Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
PasAki
Messages : 382
Enregistré le : 13 mai 2015, 10:52
Localisation : Montréal

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par PasAki »

Bonsoir Seule, ;)
Je t'ai envoyé des messages via MP.
Vu le sujet délicat.
Seule
Messages : 128
Enregistré le : 19 juin 2015, 18:54

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par Seule »

je suis vraiment hyper sévère avec moi-même, très exigente avec moi-même, j'ai très peur de l'opinion des gens. Non, je n'ai pas toujours été comme ça. Mais toutes ces années à tenir ma famille à bout de bras m'ont rentrer dedans je crois. Et ce n'est rien de négatif ce que je dis. je ne regrette absolument rien de ce que j'ai pu faire dans la vie, car ce sont ces expériences qui ont fait de moi la personne que je suis aujourd'hui, mais ces dernières années, je suis épuisée et je n'arrive pas à reprendre le dessus. J,ai de bonnes journées, et j'en ai des moins bonnes, j'ai des idées noires, je ne pense pas au suicide. Mais je me déprécie vraiment beaucoup. Les 3 dernières années ont été particulièrement difficiles puisque je me suis retrouvée toute seule sans aide après une séparation hyper difficile. J'ai subi du chantage et des menaces de toutes sortes. Mais je me suis toujours tenu debout et j'ai toujours subvenu aux besoins de ma famille. Là, je suis épuisée. Mon estime de moi en a mangé un coup depuis que je suis en arrêt de travail car j'ai l'imprssion de ne plus pouvoir accomplir correctement mon devoir de parent, de mère, de chef de famille, et même si mes garçons sont grands, je sais qu'ils auront toujours besoin de moi et je serai toujours là pour eux.
Ce soir, je suis allée à mon premier cours "" Antidote"". Même si ce soir ce n'était qu'un début de cours, ça m'a vraiment rentré dedans, et je sens que ce ne sera pas facile. Car depuis des années je ne sais plus qui je suis et j'ai chercher de l'aide pendant longtemps avant de toucher le fond pour y vir plus clair. Je ne savais pas où chercher de l'aide et toutes les portes où je sonnais restait closes. Alors je continuais de me battre, encore que je me disais, tu peux y arriver, encore un peu, encore et encore..... Et un jour, je ne me suis pas relevée. J,ai eu l'impression de perdre la bataille que je menais. J'avais l,impression de me battre contre moi-même. Et je suis tombée au combat. Le jour où j'ai du arrêter de travailler car plus rien n'allait, je suis tombée au combat, j'ai perdu la bataille. C'est comme ça que je l'ai ressenti et que je le ressens encore souvent aujourd'hui. Je cherche la force en moi, mais j'ai beaucoup de difficulté à accepter, encore aujourd'hui, de ne pas m'être relevé. Je crois que je m,en veux encore, que je n'accepte pas encore complètement d'avoir failli à ma tâche. Parce qu'en lâchant prise et en tombant malade, pour moi, c'est ce qui s'est passé, j'ai failli à ma tâche. Et aujourd'hui, je me sens encore perdue dans tout ça, car ça n'est pas moi, Ça ne l'a jamais été. Je suis forte, je me bats, je relève tout le monde. Je suis là, je suis LA personne sur qui on peut compter. Celle qui a toujuors un sourire, un calin, un mot gentil, une parole positive, un mot de réconfort. Je veux revenir comme avant, mais en prenant un plus grand soin de moi. Et je n'y arrive pas. Je me compare sans arrête à celle que j'étais, à combien les gens étaient bien avec moi, à coment j'étais productive, énergique, chaleureuse, tout ça........... Tout ça me manque, et quand je me dis, là, c'est aujourd'hui, je fais tout ce qu'il faut pour redevenir comme ça, je tente différentes choses, et je trouve ça nul à comparer à tout ce que je faisais avant, puis je trouve que je ne suis pas bonne d'en faire si peu avant de devenir fatigyée et épuisée. Alors je lâche tout et je m'en veux encore. Et c'est un cercle vicieux.
Nath2727
Messages : 3439
Enregistré le : 12 juin 2015, 14:52
Localisation : Québec

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par Nath2727 »

Salut Seule,

pourquoi tant de sévérité et d'exigence envers toi-même? La vie que tu décris comme étant la tienne avant ta maladie, ressemble à un parcours du combattant, d'ailleurs c'est ainsi que tu te décris, une battante. Une wonderwomen... Mais wonderwomen est un personnage fictif... Elle n'existe pas réellement, seulement dans l'imaginaire des gens. Tu es si dure envers toi. Ce que tu te demandes est tellement exigeant!

Je te lis et je me revois avant ma grosse dépression il y a 4 ans. Une étoile au firmament: travail à fond, études, amies, sport à outrance, mince, musclée et bla bla bla. Bref: en un mot: parfaite. Parfaite et malade... Un jour la bataille contre moi-même a eu raison de moi, je suis moi aussi tombée au combat.

Je me suis sentie coupable pendant 2 ans. Coupable de ne pas être foutue de répondre à mes propres exigences, coupable de me laisser aller, coupable de faire de la peine à ceux qui m'aiment. À un moment, j'étais même persuadée d'être une mauvaise personne, et que si les autres me connaissaient vraiment, ils ne m'aimeraient pas. Belle idée...

Mais voilà, un jour, j'ai baissé les bras parce que toute cette exigence est devenu trop lourde à porter. Le grand mot était alors: pourquoi? Pourquoi, pourquoi, pourquoi? Mon psychologue me disais que j'étais un monstre d'exigence, et que si je ne changeais pas, j'allais retomber inévitablement dans le même piège, celui qui nous fait croire que nous sommes indispensables, que nous pouvons tout contrôler. D'ailleurs, ne dit-on pas que la folie consiste à reproduire le même comportement en espérant un résultat différent? J'ai médité longtemps sur cette phrase.

Ça m'a pris 4 ans pour l'intégrer. Mais j'ai longtemps lutté contre cette idée de me permettre un jour de devenir imparfaite. Je ne pouvais simplement pas imaginer la vie sans toutes ces attentes. Ça me faisait trop peur, ça suscitait trop d'angoisse chez moi. Le psychologue me faisait faire des exercices comme ne pas ramasser la vaisselle un soir et aller me coucher en sachant que le comptoir est sale, mais arriver à vivre avec cette idée. Ou sortir marcher sans m'être coiffée, les cheveux en bataille et analyser ce que je ressens. Pas facile, mais tellement aidant! J'ai fait ces exercices qui changeaient chaque semaine pendant 2 ans. 2 ans pour accepter l'idée que je ne suis pas parfaite et que je ne peux pas tout contrôler. Pénible mais ultra-efficace... À présent, je tolère même que mon chien laisse traîner ses jouets dans l'appart, que mon lit soit à moitié défait parce qu'il a joué dessus, que la vaisselle ne soit pas ramassée. Ça ne veut pas dire que je me laisse aller, mais que j'arrive à vivre sans avoir le contrôle complet de mon existence et de mon environnement. Mon mari m'aime deux fois plus qu'avant. Il ne se sent plus obligé d'être parfait lui aussi. Imparfaits, libres et heureux... C'est tellement agréable comme sensation, ça enlève un tel poids!

Si tu redeviens la personne que tu étais exactement, tu vas indéniablement reproduire les mêmes comportements, ceux-là spécifiquement qui t'ont rendue malade. Tu ne changeras pas de caractère en t'assouplissant, au contraire, tu vas te laisser le droit de révéler au monde la personne que tu es vraiment, pas de censure.

Bonne chance!

Nath.
Le temps ne respecte rien de ce qui a été fait sans lui.
Seule
Messages : 128
Enregistré le : 19 juin 2015, 18:54

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par Seule »

Merci Nath, ça me fait du bien de te lire, je sais que tu as parfaitement raison, et je t'assure que je travaille très fort pour arriver à être bien autrement. Je ne suis plus perfectionniste comme j'étais, ça non, mais encore beaucoup trop exigente envers moi-même et souvent, je ne m'en rends compte que lorsque je suis totalement épuisée. Et là, je m'en veux. "" Se décevoir soi-même pour ne pas décevoir les autres"", ça aussi c'est moi. C'est difficile de changer ça. Vraiment difficile. Mais là, je le sais. Reste à me permettre quelques ""écarts de conduites"" afin de me sentir mieux avec moi-même. J'ai beaucoup de difficulté avec ça. Hier soir, on nous a fait faire un test d'estime de soi, mon résultat a été médiocre. Celui des autres femmes aussi, mais ça nous parle très fort ce genre de chose. Personne chez moi ne me demande la perfection, sauf mon rebel de temps à autre, mais ça, c'est une autre histoire. La seule chose que je fais et que j'aime depuis des semaines et même des mois, c'est cuisiner. Sans arrêt. Car je ne pense à rien d'autre. J'adore tellement aller marcher dans la nature, mais quand j'y vais je pense, je pense, je pense, et ça m'épuise tellement que je n'ai pas eu le goût d'y aller depuis vraiment longtemps. Je voudrais recommencer ce soir. En allant porter mon petit boxeur à son entraînement. Ça ferait tellement du bien. Et, ça va peut-être avoir l'air fou pour beaucoup de gens, mais ça non plus je ne me le permettais pas, m'acheter des vêtements confortables. Car il y avait toujours quelqu'un ou quelque chose qui pressait plus ou qui était pus important que moi. Alors, ça, je me le suis permis dernièrement, et ça fait du bien. J'ai hâte d'aller marcher dans les couleurs de l'automne avec mes vêtements chauds. Et de resppirer l'air du dehors. J'adore l'automne. Pourquoi est-ce qu'on en vient à priver de ces choses qui nous font tellement de bien. Pourquoi est-ce qu'on oublie tellement facilement que notre "" soi-même"" est important. Pourquoi c'est si difficile de changer notre façon de nous voir nous-même??
Nath2727
Messages : 3439
Enregistré le : 12 juin 2015, 14:52
Localisation : Québec

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par Nath2727 »

Tu sais, cette tendance à vouloir faire passer le bonheur de tout le monde avant le notre, c'est beaucoup une question d'enfance. Car c'est dans l'enfance que se forgent les caractères. Si quand tu étais toute jeune tu t'es rendue compte que tu recevais plus d'attention quand tu te préoccupais des autres avant toi-même, alors tu reproduis ce schéma de pensée. Attention, je ne rejette pas du tout la faute sur tes parents, ce sont les impressions que tu as eues et non pas forcément une réalité. Voilà pourquoi il est difficile de modifier ses pensées car elles résultent de moyens de protection archaïques, qui étaient peut-être valables quand tu étais jeune mais qui te nuisent aujourd'hui. Tu as du mal à en changer car c'est la façon que tu as apprise pour recevoir de l'amour et tu la reproduis car tu ne sais pas comment faire autrement ou bien parce que faire autrement sous-entend que tu n'est pas sûre de recevoir cet amour. Bon, on dirait un psychologue qui parle... Je n'ai pas la prétention de te psychanalyser, je n'en ai pas du tout les compétences, je te dis juste ce que me disait mon propre psy face au perfectionnisme. Pense à ça, ça ne veut pas dire que ça s'applique à toi mais si c'est le cas, tu peux très bien t'en sortir avec quelques séances chez le psy, histoire de voir plus clair.
Bisous, Nath
Le temps ne respecte rien de ce qui a été fait sans lui.
Seule
Messages : 128
Enregistré le : 19 juin 2015, 18:54

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par Seule »

Ouais ben je vais te dire que ça en prend pas gros pour que je me remette à angoisser. Un téléphone de min excès ça y est. ....
PasAki
Messages : 382
Enregistré le : 13 mai 2015, 10:52
Localisation : Montréal

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par PasAki »

C'est intéressant ce que dit Nath2727, car elle touche aux valeurs.

Il y a celles que l'on n'a pas choisis soi même.
C'est à dire celles qui ont été en nous même, inséré, entrées dans nos pensées par un '' tiers ''.
Ce peut être par la famille paternelle, maternelle, par son propre père, mère ou par une autre personne à l'école, au activités collectives, au travail, etc.
On 'a nomme, qualifie : valeur introjectée.

Donc les valeurs (Par ex. : perfectionnisme, respect de l'autorité, obéissance - quasi sans conditions au père ), sont ancrées en soi même.
Et elles sont nos guides, nos éléments moteur, qui font que l'on a telle ou telle pensées, émotions et tel ou tel agirs.

Si par exemple l'amour pour tes enfants t'habite dans tes pensées, et aussi dans ton coeur ( émotion ) et en plus tu fait des actions, tu bouge , tu as tel ou tel gestes qui est fait par respect et par amour sain et authentique pour tes enfants, alors L'Amour pour tes enfants est une très grande et significative Valeur personnelle.

Si la valeur, est dans tes pensées et presque jamais dans tes actes, donc il s'agit d'une valeur qui est dans ta tête, mais que tu n'est pas à l'aise avec celle-ci.

En principe plus tu choisiras tes propres valeurs, par toi même, au fil du temps et de tes expériences de la vie, plus tu seras à l'aise avec toi même et donc moins en lutte intérieures, dans tes pensées, dans ton intégrité psychique.

Je te souhaite un cheminement personnel graduel, constructif et respectueux de tes limites avec les Groupes d'aides que tu as trouvés.
Seule
Messages : 128
Enregistré le : 19 juin 2015, 18:54

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par Seule »

J'ai commencé la formation ""antidote"" avec la maison des femmes. Ça me rentre dedans sans bon sens. Je sors de là toute à l'envers. Je me rends compte de tellement de choses. Et ce matin, j'ai commencer un suivi avec une nouvelle psy. Tellement différent comme sp proche. ... dis-le laisser tomber le suivi avec ma psy d'avant?? J'ai l'impression de faire du sur place depuis un méchant bout. La nouvelle psy m'a donné meilleure impression.
Seule
Messages : 128
Enregistré le : 19 juin 2015, 18:54

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par Seule »

J'ai fait ce que j'ai dit. je me sens beaucoup mieux avec le cipralex et je me suis mise aux tisanes pour relaxer et dirmir. Pour relaxer, ça va. Pour dormir, ouffff, j'ai arrêter mes plilules d'un coup sec. nonnnnnn...... Nuits blanches. Donc, j'en prends en plus petites quantités et avec une tisane relaxante avant dodom et jusqu'à aujourd'hui, je dirais que c'est quand même pas si pire. Mais cette mausite fatigue qui me jette à terre depuis plus d'un an et qui ne veut pas disparaître, je fais quoi avec?? J'ai passer tous les tests de routine plus d'une fois, tout est beau, mon poids est stable, ect..... Mais je suis toujours ausi épuisée... Je voudrais tellement bouger, faire tous mes projets, ect, mais un rien m'épuise. On fait quoi avec ça.?????????
Nath2727
Messages : 3439
Enregistré le : 12 juin 2015, 14:52
Localisation : Québec

Re: Ma dépression, mal de vivre, incompréhension

Message par Nath2727 »

Juste être patiente... Et essayer de faire un peu d'activité physique chaque jour car à force, ça donne de l'énergie. Je sais que bouger est un calvaire pour toi en ce moment mais si tu te laisses aller à ne rien faire, tu vas t'éteindre et sécher comme une plante. Aménage-toi des moments de repos dans la journée, mais seulement après avoir effectué une tâche.
Le temps ne respecte rien de ce qui a été fait sans lui.
Répondre