Pensée suicidaires quasi permanentes

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Répondre
Koraly
Messages : 3
Enregistré le : 28 juin 2018, 15:14
Localisation : Alsace

Pensée suicidaires quasi permanentes

Message par Koraly » 28 juin 2018, 15:57

Bonjour a tous,

Je viens juste de m'inscrire sur le forum, parce que je ne sais plus vers qui me tourner.

J'ai toujours eu plus ou moins tendance a la dépression. Voilà environs un an j'ai accepté un travail loins de mon domicile, qui me demandais environs 4h de transport par jour. En plus d'être chronophage ce travail c'est très mal passé. J'ai fini par completement péter un plomb, et un jour j'ai agressé verbalement une de mes collegue au travail et ai comencer a m'en prendre physiquement a moi même (etant chimiste ca aurait pu virer au drame). J'ai été emmené d'urgence voir un medecin et suis suivi par une psychiatre depuis.

On m'a d'abord diagnostiqué une dépression sèvere, j'ai été traité a la fluoxetine. Ca a légèrement amélioré la situation notamment en calmant mes angoisses.

Outre les phases de longues dépression morne et stationnaire, j'ai parfois de courtes périodes d'extase total.Le monde est a moi, je deborde d'énergie mais je suis très irritable et impulsive. C'est pourquoi ma psychiatre considère une éventuelle bipolarité.
Le travail de diagnostiUe est encore en cours ces derniers mois, c'est pourquoi je ne m'avancerai pas a me confirmer dépressive ou bipolaire.

Ces derniers temps je vais très mal. Jnai de gros soucis financiers. J'ai évidemment du démissionner et ai mis quelques temps a retrouver du travail. J'ai donc eu une periode de quelques mois sans aucun revenu ce qui m'a créer un deficit financier que j'ai beaucoup de mal a rattraper bien qu'ayant un emploi actuellement. Cette situation m'angoisse terriblement.

Mon travail est très correct et se passe plutot bien mais ne me satisfait pad. Je n'aurai aucune raidon de m' en plaindre parce que je suis correctement payé, ce sont de bonnes conditions de travail, des horaires correctes.... Mais ca ne m'epanouis pas. J'ai un peu honte de l'avouer parce que des milliers de gens aimeraient etre a ma place, mais je deprime a cause du travail. Je m'y ennuie, pas concrètement parce que je suis occupée, mais intellectuellement. Je ne saurai pas expliquer.

Actuellement je n'ai aucune activité de loisir et tres peu de contact humain. J'ai un copain, qui fait de son mieux pour me comprendre, mais je sais que si je lui en dit trop il sera blessé. Je passe mon temps livre a ruminer, l'idée meme de sortir me demande une énergie monstrueuse.

J'ai parfois des crises d'hyperphagie, je vais acheter tout ce que je peux, m'enfermer dans le noir et tout avaler, parfois des trucs pas encore décongelés. Ca n'améliore évidemment pas ma situation financière et me pose des problèmes de poids inquietants.

De manière générale je n'ai pas envie de vivre. Je pense que tout le monde serait mieux sans moi, voir ne remarquerai pas mon absence. Je pense que ma situation ne s'ameliorera jamais. Je n'arrive pas a encisager un avenir.

Je ne sais olus quoi faire
Je crois que ce sont les petites choses, les gestes quotidiens des gens ordinaires qui nous préservent du Mal.
Gandalf le gris

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Pensée suicidaires quasi permanentes

Message par 3.14R » 28 juin 2018, 17:38

Bonjour Koraly,

L'avenir on a les mains dedans, c'est tous ces petits instants présents qu'on laisse filer entre nos doigts ainsi que tous ceux auxquels nous donnons une certaine signification. L'avenir ça se tricote au présent. Donner un sens à la vie, à notre vie, c'est accepter de s'incarner dans le présent. Le plus souvent possible dans une journée. Le plus souvent. Une fois par semaine c'est une expérience, une fois par jour c'est un événement, plus c'est un style de vie. C'est un des sens les plus significatifs que l'on puisse donner à notre vie. Habiter l'instant.

Dans la dépression c'est quasi incontournable, il y a des pensées suicidaires qui jaillissent. C'est fulgurent parfois. Des pensées obsessives. Certains en sont victimes même s'ils ne s'enlèvent pas la vie. Beaucoup luttent contre. Je ne les acceptent pas dans ma vie, dans mes pensées. Je suis de ceux qui luttent. Je ne me sers pas de mon intelligence pour justifier les pensées suicidaires. J'ai choisi mon camps. Je lutte au quotidien contre l'inertie, l'abandon, le marasme, le découragement, la douleur, la souffrance et la mort. Je me mesure à eux non pas par bravade ou par envie mais dans l'obligation et l'urgence. Je ne me défile pas. C'est une attitude que j'ai adoptée. Je ne dis pas que c'est la seule ou que c'est la meilleure, je dis que c'est la mienne. Que je l'assume. J'assume les combats souvent déloyaux que je livre contre les pensées suicidaires. J'en sors toujours grandi. Je pense qu'il y a un être à l'intérieur de chaque humain, un être qui ne veut pas se laisser faire. Je ne parle pas du petit enfant en nous. Je parle de l'essence même de l'Être humain. Nous sommes des créatures de vie. Mortelles donc. Les choses viendront naturellement, en leurs temps. Je ne précipiterai pas les choses.

Tu as des conditions particulières de santé. Une médication appropriée va t'aider grandement mais toujours tu vas être appelée à choisir ton ou tes attitudes face à la maladie et à ses attaques. En quelque part on est des victimes de la maladie. Perso je suis bipolaire avec manie. C'est une condition maintenant, avec laquelle je dois conjuguer. C'est dur pour l'orgueil. Moi aussi il m'arrive de ne pas sortir de chez moi, même pour aller à l'épicerie. Il m'arrive d'avoir toutes sortes de petites peurs paralysantes. Je ne réussis pas toujours à passer par dessus.

Je ne cherche pas à te dire quoi faire, ni comment penser Koraly, je cherche à te partager une parcelle de mon parcours pour t'inspirer à trouver le tien. La voie est sous tes pas disent certains. Plusieurs ici ont des parcours inspirants. Tout le monde y va à sa manière. Je t'encourage à ne pas te laisser faire et à avoir confiance en toi dans ce combat qui semble déloyal. Un jour à la fois. Le suicide n'est pas une issue.

Je reviendrai te lire

Sunny
Messages : 8
Enregistré le : 08 févr. 2018, 16:33

Re: Pensée suicidaires quasi permanentes

Message par Sunny » 28 juin 2018, 23:05

Bonjour Koraly,

Tu sembles te chercher beaucoup et ce, dans plusieurs sphères de ta vie et en plus, un trouble mental vient se pointer le nez...

En ce qui concerne tes problèmes financiers, c'est toujours très très insécurisant, mais on vit dans une société où il y a des moyens d'arriver même si tu paies des intérêts. Essaie de trouver quand même le moyen le plus acceptable. Je ne crois pas que tu sois dans un état de stabilité et c'est normal que ce soit un peu difficile. Si ce n'est pas dramatique et que tu peux vivre décemment, mets ce problème de côté. Accepte l'aide des autres aussi si tel est le cas. Ce n'est pas le temps de faire l'indépendante. ;)

En ce qui concerne ton travail, c'est à toi de choisir, mais je crois que tu devrais opter pour le plus de stabilité présentement. Quand ça ne va pas dans notre tête, ce n'est pas le bon moment pour prendre des grandes décisions.

Personnellement, quand je suis dans une phase dépressive, je cherche la stabilité et le calme et me tiens loin de tout ce qui pourrait me troubler. Je me recentre sur moi-même. J'ai besoin de me refermer sans me cloitrer totalement bien entendu.

Entoure-toi des bonnes personnes qui t'aideront, trouve de l'aide et des outils... Ce n'est pas facile, mais tu dois trouver un moyen de bien vivre avec ta maladie.

Courage.

Koraly
Messages : 3
Enregistré le : 28 juin 2018, 15:14
Localisation : Alsace

Re: Pensée suicidaires quasi permanentes

Message par Koraly » 29 juin 2018, 01:08

Bonjour,

Merci pour vos reponses.

En fait je suis assez seule dans la vie. Je ne peux pas compter sur ma "famille". Sans être en froid avec mes parents je ne suis pas très proche d'eux. Pour dire vrai, mon travail avec ma psychiatre me fait me rendre compte que j'ai subit de la maltraitance pendant des années. J'ai le soutien moral de mes beaux parents mais je ne peux pas leir demander de soutien financier, ce n'est pas leur rôle. (je ne vis pzs avec mon copain).
Enfait, il y a quelques mois j'ai bien failli finir a la rue, et c'est une menace qui me concernz toujours.

Pour ce qui est du travail, je cumule les emplois a durée déterminee. C'est n'est pas très compliqué de trouver ce type de boulot, mais quasiment impde decrocher un cdi, difficile donc de se stabiliser.

le problème aussi c'est que du coup sans argent je ne peux rien faire. Je n'ai deja pas suffisamment pour me nourir convenablement, je ne mange pas tous les jours. Je ne pourrai pas me permettre par exemple de depenser de l'argent pour faire un tour en montagne. Je n'ai absolument aucun loisir pour me changer les idées.
Je crois que ce sont les petites choses, les gestes quotidiens des gens ordinaires qui nous préservent du Mal.
Gandalf le gris

Revivre
Administrateur
Messages : 258
Enregistré le : 20 nov. 2009, 11:43

Re: Pensée suicidaires quasi permanentes

Message par Revivre » 29 juin 2018, 15:03

Bonjour Koraly,

Je prend connaissance de votre premier message et effectivement je perçois une souffrance qui perdure et une fatigue qui s'installe à force.

Je crois comprendre que vous n'êtes pas du Canada, je me trompe?

Je tenais, avant le week-end et le jour férié de ce lundi, à vous mentionner les lignes de soutien pour idées suicidaires de votre région, à ne pas hésiter à contacter, cela peut faire une grande différence dans un moment de doute ou de désespoir, vous n'êtes jamais réellement seule, c'est ce dont je souhaite que vous vous rappeliez.

Par ailleurs, si écrire sur ce forum et lire les commentaires vous fait un tant soit peu de bien, ne vous en privez surtout pas.

Je reviendrai prendre de vos nouvelles dès mardi et vous pourrez bien sûr nous contacter sur notre ligne de soutien ou par courriel si vous le souhaitez: 1866-738-4873 / revivre@revivre.org

Prenez soin de vous Koraly, à bientôt.

Vicky Chicoine, Intervenante
514-529-3081, poste 108

Koraly
Messages : 3
Enregistré le : 28 juin 2018, 15:14
Localisation : Alsace

Re: Pensée suicidaires quasi permanentes

Message par Koraly » 29 juin 2018, 18:13

Merci pour votre réponse.

Non effectivement, je n'avais pas pensé a préciser mais je suis française, désolée de l'oublis.

Je vagabonde sur ce forum depuis quelques temps sans jamais oser intervenir. Mais c'est vrai que j'ai lu beaucoup de sujets dans lesquels je me reconnais complètement. Et, bien que je sois désolée pour les personnes dans cette situations souvent pire que la mienne, une partie de moi est rassurée de me rendre compte que je ne suis pzs seule a vivre ça, en tout cas que mon cas n'est pas exceptionnel.

J'ai pensé à me rapprocher des associations qui existent autour de chez moi, mais etant très réservée, je préfère passer par ecrit de manière générale. Ma psychiatre m'avait recommandé de chercher du côté des forums canadiens, car apparemment vous auriez pas mal d'avance par rapport aux français sur ce type de sujet.
Je crois que ce sont les petites choses, les gestes quotidiens des gens ordinaires qui nous préservent du Mal.
Gandalf le gris

Ouena
Messages : 1885
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Pensée suicidaires quasi permanentes

Message par Ouena » 30 juin 2018, 09:32

Bonjour Koraly, bienvenue sur le forum, je te souhaite que ça aille un peu mieux aujourd'hui, n'hésite pas à venir te défouler ici. Tu n'es pas seule.

Revivre
Administrateur
Messages : 258
Enregistré le : 20 nov. 2009, 11:43

Re: Pensée suicidaires quasi permanentes

Message par Revivre » 06 juil. 2018, 14:00

Bonjour Koraly,

Merci de votre réponse, effectivement cela est l'un des objectifs du soutien en communauté internaute: se sentir moins seul dans l'épreuve que l'on traverse.

N'hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de parler à un intervenant, nus sommes joignables par courriel si cela est plus simple pour vous, étant donné la distance.

Bien à vous,

Vicky Chicoine, Intervenante

revivre@revivre.org

Répondre