Témoignage sevrage Sipralexa

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Répondre
Noela
Messages : 20
Enregistré le : 08 oct. 2010, 06:31

Témoignage sevrage Sipralexa

Message par Noela » 29 juil. 2011, 09:36

Bonjour à tous,

J'ai commencé mon sevrage de Sipralexa depuis le mois de Mai 2011 (après une durée de traitement de 2 ans suite à une dépression sévère). Donc 1 comprimé de 10 mg tous les matins et j'ai commencé en diminuant d'un quart à chaque fois.
On dit partout que les antidepresseurs ne créent pas de dépendance. Personnellement j'ai difficile à croire puisque depuis que j'ai entamé mon sevrage, j'ai tout un ensemble de symptômes physiques et émotionnels qui m'envahissent.
Pourtant j'ai été tout en douceur et la je suis au dernier quart et ca me paraît très dure. Sensation d'anxiété physique, toutes sortes de douleurs corporelles, envie de rien, enfin je vous épargne les détails...
Je crois que plus longtemps on consomme un antidepresseur, plus il est difficile de l'arrêter.
Il faut vraiment beaucoup de détermination et de force mentale pour 'ne pas faire attention' à ce mal-être qui intervient lorsqu'on diminue.
Je souhaite à tous bon courage et je garde espoir que j'y arriverai.

Insomniaque
Messages : 6
Enregistré le : 29 juil. 2011, 18:45
Localisation : Montréal

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par Insomniaque » 31 juil. 2011, 08:39

Bonjour Noela,

Si tu as fait une dépression sévère, je serais prudente dans la baisse des médicaments. Il est important que tu sois suivi par ton médecin dans cette décision car la dépression reste une maladie. Aussi, il faut donc distinguer les symptômes de sevrage et ceux de ta condition sous-jacente. Si ton corps ne s'ajuste pas correctement à la baisse c'est peut-être parce qu'il a besoin de ce médicament pour bien fonctionner. Tu dis ressentir des douleurs physiques. Je ne sais pas si tu le sais mais les antidépresseurs apaisent la douleur par exemple dans la fibromyalgie et peuvent contrôler le syndrôme du colon irritable.

Avatar du membre
Judith333
Messages : 57
Enregistré le : 03 juin 2011, 18:53
Localisation : Rive-sud de Montréal

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par Judith333 » 01 août 2011, 09:54

Bonjour!

J'ai pris du Cipralex durant un peu plus d'un an et avant du Celexa qui vient de la même branche pendant près d'un an. Donc, au total 2 ans d'antidépresseur.

Je viens de l'arrêter sous supervision de mon psychiatre. Comme d'autre médicament m'ont été retiré et ajouté car je viens d'être diagnostiqué bipolaire en juin, c'est assez difficile de faire la part des choses.

Disons que j'ai eu des nausées, étourdissement et vertige assez contraignant mais là après près de 2 semaines d'arrêt complet ça semble être entré dans l'ordre.

Je trouve que ce qu'Insomniaque dit fait bien du sens, probablement que psychologique tu n'es pas prête à arrêter. Faudrait voir avec ton doc, c'est du sérieux l'arrêt d'un médicament et les effets secondaires en découlant. Peut-être ta dépression n'est pas encore guéri et qu'il est trop tôt pour toi d'arrêter.

Tiens nous au courant! :)
Il y a ceux qui voient les choses telles quelles sont et qui se demandent pourquoi.
Moi je les vois telles qu’elles pourraient être et je me dis pourquoi pas!

Noela
Messages : 20
Enregistré le : 08 oct. 2010, 06:31

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par Noela » 03 août 2011, 08:55

Merci pour vos réponses. La décision d'arrêter a été prise en commun accord avec mon psy. D'après lui je pouvais déjà arrêter mon quart restant après 7 jours, mais pour moi ca n'a pas été possible vu les réactions physiques et émotionnelles.
Il est vrai que lorsque m'a dépression a debuté, j'ai été confronté à des crises aïgues d'angoisse et ensuite à des douleurs dans la poitrine. L'antidepresseur a très bien fonctionné et il m'a apaisé complètement.
Aujourd'hui je vais beaucoup mieux, on dirait que je réagi fortement à chaque baisse.
Plus ou presque de douleur et je dors bien mieux aussi.
Je crois que nous réagissons tous différement et comme je suis fort sensible à tout ou presque, c'est vrai que j'ai tendence à peut-être trop prêter attention et psychologiquement dès je diminue, j'ai l'impression que je suis moins bien :oops:
Mais je n'abandonne pas, je vais juste ralentir et prendre le temps pour le dernier quart. (quoi que avec mon coupe-pilule j'ai pu coupé en 2, donc c'est encore moins ;) ).

philtirlititi
Messages : 5
Enregistré le : 20 mars 2014, 13:16

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par philtirlititi » 20 mars 2014, 15:36

J'ai fait une dépression majeure suite à un arrêt de boisson le 27 mars 2013.
Le 11/07/2013 j'allais à l'hôpital pour cinq mois.j'en suis ressorti le 11 novembre 2013.
La première semaine, l'on m'a assommé avec du Valium, qui est une benzodiazépine et qui a les même caractéristiques que l'alcool,
et a en plus d'autres effets (inhibiteur de la sérotonine comme l'alccool)
Ensuite on m'a laissé prendre du lorazepam autre benzodiazépine également dépresseur pour le système nerveux qui inhibe aussi le production de sérotonine.
D'autre part on m'a donné au mois d'Août du spiralexa.
Suite à cela, on m'a donné de l'anfranil, ensuite en décembre de la paroxétine, et depuis le 20 février, je reprends du spiralexa.
dès fin décembre, début janvier, j'ai arrêté les benzodiazépines.
Comme cela va faire bientôt un an que j'ai arrêté de boire, physiologiquement, mon cerveau devrait être capable de reproduire la sérotonine, dopamine et autres.
J'aimerais arrêté la prise de ce médicament. J'aimerais avoir des conseils des personnes qui sont parvenues à arrêter totalement cet antidépresseur.
Merci d'avance
Philippe

DoumL
Messages : 58
Enregistré le : 19 févr. 2014, 19:22
Localisation : La Pocatière

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par DoumL » 24 mars 2014, 10:15

J'ose m'immiscer dans cette conversation qui m'interpelle en vous invitant à visionner cette courte vidéo à propos des anti-dépresseurs. Peut-être que ça ne vous interpellera pas autant qu'à moi. Je vous laisse vous faire votre propre opinion et vous souhaite la meilleure des chances.

DoumL
Messages : 58
Enregistré le : 19 févr. 2014, 19:22
Localisation : La Pocatière

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par DoumL » 24 mars 2014, 10:18

Oups... J'ai oublié de joindre le lien!! Le voici https://www.youtube.com/watch?feature=p ... t0T4y3Ko-0

pantalons
Messages : 179
Enregistré le : 07 mars 2011, 11:16

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par pantalons » 24 mars 2014, 10:56

Pour ma part je suis en sevrage de effexor et je le savais on fond de moi que 112mg, c'était trop et que si il ne peuvent dire combien il me manque de sérotonines comment il peuvent dire que c'est un dé-balancement.
ha! oui je prend de la vitamine B6 B12 et de l'oméga 3 pour le système nerveux je sais de balancer les effets du sevrage.


Et ce vidéo explique bien de facon simple.

Merci Douml.

DoumL
Messages : 58
Enregistré le : 19 févr. 2014, 19:22
Localisation : La Pocatière

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par DoumL » 25 mars 2014, 08:39

J'ai le gout de vous faire part de ce qui a été mon alternative aux AD. J'ai fait une dépression cet hiver (en fait ce n'est pas vraiment terminé...) et au creux de la vague, j'ai rencontré mon médecin et elle m'a prescrit du effexor. Personnellement, je ne crois pas du tout aux anti-dépresseur et j'ai catégoriquement refusé. Malgré cela, le simple fait d'avoir une prescription a déclenché quelque chose à l'intérieur de moi qui m'a dit quelque chose comme : "Fuck, t'es vraiment rendu là? C'est vraiment le temps que tu te prennes en main mon pit!" Ça m'a en quelque sorte redonné juste le minimum de volonté nécessaire pour poser des petits gestes qui m'ont aidés. J'ai commencé à prendre du millepertuis, ça fait 5 ou 6 semaines maintenant et je peux dire que pour moi, ça fonctionne. Le millepertuis est une plante qui contient un composé qui augmente la photosensibilité, c'est à dire qu'il nous rend plus réceptif à la lumière.

Je me suis aussi mis à essayer toute sorte de séances d'auto-hypnose et de méditation qui sont disponibles gratuitement sur youtube. J'ai trouvé ça très bien et j'en fais encore régulièrement. Je fais aussi beaucoup de sport (jogging, vélo stationnaire, badminton, planche à neige) et j'essai de cuisiner beaucoup. Je fais mon pain! Je fais aussi une psychothérapie.

Ceci dit, j'ai encore souvent les blues, l'avenir me fait peur et je n'ai pas encore vraiment retrouvé le goût d'aller vers les autres. Mais je n'ai plus le goût d'aller me jeter devant un train comme c'était le cas cet hiver...

zed

Re: Témoignage sevrage Sipralexa

Message par zed » 25 mars 2014, 15:38

Noela a écrit :Bonjour à tous,

J'ai commencé mon sevrage de Sipralexa depuis le mois de Mai 2011 (après une durée de traitement de 2 ans suite à une dépression sévère). Donc 1 comprimé de 10 mg tous les matins et j'ai commencé en diminuant d'un quart à chaque fois.
On dit partout que les antidepresseurs ne créent pas de dépendance. Personnellement j'ai difficile à croire puisque depuis que j'ai entamé mon sevrage, j'ai tout un ensemble de symptômes physiques et émotionnels qui m'envahissent.
Pourtant j'ai été tout en douceur et la je suis au dernier quart et ca me paraît très dure. Sensation d'anxiété physique, toutes sortes de douleurs corporelles, envie de rien, enfin je vous épargne les détails...
Je crois que plus longtemps on consomme un antidepresseur, plus il est difficile de l'arrêter.
Il faut vraiment beaucoup de détermination et de force mentale pour 'ne pas faire attention' à ce mal-être qui intervient lorsqu'on diminue.
Je souhaite à tous bon courage et je garde espoir que j'y arriverai.
Hello,

En fait, je doit te dire la vérité, les ad causent la dépendance. De plus, plus de 80% des gens qui arrètent de les prendre ressentent les effets revenir et...encore plus forts. Les ad sont bons...quand on en à besoin. Il faut choisir entre le moindre mal, comme on dit. MAIS, la bonne nouvelle est que l'on peut arrèter d'en prendre - plein de gens le font. Il faut avoir de la volonté, retrouver un bon équilibre dans sa vie (social, professionnel, familial, sommeil, santé général, etc...) et avoir UN BUT RÉALISABLE.
Il faut aussi arrêter de les prendre en concordance avec ce que le médecin dit. Voir le médecin plus souvent et discuter DE TOUT CE QUI NE VAS PAS DANS LES MOINDRES DÉTAILS, et suivre/respecter sa décision. J'oublis surement des trucs, je ne suis pas médecin mais, tu doit y aller par étapes et avec une certaine méthodologie. Je comprends très bien qu'on est comme dans le brouillard quand on souffre d'une maladie mentale mais, il faut y aller comme si on guérissait un bras cassé: douleur, platre, repos, réadaptation, excercises léger, etc...

Bonne santé,

Zed!

Répondre