que le sentiment de culpabilité exagérée est un des symptômes de la bipolarité. Alors je te souhaite de pouvoir lâcher prise rapidement.

BlackVoid
Messages : 11
Enregistré le : 11 janv. 2018, 18:20
Localisation : Lorraine

Re: Une bouteille à mer

Message par BlackVoid » 17 janv. 2018, 19:38

Me souhaiter d'aller mieux n'est pas une belle chose alors :lol: :lol: ? Il est vrai que lorsque que l'on va mieux, les choix sont beaucoup plus logiques et bénéfiques, l'énergie qu'on utilisait pour se torturer se transforme en lucidité ! Depuis février, je n'ai pu lâcher prise que sur des périodes de 1h au max, très rares mais qui me permettait de ressentir un peu de bonheur et de paix de l'âme. Le reste du temps c'est un pèlerinage dans la pénombre, et dans le noir on se casse vite fait le nez ! Oui effectivement, je me sens coupable de tout et de rien.. J'espère que tout va bien pour toi sans traitement
"Ce ne sont pas les choses qui troublent les hommes, mais l'opinion qu'ils en ont."
Préceptes du stoïcisme,
Marc Aurèle.

Répondre