S'il vous plaît aidez moi

Adolescent(e)s atteint(e)s de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires
Alexanne
Messages : 9
Enregistré le : 08 août 2018, 01:43

S'il vous plaît aidez moi

Message par Alexanne » 08 août 2018, 02:40

Bonjour tout le monde!
Tout d'abord je tiens à remercier le ou les personnes qui ont créé ce site; parmis tous les forums proposé sur ces sujet j'ai trouvé celui là le plus sérieux et le plus convivial ^^
Donc avant de commencer, désolé pour les longueurs, je veux vous préciser que j'ai du mal à m'exprimer en public; il y aura donc des tours et des détours :) N'hésitez pas à me demander, redemander, ect si vous ne comprenez pas un voir tous les passages!
Donc voilà, je m'appelle Alexanne j'ai 15 ans (bientôt 16) et ça va faire 5 ans que je suis en dépression. Je suis allé sur le web rechercher les symptômes et d'autres pistes (source pas toujours sûre mais j'ai fais avec ce que j'ai ^^), mes résultats sont tombés les mêmes partout: je fais une dépression sévère et de tout évidence soit je fais rechute sur rechute soit je suis un cas intéressant de maladie inconnue: tout les sites ou presque disent que ça ne dure qu'un ou deux ans maximum.... Bon bref voilà ce qui m'amène: cela fait depuis un an que je me demandais ce que je devais faire, poster, ne pas poster, continuer comme ça, tenter quelque chose.... J'entends beaucoup de gens dire qu'ils en ont parlé à leur médecin, psychologue et autres corps de médecine (ça se dit?) mais l'ennui c'est que moi... je n'en ai pas. Ne l'ayant pas dis ni montré à ma famille, ils n'ont rien sur de ma maladie et j'ai essayé de lutter seule contre ce mal. Les deux premières années j'ai passé mon temps à me répéter que c'était sans doute la crise d'adolescence, que ça allait passer que de toute façon ça ne m'a pas empêcher d'avoir très bien à mon brevet ect je me mentais donc à moi même comme souvent. Il faut savoir aussi deux choses: les relations avec ma famille (surtout mon beau père au début puis ma mere) empiraient et je mens beaucoup, pas seulement qu'a moi, chez moi c'est un instinct de survie (parents séparés, réalité de la vie différente des deux côtés, seul lien entre eux, la belle vie quoi! :P ) Donc au bout de ces deux ans de mal être profond (en plus j'ai eu entre temps des soucis amoureux, la totale quoi) mon état à évolué, en mal. Je n'ai (presque) jamais eu les symptômes qui touche à la faim (c'est sacré si il ne reste plus la nourriture, que reste il? :lol: ) et pour les troubles du sommeil c'est plus une fatigue partout et tout le temps qui me guette, plus que l'absence de sommeil mais mes sentiments et ma personnalité en souffrait. Bon le fait que je sois dépistée précoce, mais très tard, que je n'avais pas d'amis et tout ça à peut être favorisé un petit "dédoublement de la personnalité" (sans parler de mes amis imaginaires et des autres moi dans ma tête) mais (et d'ailleurs je ne sais pas si c'est le terme exact pour illustrer ce que j'ai) je commençais (finissait serait plus exact) à avoir une personnalité et vie différente pour chaque personne que je connaissait. Ce n'est pas très marqué mais deux trois choses changent quand même c'est pour ça que je doute que ce soit une pathologie; tout au plus un jeu, ce que je me reproche de le prendre de cette manière...
Donc (je ne vais pas me pencher sur mes sentiments cette fois ci excusez moi, déjà par manque de temps puis je ne veux pas surcharger ce message déjà bien lourd mais si vous avez des questions, il serait plus facile pour moi d'y répondre plutôt que de dire par ci par là des sentiments en constante évolution) cette troisième année fut peut être la plus dure, bien que je commençais à avoir quelques amis. Je vous fais un rapide topo: pleurer tous les soir, chaque jour devoir peser le pour et le contre de la mort, faire néanmoins bonne figure devant tout le monde, et j'en passe sûrement! Mais bon j'avais jusqu'à récemment en tête que ma famille ne devais pas savoir, que ça allait s'arranger que normalement ça ne dure pas plus de deux ans maximum (même si je savais pertinemment que ça fesais déjà trois ans que j'étais dans cet état) vous voyez un peu le genre?! La deuxième année réflexion faite fut aussi dure que la précédente mais je m'était juste habituée. C'est cette année (au fait je parle en année scolaire) que j'ai pris conscience que ma maladie, qui, non contente de me détruire à petit feu, détruisait par mon intermédiaire ma famille. Plus ou peu de relation avec ma mère, ni ma petite sœur que pourtant j'aime.... En plus de ça des disputes tout les jours et la seule qui prend ma défense c'est ma mamie mais personne ne l'écoute... De plus j'ai beau contenir tout ça au fond de moi je suis violente et j'en ai accumulé tellement au fond de moi que pour un truc con je suis bien capable de taper ma sœur (bon pas la gifle de cow boy non plus mais au moins la pousser (ps elle a 8 ans)) je suis très irritable et pour ne pas que ma famille ne voit cette facette de moi même, bien que je vous avouerai que la notion de soi même m'a échappé peu à peu, je me terre dans ma chambre donc au final ils ne me voient pas, pensent que j'ai juste besoin de passer du temps sur mon travail, essaye de faire des choses en travaillant sur ma façon de travailler ce qui m'irrite puisque je sais pertinemment où est le problème de mes résultats insatisfaisants et des problèmes familiaux donc cela m'irrite bref c'est un "cercle" vicieux. À tout ça s'ajoute les faites que j'ai toute une panoplie de sentiments négatifs en réserve mais, mis appart de temps en temps de la satisfaction, aucun sentiment positif, et que je passe mon bac cette année que par manque de concentration à cause de la dépression je risque d'avoir sans bonne mention (très bien pour ma future école...).
Donc voilà mes quelques problèmes si quelqu'un à des conseils pour que j'aille mieux (je n'ose pas le dire à ma famille et j'hésite à le dire à une amie) surtout n'hésitez pas ;)
Sur ce gros bisous et surtout portez vous bien ^^
Modifié en dernier par Alexanne le 14 août 2018, 14:06, modifié 3 fois.

louna2018
Messages : 8
Enregistré le : 13 août 2018, 09:27

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par louna2018 » 14 août 2018, 03:52

Bonjour Alexanne,
Cela fait longtemps que je viens sur ce forum mais je n'avais pas fait d'inscription et n'étais pas décidée à écrire ....mais en lisant ton message , l'envie a été plus forte et j'ose me lancer dans ce partage , via l'écriture...
Ton message "cri du coeur" montre à quel point tu as besoin de faire partager tes souffrances qui semblent nombreuses!
Tu ne veux pas parler à tes proches -sauf ta mamie- de tes maux et pourtant tu essaies d'y mettre des mots ...et je crois sérieusement que tu dois te faire aider et que cela est urgent !!! La difficulté est de trouver la bonne personne ressource si j'ai bien compris?
Je veux juste de faire part de cette expérince personnelle: mon second fils, aujourd'hui âgé de 23 ans a toujours été considéré comme un ado "différent" car très marginal dans ses pensées, sa conception de la vie, son rapport aux autres tout en acceptant de "faire avec" car il a toujours été dans le dialogue (avec nous ses parents )et surtout désireux d'avancer malgré diverses difficultés - scolaires d'abord/ profil DYS - puis professionnelles....et pour ce faire, son premier réflexe a été , dès ses 15 ans, de prendre RDV chez un pédopsychiatre car, comme il disait , il avait besoin de faire part de ses difficultés et de se rassurer lui, avant ses proches!!
Depuis cette période, il a dû faire face à divers problèmes dont un grave accident de voiture en 2014 mais à chaque fois, il a tissé des liens avec le milieu psy qui a su lui apporter des aides via thérapie ou/et suivi médical avec traitement car cela s'est avéré nécessaire pour lui, plus tard...Mais chaque personne a son propre vécu et revenons à toi!
Si tu te sens, tu pourrais contacter un espace pour les ados du style Maison des ADOS ou un CMP de secteur ou une association venant à l'écoute par téléphone pour te guider( de façon anonyme)...bref, il existe des moyens susceptibles de répondre à tes interrogations et tu devrais y réfléchir car tout gérer seule me semble vain à un moment donné et tu risques de t'épuiser...
Courage et ose agir car on a qu'une vie et malgré les mauvaises expériences parfois, une petite étincelle demeure là pour te booster ! Fais toi confiance et fonce ! Tu as de l'énergie et de la réflexion ! Tu ne dois pas douter de tes capacités à t'en sortir ...il te faut juste être guidée par des "bonnes personnes "sur le plan pro et familial aussi... Bon courage!
Louna

Revivre
Administrateur
Messages : 252
Enregistré le : 20 nov. 2009, 11:43

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par Revivre » 14 août 2018, 11:16

Bonjour Alexanne,

Je vais laisser l'espace aux autres internautes de renchérir sur les diverses difficultés que tu as exposer dans ton message. Je souhaitais cependant te dire que tu es bel et bien lue et entendue, et que si tu ressens que ta détresse est insupportable et que tu pèses de plus en plus les "pour'' au lieu des "contre'' de la mort, tu peux prendre contact avec un intervenant de Revivre pour parler au téléphone ou pour une rencontre en personne (si tu te situes à Montréal). Hors de ces heures, tu peux appeler la ligne de prévention du suicide au 1-866-277-3553 ainsi que Tel aide au 514-935-1101.


Je me réjouis du fait que tu puisses commencer à parler librement de ce que tu vis sur le forum.
Au plaisir de te relire,

Julia Brito-Denis, intervenante
julia.brito-denis@revivre.org
1-866-738-4873

Alexanne
Messages : 9
Enregistré le : 08 août 2018, 01:43

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par Alexanne » 14 août 2018, 12:13

Bonjour Louna!
Merci beaucoup pour ta réponse, cela fesait tellement longtemps que quelqu'un m'avait écouté aussi longtemps et surtout répondu dans ma vie ^^!
J'ai l'impression que ton vécu avec ton fils ressemble (émotionnellement parlant) beaucoup à ce que je vis. Une chose cependant m'interpelle; tu dis que vous avez une bonne communication/relation, ce qui je suppose à du faciliter les choses (loin de moi l'idée de dire que tout à été simple :) ) mais aurais tu une idée pour m'aider à le montrer à ma famille? Je m'explique: mes parents sont séparés (dans des conditions douteuses je l'avoue je ne sais même pas la version officielle de ce qui c'est passé mais de toute évidence ce n'était pas joyeux...) ce qui m'a causé des répercussions sérieuses sur mon moral: je ne communique presque jamais ce que je pense, je deviens de plus en plus froide.... Alors que j'essaye de me montrer la plus "joviale" possible! De plus, et je ne lui en veux pas, mais ma mère ne comprend pas les allusions que je lui fait, et rejette souvent les fautes sur moi comme je suis l'aînée... Je prend sur moi les problèmes de la famille, les miens et ça m'épuise effectivement de plus en plus... Mais personne ne le voit.
J'ai cru comprendre dans ton message que tu t'inquiètes pour moi en partie car cela devient urgent de me faire aider par quelqu'un, je te remercie pour tes informations; dès que je pourrais je vais faire des recherches dessus (je suis actuellement en vacances, en passant j'en profite pour signaler que même dans ces moments, rien ne va). En tant que maman, pense tu qu'il y aurait une "bonne manière" pour annoncer à sa mère que sa fille doit aller voir un psy car ça fait un bout de temps qu'elle est en dépression?
Par ailleurs, et je le vois, ma famille souffre de ça, mais (peut être qu'ils en doutent ça je ne sais pas) il ne pense pas que tout est à cause de moi. Par exemple, ça devient fréquent que ma mère (ou mon beau père) dise qu'il n'en peut plus de cette situation, ect ect Mais je suis la seule à ne pas m'exprimer sur ça (ou très superficiellement) donc ils s'imagine que j'en ai rien à faire, que je ne me sent pas concernée, et ils me reprochent tout ça.
Et j'aurais une dernière question: je dois passer mon bac cette année (je l'ai déjà dit il me semble... ) et puis partir faire mes études pour faire, je l'espère, vétérinaire, pense tu que je doive absolument essayer de résoudre (ou tout du moins commencer à résoudre) mes problèmes le plus tôt possible, donc avant le bac et les études?
Je te remercie encore pour tes bons conseils et porte toi bien!

Ps: je me suis mal exprimée dans mon message je m'en excuse; ma mamie ne sait rien de mes problèmes elle sait juste faire la part des choses et dit à ma maman lorsque ses réprimandes sont injustifiées (mais bon comme elle (ma mère) à plus tendance à prendre La Défense de ma sœur...)

Bonjour également à toi Julia! Excuse moi je n'avait pas vu ton message avant et ne t'ai donc pas répondu dans le haut de ce message. Merci pour tes conseils, heureusement j'ai réussi à passer outre ces envies de suicides et aujourd'hui même s'il m'arrive des fois de me questionner je n'en suis pas au même niveau qu'avant. J'habite en France, mais je garde les numéros que tu m'as donné dans un coin de mon téléphone, merci pour tout!
Bonne journée et encore merci! :)

louna2018
Messages : 8
Enregistré le : 13 août 2018, 09:27

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par louna2018 » 15 août 2018, 03:43

Bonjour Alexanne,
Ravie de savoir que tu vas prendre les choses en mains!!
Je te répondrai plus longuement demain car je reçois de la famille aujourd'hui et suis donc sollicitée pour les préparatifs!
Donc à demain et surtout , garde en toi cette petite lueur qui te donne envie de communiquer et d'avancer...
Bonne journée et essaie de profiter de tes vacances!
A très vite,
Louna

Alexanne
Messages : 9
Enregistré le : 08 août 2018, 01:43

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par Alexanne » 15 août 2018, 11:38

Bonjour!
Merci Louna pour ta réponse! Amuse toi bien à ces préparatifs ^^
Je profite également de ton message pour ajouter ces quelques mots que j'avais préparés :)

J'avais depuis quelques temps dans l'idée que je devais voir un psy pour aller mieux. Seulement à cause (ou grâce à je ne sais pas vraiment quel terme serait le plus exact) de ces rejets, du manque d'ami, de ces problèmes fréquents je me suis crée mon monde, un monde bien plus important que celui qu'un enfant "normal" se crée et même plus imposant que celui que j'avais déjà. D'années en années je me suis réfugiée dedans au point où aujourd'hui à un âge où je suis censée grandir mentalement (même si je déteste au plus haut point cette expression) je me retrouve à vivre une vie mixée entre la réalité et mon univers. Et c'est le seul endroit où je suis bien, où je peux être moi sans me faire juger, sans cesse réprimandée pour des choses contres lesquelles je ne peux rien, et où je peux mener la vie que je veux.
D'ailleurs je ne suis pas compliquée; souvent ma mère me dit "que selon moi elle n'est bonne qu'à m'acheter des choses, me nourrir et tout" mais moi je demande juste un petit coin de n'importe où et la liberté d'aller où je suis chez moi (dans la forêt ou quelque part par là)...
Bref revenons au paragraphe précédent: j'ai peur de perdre cet endroit qui est devenu mon chez moi et sans lequel je ne suis rien si je vais me faire soigner. Je suis terrorisée de ça et ça me paralyse. Je sais, je le sens (mais peut-être ai-je tort?) que si je vais chez un psy, je vais guérir, grandir mentalement et vivre ensuite ma petite vie selon les petites normes de cette petite (pitoyable? Non ça fait un peu trop extrémiste...) société et je perdrais cette part de magie, de moi même.
J'avais oublié d'en parlé au début mais c'est l'une des deux principales raisons qui ont fait que je ne voulais pas me faire soigner.

Sur ce merci de tes encouragements et à demain! :)

louna2018
Messages : 8
Enregistré le : 13 août 2018, 09:27

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par louna2018 » 16 août 2018, 08:57

Coucou Alexanne,

Chose promise, chose due!

Me revoilà à nouveau devant mon clavier en ayant pris soin de lire la suite de tes messages ; je comprends un peu mieux ton mal être et tes appréhensions concernant tes proches et leurs potentielles réactions face à ce que tu leur renvoies mais ne crois-tu pas qu'à un moment il faille dire les choses ? Tu parles de ta mère comme de quelqu'un auprès de qui il est difficile de se confier !
Pardon de te le dire , mais à te relire , je sens aussi chez elle une personne en "souffrance" qui n'arrive pas à faire face et qui en te disputant, laisse aussi entrevoir une fragilté voire une détresse car peut-être ne sait-elle pas comment aider ? Nous, parents, sommes aussi confrontés à la réalité de la vie ; il y a deux façons d'agir : faire face via un combat permanent pour aider nos proches ou "subir" la réalité , nous voilant la face car trop "lâches" involontairement ... je rencontre parfois autour de moi des adultes qui sont dans le déni lorsqu'il s'agit de parler ou évoquer les fragilités de proches ...et encore plus d'ados!!! culpabilisant ainsi parce que se croyant de "mauvais parents"...la séparation houleuse de tes parents a certainement contribué à accroître des difficultés déjà présentes!!!

Par ailleurs,j'ai lu que tu vivais en France comme moi et j'insiste sur un point : si personne de ton entourage ne peut t'aider, aide toi toi même ! grâce à de nombreuses opportunités d'aide et d'écoute souvent mal connues alors que de nombreuses associations existent , souvent gérées par des personnes et/ou familles qui ont créé des sites pour témoigner de leur vécu...Internet tu connais, je crois?

Outre cela, tu parles de ton année future très importante avec ton bac et tes projets post bac! Là je me permets de te dire en tant que "maman" (mais aussi et surtout c'est l'enseignante spécialisée que je suis qui te parle à ce moment de l'échange )...préserve-toi et fonce dans ta quête de personne ressource; au lycée, je pense que ta personne ressource première est l'infirmière! Prends rdv en début d'année pour qu'elle te guide vers ces professionnels dont je t'ai déjà parlé et les associations dont elle doit avoir les coordonnées ...Cette personne saura te soutenir et garder , secret professionnel oblige, cela pour elle...
Dans un autre registre, tu me parles d'un jardin secret incarné par ce monde que tu as créé et qui t'aide à faire face à la réalité...Il ne faut pas en avoir honte! c'est quelque chose qui t'appartient et qui t'aide à surmonter des épreuves de vie et surtout d'incompréhension des adultes car nous autres ne détenons pasla vérité!

N'hésite pas à me faire un retour ou à m'exposer d'autres interrogations si tu en as...j'ai encore un peu de temps disponible à te consacrer -si tu le désires ?- même si j'épaule encore et toujours mon fils dans un autre contexte, parler de mon expérience et le faire via l"écriture (car je tiens moi aussi un journal qui me permet de me libérer de mes émotions et interrogations face à sa maladie psychique avec laquelle il faut vivre...) est une forme de thérapie positive!
A bientôt!
Louna

Alexanne
Messages : 9
Enregistré le : 08 août 2018, 01:43

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par Alexanne » 17 août 2018, 01:42

Bonjour Louna!
C'est à mon tour de te répondre mieux plus tard car j'ai une journée sans internet en perspective x)
À plus tard! :)

Alexanne
Messages : 9
Enregistré le : 08 août 2018, 01:43

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par Alexanne » 17 août 2018, 14:17

Bonjour Louna!

Je vais essayer de bien construire mon message en répondant au fur et à mesure au tien ^^

Oui tu as raison je pense aussi que ça n'a que trop duré. Si je parle de ma maman de cette façon c'est que effectivement j'ai pris la (mauvaise) habitude de tout garder pour moi par peur de blesser ou d'effrayer ma famille (et surtout elle) parce que je n'ai pas envie qu'elle me regarde en se demandant si je vais bien, en s'inquiétant pour moi: je suis l'aînée de trois fille, dont un bébé; je ne veut pas causer plus d'ennui à tout le monde... Mais plus j'y pense, plus je me dis que j'essaye de faire passer le bien des autres avant le mien et qu'au final j'obtiens l'effet inverse de ce que j'escomptait.
Non ne t'excuse pas tu as certainement raison quand à la "détresse" de ma mère; j'ai lu ton message ce matin et j'ai surtout pensé à ce passage en observant ma maman et en analysant ses remarques: peut-être ai-je été influencée par ton écrit mais j'ai effectivement cru déceler une part d'incompréhension: face à quoi faire ou face à ce que je fesait? Je ne saurait pas dire...

Oui de toute évidence il me semble que je suis déjà allé sur cette plateforme... Euuuuh je veux dire internet :) Je ferais plus de recherches poussées une fois chez moi (dans un peu moins d'une semaine). Par ailleurs, maintenant que j'y pense, je doute que ce soit une bonne idée de leur annoncer tout ça en vacances je devrais peut être attendre un peu...

D'accord dès la rentrée j'irais voir l'infirmière de mon lycée pour parler avec elle! Pense tu qu'en parler à une amie m'aiderait ou pas? J'ai une très bonne amie mais elle me vois comme quelqu'un de joyeuse, (presque) sans problèmes, souriante et drôle, qui s'amuse d'un rien et avec rien.... Je n'ai pas non plus envie de casser cette image (puisque c'est en partie le reflet de ce que je me suis acharnée à montrer pour me rendre sociable). Et des fois je pense même que c'est cette personne là mon vrai moi sans problème!

Mon jardin secret comme tu dis :) je n'en ai pas honte: tout au plus je n'ai pas envie qu'on me juge sur ça puisque c'est Moi, mais j'ai peur que si tout redevient "normal" (donc si on me guérit) je n'en ai plus besoin et que je l'oublie ou le délaisse petit à petit: c'est ce qui est de plus beau en moi et je en veut pas perdre ça.

J'ai en effet une autre question (encore et toujours! ^^ ). Dans mon cercle familial on ne s'entend pas très bien: il ne se passe pas une journée sans que quelqu'un râle, crie ou se dispute. Mais lorsque je vais chez mon père, j'ai l'impression de ce qu'on me raconte que tout est normal et que tout se passe très bien. J'en vient à me demander sérieusement si tout les problèmes que ma famille rencontre ne viennent pas au final de moi!! Si c'est le cas aurait tu une idée de comment au moins apaiser les choses? On me propose (et je pense à) beaucoup de solutions (de choses à faire ou ne pas faire) mais je n'y arrive pas. C'est comme les bêtises quand j'étais petite: c'est plus fort que moi. Pense tu que si j'irai mieux tout rentrera dans l'ordre?

Merci encore infiniment de me consacrer un peu de ton temps, et je suis contente de cet échange; il fonctionne alors comme une thérapie positive à double sens: pour toi et pour moi!
Sais tu que c'est la première fois que j'en parle à quelqu'un? Je me suis souvent fait des scénarios imaginaires de ce moment ce qui me permettait de me "soulager" sur... et bien ma propre épaule :) Mais je suis réellement contente de savoir que je peux partager mes problèmes avec quelqu'un ^^

À bientôt!
Ps: c'est un réel plaisir pour moi de discuter avec quelqu'un comme toi :roll:

louna2018
Messages : 8
Enregistré le : 13 août 2018, 09:27

Re: S'il vous plaît aidez moi

Message par louna2018 » 18 août 2018, 04:43

Bonjour Alexanne,

Contente de savoir que le "courant" passe entre nous!

Face à tes différents messages lancés "comme une bouteille à la mer", je voulais un peu apaiser tes interrogations et surtout te faire prendre conscience qu'il y a toujours des solutions à nos maux d'ados et adultes aussi et que rien ne demeure irréversible ! Cependant, que les choses soient claires !!!Je ne suis pas psy et même si ce domaine m'intéresse soit au niveau professionnel soit personnel, je ne veux pas me substituer à une future personne dont le métier sera de te guider pour t'y retrouver un peu car, comme on dit, tes réflexions fusionnent et ne font que confirmer l'importance d'une future aide dont tu sembles mesurer l'écho...

Par rapport à ta vision de la "détresse" de ta mère, je pense effectivement qu'avec un bébé et deux grandes filles, sa vie doit être bien remplie ...et qu'elle attend un soutien -sous divers plans- de ses aînées...son "babyblues" post naissance n'est pas encore terminé et tu devrais essayer de lui proposer pourquoi pas un moment pour vous retrouver - ciné ou shopping- pour parler "entre femmes" car il sera important à un moment donné , de lui parler de ton "mal-être" ...mais tu as raison, laisse passer les vacances!

Peut-être devrais-tu rechercher un peu de réconfort auprès de ton pére ? Le vois -tu régulièrement ? Tu dis que les choses s'apaisent lorsque tu es chez lui...n'occulte pas cette opportunité de tester le terrain de ses réactions ?

Quant à ton amie, si tu estimes qu'elle t'est très proche et fidèle, ose lui parler de tes difficultés! La vraie amitié, c'est celle qui permet d'avoir un (e) confident(e) dans les moments de détente /loisirs mais aussi de peine /doute/ fragilité ...elle te sera d'un grand soutien si tu crois en sa capacité de te comprendre et surtout pas de te juger afin de mieux appréhender qui tu es et ce que votre amitié vaut vraiment !!!

Ton monde imaginaire me fait évoquer celui de Peter Pan ! C'est ton refuge ...comme si tu ne voulais pas grandir - ce sont tes mots dans un de tes messages- mais je veux te rassurer sur ce point! On peut grandir et garder son âme d'enfant ! Aucune honte à cela ... Tu dis avoir peur de guérir ? Je crois que tu te trompes ! Il n'est pas question de rejeter tout ce "monde" qui te permet actuellement de faire face à une réalité qui ne te convient pas mais d'accepter ce que tu es et d'arriver à "jongler" entre la réalité et ton monde "refuge" via un soutien que seul un professionnel peut t'apporter en te faisant mieux gérer les deux! Cela prend du temps et nécessite de faire confiance à l'autre via un "feed-back" positif ...tu vas y parvenir car tu es une battante! Je le sens!!! Il ne faut surtout pas te culpabiliser sur différents points ...
Prends soin de toi et dis toi que rien n'est impossible!
Bonne fin de vacances !
Louna

Répondre