A bout de force

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Répondre
helpme
Messages : 4
Enregistré le : 12 juil. 2018, 09:08

A bout de force

Message par helpme » 12 juil. 2018, 09:33

Bonjour,

J'ai 21 ans et je suis actuellement en BTS;

Je me décide à écrire sur un forum où, je l'espère, je pourrais trouver un peu de réconfort et d'aide...

Je m'explique, depuis environ 4-5 ans maintenant, je ne vais pas bien...

-des souvenirs d'attouchements sexuels dans mon enfance fait par des cousins qui me hantent

-un divorce de mes parents plutôt compliqué avec moi entre les deux

-j'ai un grand frère qui est plutôt introverti et avec qui je n'ai pas forcément de complicité..

-il y environ 1 an j'ai décidé de ne pas devenir infirmière car au fil d'un stage je me suis aperçue que ce n'était pas ce que je voulais faire.
Ma mère l'a très mal pris, elle ne m'a plus parler pendant à peu près 2-3 mois (pile poil au moment où il fallu que je me remette entièrement en question pour trouver vite une autres orientation pour débuter début septembre 2018). Je lui en veux et je fini par ne plus vouloir lui parler, je fini par la haïr.

-depuis deux ans je suis avec un garçon qui a lui aussi ses soucis et qui entend que je suis pas bien mais qui ne sait pas trop quoi faire

-je suis allée voir 1 psychiatre, 1 conseillère familiale, 1 psychologue infirmière au CMP de ma ville

-Les relations avec mon compagnons deviennent difficiles car je ne fais que de remettre en question notre couple car j'ai peur de l'emporter sous l'eau avec moi (il craque! évidemment une copine qui pète les plombs, qui pleure, qui profite d'aucuns moments, etc...) c'est pas facile à vivre!!!

-je suis arrivée à bout à tel point que je suis maintenant dans une phase où je n'apprécie plus rien, je me suis même créer une personnalité pour montrer que tout va bien pour mes proches, le boulot, le lycée...

-les événements et moments pour moi normalement importants deviennent banales

-je suis toujours sur le dos de mon chéri car je ne vois que ses défauts = cela crée des tensions qui me mettent encore plus bas que terre car je vois dans ses yeux que je suis folle.

-dès qu'il y a de la difficulté je me mets directement dans ma bulle avec mes idées noires en imaginant que je dois mourir dans ma voiture en la fracassant de toute vitesse contre un mur..

-durant le divorce de mes parents, j'étais au milieu (comme dit au dessus) et j'ai souvent assister à des disputes sur la garde, ou mon père qui gueulait en bas de l'appartement pour nous récupérer moi et mon frère

-ma mère claque ses nerfs sur moi tout le temps encore dernièrement en me disant que c'est de ma faute si le livreur d'un de mes colis ne m'a pas livrer et qui a gardé le colis pour lui. Je suis soit disant irresponsable et tout le tralala...

-ma formation actuelle ne me plait pas non plus...

Je suis dans le flou total, tout cela réuni causant un profond désarroi pour avancer, y voir clair et m'épuisant car ils sont énergivores!!
Je ne sais plus où avancer, je n'ai plus la force, tout est bloqué et je me noie alors que tout semble aller pour le mieux.

A noter qu'à chaque fois que je suis allée voir quelqu'un rien ne changeait...

HELP ME

Depressed
Messages : 2
Enregistré le : 12 juil. 2018, 05:25

Re: A bout de force

Message par Depressed » 12 juil. 2018, 11:41

Salut! Je te comprends tout à fait ! Surtout pour tes parents, j’ai beau être là plus petite de ma famille, je suis là plus adulte, lorsque mes parents se disputent c’est toujours sur moi que ça retombe étant que je suis là seule qui reste sagement à la maison...

Niveau nouveau personnage, je le fait aussi, j’ai fait plus de 5 tentative de suicide don’t une qui s’est finie à l’hôpital et m es parents n’ont jamais levée le petit doigt... depuis je fais comme si tout allait bien que ça soit à la maison ou dehors et le soir lorsque je suis seule je pleure... j’ai l’habitude maintenant je le fais depuis l’âge de 11 ans...

Je ne peux pas t’aider niveau couple parce que je n’en ai pas mais si ton compagnon a aussi ce genre de problème il serait peut-être bien que vous en parliez à deux, pour que vous puissiez vous en sortir à deux, traverser ça ensemble et , mieux vous comprendre, je sais que c’est pas facile d’en parler parce que parfois on ne comprends pas nous meme pourquoi on est comme ça mais il le faut !

Ensuite je te comprends totalement aux niveau des idées de suicides qui te viennent à chaque petit problème parce que ça me le fait aussi, rien qu’aujourd’hui j’ai vraiment hésité à passer à l’acte, mais j’ai réfléchis seule toute la journée et j’ai essayé de toutes mes forces de me convaincre que même après la pire des tempête il y aurait un soleil radieux qui apparaîtra dans ma vie ! Je peux t’assurer que de se convaincre que ça va aller est très difficile mais lorsqu’on y arrive c’est super satisfaisant et tu seras fière de toi !

J’espère que ma réponse pourra t’aider et je te souhaite d’arriver à te battre ! Bonne chance !

J’ai confiance en toi et je t’aime! Tu peux le faire parce que tu es quelqu’un d’exceptionnel! On crois en toi !


Depressed

helpme
Messages : 4
Enregistré le : 12 juil. 2018, 09:08

Re: A bout de force

Message par helpme » 12 juil. 2018, 12:43

Merci beaucoup pour ton message.

Quand je pense à passer à l’acte c’est un soupçon de relâchement ! Je me sens voler... enfin je me sens plus légère.

Personne ne me comprends et je peux en parler à personne d’autant que mon chéri est aussi à bout ! A tel point que je culpabilise et que je me demande si ça ne serait pas mieux sans lui pour qu’il puisse être heureux sans moi.

helpme
Messages : 4
Enregistré le : 12 juil. 2018, 09:08

Re: A bout de force

Message par helpme » 12 juil. 2018, 13:03

D’autres messages m’aideraient vraiment ...
Merci d’avance

Revivre
Administrateur
Messages : 261
Enregistré le : 20 nov. 2009, 11:43

Re: A bout de force

Message par Revivre » 12 juil. 2018, 15:34

Bonjour à vous deux Depressed et Helpme,

Je vient m'adresser à vous aujourd'hui car vos propos nous sont apparus très importants, voire urgents.

Nous sommes à l'affût lorsqu'il est question d'idées suicidaires, ou même d'idées noires (moins marquantes mais tout aussi importantes) et encore plus s'il est question de tentatives, ultérieures ou à venir.

Je tiens à vous mentionner que nous sommes présents pour vous offrir écoute et soutien via non seulement ce forum mais via notre ligne d'écoute et par courriel également: 1866 REVIVRE / revivre@revivre.org

Vous n'êtes pas seules mes chères, toute une équipe est derrière vous ici à Revivre, même à distance, et nous sommes toute ouïe pour vos confidences afin de vous alléger un tant soit peu.

Il est primordial dans un moment où les idées noires semblent vous envahir, de ne pas s'isoler, de tendre la main pour recevoir le soutien nécessaire.

Par ailleurs, il est important de comprendre la fonction de ces idées, afin d'éviter justement de se rendre à une tentative. Ces idées ne sont que le reflet de votre épuisement, de votre souffrance intérieure et celle-ci est tout à fait légitime, cependant le cerveau, épuisé, pense à tirer un trait sur tout car c'est la seule option, dans son état de grande fatigue psychologique, qu'il est capable de voir.

Malheureusement, comme tu l'as si bien dit Depressed, les difficultés vécues sont souvent temporaires, même si elles semblent durer une éternité et que la souffrance est de plus en plus difficile à supporter, le soleil finit par refaire son apparition et avec les ressources appropriées, il vous est possible de vivre des jours plus heureux.

Mais pour cela, il faut continuer de s'accrocher les filles, car une tentative de suicide, il n'y a pas de retour en arrière et les dégâts occasionnés sont énormes, les proches sont affectés à vie après une telle perte.

Ce n'est même pas une option, c'est un symptôme, un parmi tant d'autres, parmi la lassitude, les maux de tête, la fatigue, les pleurs. C'est le plus souffrant et c'est pourquoi je fais appel à votre vigilance, afin de ne pas vous laisser sombrer dans une spirale d'affects dépressifs et je suis persuadée que vous pouvez y arriver.

Je vous invite donc à nous contacter rapidement, directement à Revivre. Voici les coordonnées de la ligne directe de deux de mes collègues comme je ne serai pas présente demain, ils sauront vous répondre avec douceur et compréhension.

Christine: 514-529-5642
Simon: 514-529-5209


Toutefois, comme nous sommes fermés en soirée et la fin de semaine, s'il y a urgence ou que vous sentez le besoin immédiat de parler à quelqu'un, la ligne 1866 APPELLE est ouverte 24/7.

Je crois par contre déceler dans votre écriture que vous n'êtes peut-être pas d'ici mais plutôt de France, je me trompe?

Pour être certaine, je vous proposerais aussi des références en France:

Suicide Écoute: 01 45 39 40 00 Ouvert 24/7
SOS Suicide Phenix: 01 40 44 46 45 Ouvert 16h à 20h
Fil santé jeunes: 0800 235 236 Ouvert de 9h à 23h


Prenez bien soin de vous mesdames, il me fera plaisir d'avoir de vos nouvelles.

Vicky, Intervenante
514-529-8766

helpme
Messages : 4
Enregistré le : 12 juil. 2018, 09:08

Re: A bout de force

Message par helpme » 12 juil. 2018, 16:08

Merci beaucoup por votre message.
Je souffre beaucoup en ce moment et de me cacher devient de plus en plus dur autant professionnellement que personnellement ... je suis épuisée.
J’ai déjà essayé d’appeler ces numéros mais je ne trouve désespérément pas de réconfort ou de solution pour me sortir de la ...

Revivre
Administrateur
Messages : 261
Enregistré le : 20 nov. 2009, 11:43

Re: A bout de force

Message par Revivre » 16 juil. 2018, 09:48

Bonjour Help me,

Tu mentionnes avoir dejà essayé d'appeler ces numéros, y es-tu parvenu?

As-tu parlé à quelqu'un? Si oui, je t'inviterais à me raconter, par courriel, ce qui est ressorti de cette discussion et ce que tu en as apprécié ou moins aimé.

Le but sera de trouver la façon de t'aider qui te fait du bien, même juste un petit peu.

L'important est de progresser à ton rythme et il n'y a pas de vitesse de prescription, chaque pas compte.

Même si l'aide d'un intervenant, un ami ou un passe-temps par exemple ne t'amène pas de solution immédiate, le but n'est peut-être pas nécessairement celui-là non plus, tu comprends?

L'objectif primaire pour le moment c'est de soulager ta souffrance, petit à petit. Plus tu auras de répit, plus tu auras un souffle et de la disponibilité pour penser à des solutions et des stratégies pour comprendre et gérer cette souffrance de façon soutenue. Qu'en penses-tu?

Je te proposerais donc que l'on poursuive par courriel si tu es d'accord.

Cela évitera un délai plus long en raison des nombreux messages à lire sur le forum et comme tu mentionnes des idées suicidaires, il sera important que l'on soit en contact de façon la plus efficace possible.

Voici mes coordonnées, je suis à Revivre de Lundi à Mercredi, de 9h à 17h, heure de Montréal. Si tu as besoin de parler à quelqu'un et que je ne suis pas là, cependant, je t'invite à contacter mes collègues par courriel: christine.sauve@revivre.org ou simon.langlois@revivre.org. Dans le cas d'idées suicidaires graves, les lignes de soutien de la France seront préférables.

vicky.chicoine@revivre.org

Il me fera toujours plaisir d'avoir de tes nouvelles, n'hésites pas à m'écrire, je réponds vite.

À bientôt

Vicky, Intervenante

Répondre