Moment de grande lassitude ici.

Pour les familles et les amis d'une personne atteinte de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires
Répondre
Pinball
Messages : 11
Enregistré le : 13 janv. 2011, 17:28

Moment de grande lassitude ici.

Message par Pinball » 28 janv. 2011, 10:57

Ouf, moment de grande lassitude ici.

Mon mari est diagnostiqué Bipo type 2 profil atypique en cycle ultra-rapide avec épisodes mixtes.
Pas stabilisable depuis plus de deux ans.
Il n'a même pas encore eu de fin de semaine de répit relax ni rien.
Il passe de hypo en mixte en dépression à mixte en hypo à mixte, etc.
Plein d'essais médicaments, plein de dosages, plein de combinaisons, rien de concluant encore.
C'est compliqué, c'est atypique, il y a un problème d'alcool dans le portrait, c'est une patate chaude que tout bon professionnel essaie d'éviter.

Nous venons de rencontrer le psychiatre ensemble pour faire le point sur le dernier essais d'une baisse de médicament.
Résultat: retour aux anciens dosages en raison d'une brutale et spectaculaire montée en hypo qui a viré en épisode mixte aïgu et occasionné une malheureuse rechute d'alcool qui l'a mené dans le fond du baril dans le temps de le dire.
Comme d'habitude mais amplifié, plus fort, qu'il ne peut pas gérer what-so-ever.
Trois semaines de dérapage avec dégâts miminal: un accident sans blessure et la voiture au garage.
Je suis, disons, décoiffée.
On n'avait pas eu de mini-crise comme ça depuis juillet passé et j'ai perdu l'habitude.
C'est on ne peut plus éclairant quant à l'utilité du médicament avec lequel ils ont fait un test.

Le psychiatre a l'air tanné.
Il a dit qu'il ne peut pas comprendre ni d'évaluer qu'est-ce qui fait quoi tant que les siestes ne sont pas éliminées et que le cycle de sommeil n'est pas stabilisé et que l'horaire quotidien n'est pas actif et régulé.
On a l'impression que si mon mari disait "j'arrête tous les médicaments" il dirait oui, ok, whatever, on se revoit dans deux mois.

Retour à l'impasse de l'oeuf ou la poule.
Les meds qui fonctionnent pas limite le retour à un rythme de vie plus structuré qui permettrait l'évaluation de la médication.

Quelque chose dans son cocktail actuel l'assome complètement et la sédation est sévère.
Dans le sens qu'on est sur l'autoroute et qu'il prend soudainement l'accottement et me dit qu'il doit dormir maintenant et s'endort, comme s'il venait de prendre un puissant somnifère.
Il a un mauvais sommeil entrecoupé et agité mais dort au final 14-16 heures par jour.
Éliminer les siestes à tous les jours est présentement insurmontable.

Et il est en épisode bipolaire perpétuel en cycle rapide. Bordel! Il est usé.
Çà veut dire vraiment beaucoup de difficulté à suivre ce qui se passe de semaine en semaine, peu de mémoire à court terme, désorienté dans le temps, pas de concentration, de la misère à s'exprimer et à penser clairement, pas capable de chose simples comme lire, ne peut pas conduire tout le temps parce que des fois il est trop dangereux.

Mais comment est-ce qu'il peut, sérieusement, établir une routine quotidienne d'activités tout seul à la maison dans cet état?
Çà me dépasse.

Sa priorité c'est la prise des médicaments et son journal de l'humeur et ne pas trop détruire la maison, les voitures et ses finances précaires.
Il fait des efforts pénibles pour rétablir son sommeil et la routine suivante: se brosser les dents, se laver et se faire à manger au moins une fois par jour sans exception.
S'il s'écoutait il est soit trop à terre ou trop excité/éparpillé ou trop figé en mixte pour penser à çà.

Comble de malheurs, sa psychologue qu'il voit depuis un an lui a déclaré qu'ils vont faire une pause de quelques mois parce qu'il n'a pas les capacité de s'engager dans un processus thérapeutique.
Non, vraiment ?
Elle vient-tu juste de s'en rendre compte ?

Oh boy.
On n'est pas sorti du bois.

Pojac
Messages : 1
Enregistré le : 03 janv. 2011, 21:37

Re: Moment de grande lassitude ici.

Message par Pojac » 31 janv. 2011, 20:23

Bonjour Pinball, toi et ton mari n'avez pas la vie facile. Je vous souhaite bon courage a tout les deux. La seule suggestion a laquelle je pense, c'est AA. pour ton mari.
En plus de devenir sobre il rencontrait peut-être des gens comme lui. Y a pas de mal a essayer.

Pour ma part je suis déprimé depuis plusieurs, plusieurs années . J'ai commencer par soigner ma déprime avec l'alcool mais ce ne fut pas trop brillant. J'ai arrêter de boire il y a environ 14 ans. Je prends toujours ma médication et c'est vivable. Comme je suis a ma retraite et que je vis seul, je n'ai pas trop de stress mais je souffre un peu de solitude.

J'espère que la situation va s'améliorer.

Pinball
Messages : 11
Enregistré le : 13 janv. 2011, 17:28

Re: Moment de grande lassitude ici.

Message par Pinball » 02 févr. 2011, 15:53

Merci pour les encouragements projac.
Çà va aller. Il n'y a pas vraiment d'autre option. :D

Oui des solutions y'en a des tonnes, c'est pas les idées qui manquent!
Le problème c'est que la situation est non-stabilisée et hautement volatile.
La médication n'est pas encore ajustée et ne fonctionne pas comme elle le devrait.
Une série d'épisodes bipolaires perpétuelle, un état de crise permanente - je n'ai pas d'autre mots pour décrire ce qui se passe.

Comment mettre en oeuvre quelque solutions que ce soit de manière continue ou durable dans ces conditions ?
En ce moment c'est la faisabilité qui ne tient pas la route à moyen-terme.
Une solution ok pendant une ou deux semaines devient inappropriée la semaine d'après.
Aller dans un groupe de soutien après 6 jours dans un état mixte insupportable qui menace de décoller en hypomanie franche c'est pas l'idée du siècle.
Par contre çà égaye un peu après 4 jours en dépression profonde au point d'avoir de la misère à se brosser les dents.

Faut sauter d'une stratégie à l'autre, d'une initiative à l'autre, d'un intervenant à l'autre, d'une priorité à l'autre.
La tactique des petits pas mais dans tous les sens.
Faut faire des allez-retour en alcoologie, en psychiatrie, en psychothérapie, en ergothérapie, en suivi psychosocial, en conditionnement physique, en alimentation, etc.
C'est le même principe pour à peu près partout.
Pas encore assez stable pour suivre des traitements.

Soupirs.

Répondre