Sevrage Effexor: l’enfer! Besoin d’aide

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Répondre
Doudlie
Messages : 1
Enregistré le : 13 juin 2018, 20:50

Sevrage Effexor: l’enfer! Besoin d’aide

Message par Doudlie » 13 juin 2018, 21:03

Bonjour, je cherche de l’aide /soutien de ceux qui vivent ou ont vécu une expérience comme la mienne. J’ai pris Effexor et seroquel pendant un peu plus de 1 an (pour dépression majeure menant à une hospitalisation et crises d’anxiété/panique...) J’ai réussi à me sevrer de seroquel assez bien il y a quelques mois en 2 étapes (le tout planifié avec mon médecin) J’ai passé de 75mg d’Effexor à 37,5 avec beaucoup de difficulté, mais en 1 semaine c’était ok. Là j’entame la dernière étape et je n’ai rien pris depuis 4 jours. C’est la catastrophe. L’enfer sur terre. Vertiges, étourdissements, « dzzzzz » dans le cerveau à chaque mouvement oculaire, palpitations, je bégaie, perte d’idée, manque de concentration, sautes d’humeurs extrêmes, agressivité, automutilation, idées noires, crises de larmes, rêves et sommeil perturbés, grande difficulté à travailler. Je ne sais plus quoi faire, je n’ai aucun contrôle. Dites moi que ça va passer ou si c’est pas normal??? Je ne veux pas retourner voir le doc et qu’il me dise de recommecer à la prendre et avoir enduré ça pour rien. J’ai l’impression d’être seule au monde, personne ne comprend. On me dit de me calmer, d’aller voir un psy...mon chum ne me supporte plus, il a voulu appeler l’ambulance hier tellement j’étais hors de contrôle. J’ai l’impression de me retrouver dans le même état que quand j’ai été hospitalisée... J’allais très bien après mon premier sevrage (de 75 à 35mg)!!! SVP help!!!

Sunny
Messages : 8
Enregistré le : 08 févr. 2018, 16:33

Re: Sevrage Effexor: l’enfer! Besoin d’aide

Message par Sunny » 15 juin 2018, 19:24

«Je ne veux pas retourner voir le doc et qu’il me dise de recommecer à la prendre et avoir enduré ça pour rien.»

Je crois que tu réponds à ton questionnement. Un médecin saura te guider. Je trouve que tes réactions sont assez intenses pour t'en préoccuper sérieusement.

Si tu as besoin de tes médicaments et que tu allais bien avec eux, pourquoi t'en priver ou lieu de souffrir et de retomber dans le brouillard.

Sunandgirl
Messages : 1
Enregistré le : 27 juin 2018, 14:29

Re: Sevrage Effexor: l’enfer! Besoin d’aide

Message par Sunandgirl » 27 juin 2018, 15:14

C’est exactement ce que je vis en ce moment. J’ai pris Effexor pendant maintenant 5 ans et seroquel pendant 3-4 mois à peu près. Mais j’ai perdu totalement le goût de vivre. Plus aucune activité me procure du bonheur. J’ai ai parler à mon psychiatre et il m’a proposer un sevrage afin de voir comment j’allais être par la suite. Il y avait 2 solutions possibles. Soit que ça venait de moi et que j’avais besoin de psychothérapie, soit qu’il me faisait passer par les électrochocs. J’ai été hospitalisé 4 semaines pour faire le sevrage. La première baisse a été terrible. Mais j’était bien encadré. Les baisses suivantes, je n’ai ressenti presque qu’aucun effet secondaire, sauf si mon humeur instable fait partie des effets secondaires. De 37,5 à 0, j’ai recommencer à avoir des effets secondaires. Je les ai encore après 13 jours.
-> Vertiges
-> étourdissements
-> « dzzzzz » dans le cerveau à chaque mouvement oculaire; ici j’ai repris tes mots car je ne savais pas comment le dire. J’ai tellement essayer de l’expliquer mais personne comprends...
-> maux de tête
-> maux de coeur
-> vomissement
-> difficulté à prononcer des mots
-> perte de mémoire
-> manque de concentration
-> sauts d’humeurs extrêmes
-> agressivité
-> automutilation: j’ai été hospitalisé en 2013 pour celà, et depuis je n’ai plus jamais rien fait mais mon dieu que j’arrete pas d’y penser!!
-> idées noires
-> crises de larmes
-> rêves et sommeil perturbés

Au final le psychiatre a dit que le probleme c’était dans ma personnalité qu’il fallait que je change. Il compte seulement sur une thérapie mais ça fait 11 ans que je vois quelqu’un régulièrement et ça jamais rien changer... et il me dit qu’il faut que j’arrete de parler de mes idées noires car ça fait juste inquiéter le monde. Celle là je la comprends vraiment pas... j’ai une amie à qui j’ai essayer de parler d’une situation en particulier. Mais elle m’as dit que c’etait à moi de changer. Je suis pas contre mais jy arrive plus... Moi aussi je me sens seule. Mon chum a vraiment de la difficulté à supporter tous ça. On s’est séparer la semaine passé. On est revenu ensemble mais c’est pas la joie. J’ai l’impression de me forcer pour paraitre forte. j’ai des gens autour de moi qui sont tanner de ma situation car ça fait 11 ans que ça dure. Alors j’ai essayer de m’éloigner d’eux car je considère que je leur fait du tord. Et de toute manière il ne sont plus capable de m’aider.
Imaginez-vous essayer d’aider quelqu’un pendant 10 ans de temps et que rien ne fonctionne. Vous allez vous tanner un moment donnée. Alors je ne les blâmes pas.
Tout à l’heure j’étais en train de sâbler une table (quelque chose qui me procurais du plaisir dans le passé), puis rien ne se passait en moi. Je pensais juste à comment je pourrais mourir. Et ça aussi le psychiatre m’a dit que c’était pas bon d’y penser... je suis d’accord mais ça vient tout seul. Ça fait plusieurs fois que j’y pense et j’ai même déjà un semi-plan. Mais j’arrive pas à le mettre en pratique. Et j’ignore si c’est parce que j’ai peur de manquer mon coup, ou j’ai peur de réussir... C’est comme ça que je suis tomber sur ce forum.
C’est vraiment long ce que j’ai écrit et pourtant, j’ai l’impression d’avoir dit le quart maximum de ce que je ressens. Je suis fatiguer, bruler, je vois pas la lumiere au bout du tunnel...

Répondre