Conjointe d'un bi-polaire

Pour les familles et les amis d'une personne atteinte de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires
Répondre
denise1965
Messages : 7
Enregistré le : 20 oct. 2010, 02:05

Conjointe d'un bi-polaire

Message par denise1965 » 20 oct. 2010, 03:27

Bonjour,
Mon conjoint et moi sommes ensemble depuis 15 ans. En octobre 2008 il m'annonce que depuis quelques mois il a de la difficulté à fonctionner et qu'il croit que ce serait peut-être une dépression, naturellement je l'incite à consulter mais ce n'est qu'en janvier 2009 qu'il se présente à une clinique sans rendez-vous où la médecin qu'il rencontre lui remet un billet de consultation en psychiatrie. Il revient à la maison et nous partons ensemble à l'hôpital pour rencontrer ce psy... Attente de quelques heures dans un cubicule avec un p'tit rideau qui sépare de ton voisin... Jaquette blanche d'hôpital mon conjoint commençait à penser qu'il était là pour rien qu'il pouvait peut-être revenir.. Enfin vu par une infirmière, on finit par se retrouver devant le psy qui pose quelques questions à mon conjoint et ne me laisse pas le droit de parole, il va jusqu'à me dire que ce n'est pas à moi qu'il parle... bêtement... Mais je vis avec cet homme depuis 15 ans et je sais très bien que ça ne va pas... On sort de là 15 minutes plus tard avec une belle prescription de Effexor 37.5mg pour 2 semaines et passe à 75mg pour un mois et 150mg... Il devait commencer à ressentir les supposés bien fait de ce médicament après 6 à 8 semaines... Au bout de 6 semaines je disais à mon conjoint que le médicament ne lui allait pas du tout... Il ne dormait plus... consommait de la boisson comme jamais de sa vie il l'a fait... Voulait retrouver ses 19 ans... Avait des projets irréalisables... Devenait de plus en plus agressif envers moi... N'avait plus d'inhibition... Pouvait faire pipi partout devant n'importe qui... Avait des propos assez dur... Cherchait les occasions pour me mettre de côté et vivre des expériences sur beaucoup de sujets... Je me passerai de détails... Voyait les autres comme des alliés et moi comme une ennemi.... Dépensait énormément d'argent sur des achats de toutes sortes... Faut sire que nous sommes propriétaire de notre entreprise de construction et il arrivait à fonctionner mais en prenant des décisions qui on mener à perdre beaucoup de contrats car ils ne retournait pas les appels, s'obstinait avec les gens des assurance... qui ont fini par se tanner et nous mettre à la porte... En fin août 2009 soit 8 mois après avoir débuter la médication... Il m'annonce et vous ne serez pas surpris qu'il me quitte... Il ne m'aime plus et veut refaire sa vie... Qui en trompe la maison, pour aller finalement vivre chez ma fille... Me fait des menaces de toutes sortes... Met sa vie en danger à plusieurs reprises jusqu'à s'endormir au volant et avoir un accident perte totale avec la voiture de ma fille... Elle et son conjoint n'en peuvent plus il ne dort pas, arrive à des heures impossible bref. elle finit par lui demander de quitter... Il va vivre chez l'ex compagne d'un ex employé une jeune fille de 21 ans... Commence à fréquenter un autre fille qui travaillait pour nous occasionnellement... Dépense sans compter pour cette fille, raconte des mensonges sur moi, appelle des amis à toutes heures du jour et de la nuit pour les inviter à faire la fête avec lui... Se fait mettre dehors d'un motel de la région ou on habite... Fais gaffe par-dessus gaffe... Rencontre une autre femme atteinte d'herpès... Je dois vous dire une chose, mon conjoint est un homme très très intelligent, un homme de principe et de famille, un homme plein de coeur et généreux... Il raconte à ce moment tout ce que moi je vivais mais pour lui... C'est à dire que ce qu'il me faisait vivre tant pour la business que notre vie personnelle il l'adaptait mais pour lui... Que c'était moi qui dépensait et qui voulait rien faire... Après quelques rencontres avec médecin de famille et un autre psy, ils finissent pas lui faire faire un sevrage de l'Effexor... Mais nous sommes à ce moment engager dans les honoraires d'avocats et tout le tralala de la séparation, moi je n'ai pas quitter la maison, j'entretenait la maison comme j'en ai toujours eu l'habitude, lui s'était loué un appart et prit un co-loc qu'il croyait sauver de son milieu criminelle... En le faisant travailler etc...
Il ouvre une nouvelle compagnie avec une lettre de différence d'avec notre compagnie que nous possédions à deux.... Emprunte de l'argent, remplis les cartes de crédits, les marges de crédits, usurpe l'argent de notre compagnie pour la mettre dans sa nouvelle compagnie... Enfin dépense environ 250000.00 à 300000.00 .... Mais là il commence à se rendre compte que quelque chose ne va pas son sevrage le ramène sur terre et se rend compte que la vie n'est pas party et qu'il a beaucoup de peine de ne plus être avec moi... Mais a prit des engagements avec 2 filles pour partir dans le sud en janvier moi je partais du 9 au 16 et lui du 17 au 25 le 25 au matin à son retour il était ici à la maison et me demandait de venir avec moi chercher nos chiens que j,avais mis en pension pour le temps de mon voyage... Sur le chemin il s'est effondré en larme et me demandait s'il m'avait fait trop de peine pour penser de revenir... Comme j'ai travaillé sur moi-même le temps de notre séparation j'ai compris qu'il était malade... Alors oui il m'avait fait de la peine mais était-ce vraiment lui? je ne pouvais pas condamner la maladie... Alors depuis mars 2010 nous revivons ensemble... Mais nous ne sommes pas vraiment complètement un couple... Il a eu des problèmes de santé et ces problèmes on amenés une dysfonction érectile et nous n'avons aucune relation... Je l'accompagne toujours, j'essaie à tous les jours de le comprendre de mieux en mieux...J'ai encore un peu de rancoeur et ej crois que c'est normal après tout ce qui s'est passé et les 10ans que j'aurai à rembourser avec lui ce que la prise de médicament lui a fait faire.. Aujourd'hui il est en phase d'anxiété et en perte d'énergie... Ce qui nous amène à ne pas faire grand chose... Je trouve ça difficile et j'ai l'impression que je commence à sombrer... Je ne dors plus beaucoup... à 8:00pm je suis couché mais à 2:00am réveillée... Ce n'est pas sain et avec ce que je lis sur les blog et sur ce site je ne suis guère encouragé à consulter... Et c'est un cercle vicieux moins tu sors moins tu veux sortir j'en suis à me demander si je ne commencerais pas à être agarophobe... Car pour moi l'extérieur veut dire peine et négatif... La peur d'être jugé des autres pour ce qu'il a vécu... La peur d'aller dans des endroits qu'il a fréquenté et que les gens se demandaient " mais voyons qu'il agit comme ça" un homme si à sa place et réservé et tout à coup...bang!!! Il a distribué une vingtaine de carte .08 à des clients et rencontre de bar... Alors je suis au bout du rouleau... Je ne sis plus comment sortir de ce marasme... et par le fait même j'ai peur de ne pas l'aider comme je le voudrais tellement et qu'il se fier sur moi aussi pour l'aider... J'ai des sauts d'humeur des fois... Ça devient trop de garder tous ça en dedans... Et je sais que ce n'est correct pour lui... Mais il me comprend... pas toujours, mais en général il est compréhensif et à ce moment il s'en veut de la peine qu'il a causé à notre famille... Mais c'est la maladie... Je l'aime de tout mon coeur et nous n'avons pas franchie toutes ces années pour en finir comme ça... Je ne l'accepte pas...que dans une société comme la nôtre avec les ressources que nous nous faisons penser d'avoir qu'il n'en est rien de ça... Et qu'il faut se rendre à commettre jusqu'à l'irréparable pour se faire entendre... Que les sous que le gouvernement dépense pour faire de la belle publicité ils les mettent à mettre en place des vrais ressources... Nous sommes dans la fleur de l'âge lui encore plus il est dans la mi-trentaine... Un excellent payeurs d'impôt et de taxes en tant que travailleur et consommateur... Besoin d'aide et de lumière... Il a eu un entretient téléphonique pour la première fois il y a quelques jours pour peut-être enfin avoir un suivi en psychiatrie... après presque 2 ans d'attente... Après avoir faillit y passer, faillit tout perdre et détruit sa famille... Mais on se rebâtira coûte que coûte... Merci de m'Avoir lu et si mon histoire ressemble à la vôtre j'aimerais connaître vos commentaires...

samyso
Messages : 1
Enregistré le : 20 oct. 2010, 03:34

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par samyso » 20 oct. 2010, 04:01

bonjour
je vis en france et je suis dépressive depuis 2002, mais ici on nous aide beaucoup.Je comprends la détresse de ton couple je suis en train d'y passer Je suis bipolaire et j'ai d'énorme saute d'humeur, c'est toute ma vie de couple qui en patie ainsi que mes enfants , j'en, suis tout a fait consciente mais la maladie est plus forte que tout . J'aurais peut etre un petit conseil a te donner c'est la thérapie de mon psychologue et si tu arrives a le faire crois moi ça fonctionne bien. Essaie d'aller dans une foret isolée et hurle le mal que tu as comme ça personne ne t'entends et ne te vois , tu pleures et tu cries, je le fais assez régulièrement et ça marche pas mal. j'ai une amie qui vit au québec qui est en grande détresse et quand je vois votre système de santé je suis écoeuré et me dis qu'il y aurait de quoi attaquer le gouvernement dans les tribunaux car ils vous laisse dans un total désarroi , aucune assurance maladie sérieuse chez vous ; des heures d'attente en hopitaux pour 15 minutes avec un soit disant psy, et une panoplie de médicaments souvent inéfficaces, moi j'ai la chance quand on veux ici on peux partir en clinique de soins. J'en reviens a ton époux, ne céde pas a toutes ses exigeances, secoue le de temps en temps mais avec modération, et pour ce qui est de la libido c'est un phénomène tout a fait normal on a jamais envie de rien , comme on se sous estime souvent dans cette maladie on est souvent au fond du trou et de temps a autres on survie. Prends soin de toi car avec ce que tu décris sur ta personne tu part direct dans une petite dépression, alors consulte dès que tu peux , mais malheureusement j'ai bien compris qu'au canada il faut avoir des dollars pour avoir un bon suivi bon courage a toi

denise1965
Messages : 7
Enregistré le : 20 oct. 2010, 02:05

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par denise1965 » 20 oct. 2010, 07:11

Merci Samyso!

Et oui c'est effectivement le cas... DES DOLLARS...c'est ce qu'il faut pour être traité ici... Pas d'argent pour un psy tu reste malade... Ou tu attends tellement longtemps pour en voir un au public que tu as le temps de mourir 100 fois... Je suis encore plus enragé de cette situation car on avait les sous avant pour qu'il soit traité mais maintenant non... Je sais que je ne vais pas bien... Je me sens partir dans mes idées noires... De toujours douter de lui aussi... ne sachant pas ce qui a causé ça et ce même s'il est revenu qu'est-ce qui me dit que sa passe HI ne reviendra pas encore une fois... Mais merci du fond du coeur de m'avoir lu je t'en suis reconnaissante et je te souhaite à toi et à ta famille de continuer de grandir et de vaincre ce mal qui te ronge... Personne ne mérite ça... Personne... Et tu crois que j'ai le goût d'entrer dans ce système de merde... Pour me penser que je serai traiter quand on ne m'accordera que quelques minutes pour expliquer un mal qui dure depuis des années... Non merci il existe des livres, des rencontres de toutes sortes... les AA tien... s'il le fallait mais je n'entrerai pas dans ce pattern médiocre en sachant qu'ils peuvent me détruire au lieu de m'aider... NON MERCI!!!! Bon courage à toi aussi!!!!

Avatar du membre
tee
Messages : 97
Enregistré le : 15 févr. 2010, 10:13

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par tee » 20 oct. 2010, 16:24

Je suis une personne bipolaire et si je devais faire une dépression, il faudrait qu'elle se passe sans anti-dépresseur. Je ne dis pas que ton conjoint est bipolaire car je ne suis pas un psy. Mais je sais que les anti-dépresseur aussi fort qu'effexor propulse beaucoup de personnes bipolaire en manie.

Une personne bipolaire consomme de l'alcool quand elle se sent exalté ou de la drogue quand elle se sent down. Est-ce que le psy que vous avez vu a questionné sur l'historique médicale de sa famille? Y a t-il de la dépression, des suicides ou de la maladie mentale dans sa famille (ça peut aller jusqu'au grand-père). Lorsque ça touche des grands-parents, il faut questionner beaucoup car souvent leur état a été caché.

Sur le site Revivre tu peux lire à propos de ce trouble des humeur. Je n'insinue pas connaitre ce que ton conjoint a, mais si je me fie au premier message que tu as écrit, je crois que cela pourrait être une possibilité. J'ai été diagnostiquée à 21 ans, je suis devenue stable à 29 ans et j'en ai maintenant 47...C'est une maladie traitable si la personne a de l'aide.

http://www.revivre.org/utilisateur/docu ... vre%29.pdf" onclick="window.open(this.href);return false;

Il y a un questionnaire que tu peux imprimer aussi. C'est dans le menu de la page d'accueil.

Bonne chance!

tee xoxox

denise1965
Messages : 7
Enregistré le : 20 oct. 2010, 02:05

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par denise1965 » 21 oct. 2010, 05:47

Et bien pour être franche entre les premières minutes d'un début de rencontre avec la première question du psy comment vous sentez-vous présentement et le moment ou il est sorti avec prescription... Pas de question sur les antécédents... Et j'ai un mal fou à faire comprendre à sa famille qui se montre assez distant et ne veulent pas comprendre qu'il est malade... Je ne peux pas obtenir de réponse tant qu'à cette question... Ce serait comme leur demander si ils me parleraient de leur vie sexuelle c'est tabou tous ça... Sa mère l'appelle occasionnellement pour lui demander: Si ça va mieux?... Elle s'imagine que c'est un bras cassé... Elle n'admet pas la maladie elle croit que ce n'est qu'une question de l'avoir dit et que maintenant il va bien... Il ne veut pas voir ses parents... ni ses soeurs, il s'est senti abandonné à un moment et l'a encore sur le coeur... L'an dernier lors d'un souper de famille, quand il a voulu en parler , nous étions séparé à ce moment... Son beau-frère lui a dit de se fermer la gueule et d'aller chier... De ne pas parler de ces choses là à la table familiale...Alors le mutisme c'est installé...

J'ai invité ses parents pour leur expliqué la situation... Mais ils ne veulent pas se rendre compte que leur garçon de 34 ans est malade psychologiquement et qu'il faut qu'il comprennent car c'est comprendre la maladie qui l'aidera... pas la renier...
Cette semaine (lundi) il a eu un rendez-vous téléphonique pour une première fois... Ça fait depuis janvier 2009 qu'il attend pour un suivi... Mais rien ne l'a satisfait car tout ce qu'on lui a dit c'est qu'il recevrait une lettre pour se faire dire qu'il sera sur une liste... Ce n'est jamais la même personne qui s'occupe de lui comment veux-tu qu'il sente du soutien ... Présentement il ne parle plus de suicide ou de ne plus être utile à cette vie... Mais comme j'ai compris que les épisodes peuvent changées du jour au lendemain, je ne sais simplement quand ça reviendra... Et pendant ce temps je m'épuise et déploie mes énergies à le comprendre et à m'adapter à son comportement, je suis attentives à ses émotions et je recherche un moyen de l'aider plus rapidement ... Car pendant ce temps la vie passe pour lui et pour moi... Et nous passons à côté d'une vie possible malgré la maladie comme vous en êtes la preuve que bien contrôlé il est possible de vivre... Mais vous savez avant que tout ça se passe, la maladie s'installait tranquillement, sournoisement, nous a fait passer par des épisodes assez Rock&Roll... Car il est de nature intense... Un travaillant acharné, un être qui vit 100% de ce qu'il exploite... De toutes les sphères de sa vie... Quand il fait du 4X4 c'est intense, quand il travaille c'est intense, s'il s'implique dans une activité il est intense.. Alors quand il est malade c'est intense... Alors au début c'était le cybersexe... Il a découvert les sites pornos... Je connais mon conjoint et ça duré près d'un an... Jusqu'au temps ou je lui ai dit de cesser ou je partais... Car ce n'est pas le cybersexe le problème... C'est toute les carences qui viennent avec... Plus d'intimité de couple... Des heures et des heures à passer devant l'ordi... Les mensonges etc... Et puis ça été le travaille, il ne pensait qu'à travailler... Mais il fallait que je sois toujours là... Au début je trouvais ça gratifiant, mais je me suis rendue compte qu'il ne voyait rien de ce qu'il fallait qui soit fait ailleurs... le ménage, la bouffe, à ce moment ma fille vivait toujours avec nous et avait besoin elle aussi de ma présence, allait bon train sur les insultes de ce que je n'arrivais pas à faire...... alors j'ai compris qu'il était sûrement très égoïste ou simplement malade... Je n'avais aucun droit à rien... Ni de parole ce que je disais n'était que pour lui nuire et que seulement lui savait comment faire... C'est le côté maladie qui a fini par faire sa sortie... Mais j'ai passé 3 ans à tout faire seule... Lui était comme une queue de veau partout mais n'arrivait pas à grand chose... à part de dormir à 7:00pm sur le divan ou chez des amis ou sur un banc de spectacle ou partout où il le voulait... Alors maintenant que le processus est et je l'espère commencé... après avoir passé des mois des années à me faire du souci à m'exaspéré de la situation avant de vivre la séparation et d'entrée dans un tourbillon extrême... Je en sais plus ou je pigerai l'énergie... Mais il y a le 2e souffle... La situation est telle qu'elle est et je ne peux qu'être présente et trouver des solutions à notre mauvaise passe... Je suis une femme très très positive et je viens d'une famille très pauvre mais avec du coeur au ventre... Ma mère est schizophrène depuis que j'ai 14 ans... j'en ai 45... Alors la maladie mentale est sûrement un karma auquel j'ai à apporté soutien aux atteints...Nous avons maintenant beaucoup de discussion sur le sujet mon conjoint et moi... Mais c'est toujours la même chose... Il me dit qu'il va mieux, qu'il angoisse de moins en moins le matin, que son cheminement du pardon va bien... Mais entre vous et moi... Rien n'avance... Il est encore dans le même pattern d'il y a 6 mois .... Car vient les moments de vérités... Le ton monte et ne veux rien entendre... Alors je prie pour que la lettre arrive au plus tôt et que le suivi s'amorce... Il y a longtemps que j'ai compris que les psy et cie ne comprenne pas grand chose au cerveau... La plus belle preuve est dans le fait qu'il fonctionne avec essaie et erreur dans la médication... Ce n'est pas à mon avis très rassurant... Mais avons nous le choix... Merci à vous M. de votre partage et j'apprécie votre honnêteté...

Avatar du membre
tee
Messages : 97
Enregistré le : 15 févr. 2010, 10:13

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par tee » 21 oct. 2010, 11:25

Peut-être que le moment, je crois qu'il est dépressif, est mal choisi pour le laisser. Est-ce qu'il a des idées morbides ces temps-ci? Parle t-il de la mort?

Danny
Messages : 23
Enregistré le : 04 oct. 2010, 19:52

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par Danny » 27 oct. 2010, 21:42

Bonsoir Denise,
Moi mon conjoint à été diagnostiqué Bipolaire à l'age de 40 ans.....Nous sommes en couple depuis 10 ans....Tout allais super bien... il y a 4 ans «PAF» Mon conjoint à eu un accident de voiture(dislocation de l'épaule et il a dû ce faire opéré) à partir de là le moral descend....une année plus tard son père décède, mon conjoint n'à pas règlé certaines choses avec son père, donc je vous dirais que depuis 3 ans c'est le désespoire!
Lui qui était fier comme un lion, maintenant ne fait plus du tout attention à son apparence, voit toujours tout négatif!
Il voit son psy et sa thérapeute 1 fois par semaine...la bonne chose c'Est que j'ai une belle communication avec eux. Il à été hospitalisé pendant 2 mois en Douglas (Montréal) Parce que notre médecin de famille lui avait prescrit de la morphine (une douleur au niveau de la hanche) Et ont ne prescrit aucun narcotique à un Bipolaire mais bon faut croire que le Doc ne le savait pas!!!!! Il à été dépendant de la morphine et à terminer à l'hosto 2 mois. Et pendant que lui était hospitalisé , moi je me faisait traiter pour une dépression majeure (travail + maison = épuisement totale!)
Mon conjoint prend environ par jours entre 20 et 25 pillules ...présentement son psy réduit sa médication. J'ai tout fait ....J'ai lu sur le sujet une personne ma conseillé ce site, présentement je fais des démarches pour de la luminothérapie pour mon conjoint. J'ai trouvé des endroit où ont peut avoir des sessions de «pulsar» si ont a pas les moyens de ce payer une vrai bonne lumière.
Son psy à déclarer mon conjoint invalide permanent, donc il ne sort plus, son centre de l'univers c'est moi! La semaine passée j'ai discuter avec sa thérapeute ...je trouvais que ça n'avait pas d'allure qu'il soit dans le brouillard depuis 3 ans maintenant. Elle ma expliqué que dans ma periode où j.ai moi-même été en arrêt de travail (2ans) Mon conjoint passait ses journées avec moi, mais que depuis mon retour aux études, il s'ennuyait...C'est eux qui l'ont forcé à s'inscrire à des groupes d'intégration sociale 3 jours semaines. La fin de semaine passé , pour la première fois en 3 ans je lui est dit que si ça continuait ainsi moi je partais, que oui son père était décèdé que c'Est triste mais ça fait 3 ans et j'ai perdu mon père donc je sais de quoi je parle! Qu'il n'avait que 52 ans mais qu'il agissait comme une personne de 72 ans!
Que de partir serait la manière facile de règler la crise, mais que je restais présentement parce que je vivais avec lui avant malgré sa maladie et il était très fonctionnel. Que je reste parce que j'ai espoir, mais qu'il doit faire des efforts. J'ai même dit à mon conjoint que je me suis inscrite à Revivre dans le but de comprendre encore mieux, mais que la médication faisait 60% de la job le 40% C'était à lui de le faire!
Il ma dit qu'il ferait tout pour revenir comme avant, je n'Est peut-être pas été gentille..je lui est répondu que je vais le croire quand je vais le voir!
Cette semaine je vois une amélioration, je vois qu'il fait des efforts, et je lui dit.
Il fait des trucs dans la maison et lorsque j'arrive de l'école je suis vigileante je remarque pour ensuite le remercié d'avoir fait des trucs dans la maison. Je n'attend pas qu'il me dise «T'as pas remarqué?»
Et je sais que le fait que je remarque avant même qu'il me le dise, que je le remerci lorsque j'arrive je sais que sa lui fait un p'tit velour. J'ai toujours espérance de retrouver l'homme avec qui je vivais avant la dégringolade, je sais que présentement mon homme n'est pas à son naturel, et qu'il ne le fait pas exprès, mais j'avoue que quelques fois j'ai moi aussi de la difficulté à dealer avec cette maladie. Et que dire de notre entourage ..ça aussi ce n'est pas évident...beaucoup de préjuger.
Mais bon l'important c'est notre couple, et maintenant je m'offre des espaces temps pour moi, pour décrocher parce que je ne veux pas retomber.
Lorsque je vous ai lu je me suis dis «my god je ne suis pas toute seule, y'a d'autres conjointes qui vivent cela»
Merci d'avoir raconter votre histoire, vous avez mis un baume sur mon coeur, parce que sincèrement je me croyais toute seule à vivre ça. Tout ceux qui me parlait avait comme phrase...«Je te lève mon chapeau parce que moi je serais pas capable»
Quelques fois ont à besoin de plus que cette phrase là.

Golfeur
Messages : 29
Enregistré le : 15 févr. 2010, 11:25

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par Golfeur » 23 nov. 2010, 23:49

J'arrive tard dans ton histoire.

Je m'en excuse. J'ai été longtemps absent. En fait, j'ai fait une dépression. La maladie bipolaire est familiale en ce sens qu'elle draine l'entourage et finit parfois à avoir des conséquences pour la santé du conjoint et des enfants.

Bon. C'est comme ça. Le bipolaire commet des gestes comme ceux que tu as décrits. C'est le premier malheureux quand la manie le quitte et qu'il constate les dégâts qu'il a causés autour de lui.

Mais il y a de l'espoir. Tu as bien réagi. Tu as pris soin de toi. C'était le geste à poser. La maladie ne doit pas s'étendre et faire vivre des mauvais passages aux autres.

Facile à dire. Moi aussi, je me suis fait pogner. Ça fait un temps. On retombe tous sur nos pattes et on a ensuite assez de vécu et d'expérience pour ne plus commettre les mêmes erreurs.

La personne atteinte, dans mon cas c'est ma femme, est disciplinée et prend ses médicaments. Elle est maintenant équilibrée depuis un an et demi. Mes enfants ont éprouvé des problèmes parce que notre maison était devenue pour le moins invivable pour eux. C'est en voie de se régler, ça aussi.

À compter de maintenant, on sait tous quelles ressources nous devons aller chercher quand ça commence à tourner mal. On limite les dégâts pour tous assez rapidement et on revient à l'équilibre.

L'entourage de la personne bipolaire doit faire du travail pour se renseigner sur la maladie et pour se protéger contre elle. C'est pas toujours idéal, mais ça marche.

Je te félicite de penser à toi. Tu évites de te rendre malade et malheureuse, ce qui empirerait la situation pour tous.

On ramasse les pots cassés et on se remet à la recherche du bien-être. Il y a des hauts et des bas mais, comme on sait mieux s'y prendre, et que les charges émotives sont moins importantes quand on est renseignés, et qu'on se parle, on peut reprendre une vie normale, fermer la parenthèse qu'est le mauvais passage et revenir au bonheur.

Le prix à payer, c'est les effets secondaires des médicaments que prend la personne bipolaire. Ils la stabilisent, mais transforment sa vie en la rendant plus "ordinaire" et la font dormir plus que la moyenne des gens. Ça lui vole du temps, mais c'est plus agréable que les dépressions bipolaires et les manies. Ça s'appelle l'équilibre et c'est drôlement plus vivable que les crises.

Bravo et persiste.

positifpower
Messages : 9
Enregistré le : 01 déc. 2010, 12:47

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par positifpower » 02 déc. 2010, 12:34

Félicitation je suis un homme de 44 ans et je sais tres bien c est quoi la vie avec conjoint.La quete de l équilibre qui dise .je me suis reconnu un peu dans tout ca mais heureusement je dort plus que la normal.
merci encore

mariejop
Messages : 8
Enregistré le : 07 janv. 2011, 10:24

Re: Conjointe d'un bi-polaire

Message par mariejop » 07 janv. 2011, 10:37

Je suis aussi la conjointe d'un homme bi-polaire, parfois il le crois mais le plus souvent m'accuse de lui faire prendre des médicaments et que c'est moi qui est folle.

La vie est de plus en plus difficile, j'ai 2 ados par chance assez facile mais qui tente de lui tenir tête parfois et lorsque cela se produit c'est la guerre, ma fille (17 ans) pleure depuis 2 jours parce qu'elle veut se teindre les cheveux noirs et il ne veut pas...

Nous avons aussi 2 bébés 3 et 4 ans, parfois ça va très bien et d'autres jours j'ai peur de quitte la maison pour aller travaillé.

Les 3 premiers mois qui a commencer le lithium tout allait pour le mieux, je pensais vivre avec un nouvel homme... mais depuis quelques mois, une journée sur 2 c'est difficile. Est-ce normal malgré la prise de médicaments (lithium et anti-dépresseur) et il fait ses tests sanguins donc la médication est ajustés.

Je suis un peu a bout de ressources. Je sais que personne ne peut m'apporter de solutions gagnante mais seulement de savoir que quelqu'un a quelque part vit la même chose que moi m'encourage.

Bonne journée et bonne dose de courage a tout ceux et celles qui partage la vie, parfois troublante, de gens bipolaire :cry:

Répondre