Samedi soir dans le noir...

(maniaco-dépression)
Répondre
Carotte71
Messages : 11
Enregistré le : 28 mars 2011, 19:40

Samedi soir dans le noir...

Message par Carotte71 »

C'est difficile, ce soir. En fait c'est difficile ces jours-ci. Avec le nouveau stabilisateur de l'humeur que je prends, l'anxiété est partie mais je me sens lourrrrde et drrrrrabe comme un boulet de canon... Je cours 3 fois par semaine, je nage deux fois par semaine, je prends des omégas 3 (je prends du poids aussi :-) même si je mange A-1) j'ai coupé le vin, je bois du déca, je me couche tôt, je fais des sieste, je ne fais que des activités "low brainer" mais y'a rien à faire, je me sens "pouiche" et sans intérêt... Moi qui ai l'habitude d'être pleine de vie...
Modifié en dernier par Carotte71 le 16 avr. 2011, 22:01, modifié 2 fois.
Carotte71
Messages : 11
Enregistré le : 28 mars 2011, 19:40

Re: Samedi soir dans le noir...

Message par Carotte71 »

En fait, je suis en beau !!??&??!!, triste et en colère d'être malade. J'ai reçu le diagnostic de bipolarité de type 2 il y a trois semaines et je ne le prends pas. Je viens d'une belle lignée de femmes bipolaires (mère, tante, grand-mère) et j'ai tellement jugé leur état... Maintenant c'est moi qui dois composer avec cette maladie. Je regrette tellement d'avoir posé un regard aussi critique sur celles qui m'ont précédées!
cleopatre
Messages : 140
Enregistré le : 05 avr. 2010, 18:30
Localisation : Longueuil

Re: Samedi soir dans le noir...

Message par cleopatre »

Bonsoir Carotte71,
En fait je crois que n'importe quel diagnostique est difficile à digérer par la personne qui en est atteinte. Lorsque j'ai eu la confirmation du 3e psychiatre, ce n'est que là que j'a abdiqué. Mais, je dois te concéder que je ne suis pas toujours en lâcher prise concernant ma maladie. Je veux encore croire en des médicaments miracles qui feront de nous des êtres humains normaux et qui n'ont pas toujours à se battre pour fonctionner normalement dans la société.
En ce qui me concerne, je vois ça moins pire que le cancer ou qu'un membre coupé!
La colère doit exister avant l'acceptation. C'est un sentiment normal que tu dois vivre!
Encore une fois bienvenue parmi nous, tu me fais toujours du bien en t'exprimant de façon authentitque.
Cléo
Avatar du membre
amanecer
Messages : 33
Enregistré le : 11 avr. 2011, 10:35
Localisation : Montréal

Re: Samedi soir dans le noir...

Message par amanecer »

Merci cleo pour tes mots de sagesse.

Je suis revenu une fois, deux fois, sur le forum pour laisser jaillir un mot qui puisse traduire pour carotte qu'elle n'est pas seule.
Nenni d'étincelle.
Je n'osais trop revenir de peur du vide.

Je me joins à ton accueil pour dire Bienvenue parmi nous à Carotte.

@carotte : Merci d'être qui tu es, de te joindre à nous.
Bibine
Messages : 1540
Enregistré le : 28 févr. 2011, 19:07
Localisation : Victoria, C.-B.

Re: Samedi soir dans le noir...

Message par Bibine »

Salut Carotte
Je comprends tellement ta réaction, quand on découvre qu'on est bipolaire! Moi aussi, je viens d'une lignée de gens troublés et toute ma vie je les ai tellement jugés que me suis jurée que je ne deviendrais pas comme eux. Se faire dire que j'ai la même chose que la personne qui m'a le plus traumatisée c'est pas cool du tout. J'ai eu l'impression qu'on me disait que je suis un monstre à par égale.
Réaliser qu'on a jugé quelqu'un à tort ça peut être bénéfique, ça peut être une occasion d'admettre, de réparer et de se réconcilier. Dans mon cas c'est ce que j'ai tenté de faire et ça a pas marché du tout, mais je crois quand même que ça peut marcher. En général c'est apprécié d'admettre une erreur et de demander une réconciliation. Moi je trouve ça honorable et courageux. Je sais pas les détails de ces relations mais je te souhaite bonne chance!

Et bienvenue!
DonaldB
Messages : 62
Enregistré le : 22 mars 2011, 11:09

Re: Samedi soir dans le noir...

Message par DonaldB »

Salut

J'ai lu vos commentaires, et c'a m'a fait réaliser des choses. J'ai été élevé avec un pere bibolaire, qui voulait rien savoir de prendre de médicament, et qui fait fini par se suicidé quand j'avais 14 ans.

Mais ma mère du plus jeune que je me souvienne et encore aujourd'hui meme si elle a vécu l'enfer, et bien elle revenait toujours a cette phrase...c'est une maladie...il est malade..il es pas méchant.

Alors moi quand on a dit que j'était bipolaire, c'a ma pas fait plaisir loin de la...mais bien vite je suis revenu a cette a phrase...c'est une maladie..c'est pas un défaut, et je me suis jamais senti comme un monstre.

Aujourd'ui c'est moi qui tente d'expliquer les gestes de certaine personne...ex le docteur Turcotte qui a tué c'est enfants...c'est l'horreur a la puissance 3, et ma conjointe le traite de tout les nom...mais moi sans excusé le geste..parce que c'a s'excuse pas...mais je reviens toujours au meme constat....les fils se sont toucher...c,est pas un hells angel le gars..c'est pas un criminel d'habitude...c'est une personne en profonde détresse qui a posé un geste irréparable.

C'est pas tout le temps facile a faire, mais il faut distinguer les agissement d'une personne quand elle est malade, de la meme personne quand elle est en santé.

Merci :)
Avatar du membre
ladolcevita
Messages : 132
Enregistré le : 13 juin 2011, 19:17

Re: Samedi soir dans le noir...

Message par ladolcevita »

Bonjour à toi, Carotte71 ;)

Ça prend du courage pour admettre son impuissance, sa colère et sa tristesse face à la réception du diagnostic. Les émotions que tu vis sont tout à fait normales et même saines.

J'ai reçu mon diagnostic en 1994. Ce n'est qu'en 2008 que j'ai vraiment accepté ma condition. Et quand je dis accepter, ça veut dire que je n'ai plus honte de ma bipolarité, je suis consciente que la maladie ne partira jamais et j'ai choisi de prendre le contrôle total de ma santé mentale. C'est une longue, longue route qui n'est pas facile du tout.

En fait, recevoir un tel diagnostic oblige la personne atteinte à suivre les même étapes que celles d'un deuil; c'est un peu comme si une partie de soi mourait... c'est le deuil d'une vie normale, de certains rêves parfois.

Je me considère de plus en plus stable et capable de faire de la prévention. Je ne te connais pas, mais j'ai le sentiment que tu possèdes des forces insoupçonnées au fond de toi. Je souhaite que toi aussi, tu puisses en arriver à une certaine sérénité au fond de ton coeur (et je souhaite que ton processus d'acceptation soit plus rapide que le mien.... 14 ans, c'est long!)

Je t'envoie plein d'ondes positives pour que tu n'aies jamais plus à passer de samedis soirs dans le noir ;)
Répondre