Conjoint manifestement malade mais dans le déni

Pour les familles et les amis d'une personne atteinte de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires
DemiLiard
Messages : 802
Enregistré le : 01 juin 2014, 07:46

Re: Conjoint manifestement malade mais dans le déni

Message par DemiLiard » 09 juin 2014, 03:59

Bonsoir Xmissal. J'ai bien réfléchi à ton problème et voici ma nouvelle réponse.

Tu as l'air au bout du rouleau, pour ainsi dire, tu as fait ton 100% pour l'aider. Je te conseille donc maintenant de lâcher prise. Il y a d'autres gens qui peuvent l'aider, toute la responsabilité ne retombe pas sur les parents. Il faudrait que je relise le thread au complet car je me mélange un peu et il est tard. Mais en gros, je te conseille le contraire de mon précédent message, tu as l'air de satisfaire aux conditions pour ainsi dire pour laisser aller un malade qui semble irrécupérable.

Comme je viens de dire, je ne développerai pas plus avant d'avoir pris le temps de relire. Je me suis p-ê déjà empêtré.

J'ajouterai cependant des histoires personnelles.
Les 3 quarts de ma famille immédiate sommes psychotiques. Mon frère en particulier l'a eu rough. C'est lui qui a décidé de se couper de la famillle. Et un psychotique entêté, on ne peut pas lui faire changer d'idée facilement. Il a fallu attendre quelques années avant de pouvoir rétablir un contact avec lui. On a laissé faire les profesionnels de la santé. C'était long, mais ça a fini par fonctionné.

Un autre mot sur la responsabilité parentale. On essaie, les parents, de donner autant d'énergie sur chacun de nos enfants. Mais, dans le cadre d'une maladie qui semble être une peine perdue, c'est important de ne pas faire des choix qui pourraient nuire de façon significative les autres enfants.

Dans ma famille recomposé, j'ai 1 frère, 1 demi-frère et 1 demi-soeur, un père, une belle-mère et 2 belles-soeurs et un beau-frère. Dans les faits, on se considère tous frères et soeurs, mais je mets les termes exacts pour mieux expliquer l'histoire...

Récemment le demi-frère a repris contact avec nous pour des visites. C'était sa mère qui empêchait notre père de la voir. Ça a été en cour. Elle a perdu, mais avec tout le trouble que ça a fait, mon père a décidé de ne pas prendre d'avocats pour rétabir les visites, question financière mais aussi considération pour le reste de la famille. Il aurait fallu mettre toute son énergie sur 1 enfant alors qu'au total, il en avait 4 à lui + 3 "adoptés" via sa conjointe.

Je reviendrai plus tard me relire et préciser ma penser.

En souhaitant t'avoir été utile,

Matt

PS: JE viens de relire rapidement le premier message et je vois que, en effet, je me suis empêtré. Ce n'est pas un des enfants qui sont malades. Néanmoins... j'espère que mes histoires te seront utiles en attendant que je dorme et que je revienne.

xymissal
Messages : 17
Enregistré le : 25 mai 2014, 08:07

Re: Conjoint manifestement malade mais dans le déni

Message par xymissal » 09 juin 2014, 14:59

Merci DemiLiard pour ton investissement;
Oh combien tu charries de choses délicates à porter; tu n'es pas seule j'espère pour celà, c'est trop pour une vie et une seule âme.
J'ai bien lu et relu ton conseil: lâcher prise.
En ce moment, je donne sa dernière chance à mon fils. Il se relève ou je laisse tomber mon investissement s'il continue à saboter son avenir. Il hésite, navigue.
Aussi je viens de prendre une autre attitude: je ne veux plus d'intermédiaire entre nous deux. Je le laisse choisir entre mon aide et celle de sa maman. Il choisira et subira les conséquences de ses actes.
Une autre chose encore: je n'ai pas d'espoir dans l'avenir. Je le garde pour moi, mais si je ne veux pas quitter de suite le bateau, je le laisse filer selon les vents, et je vois à vue le rivage où il risque d'échouer, dans quelques mois ou deux semestres au plus, sauf chose nouvelle de sa part (mon conjoint). Autant dire peu d'espoir.
J'ai appris par ailleurs (par des personnes qui souffrent mais se soignent) que certains de ses comportements évoquent à la fois la DISSOCIATION et la PROJECTION. Ajoutés à d'autres choses, celà m'a rendu bien pessimiste et m'a fait relâcher prise plus vite.
Voilà pour moi.

Répondre