Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
Nath2727
Messages : 3439
Enregistré le : 12 juin 2015, 14:52
Localisation : Québec

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Nath2727 »

Salut MissA,

le sevrage à l'Effexor est terrible, et répertorié dans la littérature comme étant celui qui est le plus difficile...
Pourquoi ne pas parler à ton médecin et lui expliquer que tu veux arrêter?
C'est ton choix, mais lui peut t'aider en diminuant très graduellement la dose.
Parfois même, le médecin le remplace par un autre AD plus facile à sevrer.
Ça te donnerait une chance.
Dans tous les cas, ce n'est pas un échec si tu n'as pas pu arrêter, c'est juste normal.
Ça ne veut pas dire que tu ne seras plus capable de le faire.
Parles-en à ton médecin, il agira au mieux.
Le temps ne respecte rien de ce qui a été fait sans lui.
Gazou1955
Messages : 12
Enregistré le : 28 févr. 2017, 12:41

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Gazou1955 »

Bonjour MissA
Je suis dans la même position que toi, j'ai passé de 150 mg à 37.5 mg dans l'espace d'un mois, je pense que ca été trop vite. Un rien me met hors de moi, je pers le contrôle dans mes pensées agressive ce que je ne fesait pas avant le sevrage.
Est ce que quelqu'un peut me dire si ca se poursuivre longtemps, avez vous des trucs pour passer à travers de tout ca.
Merci beaucoup
Millepertuis
Messages : 10
Enregistré le : 21 mars 2017, 15:43

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Millepertuis »

Bonjour à MissA et à Gazou1955, à toutes et à tous,

Oui, il est possible d'arrêter Effexor et oui, malheureusement, les symptômes du sevrage sont longs et pénibles (je ne veux pas généraliser mais ça l'a été pour moi et je ne crois pas être un cas isolé). Je vous raconte mon histoire et j'espère que ça vous aidera à vous sentir soutenu(e)s à travers les décisions que vous prendrez quelles qu'elles soient.

J'ai vécu un état dépressif majeur à l'âge de 13 ans sans cause apparente. Cet état m'a littéralement engloutie au point où j'ai arrêté de parler pendant un an puis j'ai séjourné en hôpital psychiatrique pour risque de suicide. On m'a prescrit effexor à très forte dose (je ne me souviens plus des dosages mais c'était la capsule rose et la rouge, ensemble) et on m'a prescrit effexor... à vie (les dosages ont variés lors de mon processus). On m'a répétée mainte et mainte fois que j'avais besoin de ma médication comme un diabétique a besoin de son insuline et que c'était comme ça, c'est tout. Puisque j'étais sous l'autorité d'un médecin, je n'ai pas remis ce point de vue en question... Et c'est UN POINT DE VUE propre à notre époque... un point de vue médical, limité et réducteur de ce que peut être les différentes formes de dépression. J'ai également été en psychothérapie pendant des années puis j'ai arrêté. Mais lorsque j'ai cessé la médication, j'ai recommencé à consulter parce que je n'avais plus aucun repère...

La première fois que j'ai arrêté Effexor, c'était plutôt par intuition, je me suis dit que je ne voulais plus prendre cette médication. J'avais 18 ans. J'ai arrêté doucement avec l'aide de mon médecin qui m'a bien averti des risques de rechute puisque j'avais des antécédents dépressions dans la famille, que j'avais été en dépression majeur à l'âge de 13 ans, en fait, il n'était pas vraiment d'accord et probablement inquiet et avec raison. Effectivement, ça s'est très mal passé, je n'étais pas préparée et il faut mentionner qu'il y a quelques années, on ne connaissait pas le sevrage d'effexor, les médecins n'y croyaient pas... Les premiers jours, je faisais pipi au lit, sueur, tremblement, vertige, choc électrique dans la tête, confusion, manque d'attention, irritabilité, sautes d'humeur, CRISES DE PANIQUES (ça ne m'était jamais arrivé avant) je ne me comprenais plus et je ne comprenais pas ce qu'il se passait. J'ai consulté deux médecins qui m'ont tous deux dit que ce n'était pas un sevrage (puisqu'il n'y en avait aucun de répertorié à l'époque) mais plutôt la dépression qui recommençait... J'ai tout de suite repris la médication pour encore 6 ans. Ce n'est qu'après 4 ans que j'ai découvert des forums sur internet, des recherches sur effexor et sur le sevrage, que j'ai remis en question l'autorité de LA (unique) médecine, que j'ai remis en question notre vision de la dépression, que j'ai remis en question le système dans lequel j'évoluais et que j'ai compris l'importance du lobby pharmaceutique... Cette médication m'a tellement aidée en temps de crise (vraiment!) mais à ce moment, je me sentais prise au piège, dépendante et frustrée d'être un cobaye... parce que personne ne me croyais quand je mentionnais que je vivais un sevrage et pourtant, maintenant, on le sait.

Donc, la deuxième fois que j'ai arrêté la médication, j'ai lu davantage, je me souvenais de mes symptômes et j'ai découvert les vidéos de -->Carole Advices (sur youtube). Si vous décidez d'entamer ce parcours du combattant (c'est vraiment le parcours du combattant), je vous conseille de regarder ses vidéos. Elle dit que ça prend 4 ans pour s'en remettre, ça a été la même chose pour moi. J'ai arrêté la médication avec ça en tête, ultimatum de 4 ans, sinon je recommence la médication et je ne tente plus d'arrêt. J'ai diminué ma dose pendant plus d'un an... je suis allée très très très lentement et sans l'aide du médecin (je me suis fait confiance). À la fin, j'ouvrais les capsules et je comptais les granules. Quand j'ai arrêté complètement, j'ai ressenti tout les symptômes du premiers sevrages, pipi au lit, choc électrique, etc, etc... Le décompte de 4 ans commençait. Après ça a été psychologique, j'ai quitté mon emploi sur un coup de tête, je ne comprenais plus qui j'étais, je perdais tous mes repères. Qui étais-je sans la médication? Je devenais timide alors que j'étais extravertie sur la médication, j'avais l'impression de revivre des fantômes du passé, j'étais hypersensible et anxieuse. Pendant 1 ans, il n'y a pas une seule journée où je ne me suis pas dit que j'avais besoin de la médication. J'ai recommencé à consulter et au début, je sentais que la psychologue se demandait pourquoi je voulais absolument arrêter la médication mais au fil du temps, elle m'a accompagné là-dedans et m'a grandement aidée. C'était un long processus et je consulte encore. La psychologue m'a dit que courir 3 fois par semaine 30 minutes avait le même effet qu'un antidépresseur sur les dépression légère à modérée. J'ai couru pendant longtemps, ça m'a aidée! J'ai essayé des plantes médicinales (plantes adaptogènes et pour le système nerveux), ça m'a tellement aidée! J'ai changé mon alimentation, encore une fois, ça m'a aidée! J'ai marché beaucoup, j'ai écrit, j'ai accepté ma sensibilité et et surtout... j'ai accepté ma souffrance. J'ai travaillé mon estime de moi avec ma psy et j'ai travaillé mes pensées distordues. Je vous conseille le livre " Être bien dans sa peau" du Dr. Burns. Je vous conseille les travaux de Boris Cyrulnik sur la résilience (conférence sur youtube et écrits). Aujourd'hui, ça fait 5 ans que je ne prends plus la médications et je suis heureuse de vous dire que je ne me suis jamais sentie aussi bien avec moi-même. La dépression m'a tellement appris et je sais que ça peut paraître insensé mais je suis heureuse d'avoir fait sa connaissance, au final. Elle m'a aidée à prendre conscience de la mort et j'ai compris que je voulais vivre. Je sais qu'on nous rabâche l'idée du bonheur mais je crois que le bonheur n'est ni rapide, ni facile et n'exclut pas la souffrance. Et, je crois aussi qu'on a le droit d'être malheureux. je me disais que sans la médication, je n'étais pas fonctionnelle mais après 5 ans, je dis que sans la médication, je fonctionne différemment, c'est tout.

J'espère que ça peut vous motiver car il y a de la lumière au bout du tunnel.

Au plaisir et j'ai beaucoup de respect pour vous indépendamment de votre parcours et de vos choix, je sais que ce sevrage est difficile.
Gazou1955
Messages : 12
Enregistré le : 28 févr. 2017, 12:41

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Gazou1955 »

Millepertuis
très beau témoignage ma belle, un beau message d'espoir, je suis très heureuse pour toi que tu ne sois plus dépendante de la médication. le sevrage est très difficile mais avec des encouragements, des efforts et comprendre que ce n'est que passager, cela aide à passer à travers.
Vanessa7016
Messages : 1
Enregistré le : 16 avr. 2018, 09:35

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Vanessa7016 »

Bonjour ! Je suis en sevrage d'Effexor, ca fait 5 ans que j'en prends! J'étais à 37.5, on a monté à 75mg, et ensuite j'ai retombée à 37.5mg (ca allait très bien, mieux qu'à 75mg). Et là avec l'accord de ma psychiâtre on fait le sevrage complet. Je prends maintenant 37.5mg 1 journée sur 3 et ça va quand même bien! Je les prends le soir, et le 2ième soir que je ne les prends pas, je commence à avoir un peu d'effet secondaire (étourdissement, irritabilité), mais somme toute ça va bien. Avant de commencer mon sevrage, je lisais beaucoup sur Google et je ne voyais presque seulement des histoires négatives et des histoires d'horreur, c'est pour ça que j'avais peur de commencer. Mais finalement, ça va super bien! Ce n'est pas toujours facile, mais c'est faisable ! :) Bonne chance à tous !!
Patrick Godin
Messages : 1
Enregistré le : 24 mai 2018, 09:28

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Patrick Godin »

Je suis en sevrage complet d'effexor depuis deux semaines après en avoir pris pendant 15 ans. Je crois que je deviens fou. J'ai la plupart des symptômes que les gens décrivent mais en plus j'ai une agressivité à faire peur. Je me réveille le matin agressif et ça ne me quitte plus du reste de la journée. Je n'étais pas comme ça avant de prendre ce poison. Combien de temps va durer ce calvaire? Est-ce que quelqu'un a vécu la même chose?
Mamamia
Messages : 1
Enregistré le : 27 mai 2018, 15:19

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Mamamia »

Bonsoir,
Je regardais les forums car je viens d'entamer mon sevrage, par rapport à ce que j'ai vu j'en prend depuis moin longtemps que la plupart et moin fort, pendant 1an 1/2 je prenais 37,5 ce qui me suffisait jusqu'au début de cette année j'ai voulu augmenter car je recommencais à deprimée, malheureusement pour moi je n'ai jamais su qu'il y avait un sevrage alors que j'avais précisé à mon médecin que je ne voulais pas être dépendante de quoi que se soit car il faut savoir que j'étais accro à l'héroïne de mes 18ans à mes 23 ans, j'ai commencé mon traitement d'effexor dans l'année de mes 28ans enfin bref il y a 3jours j'ai oublié de prendre ma dose quotidienne pour passer une bonne nuit je m'étais dis que je prendrai mon cachet le lendemain matin car si je le prend trop tard celui ci me réveille plusieurs fois dans la nuit, le matin je pars au travail pour 12h consécutive en oubliant mon satané cachet, 4h après je commence à ne pas me sentir bien, c'est pas la première fois que j'oublie avec les 37,5 ça m'arrivait souvent et je n'avais aucun symptômes de sevrage depuis que j'ai augmenté ca m'ai arrivé qq fois et c'est vrai que je me sentais bizarre je le reprenait et les effets partait je m'en étais jamais soucier jusqu'à hier où j'ai voulu savoir qu'était ces symptômes et à quoi c'était du
Je suis restée sur le cul quand j'ai compris que c'était les symptômes du sevrage, pourquoi mon médecin m'a dit que c'était sans danger et sans dépendance
Je veux plus jamais prendre quoi que ce soit mais je sais pas comment vont évoluer les symptômes, ça fait 2jours que j'ai la tête compressé, j'ai constamment envie de vomir ce qui 'arrive 2,3 fois dans la journée, j' ai chaud et froid, les sueurs nocturne aussi, ce soir j'ai pris un doliprane pour voir si ça peut diminuer les effets, avez vous d'autre moyen pour calmer, je veux pas retourner voir mon médecin je n'ai plus confiance en lui
Courage à vous car pour l'instant moi c'est que physique mm si je sens mon moral neutre
Si vous voulez parler n'hésitez pas car ça doit pas être facile d'être sur les nerfs tt le temps
Eve29200
Messages : 1
Enregistré le : 26 juil. 2018, 03:43

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Eve29200 »

Cela me fait du bien de lire Millepertuis ...

Je suis sous Effexor 2x75 / jour ... depuis 8 ans.
Aujourd’hui, je m’aperçois que depuis quelques temps, mon petit nuage se dégonfle ...
Si je vais voir ma psy, sa solution sera peut-être d’augmenter la dose et ça je ne veux pas, je ne veux plus. En le faisant, je sais que j’affaiblis mon corps et diminue mes chances de me débarrasser de cette drogue.
Je veux arrêter ce traitement. Je sais que cela va être très dur.
Je relirai Millepertuis ... souvent.
Samirachaly26
Messages : 2
Enregistré le : 19 août 2018, 14:55

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Samirachaly26 »

Bonsoir je lis vos témoignages ce soir car je prends de l'effexor également et ca depuis 2004 .J'ai oublié de renouveler mon traitement et ce week-end je n'en ai pas pris comme a chaque fois que ca m'arrive c'est l'horreur la je suis en pleine crise et je me dis que je suis condamné a prendre cette substance toute ma vie je me sens comme une droguée qui n'a pas sa dose si j'avais su ca en 2004 je n'aurais jamais touché a ca pour m'aider tout ca par peur de ne pas surmonter le décès d'une tante. j'ai réussi a arrêté ma première grossesse ce qui a transformé ma grossesse en cauchemar vu les effets secondaires , je me croyais tirée d affaires et etre sevrée apres l'accouchement et la chute d hormone c est revenue au galop !et la deuxième je n'ai pas pu jai cédé a la facilité mes filles ont 4 ans et 1 an mais moi je me dis que je ne m en sortirais jamais avec ca je ne peux pas leur faire subir mon sevrage ca serait un calvaire pour elle je crois sincèrement que ce médicament a completement détraqué mon mon métabolisme et que ca a l'air irréversible
Samirachaly26
Messages : 2
Enregistré le : 19 août 2018, 14:55

Re: Les symptômes de mon sevrage d'Effexor

Message par Samirachaly26 »

Bonsoir je lis vos témoignages ce soir car je prends de l'effexor également et ca depuis 2004 .J'ai oublié de renouveler mon traitement et ce week-end je n'en ai pas pris comme a chaque fois que ca m'arrive c'est l'horreur la je suis en pleine crise et je me dis que je suis condamné a prendre cette substance toute ma vie je me sens comme une droguée qui n'a pas sa dose si j'avais su ca en 2004 je n'aurais jamais touché a ca pour m'aider tout ca par peur de ne pas surmonter le décès d'une tante. j'ai réussi a arrêté ma première grossesse ce qui a transformé ma grossesse en cauchemar vu les effets secondaires , je me croyais tirée d affaires et etre sevrée apres l'accouchement et la chute d hormone c est revenue au galop !et la deuxième je n'ai pas pu jai cédé a la facilité mes filles ont 4 ans et 1 an mais moi je me dis que je ne m en sortirais jamais avec ca je ne peux pas leur faire subir mon sevrage ca serait un calvaire pour elle je crois sincèrement que ce médicament a completement détraqué mon mon métabolisme et que ca a l'air irréversible
Répondre