anxiété, panique face aux bruits

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
Nath2727
Messages : 3440
Enregistré le : 12 juin 2015, 14:52
Localisation : Québec

Re: anxiété, panique face aux bruits

Message par Nath2727 » 30 sept. 2016, 04:02

Salut Cristelline,

je trouve bizarre et un peu redondant que tu vantes les mérites de ta pharmacie en ligne dans tous tes messages...

Si tu veux faire de la pub, tu n'es pas au bon endroit.

Si tu veux inciter les gens du forum à se procurer sans ordonnance des médicaments aussi puissants que des AD, tu n'es pas au bon endroit.

Si tu ne désires pas aider et comprendre ton prochain plutôt que le diriger vers une industrie purement illégale, tu n'es pas au bon endroit...
Le temps ne respecte rien de ce qui a été fait sans lui.

floralie
Messages : 544
Enregistré le : 17 oct. 2011, 19:44

Re: anxiété, panique face aux bruits

Message par floralie » 30 sept. 2016, 21:20

Nath2727 a écrit :alut Cristelline,

je trouve bizarre et un peu redondant que tu vantes les mérites de ta pharmacie en ligne dans tous tes messages...

Si tu veux faire de la pub, tu n'es pas au bon endroit.

Si tu veux inciter les gens du forum à se procurer sans ordonnance des médicaments aussi puissants que des AD, tu n'es pas au bon endroit.

Si tu ne désires pas aider et comprendre ton prochain plutôt que le diriger vers une industrie purement illégale, tu n'es pas au bon endroit...
Bien dit ! :)

Homie
Messages : 17
Enregistré le : 26 juin 2014, 17:45
Localisation : Montréal

Re: anxiété, panique face aux bruits

Message par Homie » 15 janv. 2019, 09:29

Nath2727 a écrit :Salut Cristelline,

je trouve bizarre et un peu redondant que tu vantes les mérites de ta pharmacie en ligne dans tous tes messages...

Si tu veux faire de la pub, tu n'es pas au bon endroit.

Si tu veux inciter les gens du forum à se procurer sans ordonnance des médicaments aussi puissants que des AD, tu n'es pas au bon endroit.

Si tu ne désires pas aider et comprendre ton prochain plutôt que le diriger vers une industrie purement illégale, tu n'es pas au bon endroit...
En effet, première fois que je vois cela ici. Pourtant marieem venait de faire un post positif et optimiste dans les circonstances. Sur ce, bonne chance dans tes démarches pour identifier la source et gérer cette anxiété. En te souhaitant aussi que tu puisses adapter le mieux possible ton environnement, pour ce que tu peux contrôler. Consulter un ORL, ce que j'ai déjà fait par le passé, pourrait aussi possiblement être bénéfique par rapport à ta sensibilité aux bruits...

marieem
Messages : 10
Enregistré le : 24 août 2016, 12:44

Re: anxiété, panique face aux bruits

Message par marieem » 15 janv. 2019, 10:38

Bonjour à tous,

Hier soir, je suis rentrée chez moi, très anxieuse. J’étais pétrifiée à l’idée que mes voisins écoutent de la musique ou se mettent à faire des travaux, alors que tout était très tranquille dans l’immeuble. En essayant de comprendre mon problème, qui avait disparu depuis environ 1 an et demi, j’ai décidé d’entamer des recherches sur Internet, afin de savoir si de nouvelles études ou de nouveaux témoignages y étaient apparus depuis, et je suis tombée sur ce message…que j’avais écrit en 2016! Le choc que j'ai eu de constater que je suis tombée de nouveau dans ce cercle incontrôlable.

Mes « fameux » voisins ont finalement déménagé. Quel bonheur! Les crises de panique ont cessé et je me sentais revivre, carrément. Puis, d’autres événements sont arrivés dans ma vie, au travail, j’ai changé de poste 4 fois en 4 mois, ce qui m’occasionnait beaucoup de stress (je travaille sur des remplacements, dans le même établissement), j’ai commencé à faire beaucoup d’acné d’adulte, mon estime de moi diminuait énormément. J’ai consulté un médecin et j’ai décidé d’arrêter la pilule contraceptive, puisque cela faisait plus de 10 ans que je le prenais, et nous pensions qu’elle ne fonctionnait plus et m’occasionnait un dérèglement hormonal. Après cet arrêt, j’ai eu énormément de sautes d’humeur. Je pleurais pour absolument tout et rien, j’ai commencé à faire de l’insomnie, les crises de panique sont revenues (j’allais m’enfermer dans les toilettes au travail, en pleine crise), etc. J’ai finalement décidé d’aller consulter. D’abord pour mon acné, puisque je faisais de grosses crises d’angoisse à ce sujet, je ne sortais plus de chez moi, je refusais toutes les invitations, etc. J’ai donc recommencé à prendre la pilule contraceptive, bien malgré moi. J’ai consulté un autre médecin pour mon anxiété et j’ai été en arrêt de travail pendant 1 mois et demi : anxiété généralisée, avec crises de panique et états TOC et dépressifs. On m’a prescrit du Citalopram. La première journée de mon arrêt de travail, ma propriétaire m’a téléphoné pour m’informer que des travaux débuteraient dans l’appartement au-dessus du mien : il serait refait au complet (démolition totale) : la crise que j’ai faite.

Quelques jours après le début des travaux, j’ai fait mes valises et je suis partie chez mes parents pour la durée de mon arrêt de travail. Lorsque je revenais chez moi chercher des choses, je ne pouvais y rester plus de 5 minutes tellement les bruits m’importunaient et je sentais la crise monter. Je dois par contre avouer que ce mois et demi, dans ma maison d'enfance, avec mes chiens qui restent avec mes parents, m’a fait grandement du bien. J’ai la chance d’avoir des parents extraordinaires qui ont pris soin de moi durant cette période difficile. Lors de mon retour progressif au travail, je restais chez moi les journées où je travaillais et retournais chez mes parents ou des amis lors de mes journées de congé. Je suis revenue « habiter officiellement » chez moi lors de mon retour à temps plein au travail. Les travaux débutaient à 6 h 30 du matin, terminaient parfois à 20 h la semaine. La fin de semaine, je n’avais aucun répit, les travaux débutaient à 7 h et terminaient vers 17 h. Un soir de semaine, alors que j’essayais de dormir, j’ai dû aller sonner à l’étage puisque des travailleurs sablaient les murs à l’aide d’une machine à minuit et demi. C’était crise, après crise, après crises… Et même si j’en parlais à mes propriétaires, ils me disaient qu’ils feraient plus attention, qu’ils étaient désolés, mais que les travaux prenaient du retard et bla-bla-bla. À combien de reprises ai-je appelé mes parents ou un ami pour qu’ils viennent me chercher en soirée parce que j’étais en crise au moindre petit bruit et même dans l’attente d’un bruit?

Les semaines avançaient, la médication commençait à faire ses effets (mais m’empêchait de dormir), les travaux diminuaient… Pour le sommeil, on m’avait alors prescrit du Seroquel. J’ai commencé à reprendre le dessus, l’anxiété a beaucoup diminué, je ne pleurais plus pour rien (je ne pleurais plus du tout en fait…), j’étais plus zen et les crises de panique ont stoppé. Tout est revenu à l’ordre. Les travaux étaient officiellement terminés, mais il y avait toujours des réparations à faire, qui étaient bruyantes, mais aucune crise! J’ai même eu un dégât d’eau chez moi à cause du nouveau bain dans l’appartement au-dessus du mien et j’ai géré comme une championne.

Après un peu plus d’un an, des visites chez le psychologue, des suivis avec mon médecin, j’ai pris la décision d’arrêter le Citalopram. Je me sentais plus forte et j’avais l’impression que la médication endormait mes émotions et ma spontanéité. Je me suis donc sevrée : des hauts et des bas, mais j’ai réussi. Depuis l’été dernier, je n’en prends plus et je me suis retrouvée. La prochaine étape pour moi était d’en finir avec la pilule contraceptive. Depuis novembre, j’ai arrêté… Et depuis la fin novembre/début du mois de décembre, je ne dors plus. J’ai recommencé à ressentir une espèce de boule dans la gorge lorsque je me lève le matin, je suis anxieuse, je pleure pour absolument rien. Il y a de cela une semaine et demie, j’ai eu la pire nuit de ma vie. Le lendemain soir, mon voisin a décidé d’écouter de la musique, assez fort pour que j’entende les bass, mais rien de dramatique pour tout le monde. J’ai focalisé sur la bass. J’étais incapable de me concentrer sur mon émission. Et d’une minute à l’autre, j’étais en crise de panique. J’ai tout essayé : respirer, faire de la méditation, mettre des écouteurs, mettre ma musique dans le tapis… rien à faire! Je tendais l’oreille inconsciemment et me faisais redoubler de panique en entendant un mini son de bass. Je marchais de long en large, en larmes, en cherchant mon souffle, j’ai frappé à quelques reprises dans les murs tellement j’étais enragée, j’ai cherché les endroits dans mon appartement où la musique était moins perceptible. J’ai découvert que dans ma mini cuisine (elle est littéralement minuscule), entre le four et le lavabo, je n’entendais rien. J’ai pris une couverture et un oreiller et me suis couchée à cet endroit, en pleurs, pendant une bonne heure, à attendre que ça passe. Je me trouvais folle. J’essayais de faire des petits exercices de méditation et de respiration pour me calmer, d’écouter de la musique douce pour me calmer, mais rien n’a fonctionné. Bref. Une heure de demi plus tard, j’ai rendu l’oreille et tout avait arrêté. Bien que le stress était toujours à son comble, la crise a stoppé.

Depuis cet épisode, j’ai beaucoup de difficulté avec les retours à la maison. Je m’entraîne 3 fois par semaine, mais les soirées de repos, où je souhaite relaxer, c’est l’angoisse totale. Je tends l’oreille pour écouter s’il y aurait le moindre bruit (c’est plus fort que moi). Si j’entends un bruit, aussi subtil soit-il, mon cœur s’emballe, je sens la peur monter et j’ai envie de pleurer par moment. Je suis toujours aux aguets, et ce, même si tout semble très calme. J’ai peur que mon propriétaire mette sa musique fort ou se mette à faire des travaux. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai peur que ça dure toute la nuit en raison des épisodes d’il y a deux ans et demi… J’essaie de me raisonner, mais j’en suis incapable. J’en suis venue à me demander si l’arrêt de la pilule contraceptive pourrait expliquer mes changements d’humeur, l’augmentation de mon anxiété et des crises et mon insomnie, puisque dans le passé et aujourd’hui, il s’agit d’un changement présent. J'ai prévu d'aller voir un médecin à ce sujet pour prendre des prises de sang, mais je me demande si certaines ont vécu quelque chose de similaire.

Sinon, je me demandais également si certains vivent ce type d’angoisse, liée aux bruits. Suis-je la seule qui tend l’oreille constamment et qui panique au moindre bruit? Si oui, qu’avez-vous fait pour vous en sortir, ou du moins, pour vous aider ? Je suis un peu (beaucoup) tannée qu’on me dise de respirer, de mettre mes écouteurs, d’écouter la télé, etc. J’ai l’impression que les gens ne comprennent pas ce que c’est de focaliser à ce point sur quelque chose et d'en venir à paniquer. Mon copain ne comprend pas et c’est correct, mais ça ne me donne pas envie de me confier à lui. Des fois, j’ai l’impression qu’il pense que j’exagère littéralement, et je sais que je ne peux pas lui en vouloir, mais disons que je me sens un peu seule là-dedans. Bref!

Marie

Zab0u3
Messages : 1
Enregistré le : 23 août 2019, 12:09

Re: anxiété, panique face aux bruits

Message par Zab0u3 » 24 août 2019, 12:25

Bonjour,
Je suis tombée sur votre témoignage et me suis inscrite exprès pour vous répondre. Je me retrouve dans votre témoignage. Je vis en appartement, en rez-de-chaussée surélevée, que j’ai acheté. Ça fait 1 an et 1 mois que je vis dans cet appartement, ou j’entend tout de ma
Voisine du dessus, qui vit avec ses 2 filles ( je dirais entre 8 et 12 ans ). Elles sont respectueuses, mais tout comme vous, je dois me coucher entre 21h, 21h30 car je me lève à 5h15. Le soucis c’est qu’une des petite à sa chambre au dessus de la mienne. Les bruits de pas sont insupportables. Ça me rend dingue. Je ressens les vibrations dans mon lit quand le pas est un peu trop lourd. Ma voisine a changé son sol ( je n’ai pas précisé mais je vis dans un appartement d'après Guerre, donc isolation nulle ), et elle a posé du parquet, qui je pense n’a pas d’isolation. J’angoisse juste à l'idée d’entendre ce son des bruits de pas. Hier soir, les petites sont revenues après 1 mois de vacances chez le père. J’étais tranquille mais je ne savais pas quand elles allaient revenir. Donc je stressais légèrement. Elles sont revenues depuis hier, j’ai commencé à me sentir nerveuse. Elles sont sorties et pas rentrées avant la nuit sûrement. Mais même absentes, j’angoissais a l’idee qu’elles rentrent et d’entendre ce son qui me gêne tant. Je n’ai quasi pas dormi alors qu’elles étaient absentes et que je n’ai rien entendu. Je n'arrive Pas à me contrôler, je me gâche la vie Et j’en suis consciente. Je pourrai avoir des voisins irrespectueux et tellement plus bruyants. Étant propriétaire je me sens bloquée.
Du coup je comprend énormément votre ressenti...

Répondre