Vivre seule

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
Plexus
Messages : 178
Enregistré le : 16 août 2010, 06:59

Vivre seule

Message par Plexus » 12 août 2019, 09:31

Bonjour à tous !

Je me posais cette question hier, est-ce que le fait de vivre seule peut alimenter l'anxiété et la dépression... Quand nous vivons seuls, nous avons personne avec qui discuter à la maison tranquille... Personne pour nous réconforter quand on va mal. On a plus de temps pour ressasser des mauvaises idées dans notre tête. On a pas d'activité alentour de nous. Avant, ça ne me posait pas de problème, avant je buvais quelques verres le soir pour me désennuyer, l'alcool pour ceux qui connaissent cette dépendance savent qu'elle peut être un ''bon'' compagnon. Maintenant que je ne bois plus seule à la maison je remarque ce trou dans ma vie. Pas de chum, pas d'enfants, donc pas de grandes responsabilités le soir... Mon esprit a le temps pour faire de l'anxiété ! En fait je me demande si j'avais une vie familiale, est-ce que ce serait juste plus difficile ou plus facile ... la maladie mentale serait elle plus légère ou plus profonde... La solitude aggrave certainement certains symptômes. Je ne suis pas seule dans le sens que j'ai des amies et une famille élargie, mais dans mon quotidien à part mon petit moi j'ai personne d'autre à qui penser.... Peut-être que si j'avais quelqu'un d'autre, un conjoint ou des enfants, je serais moins dépressive...

Oui vaut mieux être seule que mal accompagnée, ça je le sais raison pourquoi je suis seule mais j'ai peur de vieillir seule... c'est justement une des sources de mon anxiété, finir seule, malade dans l'fond d'un CHSLD

scotch38
Messages : 331
Enregistré le : 14 mai 2018, 05:12
Localisation : Grenoble, France

Re: Vivre seule

Message par scotch38 » 12 août 2019, 11:39

Plexus, te revoila !

Alors moi, j'ai vécu les deux situations et même plus lol.

Seule pendant 18 ans, avec un enfant à charge. Au début sans boulot.
Tu rames, tu en baves, tu es seule, et en plus tu fait de l'anxiété généralisée.
Pendant très longtemps, je me suis dit comme toi : avec quelqu’un de présent, ça doit aider, c’est pas possible !
Par contre, seule, ça booste. Tu es obligée de ramer, d'avancer, d’être toujours au taquet, d'assurer.
Ca forge.

Depuis 18 ans, je vis avec quelqu’un, j'ai eu un autre enfant.
Oui ça soulage l'anxiété s'il est à l'écoute et s'il comprend. J'ai cette chance là. Il sait exactement, quand me booster et quand me ficher la paix.
Les anti dépresseurs ont bien fonctionné pendant ces années, j'ai beaucoup évolué grâce à sa présence (par rapport à l'agoraphobie notamment). Il oublie constamment que je suis agoraphobe, ce qui me renvoie une belle image de moi (mais qui me fait flipper dans les rayons des grandes surfaces, quand je ne le vois plus !).

Ma rechute dure depuis mai 2018. il fait avec, mais est présent, non culpabilisant, il accepte que je sorte bien moins, que je ne veuille pas partir en vacances, etc.
Et le carafon qui va avec, parce que du coup, je suis bcp plus tendue...


Bref : oui ça peut aider, mais il faut qu'il comprenne et soutienne.

Angélique
Messages : 130
Enregistré le : 15 déc. 2017, 13:31

Re: Vivre seule

Message par Angélique » 12 août 2019, 13:59

Salut Plexus :D ,

Moi, je ne pense pas que ça change quelque chose niveau de l'angoisse ou de la dépression...

Ok je n'ai pas d'enfant (parce que je n'en veux pas) et donc difficile de faire un comparatif tu vas me dire... ;)

Mais mon avis, enfant ou non, compagnon ou non, je crois que l'angoisse reste la même... seul la raison de l'angoisse change...
Tu peux soit être angoissée au sujet de tes enfants, de ton copain ou de ton boulot, ou même du temps qu'il fait dehors...
Les raisons changent, l'angoisse est la même...

Je ne crois pas que les choses seraient différentes si tu avais une autre vie... Tu te tracasserais sans doute tout autant, mais pour d'autres sujets... :)

Ensuite, " Est-ce que le fait d'être seule, angoisse plus...? "

Là aussi je n'en suis pas sûr... :| ;)

Moi j'ai un copain depuis deux ans... ça ne m'empêche pas du tout d'angoisser ou d'aller mal... :lol:

Je crois surtout que c'est plus difficile de supporter la solitude quand on va mal, quand le moral n'y est pas... parce qu'on a envie de communiquer la peine qui nous habite....
Alors qu'en vrai, seul le temps aide vraiment. ("Ça passe")

Que quand le morale va bien, la motivation est plus élevée. On a tendance à faire "plus" d'activité et donc par la même occasion, profiter de la tranquillité de son chez soi en rentrant ;)

mikhoul
Messages : 126
Enregistré le : 22 juil. 2015, 14:02

Re: Vivre seule

Message par mikhoul » 12 août 2019, 20:36

Je me posais cette question hier, est-ce que le fait de vivre seule peut alimenter l'anxiété et la dépression...
La réponse scientifique est TRÈS claire la-dessus l''ISOLEMENT est le facteur principal d'aggravation de ses 2 troubles.
Il n'y a aucun doute et aucune ambiguïté la-dessus comme de nombreuses études l'ont démontrés.

Par contre il faut différencier la solitude de l'isolement, la solitude elle est ponctuelle et choisis délibérément et non par dépit ou mal être tnadis que l'isolement n'est pas choisis, généralement continu et est très souffrant.

C'est un sujet que j'aime beaucoup parce-que moi même je souffre d'isolement, étant autodidacte j'ai beaucoup lu sur ce phénomène afin de mieux le comprendre et savoir comment surmonter mon isolement.

Plus jeune lorsque l'on est aux études on rencontre beaucoup de personnes RÉGULIÈREMENT avec qui nous avons certaines affinités (Musique, théâtre, style littéraire, sports, voyage, hobby etc..) alors il est facile de connaitre des gens et développer progressivement des amitiés dans ce contexte favorable. De plus généralement à cette étape de la vie les gens disposent de plus de temps et de moins de responsabilité.

Après les études le milieu de travail pour certains peut jouer un rôle semblable quoi que les rencontres sont généralement moins diversifiés qu'en milieu scolaire (moins de personnes différentes à côtoyer) et les gens disposent aussi moins de temps car ils ont généralement plus de responsabilités.

Et l'amitié n'est pas une chose "instantané", l'amitié prend du temps à se développer (plusieurs semaines/mois/années) un peu comme une plante, même si on l'arrose 5 fois par jour avec 1 litre d'eau chaque fois elle ne poussera pas plus vite au contraire elle va mourir mais si par contre on l'arrose 2 X semaine de façon raisonnable elle va pousser à son rythme et fleurir un jour.

Donc les règles à retenir:

1- La répétition RÉGULIÈRE des rencontres avec les gens avec qui nous désirons nouer des liens d’amitiés est importante.
2- Il faut avoir des intérêts commun.
3- Il faut que le contexte de rencontre soit propice à la discussion au minimum et idéalement à des activités de groupe ou il y aura des échanges naturels et des affinités seront découvertes entre les participants. (À l'école les travaux d'équipe ne sont un bon exemple ou les activités parascolaires.)

Il faut aussi être flexible et ne pas s'attendre à ce qu'une seule personne (ou 2-3 personnes) comble tout nos besoin de contact humain, Jean peut être un excellent compagnon pour le cinéma mais nul pour aller prendre un café, Jeanne peut être une bonne copine pour la camping mais horrible pour faire un souper entre amis. Il faut non pas focaliser sur les point négatifs des gens mais sur leur points positifs.

Les gens anxieux/dépressifs s'isolent parfois consciemment et souvent inconsciemment (automatisme) par peur du jugement et/ou du rejet des autres donc ils ne sont pas portés "naturellement" à aller vers les autres et n'ont jamais développé leurs habilités sociales car pour les développer et devenir bon il faut prendre des risques dans des contextes sociaux ce qu'ils évitent la plupart du temps.

Donc il peut être pertinent de développer ses habilités sociale à l'aide d'exercices de TCC (Thérapie cognitive comportementale) afin d'augmenter notre aisance à aller vers les autres.

------------------------------

En pratique ce que je fais, je fréquente un centre de jour et d'entraide en santé mentale et je PARTICIPE ACTIVEMENT à la majorité des activités, alors je parles et discute avec plein de gens intéressants que je découvre. Toute ces personnes ont des intérêts divers et j'aime découvrir de nouvelles choses.

Un exemple concret: Aujourd'hui il y avait un atelier d'improvisation théâtrale et j'ai participé activement. Au lieu d'aller m'asseoir près d'une personne que je connaissais déjà un peu je suis aller m'asseoir près d'une personne avec qui j'avais peu discuter pour la découvrir et la connaitre mieux.

Le prochain niveau pour moi sera d'échanger mon numéro de téléphone avec les autres qui le désire afin de faire des activités en dehors du contexte du centre d'entraide.

Comme tu dis Plexus c'est évident que de rester isolé à ruminer le futur ou déprimer le passé en observant son nombril 24/24 365/365 c'est rien de sain et aidant. L'être humain est conçu biologiquement pour interagir avec les autres, c'est un besoin naturel et viscéral. Même les gens dit solitaires (de façon choisis et ponctuelle) ont plusieurs rencontres chaque semaine avec des personnes significatives pour eux afin de socialiser.


Image

Plexus
Messages : 178
Enregistré le : 16 août 2010, 06:59

Re: Vivre seule

Message par Plexus » 14 août 2019, 12:01

Bonjour à vous 3.

J'ai lu attentivement vos réponses et je vous remercie d'avoir pris le temps d’interagir sur ce post.

En fait, je ne vis pas l'isolement, dans le sens que je suis malgré tout assez bien entourée. Par contre, je travaille seule à la maison, sans collègue et le soir j'ai pas d'enfants qui reviennent de l'école ni de chum qui revient du travail... Alors si je ne sors pas, je ne vois personne... alors dans ce sens l'isolement peut être facile et surtout quand l'anxiété est forte et que la dépression est présente...

Merci Mikhoul pour ta réponse, elle est très détaillée. L'isolement autant parfois on la veut autant parfois on la subit. J'ai peur de vieillir seule. Les gens me disent ben non, tu as tes nièces qui vont venir te voir, des amies... bla bla... mais non j'ai vraiment peur de vieillir seule. Les amitiés ça s'entretient. Mais quand on est malade, qu'on fait de l'anxiété et de la dépression, le cercle se rétrécie. Veut veut pas on a pas la même énergie que les gens en pleine santé mentale... Donc j'évite toutes sortes de sorties et j'en refuse. À la longue les gens passent à autre chose. En tous cas je m'éloigne un peu du sujet.

Angélique, tu as raison, l'angoisse serait présente même si j'avais des enfants... Je serais peut-être encore plus anxieuse... En fait j'ai pas fait d'enfant aussi par choix, j'avais pas envie de mettre au monde des êtres dans ce monde dans lequel j'ai pas beaucoup d'espoir. Désolée d'être aussi pessimiste mais bon, je pense pas que la terre tourne correctement... Aussi, j'ai vu ma mère couchée sur le divan toute ma jeunesse, en dépression et j'ai senti mes faiblesses, donc pas envie de faire vivre cela à mes enfants, et autre raison, pas envie de transmettre mes gênes pour mettre au monde de enfants qui vont subir ce que je subis, la maladie mentale...

Tu vois Scotch mon questionnement par rapport au fait : si j'avais des enfants peut-être que je serai moins portée à la dépression, bien comme tu dis avoir des enfants oblige à nous faire avancer... Moi j'ai pas d'enfants mais une entreprise, bon ça se compare pas mais je t'avoue que ça m'oblige aussi à ne pas baisser complètement les bras... Je ne peux pas me mettre en arrêt de travail...

En tous cas je dois quitter mais merci pour vos messages.

Plexus.

Angélique
Messages : 130
Enregistré le : 15 déc. 2017, 13:31

Re: Vivre seule

Message par Angélique » 14 août 2019, 17:37

Pour ce qui est des enfants, je suis de ton avis...
Aussi bien pour le monde étrange dans lequel on vit, que pour le fait de ne pas leurs souhaiter la même vie que la mienne (due à la maladie mentale)...

Tu vas peut-être trouvé ça idiot,
Mais moi j'ai cette réflexion :

" Le plus beau cadeau que je puisse faire à mes gosses, c'est de ne pas les mettre au monde. "

Et je m'en arrange bien avec cette idée ;)

et à mon sens, ce n'est pas être pessimiste, mais au contraire réaliste
^^ (mais j'ai dis "à mon sens" ! :D Chacun pense ce qu'il veut ) ;)


Bonne soirée,

mikhoul
Messages : 126
Enregistré le : 22 juil. 2015, 14:02

Re: Vivre seule

Message par mikhoul » 14 août 2019, 20:25

Plexus a écrit :
14 août 2019, 12:01

...L'isolement autant parfois on la veut autant parfois on la subit. J'ai peur de vieillir seule. Les gens me disent ben non, tu as tes nièces qui vont venir te voir, des amies... bla bla... mais non j'ai vraiment peur de vieillir seule. Les amitiés ça s'entretient. Mais quand on est malade, qu'on fait de l'anxiété et de la dépression, le cercle se rétrécie. Veut veut pas on a pas la même énergie que les gens en pleine santé mentale... Donc j'évite toutes sortes de sorties et j'en refuse. À la longue les gens passent à autre chose. En tous cas je m'éloigne un peu du sujet.
L.isolement on ne le veut jamais mais je comprend ce que tu veux dire et je vais t'Aider à mieux le formuler, en le formulant mieux c'est lus clair dans notre tête et plus facile ensuite de se démêler et trouver des solutions.

L'isolement est toujours imposé et jamais un choix, par contre la solitude elle est chois et non imposée. Donc l'isolement est toxique, augmente les problèmes de santé mentale tandis que la solitude ponctuelle et choisi nous permet aux gens de recharger leur batterie pour ensuite mieux aller vers les autres.

Les neveux nièces habituellement on est pas vraiment proche d'eux et la différence d'âge fait qu'on est pas du tout au même point dans nos vies respectives. Ceci étant dit ils font aussi parti de notre cercle social et mais ils ne peuvent combler tout nos besoins sociaux. Il peut y avoir de rare cas ou en plus du lien familial ou on développe une amitié avec un neveu ou une nièce et ou a un lien plutôt amical que familial.

Donc il est important d'avoir un cercle d'amis le plus large possible afin que nos besoins soient comblés et que si un ami part ou déménage ailleurs ou décède que l'impact soit minimal. Dans un cercle d'amis sains des gens partent et d'autres arrivent donc on est pas perturbé si on "perd" un ami.

Vieillir seule n'est pas une fatalité si tu agis, les habilités sociales ça se développe par la pratique régulière comme n'importe quel autres habilités.

Par contre pour maximiser ses chances il faut suivre les règles que j'ai mentionnés dans mon précédent message:
Donc les règles à retenir:

1- La répétition RÉGULIÈRE des rencontres avec les gens avec qui nous désirons nouer des liens d’amitiés est importante.
2- Il faut avoir des intérêts commun.
3- Il faut que le contexte de rencontre soit propice à la discussion au minimum et idéalement à des activités de groupe ou il y aura des échanges naturels et des affinités seront découvertes entre les participants. (À l'école les travaux d'équipe ne sont un bon exemple ou les activités parascolaires.)
Dans la majorité des localités et il existe des groupes d'entraide ou des centres de jour en santé mentale et ça peut être un excellent point de départ pour les gens qui ont peur du rejet, déjà en 2 1/2 semaines je commence à avoir des affinité avec des gens et je projette même la semaine prochaine d'aller voir une pièce de théâtre en plein air gratuite avec une autre personne et si possible ne inviter d'autres à se joindre à nous.

Donc Plexus fait un effort pour moins éviter: s'isoler lorsqu'on est malade est un réflexe naturel pour tout les animaux (ça comprend les humains. Mais ce réflexe n'est sain et efficace que lorsqu'il est question de maladie physique car on doit refaire ses force et se protéger ne s'isolant.

Pour les maladies mentales telles que la dépression et l'anxiété ce réflexe naturel est nuisible et toxique pour notre santé. Donc il faut aller à contresens de notre nature pour guérir ou améliorer notre santé mentale. Ce n'est pas évident à faire mais lorsqu'on en est conscient c'est la meilleur chose à faire pour aller mieux.

Aujourd'hui pour moi c'était une journée extrêmement difficile et justement pour m'aider je suis aller au centre de jour et j'ai participé activement à l'atelier et discuté avec les gens et même si je suis fatigué ce soir et encore anxieux je sais que c'était la meilleure chose à faire et que ça m'a aidé au final.

Le moment ou on a le plus besoin d'être avec les gens c'est quand on s'isole et c'est vraiment important d'aller à contre sens de ce réflexe mal adapté qui n'est que sain que lorsque'on l'applique aux maladies physiques,

Plexus
Messages : 178
Enregistré le : 16 août 2010, 06:59

Re: Vivre seule

Message par Plexus » 16 août 2019, 08:43

Bonjour à vous,

Angélique tu as raison c'est pour moi aussi le plus beau cadeau que j'ai fais à mes enfants de ne pas les mettre au monde :lol: Ce choix je l'ai pris parce que j'ai une santé mentale fragile mais aussi parce que je voulais pouvoir m'investir à 100 % dans une carrière... En ce moment, je suis en dépression, je ne me verrais pas avec des enfants à charge en plus d'un entreprise... J'ai de la difficulté à faire le minimum pour faire rouler ma business.

Mikhoul, je trouve que tu as vraiment de bons outils pour sortir de l'isolement. Tu pourrais faire un post ''sortir de l'isolement'' et mettre les deux messages que tu m'as écrit. Wow. C'est vraiment détaillé. Élargir son cercle d'amis, tu as raison... Je suis portée à miser que sur une personne, ma meilleure amie, mais elle a des dizaines d'amies... J'en ai d'autres mais plus ''légers''... Mes nièces en fait sont presque ''comme'' mes filles ;-) J'en prends soin énormément... Je les gâtes depuis qu'elles sont nées. Je les amène avec moi en voyage, dans des spas.... J'ai créé des liens forts avec elles, mais je ne me fie pas sur elle... Quand j'entends : elles vont venir te voir quand tu vas être vieille et malade je trouve cela ben drôle. Souvent même les enfants ne le font pas ! Donc ... Mais bon là présentement je dois dire non à toutes les invitations car je suis malade, physiquement malade tellement que le mental ne va pas bien : j'ai chaud, froid, mal à tête, au coeur... étourdis... Mais j'essaie de sortir tous les jours quand même. Hier matin, vélo pour ma prise de sang ''lithium'', ensuite je suis allée marcher dans un petit bois, et commissions... Sauf que tout le restant de la journée je l'ai passé couchée devant netflix... Je suis tellement souvent couchée que j'en ai développer un mal de cou, et de tête...

Ce matin j'attends des nouvelles de la ''super'' infirmière de mon psychiatre... Je l'ai téléphoné hier pour lui dire que je suis vraiment pas bien. Elle va m'apporter une nouvelle solution à ajouter au Lithium que je prends déjà... En tous cas c'est hors sujet désolée.

Plexus

mikhoul
Messages : 126
Enregistré le : 22 juil. 2015, 14:02

Re: Vivre seule

Message par mikhoul » 17 août 2019, 12:30

Je suis portée à miser que sur une personne,
Il ne faut jamais miser sur une seule personne c'est un réflexe que beaucoup ont y compris moi même mais je ne suis plus ce réflexe.

Justement hier au centre de jour en santé mentale j'ai "organisé" une sortie pour la soirée, dans mon coin il y avais une soirée gratuite de cinéma ne plein air, donc y'avait des gens que je savais intéressé à y aller et j'ai sollicité des gens qui eux aussi se sentent isolés mais qui pouvait être intéressé par cette événement et au final on a été un groupe de 4 à y allé ou se rejoindre la-bas et on a tous passé une belle soirée ensemble et ensuite après le film on a discuté ensemble et c'était une de mes plus agréables sorties depuis des années. :D

Ça m'a pris 2 1/2 à organisé ça, dans le sens ou un de mes but en allant à ce centre de jour était de nouer des liens significatifs avec des gens et de réaliser des sorties hors du cadre du centre de jour afin de développé un réseau social varié.

Je suis vraiment fier de moi d'avoir été le catalyseur pour qu'on se regroupe ensemble au lieu de sortir seul chacun de notre côté.

Auparavant j'aurais trouvé une personne et arrêté là en me concentrant dessus mais une des clef de l'amitié c'est dans la multiplicité des amitiés, si un ami part de notre cercle l'impact est de beaucoup amoindrie si on a a plusieurs amis dans notre cercle... et plus il y a de gens à intérieur du cercle plus il y a de chance que de nouveaux amis se joigne.

En plus hier au même centre de jour une autre dame tentait elle aussi d'organiser une sortie à la piscine à vague ce mardi, je ne suis pas certain d'y aller car c'est dispendieux un peu pour mon budget mais je vais y réfléchir.

On a tous échangé nos numéros de téléphone et ce soir il y a un autre spectacle gratuit et peut=être qu'en fin d'après-midi je vais téléphoner aux gens afin de voir qui serait partant. ;-)
___________________________________________
...je dois dire non à toutes les invitations car je suis malade, physiquement malade tellement que le mental ne va pas bien : j'ai chaud, froid, mal à tête, au coeur... étourdis...
Étant donnée que tu fais du vélo malgré tes malaises, je te suggère fortement de sortir MALGRÉ ses malaises physique que tu subiras de toute façon.

La différence c'est qu'en restant seul chez toi tu vas focalisé sur tes malaises et augmenter leurs impacts autant physiques que mental.

Par contre si tu sorts et rencontre des gens MALGRÉ tes malaises tu vas diminuer leur impacts (physique et mental) car tu ne sera plus centré (focaliser) sur toi et tu auras de la nourriture sociale qui est indispensable au bien être physique et mental.

Sortir et rencontrer des gens MALGRÉ nos malaises physiques et morals est super important pour améliorer sa qualité de vie sinon c'est un peu comme un patient atteint de cancer qui dirait je vais attendre d'aller mieux avant de faire ma chimiothérapie car je me sent faible... ;-)

Go go go !

MaRenaissance
Messages : 37
Enregistré le : 10 mai 2016, 20:06

Re: Vivre seule

Message par MaRenaissance » 19 août 2019, 19:04

Wow merci de m'avoir redirigée vers ce post, effectivement on parle de la même situation et les messages sont tous très intéressants! Je suis bien d'accord qu'il faut plus qu'un ami, élargir le nombre de personnes avec qui on a des affinités. Comme cela, on peut varier les rencontres, on s'expose aussi à recevoir des invitations, pas seulement à organiser tout le temps nous-même quelque chose. Mais la réalité est là, c'est vrai que je n'avais jamais développé dans ma vie de compétences relationnelles, tout le temps en dépression et hyper anxieuse, je n'allais jamais vers les gens. J'ai commencé à m'améliorer savez-vous grâce à quoi? L'université!!! Hé oui, j'ai fait une maîtrise à temps partiel et je viens de graduer à 51 ans, JAMAIS je n'aurais cru cela possible! J'ai appris à m'ouvrir aux autres un peu plus, à prendre des risques, à demander, et je me suis fait de vrais bons amis. Même que j'engage actuellement des collègues d'université pour des contrats à mon bureau :lol:

Il reste que j'ai quand même des moments où la douleur et le vide de l'isolement sont très présents. Par exemple, cet été j'ai fait un très bel aménagement de ma cour arrière, avec petit foyer, balançoire, fauteuils etc. Mais jamais personne ne vient! Je pense que j'ai fait un feu trois fois dans l'été... moi qui pensait qu'il y aurait tout le temps plein de monde... Je croyais que ma fille de 18 ans allait inviter ses amis, mais non! C'est l'âge pour sortir dans les bars tous les soirs :roll:

J'ai très peur aux Temps des fêtes car c'est souvent là où c'est le plus difficile. Je me suis ramassée à l'hôpital deux fois. Idées suicidaires, mutilation, crise de colère, j'ai du mal à accepter cette grande solitude... Alors j'espère tout le temps rencontrer quelqu'un, trouver le grand amour au détour d'une allée au IGA, un visiteur au bureau, un étranger sur la rue. Mais non, rien ne se passe. De toute façon, des fois à bien y penser, j'ai presque peur de rencontrer quelqu'un et de me dévoiler, car le risque de rejet est grand: je suis TPL et souffre d'anxiété chronique, ça donne pas envie ben ben à quelqu'un de s'investir dans une relation avec moi :lol: :lol: :lol: Pourtant de l'extérieur cela ne paraît pas vraiment, j'ai une job stable, je gère des employés, j'ai deux enfants adultes qui vont bien, une maison, un char, des chats... mais un gros trou dans le coeur. J'espère vraiment un jour que ce vide disparaisse, en attendant, vous me faites du bien car je me sens moins seule! Merci tout le monde!

Répondre