L'ingérence

Pour les familles et les amis d'une personne atteinte de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires
Répondre
Golfeur
Messages : 29
Enregistré le : 15 févr. 2010, 11:25

L'ingérence

Message par Golfeur » 18 févr. 2012, 00:17

Je sais pas si'il vous arrive, comme moi, des bons samaritains dans votre vie.

Les bon samaritains sont plein de bonnes intentions. Ils croient connaîtrre ce qui se produit dans votre vie et dans celle de votre conjoint.

Moi, je me méfie. Ma mère disait : "Il n'y a rien que les conjoints qui savent vraiment ce qu'il y a dans le fond du chaudron".

Plus je vis avec une conjointe bipolaire, plus je crois que c'est vrai. Plus je crois que, de toute manière, c'est vrai pour tout le monde.

Cela dit, je me demande si dans, votre entourage, il n'y a pas de ces personnes bien intentionnées que se croient suffisamment éclairées pour intervenir dans votre vie de couple en pensant être brillantes au point de régler vos problèmes avec leurs seules facultés?

Moi, j'en connais qui viennent intervenir, en toute bonne volonté, et qui, en définitive, feraient mieux de se mêler de leurs propres affaires. Ces personnes bien intentionnées n'ont pas toujours réglé leurs propres problèmes. Elles transposent parfois ces problèmes dans la vie des autres.

C'est platte.

Après une couple de psychothérapies de couple et indivituelles, j'ai appris une chose : les relations avec les autres, c'est comme un oignon. Il y a plusieurs couches. La première, c'est la couche sociale. C'est celle que les autres voient de l'extérieur. La deuxième couche, c'est la famille et les amis. C'est celle où on laisse un peu entrer l'entourage et à qui on confie quelques secrets qui portent sur les bonheurs et les malheurs. La troisième couche, c'est celle des amis proches. On y va des confidences un peu plus profondes.

Là, parfois, tout peut déraper. Les bibittes de nos confidents viennent quelques fois se heurter aux nôtres.

Les bibittes pas réglées des autres entrent parfois dans nos vies et ce n'est pas toujours pour le mieux.

Pleins de bonne volonté, les autres amis s'ingèrent dans notre vie avec une perception qui est nuisible, ou toxique. Ils croient comprendre. Ils se trompent. Ils donnent des conseils parfois très nuisibles. La délicatese, c'est délicat.

Ils ne voient pas le fond du chaudron, comme le disait ma mère. Et ils peuvent par leur ingérence causer plus de tort que de bien.

Cela vous arrive-t-il?

Moi, ça m'arrive à l'occasion. Et il est difficile de dire à quelqu'un plein de bonnes intentions de se mêler de ses hosties d'affaires.

Que faites-vous dans ces cas-là?

Personnellement, j'ai toujours trouvé que les professionnels, sont professionnels et objectifs et que les autres, sont finalement des amateurs, pas objectifs, surtout pas objectifs, malgré leur bonne volonté.

Waldgänger
Messages : 812
Enregistré le : 11 juin 2011, 19:17

Re: L'ingérence

Message par Waldgänger » 18 févr. 2012, 07:05

Salut Golfeur!

J'ai vécu cette réalité avec une relation amicale que je voyais depuis une quinzaine d'années quotidiennement. Cette personne pour mon bien venait de franchir la ligne rouge et malgré la maîtrise de ma colère je lui exprimais ma peine et mon mécontentement de la voir se mêler de ma vie privé sans vergogne. Et comme à son habitude cette personne au lieu de prendre un peu de recul et de réflêchir sur le bien fondé de mon écrit expulsa sa rage, me traitant de noms et eu l'audace de m'éliminer de sa vie...-sic- J'ai dealé avec cette personne pendant longtemps donc je la connais très bien mais cette fois-ci la contrition et le mensa mea culpa auquel elle s'attendait de ma part ne vint jamais. J'ai tout simplement appuyé sur le bouton "delete" mais au début je me sentais un peu coupable d'avoir monter dans mes grands chevaux mais je tins bon tout de même.

Plusieurs semaines plus tard, je vis une relation commune qui s'enquis de ma santé et celle-ci mal à l'aise me demanda si je prenais toujours ma médication? Cela me pris un peu au désarroi, je lui répondis par l'affirmatives et je l'interrogea à mon tour sur la raison qui l'amenait à me poser cette question. La réponse fut très simple, la relation que j'avais "deleté" colportait la rumeur que j'avais cessé ma médication et cela expliquait ma perte de poids bizarrement mes remords en son endroit d'avoir abruptement cessé cette relation devinrent plus léger.

Tu parles d'ingérence Golfeur mon psychiatre parle d'intrusion pour lui avoir parler de ce que j'avais vécu et elle parle même de stigmatisation...tellement facile de taper sur un bipolaire et de jouer les apprentis-sorcier. Cette personne a eu même l'audace de remettre en question mon traitement comme si son cours de 40 heures en santé mentale de niveau secondaire pouvais remplacer les 12 ans d'études médicales de niveau universitaire et autant d'années de pratique en santé mentale de la part de ma psychiatre d'un coup de baguette magique... Crois-moi Golfeur l'enfer est pavé de bonne intention, au début je pensais me donner un "break" de cette relation pour quelques mois mais depuis je sais que cette relation se limitera aux formalités sociales qui nous unis ni plus, ni moins car c'est une relation intrusive, stigmatisante. Il faut savoir se protéger et parfois le danger est plus proche que l'on ne le croyait.

Bon courage et bonne chance Golfeur.

Golfeur
Messages : 29
Enregistré le : 15 févr. 2010, 11:25

Re: L'ingérence

Message par Golfeur » 18 févr. 2012, 15:02

Merci de ton témoignage, Waldänger,

Ça me conforte dans ce que je crois. Tu l'as dit, l'enfer est pavé de bonnes intentions.

Et, comme toi, je crois que les professionnels sont les personnes les plus fiables qui soient pour les personnes atteintes d'une maladie et pour leurs proches.

Bonne fin de semaine!

Répondre