Je suis tannée...

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
ZigZag900
Messages : 156
Enregistré le : 15 nov. 2015, 23:07

Je suis tannée...

Message par ZigZag900 » 15 mai 2018, 20:39

Je suis là devant mon ordinateur à essayer d'expliquer comment je me sens réellement, mais je n'y arrive même pas parce que tout est mélangé dans ma tête, surtout mes émotions. Tout est comme une montagne présentement. J'ai l'impression que je ne m'en sortirai jamais parce que chaque fois que j'essaie quelque chose de nouveau pour m'en sortir, il n'y a aucune amélioration... Je n'en peut plus. Je n'en peut plus de cette vie merdique. Je n'en peut plus de faire semblant que tout va bien. J'ai tellement mal en dedans de moi. La vie est beaucoup trop dure pour que je sois capable de vivre ma vie comme tout le monde. J'en peut plus de ces idées suicidaires. Je suis tellement tannée de les avoir, mais en même temps, c'est comme si elles faisaient parties de moi, car tout ce que je voudrais en ce moment ce serait de trouver le courage pour en finir pour de bon.. J'ai juste envie de mourir et de partir d'ici. C'est rendu tellement dur de me lever... Tellement dure de vivre. J'ai plus la force ni l'énergie pour faire quoi que ce soit. Je suis tellement tannée. Je n'ai plus d'espoir à ce que les choses changent parce que peu importe ce que je fais, c'est comme si rien ne s'améliorait. Je suis perdue, je suis tannée de me chercher et ne pas savoir où je m'en vais. Je suis tannée de vivre avec cette dépression et cette anxiété. Je n'en peut plus. Mes idées suicidaires sont tellement intenses... Je ne sais même plus si je suis en sécurité chez moi...

Bref, j'avais juste besoin de laisser sortir quelques mots..

skyhight43
Messages : 395
Enregistré le : 20 oct. 2017, 12:54

Re: Je suis tannée...

Message par skyhight43 » 17 mai 2018, 07:00

Je viens de voir ton message Zigzag comment vas tu aujourd'hui, est ce que tes idées ont diminuer? As tu pris soin de toi aujourd'hui même juste un petit peu? Tu n'est pas seule ne l'oublie pas. As tu pensé d’appeler une ligne d'écoute comme 1-866-APPELLE ou même d'appeler revivre? J'espère te savoir en sécurité sinon un centre de crise pourrais t'aider le clsc mais ne reste pas seule avec ta souffrance.
Le voyage est un retour vers l'essentiel.
Proverbe tibétain

ZigZag900
Messages : 156
Enregistré le : 15 nov. 2015, 23:07

Re: Je suis tannée...

Message par ZigZag900 » 17 mai 2018, 17:49

Salut Skynight43,
C'est encore vraiment difficile aujourd'hui! J'ai l'impression que je ne m'en sortirai jamais... Mes idées suicidaires n'ont pas diminuer. Elles sont encore à la même intensité... Je travaille maintenant à temps pleins, donc à part de dormir et d'aller travailler, je ne fais pas grand chose de mes journées. Concernant la ligne d'écoute que tu m'a parlé, eh bien j'ai déjà appelé, mais le service était moyen. Les dernières fois que j'ai appelé, l'intervenante avec qui je parlais devait alterner entre deux personnes; l'autre et moi. Et puis, concernant le centre de crise, je suis déjà allée et ça ne m'avait vraiment pas aider. Je n'avais même pas terminé on séjour, car les intervenantes trouvaient que ç ne me servirait à rien de continuer.

Un mini partie de moi aimerait que les choses changent, mais l'autre grande partie de moi souhaite mourir. Je prend toute l'aide qui m'est proposer, mais je ne sais plus comment m'en sortir... Je suis fatiguée. Je suis épuisée... Je n'en peut tout simplement plus. Je ne suis plus capable de rien endurer... Je suis tellement tannée de me battre. Je n'ai plus d'énergie à dépenser pour tenter de m'en sortir parce qu'on dirait que je mets trop d'effort dans quelque chose, qui, au bout de compte ne va rien servir!!! Je n'en peut tout simplement plus... Je suis complètement découragé...

skyhight43
Messages : 395
Enregistré le : 20 oct. 2017, 12:54

Re: Je suis tannée...

Message par skyhight43 » 18 mai 2018, 06:32

Il faut t'accrocher la souffrance est temporaire tu sais il te faut prendre soin de toi un bain au chandelle, écouter ta musique préféré, un souper avec un/une ami(e) trouve ce qui te ferais du bien. Moi j'écrie à un intervenant de revivre pour moi sa aide à focuser appelle à revivre ils sont là pour toi si tu aime mieux écrire je peux aussi te donner son adresse comme je disais ne reste pas seule et surtout n’arrête pas d'essayer tu en vaut la peine As tu un psychiatre une infirmière un psychologue que tu pourrais rejoindre ? Peux être essayer dans ce sens la. Moi aussi j'ai de grave période de down mais j'étais bien entourer côté médicale peux etre faire un plan d'intervention avec une inf. une TS qu'en pense tu Donne moi de tes nouvelles Je te donnes les coordonnées de Simon il est là pour toi si tu veux voici:
Simon
Intervenant
514-529-5209
Sans frais :
1-866-738-4873
Le voyage est un retour vers l'essentiel.
Proverbe tibétain

ZigZag900
Messages : 156
Enregistré le : 15 nov. 2015, 23:07

Re: Je suis tannée...

Message par ZigZag900 » 19 mai 2018, 19:56

Je t'avouerais que j'écoute beaucoup de musique. Ça me permet de décompresser et de vivre pleinement mes émotions. Mise à part, je vois une psychologue au privé à toutes les semaines. La semaine prochaine je ne la vois pas à cause que Lundi c'est férié, mais normalement, je la vois régulièrement. Je lui ai parlé de mes idées suicidaires. Je lui ai avoué que je pensais souvent à en finir, mais j'ai peur de lui en dire trop par peur qu'elle me retourne à l'hôpital... Je vois aussi une super infirmière au CLSC. C'est elle qui fait mon suivi médicale sauf que je m'entends moyen avec elle. Je ne sais jamais quoi lui dire. J'ai toujours peur de me faire jugée. Je suis justement supposé prendre un rendez-vous avec elle, mais je le prend pas, car je ne sais pas de quoi parler... Sinon, eh bien, j'ai déjà discuté avec plusieurs intervenantes de Revivre et moi aussi ça m'aide beaucoup. Surtout, quand je ne vois pas ma psy et que j'ai besoin de ventiler. Merci beaucoup pour les coordonnées, mais je suis déjà en contact avec une intervenante.

En passant, merci d'avoir répondu à mon message. Ça fait du bien de savoir que quelqu'un nous lis. Merci

Lil
Messages : 16
Enregistré le : 27 mai 2018, 12:48

Re: Je suis tannée...

Message par Lil » 27 mai 2018, 16:31

Bonjour ZigZag, je me suis déjà trouvée dans l'état que tu décris plusieurs fois dans ma vie, y compris très récemment. Moi j'ai 58 ans et je suis toujours là. Et toi, quel âge as-tu ?

La 1ère idée de suicide est venue quand j'avais 14 ans car j'avais des visions nocturnes qui me rendaient dingue en m'empêchant de dormir. Le manque de sommeil a failli me faire passer à l'acte. Un psy m'a prescrit des somnifères à l'époque.
Ce qui m'aurait probablement aidée aurait été d'avoir un interlocuteur de confiance, quelqu'un à qui je puisse raconter tout ce que j'avais vécu depuis le début dans ma famille. Surtout si cet interlocuteur avait pu parler à mes parents et leur dire de se comporter en parents responsables. Mais ça, surtout à l'époque, c'était du rêve. Au lieu de ça on m'a bourrée de somnifères et mes parents ont continué à se comporter en délinquants et en irresponsables.

Ensuite j'ai eu d'autres idées de suicide car ma vie de mère célibataire rejetée par toute sa famille au complet, et dans des difficultés économiques, sociales, et de logement pas possibles me décourageaient complètement de vivre.
Egalement le fait de collectionner des petits amis aussi fragiles que moi voire plus, des drogués, des alcooliques qui ne pouvaient certainement pas m'aider et qu'au contraire, j'aidais alors que javais un enfant. (Je ne me suis jamais droguée moi-même, je me suis toujours méfiée de ces trucs car j'ai conscience de la fragilité du cerveau, en tout cas du mien). Lorsque je les quittais je plongeais. Les échecs étaient trop durs à supporter car à chaque fois j'y croyais, je croyais qu'on allait faire "couple" et même "famille". En fait, non, ça ne marchait jamais et pour cause, mes petits amis étaient des enfants psychiquement, pas des adultes...

A 24 ans j'ai fait une tentative de suicide sérieuse, j'y ai cru. Cela n'a pas fonctionné. Ma fille avait 6 ans et j'ai encore des marques très visibles de cette tentative. Curiosité : personne, jamais PERSONNE ne m'a posé aucune question sur ces marques pourtant TRES VISIBLES ! C'est dire à quel point le suicide est tabou dans nos sociétés occidentales judéo-chrétiennes. (je suis française).

A 30 ans j'ai commencé ce qu'on pourrait appeler une forme de "réparation" : des études littéraires. L'art du langage. Je pense que cela m'a sauvée, en tout cas la poésie m'a été d'un très grand secours, une véritable passion, des jours et des jours d'analyse de langage poétique, un effet bien plus salvateur pour moi que tous les traitements que j'ai eus depuis.
J'ai souhaité apprendre le piano à 6 ans mais mes parents ont refusé "à cause du bruit". Dans ma famille il y a des musiciens brillants, c'est dommage car j'avais un talent pour la musique. J'ai appris par la suite un peu de guitare, du piano, de la batterie, de l'accordéon... Si j'avais commencé très jeune je pense que j'aurais passé ma vie à jouer plusieurs instruments et cela aurait pu me rendre heureuse, oublier mes traumatismes d'enfant. Tant pis.
Quand j'étais gosse c'était les langues étrangères qui me sauvaient. Le fait de pouvoir parler "autrement", parler "ailleurs", pouvoir foutre le camp, me sauver dans la prison d'à côté... J'avais des correspondants dans plein de pays, je leur écrivais beaucoup.
Je dessinais énormément aussi (j'ai beaucoup usé mes yeux sur les dessins et les toiles de Léonard de Vinci, je copiais ses dessins) et je peignais. Quand j'ai découvert " l'Eglise d'Auvers sur Oise" de Van Gogh, j'ai eu un choc : "C'est ça ! C'est ça que JE VEUX DIRE !" C'est la phrase exacte qui m'est venue. J'avais l'impression de voir le toit de l'église saigner... (en réalité c'est le rouge des tuiles). Et j'en ai fait une copie bien fidèle (mon prof était très content, moi aussi.)

Puis ce fut la linguistique. Toujours étudier le langage, approfondir, creuser toujours et encore dans l'espoir d'y découvrir la pierre philosophale ! Comprendre le langage humain, pourquoi les humains m'avaient exclue de leur société...
Une passion.

A l'époque la vie était non pas plus facile que maintenant, mais il était à peu près possible de vivre en mode "système D". C'est ce que j'ai fait. Le plus pénible dans nos existences malades est de ne pas être sécurisé. C'est cela bien souvent qui suscite l'angoisse. Cela dit on peut avoir une famille, un boulot, une maison et être en panique aussi, angoissé, suicidaire.

Puis ce fut les départs, le travail dans des pays lointains, aussi lointains et bizarres que possibles, loin de moi et de mes angoisses, loin d'eux aussi. Ceux qui m'avaient exclue. Une véritable passion là aussi. j'ai vécu une forme de renaissance (donc salutaire) en Chine, un pays où tout est à l'envers par rapport à nous. Il a fallu tout réapprendre et les Chinois ont énormément de choses à nous apprendre. Tout ce que n'avaient pas fait mes parents et mon pays, ils l'ont fait. Ils ne m'ont pas laissée toute seule, et j'ai trouvé chez eux de quoi me nourrir intellectuellement et émotionnellement pour des années... Une moitié de moi est chinoise. C'est l'autre moitié qui est toujours malade.
Hélas tous les pays ne sont pas aussi accueillants. Dans d'autres pays j'ai été agressée de façon si violente que j'ai dû rentrer en France et que j'y suis restée bloquée pendant plusieurs années avec une phobie sociale.

J'ai essayé de reprendre le travail en France mais là aussi, des agressions. La crise peut-être, je ne sais pas ce qui se passe exactement mais les ambiances au travail sont tendues, parfois insoutenables et pour une malade comme moi c'est tôt ou tard le départ pour un nouvel "arrêt maladie longue durée". J'ai cessé d'y croire et je ne travaille plus.
Ce qui est dingue c'est que même dans les milieux non professionnels les ambiances sont tendues, les prédateurs omniprésents, et les violences partout. Je ne sais pas si c'est internet, si c'est la mondialisation, les crises successives, économiques ou politiques, ou si c'est simplement l'humain qui est et a toujours été ainsi : violent... Mais pour moi ce n'est pas supportable. Alors comment faire pour vivre ? Et que faire aussi de sa vie ?

Ce qui m'a aidée c'est d'avoir un projet, même si je n'ai jamais pu réaliser ce projet, le seul fait d'y croire pendant des années m'a aidée. Ce projet c'était d'avoir une famille, une jolie famille, aimante, aidante, joyeuse, équilibrée.
Bon j'ai foiré, j'étais mère célibataire et je ne savais pas choisir correctement mes partenaires. Si c'était à refaire je sais que je ne ferais pas les choses de la même façon : j'apporterais un soin particulier au choix de mon partenaire de vie. Je passerais sans doute par internet pour cela. A mon époque c'était un peu "au petit bonheur la chance" ou par le milieu social des parents, par les études... J'ai bien vu avec mes parents que ce n'était pas non plus "le bon plan", donc non, pas comme ça non plus. J'ai compris que le plus important est la communauté de valeurs, et que des valeurs, ça se discute. Ce n'est pas une évidence.

Ce qui m'a aidée aussi c'est de me promener dans des domaines, des territoires où personne ne m'avait emmenée : ailleurs. Tous les ailleurs où mes parents n'étaient pas.
La littérature, la poésie, les arts (notamment l'art contemporain), la musique. La république tchèque, la Chine, le Laos, la Syrie, le Mali, l'Europe de l'Est... Tous ces pays communistes affreux... J'y ai trouvé beaucoup d'humanité. Enfin un peu d'humanité !
Mais aussi beaucoup d'agresseurs. Il y a des prédateurs partout, de la violence partout où il y a de la pauvreté. Hélas.


Maintenant que je suis comme toi, tentée d'en finir, à ne plus trop savoir si la suite vaut bien le coup de s'accrocher, je me suis surprise à repenser à ces pays où j'avais voulu aller et où je ne suis pas encore allée. Cette année ce fut l'Iran (encore un pays """affreux""" où j'ai rencontré beaucoup d'humanité), et j'ai décidé de commencer à penser au prochain. Je n'ai pas besoin de trop réfléchir, je vois les villes avec lesquelles ma petite ville est jumelée et c'est parfait. Arménie, Israël, Liban... C'est exactement ce qu'il me faut.

S'en aller ! S'en aller ! Parole de vivant ! (Saint John Perse).

A quoi ressemble ta vie en ce moment ?
Bonne soirée, Lil ;)

ZigZag900
Messages : 156
Enregistré le : 15 nov. 2015, 23:07

Re: Je suis tannée...

Message par ZigZag900 » 27 mai 2018, 18:34

En ce moment, ma vie ne ressemble pas à grand chose... À part travailler 40h semaines et dormir, je t'avoue que je ne fais pas grand chose. J'arrive chez moi et je suis tellement fatiguée que je prends ma douche et je me couche aussitôt. Mise à part le travail et le sommeil, eh bien, j'ai l'impression que tout est un effort: me lever, m'habiller, prendre ma douche, aller au toilette, travailler... Même vivre est un effort. Comme tout le monde dit, je suis fonctionnelle parce que je travaille, mais je ne suis pas si fonctionnel que ça quand on parle des autres sphères de la vie. Socialement, je vois de moins en moins mes amies parce que j'ai de moins en moins envie de les voir. Pourtant, j'ai d'excellent amis, mais c'est temps-ci, j'ai besoin de mon espace, de ma bulle... Tout est difficile!! Chaque jour, je vis avec cette anxiété et cette dépression. Je vis aussi avec ces idées suicidaires qui ne me lâchent pas et qui me font peur... Peur ?! Peur est un grand mot. J'ai peur de passer à l'acte et de me rater, mais en même temps, je n'ai pas si peur que ça puisque je rêve jour et nuit de partir d'ici... Je suis juste totalement découragée de ma situation, de ma vie, de tout ce qui se passe... Je n'en peut plus...

Lil
Messages : 16
Enregistré le : 27 mai 2018, 12:48

Re: Je suis tannée...

Message par Lil » 28 mai 2018, 17:36

Et est-ce que "partir" ne pourrait pas se réaliser... autrement (que par le suicide ou le retrait socio-amical) ?

Est-ce que tu n'as pas besoin tout simplement de te retirer en toi-même un temps, pour réfléchir, penser à ta vie, retrouver l'enfant que tu as laissé derrière toi et qui a peut-être besoin de ton aide en ce moment ?
Cela peut prendre du temps.
Est-ce qu'il t'est déjà venu à l'idée de faire une psychanalyse ?

J'ai lu un bouquin il y a une dizaine d'années : "Tomber 7 fois, se relever 8". Le plus sensible, intelligent, et vrai que j'aie lu sur le sujet de la dépression, sans doute parce qu'il est écrit "de l'intérieur" par quelqu'un qui sait raconter, un journaliste (connu en France). Il est vraiment tombé très bas pendant toute une année et à la fin, il trouve enfin un bon psychiatre (après avoir erré de cabinet en hopital tout en s'enfonçant de plus en plus) qui le remet d'aplomb assez rapidement avec le bon traitement, ce qui lui permet de se mettre à réfléchir sur son passé et trouver la source de son mal-être dans son histoire familiale, celle de sa grand-mère.

Il y a des histoires familiales qui sont compliquées, des familles dysfonctionnelles aussi, des enfances traumatisées. Il faudrait pouvoir trouver un interlocuteur assez rapidement pour en parler et c'est vrai que ça ne peut pas être les copines. C'est pour cela sans doute que tu n'as plus envie de voir tes amies. Elles ne sont d'aucune utilité pour te tenir la main dans ce chemin vers ta propre histoire.
Peut-être que c'est l'enfant que tu as été ou un membre de ta famille (même mort) qui aimerait te parler en ce moment.

ZigZag900
Messages : 156
Enregistré le : 15 nov. 2015, 23:07

Re: Je suis tannée...

Message par ZigZag900 » 12 juin 2018, 18:18

Je n'en peut plus de me battre. Depuis hier, j'ai juste envie de pleurer. J'en ai marre. Je suis découragée... Et je ne sais plus quoi faire pour m'en sortir. En ce moment, j'ai juste envie de baisser les bras... Je n'en peut plus...

3.14R
Messages : 856
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28

Re: Je suis tannée...

Message par 3.14R » 12 juin 2018, 19:25

Si tu avais à raconter ce qui t'arrive pour en être là tu dirais quoi? Donnes toi le pouvoir de nommer les choses comme elles sont. Sans censure.

Et tant qu'à abandonner, tu pourrais essayer ces choses:
Lâches prise pour quelques temps.
Respire calmement.
Marche.
Fait des choses simples qui font du bien. Allumes une chandelle, de l'encens, dessine, écris.
Ralentis.
Fais les choses lentement.
Penses autrement.
Luttes autrement.
Vis autrement.
Changes

Le seul vrai pouvoir que l'on a c'est celui que l'on manifeste envers soi-même.

Répondre