Introduction (Tout le monde s'en crisse)

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Mrs Self Destruct
Messages : 18
Enregistré le : 16 août 2016, 05:26

Introduction (Tout le monde s'en crisse)

Message par Mrs Self Destruct »

Ben salut, je sais que tout le monde s'en crisse, mais y'a des grosses chances que j'me pende dans les prochains mois. Je passe mon temps à observer les plafonds de la maison en cherchant où ce sera possible, des plafonds qui me renvoient ma propre image; maganés, jamais distinctifs, totalement ignorés, personne ne les regarde. Ils sont quasi invisibles et dépérissent au fil du temps parce-que personne n'a bien voulu en vérifier l'état. Ça pue l'indifférence. Y'a pas qu'une araignée à ce plafond, mais plutôt une vingtaine. Personne n'accorde d'importance à un plafond et ses fissures, jusqu'à ce qu'il leur tombe sur la tête, alors là ils se souviennent qu'il existe et qu'il auraient peut-être dû regarder un peu plus en l'air au lieu de se regarder l'nombril, se préoccuper des morceaux qui tombaient par-ci par-là, de l'effritement jusqu'au néant.

Ma vie, une succession d'échecs lamentables, de choix douteux et discutables, de tentatives désespérées pour être "normale" et appréciée de mes proches. Je suis dans un coma inversé. J'ai essayé presque toutes les méthodes possibles pour enterrer mon envie de mourir et mon sentiment de venir d'une autre planète, en parler à mes parents étant plus jeune n'a rien donné, du côté maternel j'ai eu droit à un coup de pied au cul pour me pousser hors du nid, j'étais un mouton noir, trop rebelle pour être gérée, une nuisance au bonheur familial (et croyez-moi, j'étais pas dans la grosse rébellion là). Ma mère ne pensait qu'à ses chums, sa carrière et mon petit frère chouchou, elle qui avait tant voulu une p'tite poupée féminine habillée de rose était immensément déçue d'avoir mis au monde une tom boy marginale et un peu trop rebelle, mon mal-être ne l'intéressait pas du tout, elle ne faisait que me pointer du doigt, m'accusant d'être indigne. Côté paternel (la terre d'accueil) j'ai eu droit à la considération maximum qu'un adulescent s'étant senti forcé d'avoir des enfants peut accorder à sa merde de fille j'imagine. Du rabaissement continuel, des claquages de portes et d'armoires en vociférant contre moi et mon inutilité, du cruisage de mes amies et des phrases totalement inappropriées à mon égard telles que: "T'as des belles boules" ou, alors que mon frère allait prendre une photo de nous assis côte à côte "Dépêche-toi de prendre la photo, sinon j'vais bander". L'aliénation parentale étant à son paroxysme, ça m'a tout prit pour ne pas m'ouvrir les veines déjà à cette époque. Tenter de m'en sortir par moi-même ne fût pas plus convaincant, mon cerveau à toujours saboté la moindre de mes petites réussites, j'ai finis mon secondaire et fais un DEP de peine et de misère, me sentant isolée et merdique jusqu'à la fin. Première job en sortant de ça, je me sentais zéro confortable, mes boss s'appropriaient ma job, j'avais jamais envie de me lever, pas envie de savoir pourquoi la société nous à endoctrinés à l'esclavage, j'suis déjà mouton noir, je serai pas mouton blanc aussi! J'osais même pas répondre au téléphone là-bas, j'aurais juste voulu qu'ils me renvoient chez moi travailler ça sur mon ordi toute seule. J'aimais pas l'autorité, les conventions me rendaient folle. Pourquoi j'dois faire des sourires forcés toute la journée à des gens dont j'me fous alors qu'en dedans j'suis juste un vide abyssal qui tourbillonne dans sa merde?

Le plus gros du problème fût de ne pas avoir eu une vie assez fuckée pour mériter d'être dépressive et non fonctionnelle. Eh oui, mes parents étaient des gens appréciés des autres, sociables et plein d'entregent. Personne n'était témoin de leurs dysfonctions. Ils étaient juste assez normaux de l'extérieur pour passer sous le radar. Je n'ai pas été "assez" maltraitée, ce qui fait que je me sens d'autant plus coupable d'être virée tout croche, parce-que je suis consciente qu'il y en a des pires. Ma mère n'était pas vraiment aimante, mais n'était pas une marâtre. Mon père buvait souvent, mais n'était pas réellement alcoolique, il m'a frappé et étranglé à quelques reprises, mais pas assez fréquemment pour que je me considère battue. Il m'ont fait subir tous les deux un nombre incalculable de choses totalement anormales, mais pas assez pour que ce soit évident et que ça me pousse à m'en plaindre à quiconque autre que mes amis. Je lisais beaucoup de livres du type "enfant maltraité" à l'époque et ce que j'y voyait était tellement atroce que je ne pouvais pas comparer et me dire que mes parents étaient de tels monstres. Ils étaient simplement un peu perturbés.

Maintenant j'ai 35 ans, je me sens comme 80 physiquement et comme 24 mentalement. Vers cet âge, j'ai décidé d'abandonner, je suis morte à l'intérieur, j'ai abdiqué. J'ai de multiples pathologies non diagnostiquées; anxiété, phobie sociale, fuite, trop plein de rage, dysthymie etc. etc. Plus je vieillis, plus je suis socially awkward, je n'arrive presque plus à entretenir une conversation avec qui que ce soit, j'oublie des mots, j'ai l'air mongole. Y'a quelques années c'était moins pire, mieux masqué, maintenant c'est insoutenable, je reste cloîtrée entre mes 4 murs, je suis depuis 10 ans dans une relation toxique aucunement épanouissante dans laquelle je crois que personne n'est vraiment amoureux. Mon chum se fou totalement de mon état, peu importe celui-ci. Il peut me laisser seule pendant 1 mois et plus sans problème depuis le début de notre relation. Je n'ai jamais été une priorité pour lui, il ne m'apporte aucun soutient, je passe TOUJOURS en dernier. Depuis nos débuts je sais qu'il ne m'aime pas vraiment, nous sommes plus comme des meilleurs amis. Pour cette raison j'ai initié des ruptures maintes et maintes fois, voulant lui ouvrir les yeux sur le fait qu'aucun de nous ne sera jamais heureux, mais il ne me laisse pas faire, pleure, fait toutes sortes de promesses en se croyant naïvement et je plie par lassitude, trop d'énergie à gaspiller pour moi.

Parlant d'énergie, toutes les personnes que j'ai connu jusqu'ici ont réussi chacun leur tour à m'en siphonner tellement , que j'en suis maintenant drainée. Je sais que c'est ma faute, car j'ai choisis ces dites personnes... ça me confortait dans mon mal-être constant j'imagine d'accorder de l'importance à des personnes qui ne faisaient que me mépriser, me donnant l'excuse pour m'autoproclamer martyr, l'excuse pour me laisser mourir. Ça fait tellement d'années que tout ça dure que mon corps n'est plus capable, je souffre maintenant autant physiquement que mentalement, tous les jours c'est la torture; douleurs diffuses, fatigue constante, libido zéro, insomnie, hygiène de vie de marde. Je mange mal, dors mal, fume surement 2 paquets par jour, ne fait aucun exercice, belle grosse couch potato. Le pire c'est que je suis surement aussi narcissique, parce-que j'étais cute encore y'a pas si longtemps et maintenant que je vieilli, me voir dépérir physiquement me donne encore plus le goût d'crever. J'ai arrêté la pilule pour pas péter du cœur et mes hormones font juste n'importe quoi. J'engraisse, mes cheveux sont horribles, j'ose plus sortir de ma chambre tellement j'me dégoûte. J'suis maintenant aussi laide de l'extérieur que de l'intérieur et ça je peux presque plus le cacher, ça vient de pair avec le mental dégueulasse semblerait puisque j'peux presque plus cacher ça non plus.
Fuck you, tu me respectes pas, j't'aime pas, toi regarde-moi pas, kossé j'fais icitte.. crissez-moi tous la paix, pourquoi personne m'aime, j'suis une merde, personne m'écoute quand j'parle, j'pourrais crever drette là pis personne le verrait, ALLLOOOOO!!??!! J'ai mal, aidez-moi, vous voyez pas que j'veux crever, pourquoi tu me réponds toujours comme si j'étais épaisse, pourquoi t'es si égoïste et sans cœur, tu m'as mis au monde pis t'as aucune empathie pour moi, pourquoi j'me force le cul pour ce monde-là, pourquoi j'fais ma gentille pour qu'ils m'aiment, ils en ont rien à foutre, pourquoi tu prends l'bord de mon chum au lieu de voir qu'il fait souffrir ta fille, pourquoi tu t'en criss que j'ai même pu une cenne pour manger, t'as aucun sens de la paternité, j'm'en criss de ton osti de gazon plein de mauvaises herbes qui t'fais faire une dépression calisse, y'a des choses pires que ton osti de gazon dans vie, pourquoi ma mère est morte de son cancer en trouvant rien d'autre à m'dire que de passer mon permis de conduire alors que j'étais la seule à m'occuper d'elle dans ses derniers moments, pourquoi ma tante m'a traité comme une merde quand j'lui ai parlé de mon mal être, je pensais qu'elle m'appréciait et maintenant j'ai plus de contacts avec personne, j'veux mourir au plus criss, j'veux disparaître, j'veux pas aller voir ma famille, j'suis pas capable de survivre à une foule de gens connus qui savent tous que j'suis un échec total, demande moi pas de t'aider avec tes criss de jobs de jardin, j'ai pas l'goût d'mettre un criss de pied dehors ni de faire quoi que ce soit, pourquoi j'mange rien dans ma foutue journée pis pourtant j'fais juste engraisser, chu laide criss, j'mérite même pas d'vivre, mon frère sociopathe est maintenant bouddhiste, vient de s'acheter une maison et va bientôt faire un flo pendant que j'fous rien, ben bravo calisse, y'a vraiment juste moi qui vaut pas d'la marde maintenant, la honte d'la famille qui peut pas travailler, tu te lèves de bonne heure pour aller rénover pis jardiner pis tu trouves que faire de l'ordi c't'une perte de temps, ben oui calisse, tout c'que j'fais c't'une perte de temps, ma vie c't'une perte de temps, ben là.. t'engraisses parce-que tu bouges jamais que tu me répètes sans arrêt d'un ton accusateur, ben c'est ça .. quand j'vais me pendre pis que tu vas me trouver toute mauve tu vas voir c'est quoi vraiment pas bouger pis j'risque pas de rebouger, pourquoi t'es chez ton père pendant 1 mois à faire plein d'activités pis à t'en calisser de m'laisser sécher toute seule icitte pis moi j'fais semblant d'être ben compréhensive pis j'accepte ça, pis pourquoi quand j'me mets à brailler au téléphone... que j'te montre ma vulnérabilité, ce que je fais fucking rarement, t'en a rien à foutre pis tu reviens pas plus vite pour prendre un peu soin d'moi? Pourquoi personne veut prendre soin d'moi, j'suis pas capable d'le faire moi, j'ai besoin d'un coup d'pouce, AIDEZ-MOI!!!!! Fuck off, j'vous déteste, vous allez être débarrassés, tu vas pouvoir la vendre l'osti d'maison tout croche qui t'fais juste chialer, putain de gros bébé d'marde qui fait juste se plaindre tout l'temps pour des conneries quand moi j'suis juste rotten inside pis j'fais semblant de rien, tu me déprimes, trop d'ondes négatives icitte, aucune influence positive, tu l'trouves ben hot mon chum qui t'fais des p'tits repas ces temps-ci hein, c'est sûr, il est sur le pot pis les speed à longueur de journée pendant que moi j'affronte ma marde en pleine face, continue d'le vénérer pis d'te dire que chu pas ben fine avec, pour toi les femmes c'est toutes des folles pis tout est leur faute, toi pis lui, 2 maudits misogynes, je l'sais que tu m'voulais pas pis que tu m'as jamais aimé, j'suis rien sauf une putain d'ombre qui vous suit, vous me pilez dessus en profitant du soleil, j'suis une mauvais personne de vous détester, faut j'arrête de m'plaindre, mais non criss, desfois c'est vrai que c'est la faute des autres, maintenant que j'suis totalement inadaptée j'peux même plus essayer de m'aider, j'ai pas une cenne pour consulter pis même si c'était le cas je lâcherais probablement parce-que j'dors jamais à force de penser pis de vouloir rester debout toute la nuit parce-que y'a que la nuit que je sens que j'ai la paix, y'a pas un chat pour me gosser, j'suis relaxe et je sens aucun jugement de personne, je peux pas maintenir une routine pourtant tous mes jours sont pareils, d'la grosse marde de A à Z. Comment tu peux te penser si supérieur toi qui fait juste juger l'monde, te plaindre pour rien, étrangler quelqu'un pis dire que c'était pas vraiment grave parce-que ça a pas laissé d'traces, tu me dégoutes, t'es pathétique pis totalement dépourvu de sensibilité, j'peux-tu savoir pourquoi j'suis née maudit, faut vraiment avoir un karma de chiotte, demain j'vais essayer de changer, ah ben non finalement j'me réveille en voulant crever comme chaque fucking jour de ma vie, dans l'fond c'est moi le problème, j'mérite juste pas d'amour, on est censé s'aimer et s'aider soi-même sans mettre la faute sur les autres pis moi j'suis pas capable, j'suis une fucking erreur d'la nature pis j'vaux rien, pourquoi j'aime le silence, j'aime pas parler pour rien dire, mes seuls sujets de conversations c'est des films pis des tv shows, le reste j'm'en calisse donc arrête de m'parler j't'écoute pu ça fait un boutte, j'suis trop occupée à m'calisser une volée mentale parce-que j'me trouve pathétique et immonde, j'ai aucun ami pis j'fous rien, j'ai peur de sortir d'la chambre si quelqu'un se pointe, j'suis incapable de garder le contact avec les gens parce-que c'est trop de responsabilité pour moi, pis pourquoi tout l'monde crève du putain de cancer autour de moi? Pis arrêtez d'en parler du maudit cancer, chu pu capable, vous voyez pas que j'me ferme complètement quand ça arrive? Parce-que j'ai peur, une autre raison d'me pendre parce-que sinon c'est sûr que j'pogne c'te marde là à fumer comme une cheminée, en foutant rien, en mangeant mal pis en stressant comme une vraie débile. Bon, j'ai mal à une nouvelle place, c'est atroce, à peine endurable, pis faut j'fasse semblant de rien parce-que quand j'en parle, la terre entière s'en fou, au moins avec un cancer j'aurais peut-être un peu de sympathie, ben voyons kossé j'dis là, ça a pas d'allure
....... blablablablabla

C'est ça qui me passe par la tête à la semaine longue, pas reposant.
Désolée pour ce long dégueuli de mots qui intéressent personne, enchantée pareil.
Modifié en dernier par Mrs Self Destruct le 25 août 2017, 20:05, modifié 4 fois.
isa456
Messages : 1850
Enregistré le : 19 janv. 2016, 10:05

Re: Introduction (Tout le monde s'en criss)

Message par isa456 »

Bonjour Mrs et bienvenue sur le forum

J'ai lu ton message et je perçois bien ta détresse. Si tu as des idées suicidaires persistantes tu devrais te rendre à l'urgence psy., on pourra t'aider.

Tu peux aller mieux, il faut être patiente, avec le temps, les soins appropriés, une thérapie, tu peux retrouver le goût de vivre et un plaisir à faire des choses. Essaie de garder confiance
Revivre
Administrateur
Messages : 285
Enregistré le : 20 nov. 2009, 11:43

Re: Introduction (Tout le monde s'en criss)

Message par Revivre »

Bonjour Mrs. SelfDestruct,

Je lis votre message et je souligne les contacts difficiles que vous avez eu avec certains membres de votre famille, particulièrement votre père de ce que je lis. Et je ne peux que comprendre l’amertume et la rancœur qui vous habite aujourd’hui face à tout cela.

Cependant, j’aimerais amener 2 choses à votre attention : bien que nous soyons responsables de notre santé et de notre personne, ce n’est pas nécessairement de votre faute l’état dans lequel vous êtes actuellement. Vous avez d’ailleurs choisi certaines personnes parce que vous étiez probablement habituée à côtoyer le mal et le manque de respect, on demeure souvent dans la même zone de connu inconsciemment car l’inverse peut faire peur.

La deuxième chose c’est que personne ici ne se fout de tels propos : que vous souhaitiez mettre fin à vos jours. Il s’agit d’une communauté qui comprend très bien la dépression, la perte d’espoir et les idées suicidaires qui peuvent en découler. Vous êtes accueillie dans toute votre authenticité ici, que ce soit un tourbillon de malheurs et de souffrance ou même de colère.

Notre équipe d’intervention est également là pour vous écouter et vous offrir un soutien si vous souhaitez parler de cette douleur intérieure qui persiste depuis plusieurs années. Vous êtes jeune, il est tout sauf trop tard pour recevoir l’empathie et le soutien que vous méritez depuis longtemps. Encore faut-il cependant que vous acceptiez cette aide, cette main qui vous est tendue, là réside votre responsabilité Mrs.

Je ne sais pas quel médium vous préférez mais sachez que nous sommes joignables par courriel et par téléphone, je vous invite à nous contacter afin qu’une intervenante vous aide à entrevoir les solutions possibles, les pistes de stratégies que vous n’avez pas encore exploré et bien sûr voir si une ressource extérieure tel qu’un thérapeute pourrait vous aider à voir un peu de lumière au bout du tunnel.
revivre@revivre.org
1866 738-4873

En terminant, comme vous mentionnez clairement un plan de passage à l’acte, il est important de nommer rapidement cette souffrance à quelqu’un et ce avant qu’elle ne prenne plus d’ampleur. La ligne de prévention suicide ou la ligne d’un centre de crise sont alors les ressources à privilégier car ils répondent rapidement et ce 24/7 :
1866 273-3553 / centredecrise.ca

Vous n’êtes pas seule ici Mrs. SelfDestruct, vous êtes entourée de personnes qui vous acceptent, sans vous juger et vous comprennent, plus que vous pouvez peut-être l’imaginer, n’hésitez pas.

Vicky Chicoine, Intervenante
514-529-3081, poste 230
Ouena
Messages : 2128
Enregistré le : 23 juin 2014, 10:12

Re: Introduction (Tout le monde s'en criss)

Message par Ouena »

Bonjour Mrs SelfDestruct. Ton vécu me touche car il ressemble pas mal au mien entre autre en lien avec le comportement innapproprié du père en lien avec mon corps ou la sexualité. Je crois que tu as été maltraitée point, tu dis que ton père t'a déjà frappé et même étranglée, on a toujours tendance à minimiser notre vécu de maltraitance. Je n'ai jamais été frappée ou étranglée mais je peux comprendre la douleur psychologique que ça peut engendrer. Tu n'es pas seule et non on s'en crisse pas, viens donner des nouvelles.
Nath2727
Messages : 3439
Enregistré le : 12 juin 2015, 14:52
Localisation : Québec

Re: Introduction (Tout le monde s'en criss)

Message par Nath2727 »

Salut et bienvenue sur le forum.

Ici, personne ne s'en criss, comme tu écris.
On est touchés par des propos aussi noirs, on est interpellés par une estime aussi basse.
Moi, je ne te vois pas, je ne suis pas impressionnée par ton physique.
Je vois juste une personne qui souffre, et ça, ça vient me chercher.

J'aurais envie de te serrer dans mes bras, te rassurer, te dire que tout ce malheur a une fin, que tu peux y arriver.
Mais je ne suis même pas sûre que tu me laisserais faire, parce que trop écorchée par la vie, on se referme comme une huitre, c'est juste normal.
Ce qui me frappe surtout de ton message, c'est le manque d'espoir que j'y sens, parce que je sais à quel point c'est dangereux.

Il existe des organismes, Revivre en fait partie, qui peuvent t'aider, tu n'es pas seule ni la première à qui ça arrive.
Il existe encore des gens, altruistes, empathiques qui se soucient réellement des autres, de leur bien-être.
Mais encore faut-il que tu te laisses aider, laisse-toi prendre par la main et guider vers une vie meilleure.
Tu y a droit, tu peux changer cette vie qui te pue au nez.
Ce que tu as vécu et vis actuellement est grave, important, tu ne peux pas penser que tout le monde s'en fout, c'est faux, la détrresse me touche, même si on ne se connait pas.

Tu as fait le choix de venir poster ici, c'est bien parce que tu reconnais que tu as besoin d'aide et que tu peux en trouver une petite partie ici.
Tu as raison.
Le temps ne respecte rien de ce qui a été fait sans lui.
floralie
Messages : 549
Enregistré le : 17 oct. 2011, 19:44

Re: Introduction (Tout le monde s'en crisse)

Message par floralie »

Bonjour Mrs Self Destruct,

tu peux peut-être penser le contraire mais non, je ne me crisse pas de ce que tu vis même si on ne se connait pas. Plusieurs parties de ton message résonnent beaucoup en moi car je vis des ressentis fort similaires donc je pourrais moi-même les avoir écrits. Moi aussi, j'ai des idées suicidaires quotidiennes car il n'y a plus d'espoir d'amélioration de ma situation et que je souffre trop, psychologiquement et physiquement. J'ai également l'impression que "ma vie est une succession d'échecs lamentables", d'être une extraterrestre qui ne se sent jamais à sa place en nulle part et je me sens comme une morte vivante, brisée sur tous les plans. Alors, je crois pouvoir comprendre ce que tu ressens. Mes problèmes de santé physique contribuent beaucoup à accentuer mon état dépressif puisque je n'ai nullement d'énergie pour faire quoi que ce soit et que j'ai le cerveau dans le brouillard une grande partie de mes journées.

En passant, pour ton enfance, de ce que tu racontes, c'est amplement suffisant pour causer des traumatismes à un enfant et laisser des séquelles indélébiles à l'âge adulte, notamment sur l'estime de soi. J'ai vécu moins pire que toi dans mon enfance (simplement de la violence verbale) et ça a été assez pour me perturber.

N'hésite pas à m'écrire en MP si tu le veux ;)
Mrs Self Destruct
Messages : 18
Enregistré le : 16 août 2016, 05:26

Re: Introduction (Tout le monde s'en crisse)

Message par Mrs Self Destruct »

Tout d'abord, je voudrais tous vous remercier pour vos réponses, je tiens à le faire parce-que la plupart du temps, je réagis avec l'indifference la plus totale aux réponses, autant l'avouer. Je viens sur ce genre de site pour ventiler quand je suis dans une phase intense d'anxiété suicidaire en esperant un miracle quelconque, mais je ne fais que me dire que ce sont des réponses toutes faites, par des inconnus de plus qui n'en ont vraiment rien à battre de mon existence et de mes problèmes.

Je crois que je suis la personne la plus clichée et pathétique qui soit, j'ai été tellement dévalorisée dans ma vie que j'en suis venue à mépriser tout le monde, à naviguer entre le sarcasme et le cynisme sur tout les sujets qui pouvaient me donner une émotion pour masquer la deception totale que j'éprouve de n'avoir rien de ce que je veux vraiment, surtout l'amour. Mon mur émotionnel est tellement immense, Trump en serait fier...

Si vous detectez la perte d'espoir dans mes propos c'est normal, pas très difficile de perdre le seul espoir que j'avais dans la vie. Si je ne suis pas encore morte, c'est parce-que je me faisais sans cesse des scénarios impossibles dans ma petite tête de cinglée.. je m'imaginais l'homme qui se sentait exactement comme moi et au même moment, qui se croyait seul et incompris, vide et prêt à abandonner la vie, mais qui luttait et luttait pour ce même mince espoir de communion parfaite avec une autre personne, perdu dans ses idées fantasques. Je voulais rencontrer l'âme soeur, tout en disant que ça n'existait pas et que la fidélité n'est que l'endoctrinement que la société nous a imposé et que les hommes et les femmes ne sont pas faits pour vivre ensemble, Mars et Venus.

C'est fini.

Je suis dans un dead-end, totalement désillusionnée, je sais que je ne suis pas spéciale, je sais que je n'impressionne plus personne avec ma vie hors de la marge, c'est à la mode de bien manger, être positif, sain d'esprit, faire du yoga, être beau, activiste et tout simplement, réussir. Je ne suis rien de tout ça. J'ai longtemps aimé ma différence, ma noirceur et mes défauts, mais aimais-je vraiment ça? Je n'aime pas les gens presque parfaits, je ne dirais pas que c'est par envie ou jalousie, mais par ennui. Pour moi "les gens heureux n'ont pas d'histoire", c'est bien vrai. Mais je ne sais plus quoi ressentir, plus je vieillis et plus je me sens diminuée face à ces gens-là.

La ratée que chaque famille doit avoir, c'est moi, celle qui n'aura jamais d'enfants, qui n'aura vraiment rien accompli, la personne pathétique qui se prend en pitié pour ses mauvais choix de vie. Je deteste tout ça, mais je ne veux pas être "normale" et je vis dans cet interMINABLE paradoxe depuis toujours. J'ai laissé partir les bons gars, ceux qui voulaient me voir heureuse et qui m'aimaient vraiment, parce-que je savais que j'allais finir par les décevoir, je ne pouvais pas atteindre l'image qu'ils avaient de moi, j'ai tout saboté par peur d'être abandonnée, total cliché. Je voulais une âme blessée comme la mienne pour me comprendre, mais 2 négatifs n'égalent pas forcément un positif. J'ai choisis le mauvais gars et ce gars-là a choisi la mauvaise fille aussi. Maitenant on ne sait ni l'un ni l'autre pourquoi on reste ensemble, on se sent probablement redevables et confortables dans notre relation de meilleurs amis, même si il m'a rendu de plus en plus malheureuse avec le temps par son indifférence face à moi. Je ne peux plus vivre dans cette relation malsaine, mais je ne peux plus en sortir, je suis enchaînée dans ma prison mentale.

Je sais que pour être aimée et pouvoir aimer, je dois commencer par m'aimer moi-même, mais pourtant je me sens comme si le manque d'amour est ce qui m'empêche de m'aimer, cercle vicieux révoltant. Grosse partie de tennis dans ma tête, contradiction vers contradiction. Non, mais ça parais-tu que j'suis Poisson?

Merci encore pour l'écoute, je retourne aux activités futiles qui m'empèchent d'angoisser sur ma vie, jusqu'à ce que ça ne fonctionne plus du tout.
Modifié en dernier par Mrs Self Destruct le 13 oct. 2017, 15:38, modifié 1 fois.
Mrs Self Destruct
Messages : 18
Enregistré le : 16 août 2016, 05:26

Re: Introduction (Tout le monde s'en crisse)

Message par Mrs Self Destruct »

Hahaha Oui, j'dirais que mon jeu de la vie est sur mode "fail, restart" jusqu'à épuisement.. tsé un moment donné t'as juste le goût d'faire "escape, quit".

Tsé, t'es jeune.. tu parles de tes problèmes ici, c'est un bon début, t'es allé dans une rencontre revivre, c'est une autre bonne initiative.. moi je voudrais, mais je peux pas parce-que j'ai pas de char, c'est trop loin et j'suis rendu angoissée au max juste de monter dans un autobus et un métro parce-que ça fait une dizaine d'années que je l'ai pas fait et je sais plus comment ça fonctionne ou combien ça coûte etc etc.

Continue de bien avancer comme ça, t'as pu être médicamenté, t'as été à l'université (j'veux pas avoir l'air stalker, mais je me suis informé sur tes autres posts pour bien savoir à qui je réponds), un jour les nuages vont peut-être se tasser, mais bien sûr rien n'est moins sûr. Je n'ai pas d'emploi non plus, depuis tellement longtemps que mon diplôme ne sert plus à rien tellement le milieu dans lequel j'ai étudié a évolué, donc si je retravaille un jour et je dis bien si... j'aurai surement pas mieux qu'un emploi aussi dévalorisant que ma vie le permet. J'ai eu des relations oui, mais la plupart malsaines ou sabotées, j'en suis heureuse, mais maintenant je suis remplie de regrets, c'est un stress de plus. Je ne me vois plus avec personne maintenant (pourtant je suis en couple), je m'imagine crever seule avec seulement mon chat et mon chien pour s'en soucier, c'est pathétique. Garde espoir, je peux sentir qu'il y a une autre voie toujours disponible pour toi.
floralie
Messages : 549
Enregistré le : 17 oct. 2011, 19:44

Re: Introduction (Tout le monde s'en crisse)

Message par floralie »

Vraiment, je me retrouve dans plusieurs de tes réflexions... Le fait de se sentir différente, d'avoir une grande part d'ombre et de noirceur, de se sentir à part des autres, de ne pas se sentir à l'aise avec les gens presque parfaits (personnellement, je trouve que leur réalité est trop éloignée de la mienne, je me sens inférieure à eux, incomprise et, oui, j'avoue que je les envie même si une part de moi les méprise également). Quand j'étais plus jeune, je me suis aussi laissée duper par le même rêve illusoire que toi concernant une relation amoureuse avec un homme aussi tourmenté que moi, où l'on pourrait se comprendre et s'entraider mutuellement, où deux âmes soeurs se retrouveraient et resteraient fidèles l'une envers l'autre malgré les épreuves... Oh oui, j'ai été bien niaiseuse et naïve; j'ai effectivement rencontré un homme encore plus problématique que moi et la relation est rapidement devenue infernale, toxique et violente. Cela a duré beaucoup trop longtemps, c'est terminé depuis maintenant 6 ans mais je suis restée traumatisée par mes mauvais choix et leurs conséquences. J'ai abdiqué concernant la possibilité de vivre un jour une autre relation de couple car je sais pertinemment qu'une personne aussi déséquilibrée et négative que moi, qui se déteste au plus haut point, ne peut faire autrement que d'attirer des hommes malsains qui vont justement me refléter la piètre opinion que j'ai de moi-même. Et, de toute façon, même si je rencontrais un "bon gars" qui s'intéresserait à moi (ce qui est impossible vu la personne que je suis), je le repousserais pour me protéger tout comme tu as fait parce que je ne croirais pas qu'il puisse m'aimer pour qui je suis. En passant, moi aussi je vais mourir seule (je le sais depuis longtemps, je n'ai presque pas de famille) et j'ai déjà deux de mes chats sur 3 qui m'ont précédée cette année.
Mrs Self Destruct
Messages : 18
Enregistré le : 16 août 2016, 05:26

Re: Introduction (Tout le monde s'en crisse)

Message par Mrs Self Destruct »

J'suis triste pour tes chats, quand ça arrivera à ma minoune qui se fait de plus en plus vieille, je pense que j'm'en remettrai pas, je l'aime tellement! J'ai d'ailleurs toujours aimé plus les animaux que les humains, ce qui je pense, est le cas de plusieurs personnes qui struggle avec des troubles mentaux.

Je suis aussi triste pour toi d'avoir été dans une relation violente, c'est une chose à laquelle j'ai pu échapper. Ayant été témoin d'une relation de ma mère avec un homme coké et violent dans ma jeunesse (jétais beaucoup plus assumée à cette époque) qui à beaucoup ruiné de mes souvenirs, ainsi que mes expériences avec mon père, je m'étais juré que jamais au grand jamais je n'endurerais un homme violent. Un de mes anciens copains à fait l'erreur une seule fois de me prendre à la gorge pour me pousser dans un mur et je l'ai quitté immédiatement. Malheureusement je n'ai pas la même force vis à vis la violence psychologique, puisque je me l'inflige déjà moi-même.. et comme je suis consciente d'avoir fait souffrir des bonnes personnes dans ma vie, je me dis toujours que c'est le karma et que je le mérite. Contente pour toi qu'au moins cela soit fini pour de bon!

Je serais tentée de te dire que tout espoir n'est jamais perdu et qu'il est toujours possible que tu rencontres l'homme qu'il te faut, mais je sais que tu n'y croirais pas, comme moi. Il est toujours plus facile de voir l'espoir pour les autres que pour soi-même non?

Contente de faire ta connaissance ma chère. Portes toi du mieux que tu le peux!
Répondre