SOS

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Répondre
cgb
Messages : 2
Enregistré le : 05 août 2018, 12:25

SOS

Message par cgb »

BONJOUR, svp j aurais besoin d aide , je suis un homme de 39 ans qui a des troubles dépressifs et suicidaires ces troubles sont apparus a la puberté car j ai eu un père qui ne m aimais pas ,il passait son temps a me rabaisser et a m humilier bref plus d estime de soi a l adolescence et résultat grosse dépendance affective que j ai comblé avec une femme adorable qui m a donné trois beaux enfants mais qui ne me correspond pas au niveau intellectuel ,donc pas les mêmes centres d intérêts. C est triste ce que je vais avoué mais mon texte est sincère,m' ennuyant énormément dans mon couple je me suis orienter vers l' approfondissement de mes connaissances sur les sujets qui me passionnaient.J ai essayé de me soigner tout seul j ai d abord chercher le père que je n ai jamais eu dans la religion, ça ma aidé un moment mais les questions existentielles étant plus fortes que moi ,j' ai cherché le bonheur a travers la recherche de "la vérité" et résultat plus aucun gout de vivre, vous allez me dire et vos enfants? C est ce qui m'a fait tenir jusque là mais je sens depuis deux ans que ça devient difficile plus d objectifs, isolement, les personnes autour de moi ne m intéressent plus ,sauf Mr Freud avec la modernité technologique qui s installe, la régression des libertés individuelles et la répression dans ce pays ça devient difficile de vouloir continuer, immigrer pkoi pas? recommencer qque chose pkoi pas? Mais au final ne serait je pas tjrs un animal malade dans une société encore plus malade, merci de votre aide.
Rémy
Messages : 39
Enregistré le : 29 juin 2018, 10:54

Re: SOS

Message par Rémy »

Bonjour,
Je te reviens avec une réponse bientôt.

J'avais un long texte et j'ai tout perdu avant de te l'envoyer. Je le ferai en word avant de le copier ici.
Rémy
Messages : 39
Enregistré le : 29 juin 2018, 10:54

Re: SOS

Message par Rémy »

Bonjour,
Tu dis au début que tu as des troubles dépressifs et suicidaire, si tu les as encore maintenant, il serait bon de consulter au plus vite car on ne prend pas vraiment les bonnes décisions quand on est dépressif. Une médication nous aide avant de parler de nos émotions et sentiments de façon plus calme et plus logique.

Pour la relation avec ton père, il me semble qu’il était très autoritaire et peut-être un peu absent. Tu dis qu’il ne t’aimait pas mais, c’est peut-être une perception d’enfant et non une réalité. Notre père est souvent très autoritaire, critique et colérique. Il n’y a pas de livre d’éducation qui vient avec la naissance d’un enfant. Il a fait avec ce qu’il croyait de mieux je pense, avec l’imperfection que nous avons tous nous les humains. Essaie de te rappeler s’il ne t’a pas montré des choses dans ton enfance : Vélo, natation, baseball, hockey, musique ou toute autre chose… c’est une forme d’amour que d’enseigner quelque chose à ses enfants sans leur dire qu’on les aime. Je t’aime, on n’entend pas ça d’un père… C’est vrai que l’estime de soi en prend un coup quand on est toujours critiqué ou rabaissé mais tout n’est pas perdu, tu as sûrement eu d’autres modèles parentaux comme des professeurs ou des oncles que l’on admire plus que d’autres et qui comblent l’absence du père. Le modèle parental du même sexe est important pour notre comportement futur. Si nous avons eu un père colérique avec sa conjointe, possiblement que nous le serons nous aussi, croyant que c’est ce qu’il faut faire pour être un bon mari, c’est la compréhension que l’on a quand on est enfant. Avoir du ressentiment contre quelqu’un, c’est un sentiment qui fait du tort uniquement à soi-même. De plus, on ne peut pas revenir en arrière pour se faire éduquer par un autre père, on ne l’a pas choisi mais, c’est notre unique père.

Pour la dépendance affective, j’en ai moi aussi, c’est de l’anxiété, la peur de perdre l’amour… ça comble un peu le sentiment de manque d’amour père que tu ressens. C’est sûrement quelque chose à travailler mais ce n’est pas en quelques mots ici que l’on peut le faire. Je te parle tout de suite d’une micro-thérapie que j’ai faite à 2 reprises et qui m’a apporté beaucoup de bien-être dans plusieurs sphères de la vie émotionnelle. Si tu veux essayer c’est : Prendre soin de soi de Lucien Auger, Ph.D. Ma version date de 1992 mais il y en a de plus récentes chez Renaud-Bray : http://www.renaud-bray.com/Livres_Produ ... 2892257762
Tu dis que tu n’as pas de points communs avec ta conjointe mais on peut avoir chacun ses points d’intérêts distincts et n’avoir que quelques points communs comme vos 3 enfants et sûrement un jour vos petits-enfants. Ça me fait penser, à ton âge, ma femme et moi avons commencé des cours de danse à la suggestion de ma sœur, je n’étais pas chaud à l’idée mais à ma grande surprise, on est devenu de grands passionnés de la danse et on a fait des compétitions pendant 7 ans que cette passion a durée. Il faut essayer quelque chose avant de savoir si on va aimer, il faut passer à l’action sans peur.

Tu es à la recherche du père que tu n’as pas eu. J’ai lu « Père manquant, fils manqué » d’un psychologue dont j’oublie le nom…. Mais c’est du passé, on ne peut qu’essayer de les comprendre sans leur donner tous les torts. Il y a beaucoup de nous-même dans notre évolution. Et pour la recherche de la vérité… mais qui détient la vérité, qu’est-ce que la vérité? Moi je ne l’ai jamais trouvé. Dans une de mes lectures, on dit : « trouver un sens à la vie » et personne n’a la même réponse… il n’y a peut-être pas de sens véritable à la vie… mais : « Donner un sens à sa vie » c’est là toute la différence. Je suis actuellement à lire : La route du sens :
http://www.renaud-bray.com/Livres_Produ ... 2764026274

Cela m’aide à trouver un sens, une direction, un objectif à suivre alors, on se retrouve dans l’action, on avance, on brise l’isolement puis on sort de notre tête pour faire quelque chose. On arrête de chercher La Connaissance absolue, la réponse à tout…

Moi aussi je trouve que nous sommes dans une société de plus en plus malade, je crois que l’humain s’en va directement dans le mur. D’un autre côté, je me dis que c’est toutes les inventions que l’homme a faites qui nous amènent à notre perte, l’inventeur ne sait pas à quoi s’attendre avec son invention, le grand paradoxe du génie humain, il ne sait pas si cela fera uniquement du bien pour l’humanité ou beaucoup de tort. On peut s’y engager avec les jeunes comme toi et les plus jeunes en s’impliquant personnellement à vouloir changer les choses, pour l’avenir sur terre et pour le bien des générations qui suivront et, parallèlement, se changer soi-même. Je me dis que de toute façon, c’est dans ce monde que je suis, dans cette ère, dans ce pays, dans cette langue, j’essaie de composer du mieux que je peux avec cette réalité. On est tous dans un même bateau et on essaie de l’orienter dans une direction sans en savoir l’issue.

Au plaisir de te lire à nouveau!
Répondre