De paxil a pristiq

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
serotonine
Messages : 60
Enregistré le : 12 oct. 2018, 17:05

De paxil a pristiq

Message par serotonine »

Je vous lis depuis quelques jours et je ressens le besoin de parler de mon histoire.

Je suis une femme de 40 ans et j'ai le diagnostique d'anxiété généralisée depuis l'âge de 18 ans. Je prend des médicaments depuis cet age là Je ne sais pas ce qu'est la vie sans médication. J'ai toujours accepté le fait que je prendrais des médicaments pour le reste de la vie. Mais bon, la vie passe et je réalise qu'il y a des effets secondaires que je n'ai plus envie de subir. J'ai donc demandé a mon médecin de changer ma médication. je prend du paxil depuis environs 15 ans. Avec l'accord du médecin donc, je change pour du pristiq, qui en théorie a moins d'effets secondaires que les autres AD. J'accepte de relever le défi. On m'avise qu'il y aura des effets secondaires, mais qu'ils ne sont pas dangereux. Je dois aussi préciser que ma vie va bien en général, je gère très bien mon anxiété et tout ce passe bien à mon travail et dans mon couple. Mais, je suis toujours fatiguée, j'ai un déficit d'attention et j'ai une libido plutôt faible. On me dit que le changement peut m'aider. Alors Go
Ca se fait en 2 étapes: 1ere étape, je réduit le paxil a 20mg durant 2 semaines en même temps que de commencer le pristiq a 50 mg. Après ces 14 jours, je commence le pristiq a 100mg et plus du tout de paxil. Jour 1: ca va bien. :jour 2, c'est ok,mais une bon mal de tête (sauf que tabarouette, je dois assister à des funérailles de la perte d'une amie d'enfance) jour 3: je suis triste, mais bon mon amie est décédée, c'est normal. De plus, j'ai un mal de gorge épouvantable. jour 4; je retourne au travail, encore un peu triste et très très enrhumé. jour 5: Je ne dors pas bien la nuit, car je tousse toute la nuit et j'ai peine à avaler. Les oreilles me bouchent. Je décide de rester à la maison pour me reposer. Mais il y a quelque chose de différent. Mon amie me texte de passer une belle journée et de me reposer. Et là, je pleure, je pleure et je pleure sans arrêt. L'anxiété se fait sentir en plus. Finalement, le matin passe et je pleure sans raisons. Je réussie à prendre r-v avec mon doc dans la journée. Dans son bureau, je pleure et me demande si je continue le changement de médication. Et je lui demande si je ne panique pas trop vite. Il pense que oui. Il me demande de persévérer encore 2 semaines pour laisser le temps à la médication de faire son plein effet. Il me prescrit des ativans pour survivre a l'anxiété d'ici ce temps. Jour 6: je me réveille la nuit avec un énorme mal de tête. Les tylenols et les advils ne font pas effets a ce moment. Mais je me dis que je vais travailler quand même. Arrivée au travail, je pleure et je pleure. Je suis incapable d'aller travailler. Je suis éducatrice dans une école spécialisée en autisme. Je ne pourrai jamais les aider aujourd'hui. Je quitte le travail et je pleure encore. Finalement, je me dis que j'aurais besoin d'être arrêté de travailler jusqu'à ce que je revois mon médecin. Je lui en ai fais la demande, mais comme tout bon médecin, il prend son temps pour remplir les papiers.

Je suis donc rendu là. Je pleure tous les jours, je me sens triste toute la journée. Je suis anxieuse toute la journée. J'ai des maux de tête. J'ai un mal de gorge qui ne part pas depuis 1 semaine (le médecin a regardé et a dit que c viral), je tousse et j'ai les oreilles complètements bouchées.

J'ai juste hâte de bien aller svp
serotonine
Messages : 60
Enregistré le : 12 oct. 2018, 17:05

Re: De paxil a pristiq

Message par serotonine »

Finalement aujourd'hui, j'ai pris une décision. Après avoir passé une nuit blanche a encaisser les attaques de panique les unes par dessus les autres (je n'en faisais plus depuis plusieurs années) je me suis dis que c'était assez les expériences médicales. Redonnez-moi mes bon vieux paxils. Le médecin et les pharmaciens qui me disent que ça vaut p-e le coup d'essayer. Ok, mais faites moi faire un sevrage moins radical et un suivi plus serré.

Sinon, je fantasme juste de reprendre du paxil. Je dois attendre ma prescription du médecin.

a suivre
serotonine
Messages : 60
Enregistré le : 12 oct. 2018, 17:05

Re: De paxil a pristiq

Message par serotonine »

Nous sommes le 17 octobre. J'ai tenu mon bout. Je ne veux plus de cette molécule. Est-ce parce qu'elle ne me convenait pas, ou si mes symptômes de sevrage de mes paxils étaient trop intenses. Peu importe, je ne voulais plus me sentir ainsi. Faire des attaques de panique lorsque tu es en train de t'endormir (vous savez quand on sent nos jambes ont des secousses et c'est là qu'on sait qu'on va s'endormir), elle arrivait à ce moment.
Alors hier soir, j'avais enfin réussi a obtenir un r-v à ma clinique. Je me disais, enfin! Le médecin s'est d'abord opposé à ma demande. Car il était écrit à mon dossier de persister encore 2 semaines. Heu non! Je veux revenir à mon ancienne médication. Et il me demande pourquoi j'ai voulu changé. Quand j'y repense, je me trouve ben nounoune. Je voulais avoir moins d'effets secondaire sur ma libido(baisse de libido). Je peux vous dire qu'à ce moment-ci, je m'en fiche pas mal de ma libido.
Alors depuis hier soir, je suis revenue à ma médication d'origine. Je dois la recommencé doucement, car cela faisait plus de 10 jours que je ne l'a prenais plus. D'ici 1 semaine, je serai revenu à ma dose que je prenais. Est-ce que j'ai hâte? Oui, vraiment beaucoup. POur le moment, les heures dans la journées ne passent pas très vite. Je n'ai pas bien dormi non plus la nuit passée. Je suis anxieuse, comme ça faisait plusieurs années que je n'avais pas ressenti. Et même des attaques de panique, ça faisait près de 10 ans que je n'en faisais plus. J'ai hâte de bien dormir
serotonine
Messages : 60
Enregistré le : 12 oct. 2018, 17:05

Re: De paxil a pristiq

Message par serotonine »

Ca fait maintenant 3 jours que j'ai repris mon paxil. Je suis à 20mg et ce soir je vais monter à 30mg. Je commence à aller mieux. Ça fait 2 nuits que je réussi à mieux dormir (avec des pilules pour dormir). Je prend depuis des années, du dezyrel au couché, ça aide a bien dormir. Il M'avait été prescrit à l'époque ou je m'étais séparé et que je ne dormais plus. Mon médecin ne me l'a pas enlevé, car ça allait bien. J'avais trouvé une certain équilibre de médication et je passais de belles journées. Pour le moment, je double ce médicament au couché et j'ajoute une ativan. C'est pas ce qu'on peut appeler un sommeil sain pour l'instant, mais je devais dormir pour cesser le cercle vicieux. Moins on dort, plus on est anxieux et plus on est anxieux, moins on dort.

Je reprend donc du poil de la bête. Mon anxiété n'est pas disparu, mais au lieu d'être a 9/10, je suis à 6/10. Je trouve ça déjà pas pire. Ca aide à faire ses journées et à avoir moins peur de se coucher le soir. C'est fou comme on tombe en requestionnement de la vie lorsque vis ce genre d'épreuve.

Premièrement, pourquoi est-ce que j'ai voulu changer mes maudites pilules. Si je n'avais rien fais, aujourd'hui je serais heureuse et je n'aurais rien vu des derniers jours.
Par contre, je pense que cela va me faire apprécier d'avantage ma vie et mon bien-être dans les prochains jours/semaines

Ca m'a permis de voir sur ce forum que certaines personnes réussissent à bien gérer leur anxiété sans médication. Ca m'a rappelé que je ne m'occupais pas bien de mon corps et de mon bien-être. Faire de l'exercice est full méga important.
J'ai aussi pu voir que les gens ont fait de beaux projets pour aider les autres avec leur anxiété.

Oui j'ai hâte de revenir à mon état "normal". Mais je ne peux pas aller plus vite que le temps. Je dois laisser au temps, prendre son temps. Ce qui m'oblige à augmenter ma patiente face à l'inquiétude et à l'incertitude. Bon j'aurais préféré le faire d'une autre façon, mais la vie l'a décidé autrement.

Merci à ce forum d'exister, il me permet de passer au travers mes journées. Et merci à vous, qui me lisez, ça me permet de ventiler.
NEPTUNE
Messages : 156
Enregistré le : 16 juil. 2018, 08:24

Re: De paxil a pristiq

Message par NEPTUNE »

Bonjour Sérotonine,

vous avez bien résumé la situation... Et le point le plus important est le temps ! Ce type de maladie s'inscrit dans le temps long, même avec une médication on parle de 18 à 24 mois minimum...

Vouloir sortir des traitements allopathiques est une bonne chose dans la mesure où vous n'êtes pas touché par une pathologie spécifique comme la bipolarité, qui nécessite à ce jour un traitement à vie, ou encore que la forme qui vous touche ne soit pas sévère. Sinon, effectivement il est possible de se passer de traitement chimique, en utilisant des méthodes alternatives. Sport, plantes, méditations, thérapie, etc.

Bon courage !
serotonine
Messages : 60
Enregistré le : 12 oct. 2018, 17:05

Re: De paxil a pristiq

Message par serotonine »

Je suis à ma 5e journée de mon retour au paxil. Les 3 premiers jours, j'étais à 20mg. Depuis les 2 derniers jours, je suis à 30mg. J'ai encore 3 doses à 30mg et ensuite, je retournerai à mon 40mg. Mes journées s'améliorent toujours. En plus, je dors 8h en moyenne ( avec des accélérateurs de sommeil tout de même 😉).
Mais je suis tellement critique envers moi-même. Je dois combattre mon juge intérieur qui est extrêmement sévère. Il trouve que vu que je vais un peu mieux, je devrais arrêter de me pogner le cul et faire tous les trucs sur la maison (peinturer, hiverner le stock d'été, faire le ménage de certaines pièces de la maison, etc). Je lui refuse lui disant que je suis en arrêt de travail et que j'ai besoin de me reposer avec tous les changements que j'ai vécu dans les dernières semaines. Alors il me répond que je n'ai pas le droit d'aller mieux, vu que je suis en arrêt de travail.(Je veux juste préciser que je n'entend de petites voix qui me parlent la 😉)
Et c'est comme ça toute la journée, tous les jours. Avant tout mes changements de médications, je ne me rendais plus compte de ce juge intransigeant qui sévissait dans ma tête. Parce que n'ayez crainte, il vise dans toutes les sphères de ma vie.
Cette expérience, aussi désagréable soit-elle, va me permettre de grandir et d'être plus attentive à mon bien-être.
J'ai tout de même très hâte d'être restabilisé.
loquebec2
Messages : 25
Enregistré le : 18 sept. 2018, 18:40

Re: De paxil a pristiq

Message par loquebec2 »

Ah, la valse des médicaments! Pour moi, ça a été Citalopram, Effexor et maintenant Wellbutrin. En passant, Wellbutrin, pour la libido, c'est top! ;-) Mais bon, c'est vraiment du cas par cas, ces histoires de médicaments! Certaines molécules nous vont bien, d'autres non. Le sevrage d'un AD, ce n'est pas anodin, c'est même parfois très très très difficile. Les médecins ne nous expliquent pas bien du tout, ils sont peu au courant de ça. Quand je me suis sevrée d'Effexor, un des plus addictifs qu'il y a sur le marché et un des plus difficile à sevrer, je me suis renseignée bord en bord avant, parce que j'avais lu des histoires d'horreur sur internet. J'ai fait ça MÉGA lentement. Ce qui est "pratique" avec Effexor, c'est que tu peux ouvrir la capsule et enlever des petites granules à l'intérieur. Donc, j'ai enlevé 5 granules pendant trois ou quatre jours, après 10 granules, après 15 granules... jusqu'à arriver au bout des 100 granules... donc, faites le compte, ça m'a pris VRAIMENT du temps. Par contre, ça m'a bcp aidée à ne pas trop feeler tout croche. Bien sûr, j'ai eu des mots de tête, des étourdissements, des petites crises d'anxiété, de l'insomnie. Mais rien de trop intense. J'ai beaucoup aimé ce document que j'ai trouvé sur le net: http://www.professionsante.ca/files/200 ... _oct08.pdf On lâche pas! :-)
serotonine
Messages : 60
Enregistré le : 12 oct. 2018, 17:05

Re: De paxil a pristiq

Message par serotonine »

Wow je suis impressionné. Alors moi mon doc a voulu me sevrer en 2 semaines. Je peux ben avoir capoté ma vie. Ça a été bien trop vite. Je suppose que ce n'était pas le pristiq (cousin d'effexor) qui ne m'a pas convenu, mais plutôt le sevrage drastique. Pour le moment, je n'ai pas envie de réessayer de réduire ma médoc. Mon médecin, avant de changer complètement ma médication m'avait aussi proposer d'ajouter du wellbutrin à mon paxil pour réduire mes effets secondaires qui me dérangeais. Mais je te dirais que je vais essayer autre chose avant de retoucher à mes pilules. 😉

Je te trouve inspirante loquebec.
loquebec2
Messages : 25
Enregistré le : 18 sept. 2018, 18:40

Re: De paxil a pristiq

Message par loquebec2 »

Si je peux me permettre, Serotonine... ayant fait beaucoup beaucoup de recherches sur les AD, si jamais tu décides de changer d'AD, plutôt que de prendre Pristiq, je prendrais Effexor, à la place. C'est pratiquement la même molécule, mais Pristiq ne peut pas se diminuer tranquillement, c'est impossible de couper la pilule (c'est même dangereux). Donc, les gens se plaignent du sevrage intense que ça demande. Effexor n'est pas facile à sevrer, mais il a l'avantage d'être une capsule avec des granules dedans, donc on peut contrôler beaucoup mieux le sevrage, on peut le faire très très lentement. De mon côté, avec Wellbutrin, ça va quand même bien, c'est un des moins difficiles à arrêter, apparemment. Par contre, je fais encore de l'anxiété, ce n'est pas le meilleur pour l'anxiété, mais c'est à un niveau gérable. C'est un AD qui donne de l'énergie et du pep, et j'avais vraiment besoin de ça pour sortir de la léthargie et de la fatigue immense. Mais bon, c'est du cas par cas, évidemment.
serotonine
Messages : 60
Enregistré le : 12 oct. 2018, 17:05

Re: De paxil a pristiq

Message par serotonine »

Mais comment as-tu fais pour trouver toutes ces informations?
Répondre