Entre anxieux (social/généralisé), rencontrons-nous^^

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
Répondre
FreeMind
Messages : 2
Enregistré le : 27 juil. 2018, 14:15

Entre anxieux (social/généralisé), rencontrons-nous^^

Message par FreeMind »

Bonsoir,

J'ai 30 ans et je vis à Paris depuis des années. J'ai souffert de phobie sociale de mes 17 ans à … aujourd'hui. Sauf qu'il y a eu différentes stades, et pour arriver au stade où j'en suis aujourd'hui (je sort, j'interagis avec les autres, bien que je sois très nerveux à l'idée de retourner travailler d'ici 3 mois, étant au chômage en attendant), j'ai dû aussi faire le deuil d'une approche trop basée sur l'affirmation par l'image de soi.

Permettez-moi de vous raconter un peu mon parcours. Ayant passé des années à analyser, à suivre des thérapies et à observer (non seulement moi-même mais aussi la société), je pense aujourd'hui avoir une vision assez claire de tout le processus qui m'a conduit à là où j'en suis aujourd'hui :

Je pense que l'enfance détermine 99% de ce que l'on est (ce qui ne veut pas dire qu'on ne peut pas améliorer les choses bien entendu). Si les dommages collatéraux que provoquent une éducation trop stricte sont très reconnus, on parle hélas trop peu de ceux provoqués par une éducation trop laxiste... Ce qui fût mon cas. J'ai grandi avec un père absent (fantomatique) et une mère qui était incapable de prendre le rôle du parent. Je n'avais donc aucun repère, aucun cadre pour évoluer de façon équilibrée. Les professeurs à l'école primaire s'amusaient à humilier certains élèves, et j'ai fait partie du lot, ce qui a été un traumatisme qui me vaut (encore aujourd'hui) une peur élevée de la prise de parole en public.

Vers 15 ans, j'ai été littéralement déraciné (divorce des parents, j'ai été envoyé à 500 km de chez moi, loin de ma famille et de mes amis dans une école type ZEP). Tout ceci a été un traumatisme et face à cette totale perte de repères et l'agressivité, l'insécurité du cadre socio-scolaire, j'ai développé une phobie sociale sévère. Un jour, je suis revenu chez ma mère et me suis enfermé pendant des mois. Pourtant, j'ai bien dû sortir à nouveau. J'ai dû réapprendre à franchir la porte d'entrée, à aller sur le palier, à descendre les marches, puis un jour, je suis allé cherche le pain etc...

Mais entre-temps, une addiction avait fait son apparition (seul "remède" que j'avais trouvé pour apaiser temporairement mes angoisses). Attaques de paniques, crises d'angoisse, et anxiété généralisée était devenu mon quotidien, et cela a duré... jusqu'à aujourd'hui. Pendant des années, j'ai combattu (terme que je n'utilise plus car les mots ont un pouvoir, et je pense qu'à partir du moment où on "combat", alors on ne peut pas guérir... Car dans le combat il y a ce désamour, cette haine de soi, qui à mon avis, est un nerf central de toute la problématique à bien des maux de notre société, et l'anxiété sociale comprise).


Et en fait, j'ai découvert petit à petit que je ne m'y prenais pas bien. J'étais souvent dans des relations toxiques, et mon milieu professionnel reflètait quelque chose en moi que je n'avais pas suffisamment compris : un désir permanent de changement, mais en l'absence de douceur et de bienveillance envers soi-même, tout cela restait très compliqué. C'est ainsi que j'ai découvert que, comme beaucoup de personnes anxieuses, j'étais perfectionniste, et que je ne m'aimais pas assez. Il était donc logique que je me retrouve dans un milieu constamment à la recherche d'une "perfection", coincé dans un mauvais rapport avec soi.

J'utilisais la séduction et le paraître pour chercher à obtenir l'attention des autres, et avec toutes ces blessures profondes, cette faible estime de moi, et cette tension (anxiété) permanente psychologique (schémas de pensées négatifs, croyances erronées, perception erronée) et physique (tensions nerveuses), je me noyais dans mon addiction plusieurs fois pas semaine.

MAIS, depuis 1 an, je réussis à aller traiter la souffrance à la racine. Séances de méditation et relaxation quotidienne pour abaisser les tensions nerveuses et psychologiques, travail de lecture cognitif, et surtout, arrêt totale de mon addiction avec laquelle je me sens totalement guéri, après 14 ans de dépendance. Organisation plus stricte de mes journées (pas facile quand on travail pas), et travail sur la tendresse, la patience et le pardon envers moi-même (pas facile du tout du tout).

Suis-je guéri ? Non. Mon anxiété a vraiment diminué. Toutefois, j'ai encore mes pensées négatives et mes mauvaises croyances qui prennent souvent le dessus quand je sort de chez moi. J'arrive à me raisonner de plus en plus et donc c'est encourageant ;)

Mais franchement, je reprend une formation en octobre prochain. Je serai 5j/7 avec des gens à temps plein, et cela m'inquiète. De plus, je suis assez seul, et j'aimerais partager cette vulnérabilité avec d'autres (c'est surtout pour cela que j'écris ici).

Ca me fait du bien ne serait-ce que d'en parler un peu ici, et je serais ravi d'échanger avec vous.

Mais j'aimerais également aller plus loin : je pense que la rencontre physique avec des personnes qui partagent des problèmes similaires peut être un point très important de la guérison. En effet, nous sommes toujours plus dur envers nous-mêmes n'est-ce pas ? Mais en rencontrant d'autres personnes qui elles aussi sont phobiques ou anxieuses socialement, cela permet je crois de se dire "je ne suis pas seul" et "on passe un bon moment, et on transforme cette souffrance en tremplin pour se faire des amis et pour se réconcilier avec tout ceci".

Je voudrais donc envoyer un message de tendresse. Peu importe que nous soyons anxieux ou non, personne n'est parfait, et les gens qui nous entourent sont beaucoup moins à l'aise que ce que nous croyons à travers notre prisme biaisé. Et je suis sûr qu'en nous rencontrant, nous pourrions apprendre à grandir ensemble vers du positif !


pour celles et ceux intéressé(e)s, envoyez-moi un mp si vous êtes en IDF/Paris. Bonne soirée !
scotch38
Messages : 360
Enregistré le : 14 mai 2018, 05:12
Localisation : Grenoble, France

Re: Entre anxieux (social/généralisé), rencontrons-nous^^

Message par scotch38 »

Bravo.
Félicitations.
Tu as fait un énorme travail sur toi même, tes angoisses et ton environnement.
Tu n'est pas guéri mais tu es sur le bon chemin. Ca va prendre encore du temps mais à mon avis, les difficiles montagnes sont derrière toi.

Comme toi je pense que l'enfance, ses traumatismes etc sont à l’origine de nos maux. ça a du apporter une carence physiologique, notre corps s'emballe et ne sait plus se calmer seul.

Je te donne mon avis, il vaut ce qu'il vaut, Prends ce qui peut t'aider.

- pour la rencontre, c'est une excellente proposition. Partager, échanger, s'entraider et un des outils pour devenir plus solide. J'habite vers Grenoble, ce sera donc sans moi. Ma meilleure amie, qui est à Paris, qui a bien souffert de tout cela et qui comme toi, à fait un long parcours, m'est d'une aide précieuse. Je lui parlerai de ce rendez-vous.

- Pour ta reprise de formation : perte de repères, nouvelles têtes, nouvel environnement, tu vas être déstabilisé c'est presque sur. Mais les habitudes vont vite se prendre et la tension va diminuer. Parles-en à ton médecin, mais à mon avis, un anxiolytique qq jours avant et pendant les débuts peuvent t'aider. Quand ça ne va pas : reviens au moment présent ; ici et maintenant. Concentre toi sur ça. Prends 2 grandes inspirations, relâche toi et dis toi que tout finit toujours par passer.
Accorde toi des moments de sophrologie/relaxation dès que tu peux.

Prends ton tél avec toi pour les moments trop difficiles et contacte la personne qui saura t'aider à distance. Ou un gris gris. Ou un livre sur les anxiétés, ou .. ce que tu veux, où tu tireras ton mieux -etre.

Bien à toi

Sylvie
NEPTUNE
Messages : 156
Enregistré le : 16 juil. 2018, 08:24

Re: Entre anxieux (social/généralisé), rencontrons-nous^^

Message par NEPTUNE »

Bonjour FreeMind,

bienvenu. Je suis loin de Paris... Néanmoins je laisse ici un message d'encouragement ! Le chemin est long est difficile, mais 75% de la solution est en nous, ou du moins relève de nous, et je vois que vous avez compris cela et vous êtes pris en main !

La reprise d'une activité pro sera effectivement une épreuve, mais comme souvent en TCC, c'est en se confrontant à l'épreuve qu'on arrive petit à petit à reprogrammer notre cerveau. Courage ! Et oui un support chimique peut aider à lancer la machine les premiers jours, il faut savoit utiliser à bon escient les moyens à notre disposition...

La rencontre est une bonne idée, je ne sais pas si sur ce forum il y a bcp de parisien... Tenez nous informé !

Bonne journée,
FreeMind
Messages : 2
Enregistré le : 27 juil. 2018, 14:15

Re: Entre anxieux (social/généralisé), rencontrons-nous^^

Message par FreeMind »

Bonsoir Sylvie,

Merci pour tes encouragements et pour tes conseils !

Pour les anxiolytiques, malheureusement (ou pas) je n'en ai jamais trouvé qui me correspondent (et la liste est courte) : tous les benzo c'est hors de question pour ma part (effet rebond et accoutumance très rapide), tout ce qui est Stresam ça marche peu, et Atarax et dérivés = risques de problèmes cardiaques (et j'ai moi-même eu des sensations bizarres au cœur en en prenant).

A une époque je prenais des bêta-bloquants en cas de grosse anxiété, mais une infirmière m'a dit que c'est dangereux car le cœur peut s'arrêter (?). Il ne reste plus grand chose du coup. Mais je ne pense pas que j'en aurai besoin.


Pour la respiration, j'utilise depuis 18 mois une technique qui est en fait à l'opposé de la respiration profonde, et aujourd'hui, tout mon corps s'est habitué à respirer de cette façon-là, qui me préserve de monter trop haut en anxiété. J'en tire beaucoup de bénéfices, et compte proposer cette technique au plus grand nombre, la respiration étant une pierre angulaire de l'anxiété. J'espère que d'autres en tireront des bénéfices.

Si vous voulez proposer à votre amie de faire des rencontres à Paris, n'hésitez pas à laisser des coordonnées en mp (si cela est autorisé sur le forum bien entendu).

Courage !


Bonjour Neptune,

TCC et en effet comme le suggère Sylvie, un travail de visulatisation (similaire à la sophro). Je vous dirai comment se passe les rencontres. Merci pour votre message et bon courage à vous ;)
timtim
Messages : 30
Enregistré le : 28 mai 2018, 17:59

Re: Entre anxieux (social/généralisé), rencontrons-nous^^

Message par timtim »

Très beau témoignage !

J'habite à Québec mais passe sur Paris de temps à autre, lors de vacances. J'y serai fin Août et à ce titre, une telle rencontre peut m'intéresser, sait-on jamais.

Je suis d'accord sur le fait que l'enfance détermine 99% de qui nous sommes. Pour ma part, mon père et ma mère sont toujours ensemble mais ne m'ont jamais montré d'affection. Ils achetaient mon affection pour eux en m'offrant des choses contre de bons résultats scolaires. Dans le cas de mauvais résultat, c'était des baffes par paquet de 10. Autant vous dire que je ne les aime (toujours) pas. Aujourd'hui, 26 ans et au chômage, je leurs en veux de n'avoir montrer aucune affection à mon égard.

Je suis pour ce genre de rencontres, car cela peut nous aider à nous soutenir les uns les autres, tel le club des 5 ou une belle gang de copains/copines d'autrefois.

Des bisous partout,
Tim
Répondre