Chômage, famille, dépression...

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
Répondre
Marianna86
Messages : 3
Enregistré le : 11 août 2017, 15:03

Chômage, famille, dépression...

Message par Marianna86 »

Bonjour, j'ai 32 ans et je suis au chômage depuis deux ans et demi, pendant cette période j'ai fait une formation et plusieurs stages. Cette formation m'a ouvert beaucoup de portes par rapport à ma situation d'avant où j'envoyais des candidatures dans le vide, depuis que je l'ai faite, j'ai des réponses (positives ou négatives, mais des réponses) et des propositions d'entretien. Même pôle emploi semble se souvenir de mon existence et m'envoie plusieurs offres par jour, bien qu'il y ait à boire et à manger.
Je devrais donc aller mieux.
Mais plusieurs éléments me pèsent énormément.
Ma mère est indifférente, mon père me fuit. Depuis 10 ans je vis une dégradation de leur estime contrairement à ma soeur qui avait mal commencé dans la vie. Depuis cette époque, elle n'a jamais connu le chômage et a fondé une famille, elle a plein d'amis et part en vacances.
Le contraire de moi, je suis seule, je n'ai jamais eu de petit ami, je suis casanière.
Comparer n'est pas bien, mais c'est ce que me poussent à faire mes parents et ma soeur qui à ma grande surprise veut me faire payer l'époque où mes parents la déconsidéraient. Alors que je n'ai rien à voir la dedans. Elle ne cesse de se vanter, de rappeler son poste, de parler de ses achats, de dire nous on peut, nous on travaille, nous on est fonctionnaires, nous on nous accorde des crédits comme on veut, nous on est propriétaires, nous ça fait 10 ans qu'on bosse, nous on est allés ici et là et j'en passe et des meilleures. Ses enfants me posent des questions bizarres comme si derrière mon dos leurs parents parlaient sur moi, quand je fais un cadeau d'anniversaire, il est vite rangé sans être déballé devant moi ou si elle n'a pas le choix c'est tout de suite oh t'es folle ! C'est trop cher ! (un truc à 30 euros) et surenchérit en m'offrant des choses beaucoup plus chères (dans les 150-200 euros), même quand j'amène une bouteille de vin, du saucisson ou une boîte de gâteaux apéritifs (qui est à leur goût) personne n'y touche même quand le reste est vide, ils préfèrent faire leur fond de placard, comme si ça les froissait que j'ose offrir quelque chose, que la loseuse que je suis fasse l'insulte de se mettre en position de donner.

C'est horriblement blessant. Mais tout le monde semble trouver ça normal ! C'est le pire pour moi, j'ai l'impression d'être dans une prison capitonnée, personne à qui parler sincèrement, personne à qui faire entendre ma voix, on ne voit que la chômeuse, la ratée en moi, et plus je fais d'efforts pire c'est !!! A quoi ça sert de vouloir s'en sortir quand personne ne veut reconnaître, partager, encourager !! Je sombre dans une terrible dépression, déjà que je ne vais pas bien depuis toutes ces années.
Ma mère ne parle que d'elle, plaint la terre entière (les inondés de l'Aude, les morts de faim du Yémen, le chien du voisin...) mais ne dira jamais un mot d'affection pour moi. Pas un mot d'encouragement. Et elle semble même jalouse quand je cite quelque chose qui m'a rendu un petit peu de fierté alors dans ce cas elle enchaîne et ta soeur ? T'as des nouvelles de ta soeur ?
Mon père n'a jamais le temps de me parler, les rares fois où ça arrive après 2 phrases de banalités il me demande et ta soeur comment ça se passe ? Tu lui diras ceci cela blabla, là il a des choses à dire et sa voix est transformée.

Comment se comporte votre famille avec vous ? Pouvez-vous lui parler de votre chômage ? Vous sentez-vous soutenu par elle ?
NEPTUNE
Messages : 156
Enregistré le : 16 juil. 2018, 08:24

Re: Chômage, famille, dépression...

Message par NEPTUNE »

Bonjour Marianna,

bon, la situation n'est pas facile, et quand on est déçu par ses proches, les gens que l'on aime c'est dur et décourageant !

Mais, vous pouvez faire front, vous avez des ressources, j'en veux pour preuve votre clairvoyance sur la situation, vos efforts pour retrouver du boulot, le temps pris pour venir poster votre message ici. Après je vous dirai que le plus important c'est ce que vous, vous pensez de vous ! Comprenez que ce n'est pas parce que les gens se comportent mal, que vous devez en faire autant. Restez droit dans vos bottes, continuer à croire en vos valeurs, et continuer à offrir des cadeaux à votre sœur, même si cette dernière les dédaigne en ne les ouvrant pas. Ca fait mal, mais dites vous bien que l'on ne choisit pas sa famille... :) et que votre âme vous pousse à être gentille, à offrir des cadeaux et à ressentir cette douleur : ne changez rien !

Au delà de ça, vous ne devriez pas rester seule, je ne parle pas seulement de l'amour, mais d'un entourage amical. Vous devriez rejoindre 1 ou 2 associations, par exemple pour aider d'autres personnes, et faire ainsi des connaissances. Rejoindre un club de sport. Qu'est-ce que vous aimez dans la vie, quelles sont votre centre d'intérêt ? Êtes-vous croyante ? Si oui, rapprochez vous de votre paroisse, ils ont souvent besoin de bénévoles pour plein de chose. Tout cela doit vous amener à être moins centrer sur votre famille. La famille reste la famille, mais si cela ne colle pas, les voir 3 fois par an suffit :)

Enfin, je vous dirai qu'il est probable que vos parents et votre sœur ne le font pas exprès, c'est dans leur comportement, c'est regrettable mais c'est comme ça. Vous savez nombre de gens ne font pas attention aux autres... Ce qui n'est pas votre cas j'en suis sûr, voilà votre vrai valeur, votre richesse. Soyez malheureuse pour ceux que vous connaissez et qui n'ont pas d'empathie, au fond d'eux ils sont malheureux et tente de combler cela par des voyages ou du matériel. Mais, cela n'a qu'un temps !

Allez, attaquez vous à la vie, inscrivez-vous dans des clubs, associations, sortez, faites des rencontre, trouvez ce que vous cherchez ailleurs qu'au sein de votre famille...

Bon courage,
Répondre