la vie...

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Répondre
ZigZag900
Messages : 156
Enregistré le : 15 nov. 2015, 23:07

la vie...

Message par ZigZag900 » 16 juil. 2018, 20:33

À travers toutes ces années, j’ai enfin compris une chose : on ne peut compter que sur nous-même. Les gens vont mal. On a tendance à s’isoler, à se refermer sur nous même, à ne pas comprendre ce qui nous arrive et à se poser des questions existentielles dont personne ne se pose. Ou presque. Le mal être que nous ressentons est tellement difficile à expliquer. Les émotions s’entremêlent et le mal de vivre continue d’augmenter en intensité. Pourtant, on essaie par tous les moyens de faire comprendre aux gens autour de nous ce qu’on ressent vraiment et de leur expliquer les raisons de notre mal être, mais comment les gens peuvent-ils nous comprendre alors qu’on ne se comprend même pas nous-même? Les gens nous posent des questions, nous demandent comment ça va… Au fond, ce ne sont que des questions piègent, car on ne s’est jamais quoi répondre. Soit oui, soit non, mais de toute évidence en répondant oui, ce n’est que de leur mentir. On a qu’à se mettre un sourire au visage et tout le monde croit qu’on va bien, alors que c’est complètement faux. Après un certain temps, on finit par craquer, car la douleur est trop forte. Certains vont céder à la drogue, d’autres à l’alcool ou bien à l’automutilation… Au finale, ce sont tous des moyens d’autodestruction. Heureusement, certains réussissent à ne pas tomber dans ces tentations, mais d’autres ne sont pas capable d’y résister. C’est plus fort qu’eux. On ne souhaite pas nécessairement en parler, car lorsqu’on en parle, les gens pensent qu’on veut attirer leur attention alors que ce n’est qu’un moyen malsain de faire passer et diminuer nos émotions. Plus tu t’enfonces dans ta souffrance, moins que tu te sens bien. Les symptômes dépressifs continuent de s’accumuler et les idées suicidaires commencent à t’envahir de plus en plus. Tu voudrais tellement t’en débarrasser, mais dès qu’elles entrent dans ta tête, c’est très difficile de les faire partir. Elles t’envahissent tellement que tu ne fais que penser à ça. Penser à t’enlever la vie. Mettre fin à tes jours. Te libérer enfin de toutes ces souffrances.

Tu cherches de l’aide. Tu penses que tu es bien entourée jusqu’au jour où que tu te retrouves seul face à ta souffrance. Pourtant, tes amies sont là. Tes parents. Prête à t’écoute et à t’aider du mieux qu’ils peuvent. Ils te conseillent de consulter un médecin, car ils trouvent tes agissements et tes comportements anormaux. Après avoir pris un rendez-vous chez le médecin, tu sors de là avec un diagnostic, un mot qui permet de mieux comprendre les différents symptômes que tu vies au quotidien. Pendant qu’on te propose une médication adéquate, ta souffrance continue de s’empirer. Tes idées suicidaires se concrétisent. Tu cherches de l’aide. Entre les rendez-vous avec les différents professionnels, les rencontres au CLSC et les visites à l’hôpital, tu te rends compte que tu es la seule personne à pouvoir te venir en aide. Pourtant, tu cherches encore à te confier et à vider ton sac à toutes ces personnes qui semblent vouloir réellement t’aider, qui se soucient de toi et qui s’inquiètent lorsqu’ils n’ont pas de tes nouvelles. Tu leur fait confiance en leur racontant comment tu sens. Seulement, leur écoute semble ne pas être suffisante. Tu te présentes à l’urgence de l’hôpital en espérant qu’ils aient la solution miracle qui règleras tous tes problèmes, mais tu sais très bien que ça n’arriveras pas. Ils te proposent différents services, mais à la longue, tu te rends compte que les services proposés sont les mêmes chaque fois. Alors, tu décides de ne plus aller chercher de l’aide, de laisser les choses aller, de continuer à accumuler. Tu finis par te laisser mourir… Finalement, il arrivera ce qu'il arrivera...

skyhight43
Messages : 415
Enregistré le : 20 oct. 2017, 12:54

Re: la vie...

Message par skyhight43 » 17 juil. 2018, 07:12

J'entend ta peine et ton impuissance et ce que tu écrit m'interpelle au plus haut point car j'étais là il y a peux de temps. Ne laisse pas tomber il y a quelques choses ou quelqu'un qui va faire la différence dans ta vie mais tu as raison la personne primordial ses toi ses ta façon de voir les choses qui t'aideront. J'aimerais tellement avoir les mots pour te conforté mais je suis pas bonne la dedans j'ai encore les même difficulté que toi malgré que je trouve que tu parle vraiment bien. Mais je sais une chose ses de ne pas lâcher y a toujours de l'espoir. Accroche toi à se qui te tiens le plus à coeur. Fais toi des petite douceurs prend du temps pour toi.
Le voyage est un retour vers l'essentiel.
Proverbe tibétain

Avatar du membre
3.14R
Messages : 914
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: la vie...

Message par 3.14R » 17 juil. 2018, 09:50

ZigZag900 a écrit :
16 juil. 2018, 20:33
Finalement, il arrivera ce qu'il arrivera...
Bonjour ZigZag900,

C'est l'histoire de toute une vie résumée là. J'aime beaucoup ce que tu décris mais j'aurais préféré que tu écrives au JE. Cela responsabilise et garde une perspective intimiste qui nous ressemble plus. :)

Aussi, pourquoi cet urgent besoin d'être compris? Se comprendre soi même n'est il pas suffisant? N'est ce pas assez exigeant? En fait n'est ce pas cela qui compte? Personnellement je m'en fout pas mal d'être compris, je me comprends difficilement alors d'être compris par quelqu'un c'est du surplus pour moi. Je travaille chaque jour à mieux me comprendre. Je ne me mets pas à dos de convaincre quelqu'un de ce que je suis comme ceci ou comme cela et le lendemain étant différent je passe pour un débile d'avoir changé (quel personnage farfelu que celui là, il change constamment...) d'idée ou d'opinion. Non, je suis mon propre juge. C'est suffisant. Les relations avec les autres je suis pas friand. J'essaye d'en avoir après des années de solitude mais je ne vais pas tomber dans le piège d'être compris. J'évite ainsi bien des tourments. Est-ce de la fuite? Peut être mais je me trouve mieux dans ma peau depuis que je me contente de me comprendre moi même.

C'était juste un partage sur l'idée d'être compris à tout prix.

L'autre chose c'est que oui, si on laisse, si on laisse les pensées suicidaires faire leur nid en nous c'est mal barré pour la paix intérieure. Il y a un combat de tous les instants qui s'installe en soi quand il s'agit des pensées suicidaires. Je ne considère pas qu'on est responsable des ces pensées. Elles entrent en nous et on y peut rien mais je considère qu'on est responsable de ce qu'on fait avec. Les accepte t on? Les laissons nous se développer en scénario morbides ou bien les rejetons nous violemment hors de notre domaine? Perso j'ai choisi mon camps. Quand elles entrent en moi je les chasse. C'est épuisant mais je ne me laisserai pas faire. Tu peux lutter toi aussi. Cette force que l'on déploie à chasser les idées noires se transforme en espoir et l'espoir se transforme en éclat de lumière. Essayes tu verras. Faut pas lâcher. Le combat est à ta mesure. Tu vas y arriver.

Reviens jaser :)

ZigZag900
Messages : 156
Enregistré le : 15 nov. 2015, 23:07

Re: la vie...

Message par ZigZag900 » 19 juil. 2018, 19:48

Habituellement, je parle au JE, mais ça la sortie comme ça cette fois-ci.

Pour répondre à ta question, je ressens le besoin d'être comprise parce que lorsque je ne me sens pas bien, soit que je m'isole, soit que je discute avec un ami. Et lorsque je discute avec un ami et que je ne me sens pas comprise, je me sens encore moins bien. J'aimerais que les gens autour de moi comprennent comment je me sens. Au moins, ils arrêteraient de me juger. Certaines personnes me réussissent à me comprendre puisqu'ils vivent sensiblement les mêmes choses que moi alors je suis plus porté à leur parler de moi. Aussi, je trouve que ça fait du bien et que ça soulage de savoir qu'au moins une personne nous comprend et qui réalise à quel point je ne me sens pas bien. ¸

De mon côté, je suis incapable de chasser mes idées suicidaires. Pourtant, j'ai tellement essayé, mais là j'ai vraiment de la difficulté. Je ressens tellement d'anxiété par rapport à mes idées suicidaires. J'ai peur de passer à l'acte mais en même temps non. Ce qui me stressent le plus, ce n'est pas de passer à l'acte. Non. Ce qui me stressent le plus, c'est de passer à l'acte et de me rater, car je n'ai plus envie de vire. Mon plus grand souhait en ce moment, ce n'est pas de me sentir mieux, mais de mourir... Je suis juste tannée de vivre. Mes idées suicidaires sont tellement intenses que je ne sais même plus comment les chasser et penser à autre chose. C'est trop difficile. Je veux tout abandonner. Je trouve ça inutile de mettre des efforts et de l'énergie dans quelque chose qu'on ne veut pas au départ. Je n'y arrive juste pas. J'en peux plus... Je veux mourir...

Avatar du membre
3.14R
Messages : 914
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: la vie...

Message par 3.14R » 20 juil. 2018, 08:33

ZigZag900,

je comprends très bien de quoi tu parles. J'ai été habité par des idées suicidaires et contre ma volonté, une partie de moi a résisté au massacre. Trois fois un an mais la dernière expérience était de trop, peu utile à mon développement personnel, haha. Pour survivre je me suis accordé à une force supérieure qui était en moi, mon être veut vivre lui. Même si ma sti de tête veux pas. Mon être veut. Et je l'ai écouté la preuve, je suis encore là. Et il a tenu ses promesses (mon être) que ce n'était que temporaire.

Il y a DES forces en actions. Pas qu'une, pas que celle du suicide. La force du vivant veut guérir et etre heureuse, elle veut s'épanouir envers et contre tous. Contre tout. On doit lui porter attention car c'est elle qui nous fait avancer d'un pas à la fois. D'un instant à l'autre. Et on y gagne au change un moment donné. On se surprend à avoir une seconde de répit, de calme, de silence et de bonté. Ça arrive à chaque jour malgré les ténèbres. On doit porter attention à ces moments fugaces de grâce. Ils sont témoins que nos états dépressifs ne sont pas les maîtres de notre vie. Il ne faut pas se soumettre à la tentation de la mort prématuré. Nous avons une responsabilité dans notre rapport au vivant. L'assumer nous rend plus fort et plus résilient. C'est une attitude, pas une croyance, pas une religion, une attitude. Choisir le vivant et non le putréfié. Choisir la vie nous incite à faire comme TOUT ce qui est vivant sur la terre: lutter.

Apprendre à relaxer, respirer profondément, se détendre, apprendre la détermination à vivre coûte que coûte, vivre à tout prix, voilà à quoi ça sert le TOUT ou RIEN. J'ai choisi le tout, pas le rien. La lumière pas les ténèbres. Le combat pas l'abandon. Un instant puis un autre, et encore un autre on tricote le fil de nos vie avec les forces qui nous habitent. Pas avec celles d'un autre. Avec nos propres forces, nos propres faiblesses, la voie est sous NOS pas.

Je t'encourage à cheminer malgré l'incompréhension des gens. Tant mieux si tu en as de la compréhension, je ne dis pas que c'est inutile, je dis que tu peux avancer malgré l'incompréhension. Tu es au volant de ton propre véhicule. C'est toi qui décide. Je t'invite à réfléchir au fait que la dépression est un état comme un autre et en ce sens c'est temporaire. Comme le bonheur. À la fin d'une journée tu accumules le total de tes secondes de malheur versus tes secondes de bonheur et jour après jour tu tentes d'inverser les valeurs. Un peu de bonheur dans beaucoup de malheur OU un peu de malheur dans beaucoup de bonheur. On VISE un peu de malheur dans beaucoup de bonheur mais on atteins pas toujours ça. Mais ça demeure un objectif louable.

Prends soin de toi ZigZag900, ici il y a des gens qui te comprennent.
Même si je ne suis pas d'accord avec tes pensées suicidaire je te comprends.
Sois bonne envers toi même, prends soin de ton corps, ton âme y habite.

Avatar du membre
3.14R
Messages : 914
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: la vie...

Message par 3.14R » 20 juil. 2018, 17:32

Je ne suis pas d'un grand secours si je ne te suggère pas de faire appel à un médecin spécialisé si tu crois utile d'avoir un support médical. Il n'y a pas de honte. Aussi la ligne téléphonique de Revivre et son adresse courriel (que je n'ai pas par coeur mais qu'on doit trouver sur le site ici)
Et suicide action Montréal aussi.

Je t'envoie plein de pensées positives pour que tu ailles mieux. Ne serait-ce qu'un peu :)

ZigZag900
Messages : 156
Enregistré le : 15 nov. 2015, 23:07

Re: la vie...

Message par ZigZag900 » 23 juil. 2018, 21:25

Merci pour tes encouragements

En ce moment, je ne sais pas quoi faire... J'en peut vraiment plus....

Avatar du membre
3.14R
Messages : 914
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: la vie...

Message par 3.14R » 24 juil. 2018, 07:22

ZigZag900 a écrit :
23 juil. 2018, 21:25
En ce moment, je ne sais pas quoi faire... J'en peut vraiment plus....
Appelles la ligne de soutien de Revivre au moins...
Ne te laisse pas aller...
3.14R a écrit :
20 juil. 2018, 17:32
Je ne suis pas d'un grand secours si je ne te suggère pas de faire appel à un médecin spécialisé si tu crois utile d'avoir un support médical. Il n'y a pas de honte. Aussi la ligne téléphonique de Revivre et son adresse courriel (que je n'ai pas par coeur mais qu'on doit trouver sur le site ici)
Et suicide action Montréal aussi.
REVIVRE: 866 (738-4873) Disponible sans frais partout au Canada, du lundi au vendredi de 9 h à 17 h

Écrire à un intervenant
revivre@revivre.org

Prends bien soin de toi, allez, va chercher de l'aide, tu en as besoin :)

Répondre