Page 10 sur 11

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 17 août 2020, 23:05
par Esquisse
Je me pose beaucoup de questions.

Je me demande quelles sont mes capacités réelles à fonctionner dans le collectif, par exemple.

Je comprends mal l'expérience vécue ces dernières semaines.

Je m'attendais à ce que cela soit exigeant. Je m'attendais à ce qu'il y ait des hauts, des bas. Des périodes de doutes, de remises en question. Mais je ne m'attendais pas à ce que je vis et à comment je me sens. Je me demande si je suis au bon endroit. Est-ce passager ? Est-ce que cela va se placer ?

J'ai exploré une autre possibilité. Aujourd'hui, une discussion. Il y avait une forte tension. Je ne m'attendais pas à cela. J'en perdais mes moyens. Mon organisme est fatigué. Ces états de stress aigus impactent le système nerveux.

J'ai comme un urgent besoin de vivre des expériences positives.

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 18 août 2020, 01:19
par Sabine2017
Bonjour Esquisse,

Tes préoccupations me tournent vers mon avenir rapproché. Un projet, des échanges, des rencontres. Un projet longuement réfléchi et sur lequel j’ai planché de nombreuses heures déjà, mais que j’ai dû mettre sur pause un moment, le temps de calmer mon volcan et de laisser retomber ses cendres.

Mais je ne suis pas certaine en l’avenir en ce moment, des fois je me demande même si mon avenir existe vraiment. Pourtant, malgré les creux, le doute, le désespoir, malgré les tempêtes, l’anxiété et l’épuisement qui s’ensuit, une force en moi me dit de m’accrocher. Comme tu la nommes, celle vraiment heureuse veut exister, mais elle est étouffée par les voix des deux autres. Je cherche aussi l’équilibre, mais je crois que tu t’en approches plus que moi.

J’ai deux garçons, c’est à eux que je regarde pour m’accrocher, garder le goût de continuer. J’ai trouvé ici aussi, sur ce forum, une partie de l’espoir qui me faisait défaut.

Tu dis que tu as un bon arrimage, du soutien de qualité; garde ça à l’esprit et accepte de demander leur support. Quand on a un projet, on veut le tenir à bout de bras et le bâtir à notre manière, de nos mains. Par contre, il faut se rendre à l’évidence que notre faiblesse (intérieure, contextuelle ou seulement due à notre nature humaine) nous pousse à nous entourer, à déléguer. Peut-être que ton entourage serait prêt à réaliser avec toi une partie des tâches ou des échanges que requiert ton projet. Pour te permettre de te concentrer sur ce qui est le plus essentiel à tes yeux. Une telle aide te permettrait peut-être aussi de partager une partie du stress que ce défi te demande. C’est ce que j’ai réalisé personnellement, mais je ne suis pas encore rendue à l’étape de mettre le tout en branle. Comme tu le mentionnes, pour moi, le social m’apparaît une trop grande source de tension pour le moment.

Je souhaite de tout cœur que tu arrives à trouver ton équilibre. En venant ici, sur le forum, en retires-tu quelque chose, un certain apaisement face à la différence que tu ressens à l’extérieur? Moi, ça me fait un grand bien de me sentir comprise. Continue d’écrire tes pensées et inquiétudes, ça te vide toi, et ça en fait réfléchir d’autres...

Prends soin de toi Esquisse.

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 19 août 2020, 23:02
par Esquisse
Bonjour Sabine2017,

Ton message m’a fait du bien à lire.

« Changer de vie, ça prend du courage, de la douceur et du respect envers soi-même. » Il y a plusieurs mois, j’avais collé sur le mur de mon bureau cette citation d’Alexandra Stréliski qui accompagnait son passage à l’émission Deux filles le matin où elle s’exprimait en compagnie de deux autres femmes qui avaient entamé des changements importants dans leur vie. Malheureusement, l’épisode au complet ne semble plus être en ligne, mais je te partage cet extrait que j’ai trouvé et qui pourrait peut-être te parler : https://www.facebook.com/watch/?v=957554501328321

Je te souhaite de tout cœur, à ton rythme, de poser les pierres, une par une, qui mènent à la réalisation de ton grand projet.

Je comprends tes préoccupations, je ne suis pas non plus certaine de l’avenir en ce moment. Ce soir, je me sens plus posée au moment où j’écris ce message, mais je me sais dans une période – je ne trouve pas de mot pour la décrire... – plus fragile ? Disons agitée, délicate...

J’aime cette phrase que tu as écrite « une force en moi me dit de m’accrocher ». Ça m’a fait du bien de la lire.

Pour ce qui est de l’équilibre, il y a encore du boulot. C’est un de mes objectifs en lien avec mon grand projet. J’allais comme dire qu’il me semble m’être sentie davantage en équilibre à certains moments ces dernières années que récemment. En même temps, je ne suis pas certaine que je l’étais vraiment. Peut-on l’être vraiment quand on est que partiellement dans ses bottines ? Je suis dans un changement de bottines et cette marche pieds nu est parfois exaltante, parfois douloureuse. Pour demeurer dans la métaphore, je pense que ce dont j’ai besoin pour mon équilibre, c’est de marcher tantôt pieds nus, tranquille chez moi, et tantôt les pieds dans des bottines sur mesure (imaginairement, je les entrevois colorées et sérieuses en même temps – qui s’adaptent).

Mes amours sont aussi le fil qui m’a tenu, qui me tient. Contente de lire que tu trouves par ici une réponse à ton besoin, une parcelle d’espoir. De mon côté, je viens et je vais sur le forum. Les messages en rafale des dernières semaines sont un trop plein que je suis venue déposer, car l’atmosphère ici est bienveillante et j’en avais de besoin.

Je suis une personne très solitaire et en période de stress j’oublie ou je n’ai pas le réflexe de faire appel, de demander. Mais j’y travaille. Merci de m’en rappeler l’importance. Quand j’y arrive, cela paie je crois. J’ai été capable de garder un contact actif avec plusieurs personnes, malgré cette période de tempête. C’est aussi quelque chose que je travaille en thérapie. Un point positif, une personne qui me connaît me faisait remarquer que j’avais moins de répercussions sur ma santé, malgré l’intensité de l’épisode.

Lundi dernier, j’ai eu une conversation avec une personne que je ne connais pas, pour regarder un cheminement possible pour mon projet. Je m’attendais à plusieurs issues possibles, mais je ne m’attendais pas à ce que la conversation soit aussi tendue. J’avais complètement perdu mes moyens. Je me suis sentie très mal. Je passe les détails, mais mon anxiété était débordante. À la suite de cette conversation, je me sentais effondrée. C’est dur de se voir ainsi... Il y a des écarts de fonctionnement tellement grands chez moi... Selon les périodes et les circonstances.

Ce dont j’ai le plus de besoin en ce moment c’est de cicatriser.

Pour ce qui est du social, c’est un défi permanent. Un « long life time » défi... J’essaie de me construire un environnement qui répond à mes besoins à ce niveau et c’est excessivement difficile. Le bon dosage en quantité et quelques lieux/personnes de qualité, où je peux me sentir suffisamment bien pour être moi-même, avec mes particularités, pour respirer et donner ce que j’ai à donner, des contacts et des espaces de confiance, inter-nourrissants, qui ne me challengent pas de manière excessive, des espaces qui ouvrent, que je puisse diriger mon énergie là où j’ai des capacités... Et qui supportent mes allées-venues, sans le prendre personnel. J’aime bien l’image du compagnonnage (je ne supporte pas les rapports hiérarchiques, ni de force qui ne font pas de sens pour moi).

Au sujet de la différence, je la ressens de l’intérieur. Mais peut-être veux-tu dire dans le forum VS à l’extérieur du forum ? Je pense que je la ressens partout, ici y compris. Je ne suis pas mal avec elle, sauf lorsqu’il y a mal-compréhension. Ici, c’est surtout que tout le monde a ses propres défis et peut-être est-ce ce qui amène un sentiment de tolérance et bienveillance les uns envers les autres, plus qu’en d’autres lieux.

Merci de ton invitation à écrire par ici. C’est vrai que cela permet de poser en dehors. Je dois cependant dire que je ne suis pas toujours à l’aise de m’exprimer sur le net. J’y ai vécu une bien mauvaise expérience il y a fort longtemps et suis demeurée craintive. Je perçois ses forces, mais aussi ses limites. Cependant, j’entends, je reçois que de partager offre aussi l’occasion à d’autres de faire avancer leurs propres réflexions (je vis cela aussi en lisant).

Au plaisir de te lire à nouveau.

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 19 août 2020, 23:17
par Esquisse
J'espère me refaire au courant des prochaines semaines. J'ai besoin de tranquilité, de solitude, de petits contacts agréables.

Cet automne, j'ai deux projets de longue haleine qui aboutissent. Je me suis sentie tellement "tiltée" ces dernières semaines, que je ne suis pas arrivée jusqu'à présent à vraiment réaliser le tout, à me sentir présente à ces réalisations. Ces projets ont connu des délais et des embûches conséquentes... Mais ma persévérance (vacillante parfois...) porte ses fruits.

En fait, ces réalisations viennent aussi avec leur lot d'inconnus. Je ne sais pas comment cela va être. Une part de moi est confiante, une part de moi est effrayée. C'est comme un peu flou pour le moment...

J'ai besoin de refaire mes forces, mon énergie, ma disponibilité, d'apaiser les stress. L'anxiété est inhérente, mais je la souhaite à un niveau acceptable, gérable...

L'autre jour, je vous ai parlé de l'immense courgette trouvée dans mon potager. Cela me réconforte de sentir qu'il y a parfois des fruits que l'on ne voit pas et qui poussent quand même au milieu de la broussaille, que l'on découvre avec étonnement et joie. Je m'en souhaite, je vous en souhaite aussi.

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 20 août 2020, 00:23
par Résurgence
Salut Esquisse, j'aime bien suivre ton fil même si je n'y participe pas souvent.
Lundi dernier, j’ai eu une conversation avec une personne que je ne connais pas, pour regarder un cheminement possible pour mon projet. Je m’attendais à plusieurs issues possibles, mais je ne m’attendais pas à ce que la conversation soit aussi tendue. J’avais complètement perdu mes moyens. Je me suis sentie très mal. Je passe les détails, mais mon anxiété était débordante. À la suite de cette conversation, je me sentais effondrée. C’est dur de se voir ainsi... Il y a des écarts de fonctionnement tellement grands chez moi... Selon les périodes et les circonstances.
Je crois comprendre ce que tu vis. Lors de situation similaire à ce que tu racontes et que le stress monte trop en moi, je perds également mes moyens. Je peux même perdre le fil de mes idées et me mettre à bégayer longuement surtout lors d'appels téléphoniques importants. Je me sens tellement mal lorsque ça m'arrive. Ça me nuit vraiment dans ma vie. Je ne sais pas si je serai à nouveau capable d'endurer des situations stressantes comme avant. :?

Soit forte malgré tout. Tu n'es vraiment pas seule. ;)

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 20 août 2020, 08:36
par Sabine2017
Bonjour Esquisse,

Merci pour la citation et l'extrait vidéo, je trouve Alexandra Stréliski très inspirante et je n'avais pas eu la chance de voir cette entrevue.
Je suis une personne très solitaire et en période de stress j’oublie ou je n’ai pas le réflexe de faire appel, de demander.
Je suis comme ça aussi, en période stress ou pas! Mais ma chute ce printemps m'a mise dans une impasse ou je n'ai pas eu le choix de réaliser que j'avais besoin de demander. Incapable de faire moi-même ce qui se présentait à ce moment, j'ai dû me résigner à regarder d'autres personnes faire une partie du travail que je prévoyais réaliser. J'ai trouvé cela à la fois humiliant et encourageant.

J'aime bien ta métaphore des bottines. Ça me fait réfléchir aux étapes que je dois franchir pour arriver à me retrouver. Je cois que j'ai trop de paires de bottines, une pour chaque situation, chaque type de personne avec qui je me trouve; je suis un caméléon de la chaussure! Je dois trouver laquelle est la mienne, sur mesure comme tu l'as dit.
Lundi dernier, j’ai eu une conversation avec une personne que je ne connais pas, pour regarder un cheminement possible pour mon projet. Je m’attendais à plusieurs issues possibles, mais je ne m’attendais pas à ce que la conversation soit aussi tendue. J’avais complètement perdu mes moyens. Je me suis sentie très mal.
Cette peur me bloque dans la réalisation de mon projet. Je sais bien que c'est important de se créer des contacts, des liens dans le milieu, mais j'appréhende toujours l'issue des conversations; souvent je souhaiterais disparaître plutôt que de faire face à un interlocuteur… et lorsque j'arrive à passer à travers, je me sens tendue et épuisée, comme si je venais de transporter une montagne sur plusieurs kilomètres. J'ai tendance à trop remettre à plus tard ces situations.
L'autre jour, je vous ai parlé de l'immense courgette trouvée dans mon potager. Cela me réconforte de sentir qu'il y a parfois des fruits que l'on ne voit pas et qui poussent quand même au milieu de la broussaille, que l'on découvre avec étonnement et joie.
Moi, ce sont des champignons comestibles que j'ai découverts en abondance, cet été dans mon potager. Une belle surprise que je n'avais même pas prévu cultiver. J'espère trouver de ces fruits cachés dans mon cheminement. Je sens que j'en ai grand besoin!

Je te souhaite de te réaliser pleinement dans tes projets qui aboutissent bientôt. Garde espoir et n'hésite pas à trouver de l'aide et des conseils autour de toi. Je repasserai te dire bonjour à l'occasion! :D

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 17 oct. 2020, 19:34
par Esquisse
Qu’est-ce que c’est drôle... En déroulant la page pour arriver à la fin des messages, je suis tombée en lecture sur cet extrait que j’avais écrit et que je n’avais plus en tête : « Je suis dans un changement de bottines et cette marche pieds nu est parfois exaltante, parfois douloureuse. Pour demeurer dans la métaphore, je pense que ce dont j’ai besoin pour mon équilibre, c’est de marcher tantôt pieds nus, tranquille chez moi, et tantôt les pieds dans des bottines sur mesure (imaginairement, je les entrevois colorées et sérieuses en même temps – qui s’adaptent). » Il y a peu, je me suis acheté une vraie paire de bottines, oui oui, des bottines en cuir fleuries, de toutes les couleurs. Je les appelle mes bottines artistiques 😊

J’ai vécu une période vraiment difficile vers la fin de l’été, début de l’automne. Des vagues d’anxiété envahissantes, d’une intensité comme ça faisait longtemps que je n’avais pas vécue. Je me suis rendu compte un peu tard que je me trouvais en fait en surcharge. Début septembre, je ressentais comme un poids qui m’écrasait. J’ai pris la décision de me délester d’une activité prévue cet automne et j’ai ressenti un soulagement quasi immédiat. Les semaines qui ont suivi, j’ai commencé à récupérer. Tout n’est pas parfait, il y a des hauts et des bas, mais j’arrive à ramer à nouveau.

L’espace ainsi dégagé, j’ai pu mettre à jour plusieurs dossiers et actions que j’avais à poser pour aller de l’avant. Et donc (ré)installer les paramètres dont j’ai besoin pour avancer mon grand projet. Je suis encore à cette étape de mise en place, qui avance à mon rythme, c’est-à-dire fluctuant selon les journées (énergie, imprévus, santé, quotidien, la vie quoi...)

L’anxiété est toujours présente, mais à un niveau tolérable et me laisse des répits. Elle s’est montrée un peu plus insistante au courant de la dernière semaine, mon estomac et mon sommeil me font signe. Le tout est directement relié à des étapes, des situations à régler.

Je vis l’aboutissement d’un projet, son ouverture dans la sphère publique. C’est toujours un moment... je cherche le mot... en fait, il n’y a peut-être pas un seul mot pour décrire, plutôt un ensemble ou une image : des fils entremêlés faits de joie, d’anxiété, d’inquiétudes, d’excitation... Ce projet existe désormais en dehors de moi, à l’air libre. Il ne m’appartient plus.

Voilà, je voulais déposer ces mots, les partager avec vous. J’espère que vous tenez bon. Pensées douces, bienveillantes soufflées vers qui en a besoin.

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 17 oct. 2020, 19:51
par Esquisse
Salut Résurgence,

Merci pour ton passage sur mon fil, ton bon mot 😊
Résurgence a écrit : Je crois comprendre ce que tu vis. Lors de situation similaire à ce que tu racontes et que le stress monte trop en moi, je perds également mes moyens. Je peux même perdre le fil de mes idées et me mettre à bégayer longuement surtout lors d'appels téléphoniques importants. Je me sens tellement mal lorsque ça m'arrive. Ça me nuit vraiment dans ma vie. Je ne sais pas si je serai à nouveau capable d'endurer des situations stressantes comme avant. :?
Est-ce que cela te fait à l’intérieur comme l’effet d’un court-circuit ? Lors de ces moments, je me sens comme si je n’avais plus accès à l’ensemble de mes ressources, de ma personne habituelle. De mon côté, il y a un moment déjà que je ne suis plus en mesure d’endurer des situations de grands stress. Je ne recherche plus ce qui a déjà été, mais je recherche un mieux être à partir de comment je suis aujourd’hui. J’y travaille depuis longtemps. C’est aussi la raison d’être des changements apportés par choix dans mes années récentes. C’est mon style de vie que je repense... En dehors des schémas « normatifs » dans lesquels je ne me retrouve pas. Ce n’est pas un choix simple, mais c’est ce qui me permet de me rapprocher de ce qui m’anime, de ma vitalité. J’avance, tremblante.

Résurgence a écrit : Soit forte malgré tout. Tu n'es vraiment pas seule. ;)
Merci, toi aussi 😊

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 17 oct. 2020, 21:21
par Esquisse
Salut Sabine2017,
Sabine2017 a écrit :J'aime bien ta métaphore des bottines. Ça me fait réfléchir aux étapes que je dois franchir pour arriver à me retrouver. Je cois que j'ai trop de paires de bottines, une pour chaque situation, chaque type de personne avec qui je me trouve; je suis un caméléon de la chaussure! Je dois trouver laquelle est la mienne, sur mesure comme tu l'as dit.
Il s’agit d’un travail qui demande du temps... Un chemin de découverte de soi. Je ne sais pas si tu as déjà lu au sujet du camouflage social ? On le retrouve souvent en douance, de même qu’en autisme (Asperger au féminin – différent du profil classique) ou lors d’un mélange des deux. Utile parfois (dans certaines situations ou sur du court terme), à la longue il mène souvent à une usure profonde...
Sabine2017 a écrit :Cette peur me bloque dans la réalisation de mon projet. Je sais bien que c'est important de se créer des contacts, des liens dans le milieu, mais j'appréhende toujours l'issue des conversations; souvent je souhaiterais disparaître plutôt que de faire face à un interlocuteur… et lorsque j'arrive à passer à travers, je me sens tendue et épuisée, comme si je venais de transporter une montagne sur plusieurs kilomètres. J'ai tendance à trop remettre à plus tard ces situations.
Elle me bloque aussi... Par rapport à la situation que j’ai rencontrée, les semaines qui ont passé ont fait s’éloigner ce pénible moment. Je me rends compte de mon côté de l’importance de l’environnement. C’est un aspect primordial qui joue dans ma capacité à fonctionner ou pas. Je ne renonce pas à développer quelques compétences, cependant, il s’agit de difficultés au long cours... Je me dis que personne n’est bon dans tous les domaines. La plupart des gens ne se cassent pas la tête pour faire appel à autrui quand ils n’ont pas les compétences pour quelque chose. Ces situations, usuelles et simples pour certaines personnes, ne font pas partie de mes forces... J’essaie de trouver un environnement qui comprend cet aspect et de trouver des personnes qui ont des forces complémentaires. Je comprends tellement ce que tu exprimes par rapport à l’épuisement qui suit ces situations...
Sabine2017 a écrit :Moi, ce sont des champignons comestibles que j'ai découverts en abondance, cet été dans mon potager. Une belle surprise que je n'avais même pas prévu cultiver. J'espère trouver de ces fruits cachés dans mon cheminement. Je sens que j'en ai grand besoin!
Oui oui, trouvons-en ! Je nous le souhaite 😊
Sabine2017 a écrit :Je te souhaite de te réaliser pleinement dans tes projets qui aboutissent bientôt. Garde espoir et n'hésite pas à trouver de l'aide et des conseils autour de toi. Je repasserai te dire bonjour à l'occasion!
Merci de ton passage Sabine2017, ça me fait plaisir de te lire 😊

Re: Fil d'Esquisse

Posté : 19 oct. 2020, 06:55
par AlexFrance
Bonjour Esquisse,

Je me retrouve beaucoup dans tes propos et je peux te dire que je sais trop bien ce que c'est que de souffrir à l'extrême du stress et de l'anxiété. Pourtant, il n'y a rien de fatidique là-dedans. En apprenant à se connaître, en acceptant nos limites, en harmonisant notre vie non pas avec notre raison uniquement mais aussi avec nos désirs profonds et nos émotions, notre corps et notre esprit finissent par se détendre et nous retrouvons à nouveau la joie. C'est un combat intérieur difficile, ô combien difficile, mais en réalité l'apaisement est réellement possible. Garde courage, continues de t'accrocher à toutes tes sources de bonheur, aussi minimes que soit l'apaisement, entoures-toi de bonnes personnes, demande de l'aide et tout cette merde finira par s'en aller. Il faut du temps et du courage, mais du courage tu en as à revendre ... car tu es très forte.

Prends soin de toi.
Alex.