Rien ne va, depuis longtemps, dur d'attendre

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Répondre
BillBurr
Messages : 1
Enregistré le : 03 sept. 2018, 14:41

Rien ne va, depuis longtemps, dur d'attendre

Message par BillBurr »

Bonsoir,

J'aimerais vous raconter mon histoire. Je vais très mal en ce moment, idées noires, mais j'attends encore que la roue tourne. J'ai 23 ans, actuellement scolarisé niveau bac+1, ma vie est encore longue mais je suis dans un cercle vicieux où mon état me pousse vers l'échec, et donc vers le suicide.

J'ai été hospitalisé à 2 reprises, 1 à 17 ans, j'étais alors descolarisé, et 1 à 21 ans (enfin 3 hospi en 8 mois), j'étais alors en 1ere année post bac (ma 3eme à l'époque).

J'ai, je pense, été traumatisé dans ma jeunesse. Tout tournait autour de mon apparence.
Je suis né avec un ptosis à l'oeil droit (relachement de la paupière), j'ai été atteint à 5 ans du syndrome de Guillin-Barré (pas vérifié l'orthographe) j'ai boité 1 an, la même année je suis tombé sur mes dents (tombées sur le choc), déformant temporairement mon visage, et déviant la trajectoire de mes dents d'adulte. La famille a toujours complimenté mon physique, avec le recul il est vrai que j'étais un bel enfant. Mais j'étais la cible récurrente de certains camarades de classe, mes dents et ma bouche étaient l'objet de leurs moqueries, et les questions sur mon oeil m'affectaient. J'étais un enfant très complexé et attentif à mon apparence. J'étais très sensible.
À l'âge de 12 ans, une acnée TRES sévère s'est déclenchée, ca a duré jusqu'à mes 13 ans et demi et le prise du Roaccutane. J'étais alors déjà un jeune homme d'1m70, alors que la plupart de mes camarades n'avaient toujours pas mué. La prise du Roaccutane fut terrible. Si les effets secondaires ont été fermement contestés par les médecins, les souffrances psychiques sont elles incontestables. Arrêt de la croissance des os longs, perte de cheveux, problèmes de cardio (je fus un enfant et étais alors un ado très sportif, j'ai du arrêté le handball, le ski l'hiver car je ne tiens plus sur mes jambes, et je ne peux plus jouer au foot).
Étant alors obnubilé par mon apparence, j'ai vécu l'enfer.

À 16 ans alors en 1ere S, je me déscolarise après la découverte de la liste "officielle" des effets secondaires du médicament sur internet et des témoignages à charge contre celui-ci. J'explose.

L'été suivant hospitalisé 2 mois, prise de Risperdal et Lisanxia, je reprends le lycée, et obtiens dans un nouveau lycée 2 ans plus tard un bac ES mention TB avec 1 an de retard (je précise car mes années de retard m'ont pesées et me pèsent toujours; j'ai ojd 4 ans de plus que mes camarades de classe dans l'enseignement supérieur)

Ensuite rien d'intéressant à part que j'abandonne systematiquement mes formations, suis toujours obsédé par cette histoire de Roaccutane, et que malgré un physique avantageux je n'y arrive pas avec les filles.

À 21 ans nouvelle formation puis 2 mois plus tard nouvelle hospi, succession de 2 autres hospi dans l'année, j'en ressors avec un nouveau traitement et un diagnostic de schizophrénie. Avec les médocs je passe de 70 à 98kgs en 10 mois.

Mais l'histoire du Roaccutane est derrière moi (grâce aux médocs), j'ai changé de traitement et suis redescendu à 86kgs avec des efforts et l'été, et je m'apprête à effectuer ma rentrée en 2eme année dans le supérieur.

Je suis en outre pour info quelqu'un de très négatif, exigent, perfectionniste et fainéant (les 3 derniers ensemble c'est l'enfer pour les études). Plutôt courageux. J'ai un handicap au niveau de la lecture et de la mémoire (problemes cognitifs).
Mes parents, disons que je ne les ai pas choisis (mais y'a pire largement).
Je suis quelqu'un d'ambitieux dans les études, pour plusieurs raisons. Et ma situation actuelle ne me convient pas.
Je souffre également de mon manque d'expérience avec les filles, bien qu'il ne soit pas nul (mais quasi).

J'envisage très sérieusement de me tourner vers l'hypnothérapie ou une autre médecine alternative. Afin de me débarrasser des angoisses et du stress qui me pourrissent la vie jusqu'à présent J'en parlerai à ma psychothérapeute à notre prochain rdv.

Voilà je voulais principalement partager mon histoire. J'avoue n'avoir lu qu'un seul autre topic j'espère que le mien n'est pas hors sujet.
Répondre