Ma petite histoire

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
Répondre
Awen
Messages : 4
Enregistré le : 27 mai 2018, 09:07

Ma petite histoire

Message par Awen » 27 mai 2018, 09:33

Bonjour à tous <3

Petite nouvelle sur le forum mais perdue dans un torrent de question et de symptômes en tout genre depuis bientôt un an et demi (déjà...) Je ne saurais même pas par où commencer tellement ça m'a pris d'un coup. ah si ! c'est arrivé après un choc émotionnelle mais malgré que cette situation difficile s'est arrangé, les symptômes et mon désarroi demeure toujours.

Tout à commencé par un mal de tête. Persistant, douloureux et permanent. Le genre de douleur qui n'est pas méga douloureux mais qui ne s'efface pas. Je suis allé voir le médecin, bien évidemment. Mais malgré les médicaments qu'on m'avait donné, le mal de tête était toujours là. Toujours aussi présent, quotidien. Alors j'ai commencé à paniquer. A m'imaginer des scénarios catastrophiques. Mes maux de tête on empiré et l'état d'angoisse s'est installé. J'ai du aller voir mon médecin d’innombrable fois. (Il n'était pas du tout, mais pas du tout à l'écoute. ) Mes maux ont empiré. En plus du mal de tête, voilà que j'ai commencé à avoir beaucoup de tension dans les muscles. Une vision qui semble chelou (pas flou mais bizarre). une sensation de mort imminente quasi permanente. Une sensation de faiblesse corporelle aussi. Bref. La totale.

Je suis allé faire une radio des cervicales qui a présenté une courbure. je suis donc allé voir un kiné. un premier kiné qui, effectivement, avait remarqué un mauvais alignement du dos, des cervicales mais aussi du bassin et de la mâchoire. Le soucis, c'est que ça n'a rien arrangé... je crois même que ça a empiré car depuis j'ai une douleur au niveau de la gorge, mâchoire qui s'est ajouté à ma nombreuse liste des maux inexplicables. j'ai alors changé de kiné. (je vois toujours la même depuis un an mais bon... les massages me soulagent sur l'instant mais reviennent aussitôt après). J'ai commencé une thérapie depuis un mois aussi. (pour le coup, ça m'aide à trouver des respirations qui me calment) mais ! mais le mal être reste. demeure. j'ai toujours cette peur muette de mourir car les symptômes sont toujours là. sans me laisser une seule seconde de répit.

Pourtant, j'ai envie de m'en sortir. Je cherche à comprendre mais je comprend pas. Je comprends vraiment pas ce qui m'arrive. Et si ça va s'arranger un jour.... j'ai tellement envie de renaitre. de vivre ma vie sans avoir cette peur inconsciente qui me bouffe littéralement le moral. Enfin voilà, petite envie de discuter avec des personnes comme moi. De comprendre et de me rassurer autant que je peux. D'exposer mon désarroi quelque part, sans être incomprise. Merci de m'avoir lu par m'avance <3

Lil
Messages : 16
Enregistré le : 27 mai 2018, 12:48

Re: Ma petite histoire

Message par Lil » 27 mai 2018, 16:44

Bonjour Awen, j'ai lu ton témoignage, j'ai l'impression que tout ce qui t'arrive depuis le choc émotionnel initial n'est en réalité que l'onde de choc.
Est-ce que tu pourrais en dire plus sur ce choc émotionnel au départ ? C'était quoi ? Quelque chose qui t'est arrivé, ou bien as-tu été témoin de quelque chose ?
;) Bonne soirée
Lil

Awen
Messages : 4
Enregistré le : 27 mai 2018, 09:07

Re: Ma petite histoire

Message par Awen » 28 mai 2018, 05:25

Tout d'abord, merci pour ta réponse Lil <3

Peut-être as-tu raison pourtant la situation s'est arrangé. c'est tellement étrange de se dire que ça reste à l'intérieur de moi depuis. Pour le choc émotionnelle, c'est suite à une dépression subite de mon père. Vu que j'habite toujours chez mes parents, j'ai dû aider ma mère dans cette épreuve. (On a pas eu beaucoup d'aide extérieure et on a du tout gérer seules) a savoir : essayer de lui faire comprendre qu'il avait besoin d'aide et qu'il devait aller à l’hôpital pour se faire soigner. C'est vrai que j'ai toujours des images choc dans ma tête. Allant aux supplications de mon père sur la route de l'hôpital au cri de désespoir quand ma mère a du appeler le médecin en urgence pour demander quoi faire.

Je sais qu'à ce moment là, j'ai ressentis beaucoup de peine, de colère, de peur aussi mais mes sensations étaient pas là. Etaient pas présente. Elles sont arrivé uniquement après quand je me suis retrouvée seule chez moi.

Mon père va beaucoup mieux depuis. il est sortit de sa dépression mais c'est moi maintenant qui bloque sur mes sensations et mes angoisses. dois-je voir avec ma thérapeute par rapport à ça? creuser plus en profondeur sur cette situation? c'est possible que ça peut être la cause de tout mes maux? merci encore en tout cas <3 j'avoue que je désespère un peu.

Lil
Messages : 16
Enregistré le : 27 mai 2018, 12:48

Re: Ma petite histoire

Message par Lil » 28 mai 2018, 18:14

Ah oui je comprends mieux !
Evidemment qu'il faut en parler avec ton thérapeute, d'ailleurs ton thérapeute aurait déjà dû creuser avec toi ce traumatisme.

La mort, surtout subite, inattendue, d'un proche, père, mère, grand-parent, quelqu'un qui est là en principe pour nous protéger depuis que nous sommes né, mais aussi toutes les morts symboliques comme la maladie (grave), et donc la dépression : tout cela est évidemment traumatisant pour l'enfant (même devenu adulte) pour une raison très simple :
cette personne censée nous protéger tout à coup se révèle fragile. Et sa fragilité (ou sa mort) nous révèle en même temps notre propre fragilité.
Lorsqu'un parent meurt, c'est notre propre mort dont nous prenons conscience. Notre fragilité et notre condition mortelle sont soudain là, alors qu'on n'y pensait quasiment jamais et qu'en tout cas on ne voyait pas cette mort aussi "réellement", "concrètement".

Ton père va mieux tant mieux pour lui. C'est mieux pour tout le monde. Mais toi tu l'as vu faible et en danger, et en le voyant ainsi tu as pris conscience dans ta chair et dans ton esprit que ton père était mortel. Et comme c'est lui qui devait te protéger, tu t'es perçue toi-même en grand danger de mourir avec lui. Tu t'es projetée dans sa mort.

Il y a quelques mois j'ai appris le cancer d'un ami très proche et j'ai eu un grand choc car il n'est pas si vieux. Nous avons quasiment le même âge, alors je me suis projetée, j'ai fait des cauchemars pendant des semaines, je me sentais des cancers pousser partout, je me touchais sans arrêt les seins, je faisais attention à tout sur mon corps... Cela m'a affaiblie et depuis, la dépression a pris la place, la moindre agression aggrave mon état...

Le pire a été quand j'ai appris que mon père allait mourir d'ici quelques heures, au téléphone il y a presque 20 ans; Je ne m'y attendais pas du tout, c'est l'hopital qui m'a appelée, je ne savais pas que mon père avait été hospitalisé, je rentrais de Chine pour Noel... Cette "nouvelle" au téléphone m'a traumatisée non pas parce que j'aimais mon père, mais parce que sa mort entrainait symboliquement la mienne. Sur le moment je ne le savais pas. J'ai beaucoup réfléchi depuis pour comprendre ce qui m'est arrivé, car depuis, je suis phobique sociale, j'ai passé 3 années de ma vie enfermée et allongée, quasi morte, et seule. Puis je me suis relevée, je suis repartie, et maintenant ça recommence depuis que j'ai appris le cancer de mon ami.

L'histoire c'est que mon père était un homme malade psychiquement, très violent, cruel, sadique... Il me torturait et il lui est arrivé par exemple de m'obliger à "conduire" sa voiture à 13 ans, en me tenant sur ses genoux : je tenais le volant, et lui appuyait sur la pédale, il roulait très très vite (pour me faire peur, pour me soumettre), et moi j'ai cru que nous allions avoir un accident et que nous allions donc mourir. Seulement, pendant tout ce temps où il m'a obligée à subir cette torture, j'ai pensé : "Mon père veut que je meure, ça je sais, mais là, si je meurs, il va mourir aussi. "
Donc ma mort et la mort de mon père était liées. Ce traumatisme d'adolescente fait que lorsqu'on m'a annoncé que mon père "allait mourir d'ici 2 heures", je me suis retrouvée symboliquement dans la même situation que dans la voiture et j'ai associé sa mort à la mienne.
On m'annonçait qu'il allait mourir, cela m'a fait l'effet qu'on m'annonçait ma mort.
Et sur ce, je n'ai pas pu bouger de chez moi pendant 6 mois.

Depuis, tout est devenu très difficile pour moi.
La mort des mes proches = ma mort, même si je ne les aime pas (je n'aimais pas mon père).

Pour chacun d'entre nous, c'est pareil, même sans avoir subi le traumatisme que j'ai subi. Quand un parent meurt, on se sent mortel soi-même. Quand un parent est défaillant (malade par exemple), on se sent aussi en danger. En danger d'abandon pour commencer. Mais l'abandon, c'est la mort. Un bébé abandonné meurt. C'est inscrit dans notre cerveau très profondément. (Heureusement dans la réalité, quand un bébé humain est abandonné il est pris en charge par des parents adoptifs. C'est culturel. Ce qui n'empêche que le cerveau inscrit tout de même l'angoisse d'abandon donc de mort. C'est naturel.)

Il faut que tu en parles avec un thérapeute car il faut que tu crées une confiance en toi après avoir perdu confiance en ton père.
Ne t'inquiète plus pour ton père, s'il va mieux c'est qu'il a de la ressource. Ta mère a sans doute besoin d'aide elle aussi mais c'est à un médecin de l'aider, pas à toi. Il ne faut pas inverser les choses : c'est à tes parents de te protéger et non l'inverse (à moins qu'ils soient très vieux). Mais maintenant que tu as compris que tes parents étaient faillibles, il va falloir trouver tes ressources vitales en toi.
Peut-être commencer par apprendre à te détendre. (Pour évacuer les maux de tête). Ce sont des exercices comportementaux.
Et puis trouver des ressources en toi que tu ne connais pas encore, renforcer des ressources que tu connais déjà...
Deviens toi-même, en gros.

Bonne soirée, donne de tes nouvelles !
Lil

Lil
Messages : 16
Enregistré le : 27 mai 2018, 12:48

Re: Ma petite histoire

Message par Lil » 28 mai 2018, 19:21

Re-coucou,
tiens j'ai lu ça sur ce forum juste après t'avoir répondu, je trouve que ça pourrait t'aider :

viewtopic.php?f=34&t=4254

Awen
Messages : 4
Enregistré le : 27 mai 2018, 09:07

Re: Ma petite histoire

Message par Awen » 09 juin 2018, 10:08

Coucou lil et encore merci pour tes réponses. Désolé de ne répondre que maintenant :oops:

Je vois ce que tu veux dire et j'espère sincèrement que pour toi, ça ira mieux aussi <3<3 Je te le souhaite de tout coeur <3 En tout cas, je vais aller voir le lien de ce pas :D

Oui, faut que j'arrive à créer mes propres ressources... Je pense que tu as vraiment raison. Aussi, avec ma thérapeute, on es venu à parler de ma position au sein de la famille. De ma mère et de mon père surtout. On dirait que je retarde le moment de partir, de prendre mon envol. Ce qui crée tout plein de tension, de peur en fait.

Niveau nouvelle. j'en suis un peu toujours au même stade. Là, je suis allé voir un dentiste qui m'a diagnostiqué du bruxisme. J'aurai donc un appareil à porter la nuit. Mais même soulagée d'apprendre que ça peux expliquer certains troubles, je continue à avoir peur. je continue à être en perpétuel vigilance et la machine de l'angoisse ne descend pas. Ce matin, j'ai pris mon courage à deux mains pour aller à un salon. j'étais contente d'y aller. je voulais vraiment y aller mais une fois là-bas, j'avais toujours l'impression de tanguer. De faire un malaise. je me suis senti oppressée, pas à l'aise devant le sourire des gens qui m'entouraient et du coup, je n'ai pas autant profiter que je l'aurai fais avant.

J'essaye de prendre sur moi. D'adopter certaines techniques que ma thérapeute m'a appris mais c'est dur. C'est dur de vivre avec cette peur constante qui en fin de compte m'empêche de vivre ce qui est très contradictoire. Enfin, faut que je garde espoir. Que je continue à me battre et peut être trouver ma voie, ma route pour reprendre le bon chemin et en finir avec toute cette peur et ces douleurs divers qui me gâche clairement la vie.

Encore milles pensées à toi et merci infiniment d'avoir pris le temps de me répondre et de me raconter ta propre histoire. <3

Répondre