... et ça continue...

Trouble panique - Trouble d'anxiété généralisée - Trouble obsessionnel-compulsif - Phobie sociale - Trouble de stress post-traumatique - Phobie spécifique
Répondre
Bénédiction
Messages : 6
Enregistré le : 26 nov. 2016, 11:41
Localisation : Shawinigan

... et ça continue...

Message par Bénédiction » 28 nov. 2016, 11:45

Bonjour à tous

Je suis heureux de pouvoir vous écrire, peut-être que quelque chose de bon pourrait survenir. Je suis à nouveau plongé dans un questionnement pour essayer d'aller mieux. Ça fait de nombreuses années que je me pose ces questions, parfois j'ai avancé, mais rien de solide et de bon ne demeure. Je suis diagnostiqué TAG, et je crois bien que ce n'est que la pointe du glacier. Je me réveille chaque jour avec des idées très noires, et souvent beaucoup de rancune envers ceux qui m'ont cotoyé. J'ai une tendance à condamner ces gens qui m'ont rejeté, détesté. J'en deviens aggressif, et ce sentiment que je cherche à faire taire me fait croire que je suis depuis toujours une mauvaise personne. Avec les années, mes facultés de concentration ont déclinées, ce qui me rend maladroit et me fait perdre mes moyens si je travail en groupe. Comment croire que je peux aller plus loin en étant toujours pris dans cet engrenage maudit, moi qui a la chance d'être avec une conjointe attentionnée? J'ai de la difficulté à croire qu'on puisse m'aimer, et chaque abandon me confirme que je ne vaut pas la peine. Un vrai cercle vicieux, et je ne réussis pas à en sortir.

Les commentaires sur ce forum, même positifs, font penser que ces problèmes psychologiques sont irréversibles. Les moments de soulagement semblent être durant mes années de consommation. Jamais je ne me sens à l'aise, rire et blaguer sont devenu un effort teinté d'imposture. Pourquoi alors essayer de vivre un mode de vie sain si avoir les yeux ouverts sur mes plaies me rendent fou? C'est ainsi que je fini par ne plus vouloir bouger du tout, et les années passent, accumulant les deuils et les désillusions.

Présentement je ne prends aucun médic, ni aucune substance. Au moins, à l'époque de mes illusions, j'avais cet espoir de devenir mieux. Les antidépresseurs ont bien diminué mes inhibitions, et c'est là que ça à empiré. Pire que pire, parce-qu'avant c'était évidemment difficile aussi. C'est devenu pire en ces sens que j'ai ajouté démêlés avec la justice et agressivité en général. Que devrais-je faire d'après vous, continuer à tester médicaments au risque de perdre le peu qu'il me reste, aller chercher une autre étiquette diagnostic qui elle aussi n'est pas nécessairement vraie? J'ai très peur de ne plus être capable de supporter tout ça, chaque jour est très lourd. Accepter ces troubles mentaux est déjà dur, l'orgueil est piqué au vif, j'ai des sueurs juste à y penser. Le vivre est pire, être incapable d'avancer année après années, expliquer à l'entourage que j'avance malgré le fait que je sois au neutre... Il n'y a que ceux qui vivent ces troubles qui comprennent. Une autre bande est anesthésiée par soit l'alcool etc, et ceux que j'envie ce sont pratiquement toujours ceux qui rejettent, les vindicatifs. Je croyais être rempli de compassion et d'empathie mais avec les années et la douleur, je deviens quelqu'un que je n'aime pas, rempli d'amertume destructrice.

Pardonnez le négatif qui émerge de tout ça... C'est quand même ce que je vis et je me surprend parfois à croire en du meilleur. Sachez que depuis déjà près de 2 ans, je fait ce qu'il faut avec une totale transparence, que ce soit en exprimant mes traits, ou en ce qui à trait aux abus. Comment aller un peu mieux? Je me réveille désormais en sueurs, avec la conviction que je suis foutu. 40 ans et déjà en miettes.

Bénédiction
Messages : 6
Enregistré le : 26 nov. 2016, 11:41
Localisation : Shawinigan

Re: ... et ça continue...

Message par Bénédiction » 28 nov. 2016, 13:21

Bonjour à toi Shoshin!

Je te remercie pour ta réponse rapide! Il y a quelque années déjà j'ai lu des posts sur revivre. J'étais excité par la lecture de certains qui me faisaient réfléchir. Toutefois, il faut croire que je n'avais pas atteint le véritable "fond", que j'espère ne plus revisiter. Je savais bien avoir des troubles, mais je naviguait encore d'un trip à l'autre en espérant je ne sais quoi, peut-être vivre sur un déni qui me permettait de ne pas faire trop face à cette réalité.

Je dois dire que bien des choses ont changé. Je m'en trouve vraiment plus meurtri, mais chose sûre (!), j'ai bien vu combien mes comportements étaient toxiques pour moi et mon entourage. Je te remercie aussi pour la concision de ton post. Si tu es ici, tu as certainement des défis relatifs à ces troubles aussi. Mais tu sais bien lire et la "voie du milieu" que tu préconise est précisément un de mes défis personnels prioritaire. La survie m'a offert certains choix, et j'ai choisi souvent les extrêmes, pour le rush d'adrénaline que ça implique et aussi cette impression d'être au top quand je parvenais à être anormalement impressionnant, dans un sport par exemple. En espérant chaque fois enfin trouver cette confiance en moi qui m'éviterais de me sentir différent de tout ces gens qui ont tant d'aisance. Quel paradoxe! Comme résultat, je me suis retrouvé à être plutôt marginal, même parmi la marge. Avec un mode de vie plus standard, vouloir revenir à une couleur plus commune est désormais une utopie me semble-t-il.

À lire tes différents post, je dois t'avouer que j'ai souri quand j'ai vu que c'est toi qui me répondait. Je me trompe ou alors on est bien peu à utiliser ce forum en même temps? Bref, moi aussi je partage ton appréciation des philosophies orientales, en essayant de garder un oeil critique. J'ai cette crainte de m'emballer pour des trucs qui sont trop "déconnectés", et aussi les diverses affirmations de sages qui misent sur la contradiction absurde. Tu me suis? Ce genre de phrase qui dit tout et son contraire, comme si je devais y comprendre l'univers. Bon, c'est vrai que la vérité est souvent selon la perception, et qu'il n'y en a pas qu'une, mais on s'entends que parfois ça n'avance à rien de méditer sur une ineptie vide... Bref, je ne veux aucunement débattre philosophiquement, si tu trouves ton compte dans certains trucs, tant mieux! Je veux seulement dire, en fait, que je juge facilement ceux qui semblent avoir "trouvé la voie", surtout s'ils sont beaux et prospère. Bizarre non? Comme si la souffrance semblait plus concrète, plus authentique. C'est pourquoi ta ligne sur le fait d'être ni héros, ni vilain me parle beaucoup. Merci.


J'ai vraiment ce besoin de partager tout ça, j'ai le désir d'avancer, même si encore je voudrait tout régler et ultimement me sentir rayonner comme si justement j'avais réussi à tout transcender. Je t'avoue ça candidement, je sais désormais que ça ne se passe pas comme ça... l'illumination c'est certainement beaucoup plus serein que je l'ai imaginé, comme dans les gravures, les films. Mais calvaire il doit y avoir un entre les deux, puisque de vivoter en attendant, craignant le pire, vivre de la détresse, je n'en peux plus. Il ne sort rien de bon de cela pour moi, et j'ai bien éloigné mon entourage, amis et amour, en baignant dedans trop longtemps. C'est compréhensible, ces gens qui m'ont fui doivent aussi vivre, et ça devient toxique. Alors, je crois que de ménager mon amoureuse le plus possible reste le mieux à faire, toutefois être en lien avec ceux qui comprennent mes troubles et défis me semble une nécessité. J'ai l'intention de prendre les mesures qui s'imposent, bien malgré que ce matin même je me suis réveillé en sueurs, tourmenté de pensées funestes qui paraissent la seule option tellement vives elles sont.

Merci encore de ta perspicacité, j'espère pouvoir échanger à nouveau avec toi, témoin futur probable de mes (nos) réalisations prochaines... Qui sait, peut-être enfin ai-je trouvé un élément moteur important dans le chemin de mon soulagement, puisque la théorie est assez simple, c'est de vivre tout ça qui demeure complexe... Bon, je me motive à bouger un peu, sinon je connais le sentiment qui me guette!

Passe un bel après midi Sho!!!
Le temps attendra.

Répondre