Idées suicidaires

Dépression majeure - Dépression saisonnière - Dépression post-partum - Dysthymie
Répondre
okbye
Messages : 4
Enregistré le : 02 oct. 2018, 14:02

Idées suicidaires

Message par okbye »

Bonjour,

Je suis une maman séparée de 30 ans. J'ai eu un diagnostique de dépression majeure à l'automne 2017 et malgré la médication je ne vois pas d'amélioration flagrante à mon état. J'ai commencé par Effexor suivi de citalopram et maintenant je prend Wellbutrin 150 mg. Ça été très difficile pour moi de me résigner à prendre de la médication pour tenter d'améliorer ma santé. J'ai rencontré des coachs de vie, psychothérapeutes et en ce moment je vois une psychologue. J'ai vécu plusieurs traumatisme à l'enfance qui font de moi de fille très insécure au niveau affectif, le tout a émergé après ma séparation où en plus de cela j'ai commencé à devenir très angoissée. Aussi, mon fils a eu un diagnostique d'autisme tout juste après ma séparation. J'essaie de rester active, de lire, de me rationaliser, de penser positivement, je me suis acheté un chien pour quand mes enfants partent chez leur père. Ça reste que j'ai peu d'amis et que j'ai coupé les ponts avec ma famille puisqu'elle était nocive pour ma santé mentale (jugements sans cesse, négativité).

Au plan amoureux, je fais des rencontres mais je ne suis pas capable de tomber amoureuse et de faire confiance, je rejette tout le monde autour de moi. Et ce qui m'inquiètes le plus et qui fait le but de ce post, c'est que depuis le début, mes idées suicidaires ne sont jamais parties, je trouve le monde dans lequel on vit dégueulasse et hypocrite, j'ai peur que ces idées suicidaires me suivent toute ma vie. Est-ce parce que la médication n'est pas assez forte ? J'ai l'impression de tout faire pour m'aider...Ce n'est pas des plans de passage à l'acte mais plus comme si je me disais que c'est foutu, que ce monde va rester dégeulasse et que jamais je ne vais m'en sortir et que je suis aussi bien d'en finir ! Je me sens coupable d'avoir ces pensées, j'aime tellement mes enfants, je ne peux pas mourir. Seulement, je suis fatiguée de me battre :|
Lorie2015
Messages : 25
Enregistré le : 13 févr. 2017, 18:17

Re: Idées suicidaires

Message par Lorie2015 »

Bonjour Okbye,
D'abord, sache que c'est une belle force d'être capable de mettre en mots ce que tu ressens à l'intérieur. Moi-même vivant une dépression (depuis le printemps 2016), je m'y reconnais. Tu fais bien de t'écouter en prenant une certaine distance des personnes qui n'ont pas la même réceptivité ou qui t'apportent davantage d'anxiété. Entoure-toi des personnes qui te font du bien, tes enfants sont ta plus grande fierté comme tu nommes. Pour ma part, ce sont mes neveux et filleule qui m'apportent du réconfort de par leurs sourire, accolades, etc. Est-ce que tu revois ton médecin prochainement ? J'ai un rdv jeudi, peut-être moi-même me recommandera-t-elle d'ajuster la médication. Je vois que tu as déjà pris du Cipralex, je suis à 20 mg depuis plus d'un an.

Ton msg est fort touchant et jpeux tellement comprendre ce que tu ressens, de l'autoculpabilisation, les pensées qui viennent et repartent. On est très dur avec soi-meme, pour ma part la bienveillance et compassion envers moi-même sont difficile à se rappeler.

N'hésite pas à m'écrire si tu souhaites parler. Prends bien soin de toi.
okbye
Messages : 4
Enregistré le : 02 oct. 2018, 14:02

Re: Idées suicidaires

Message par okbye »

Merci pour tes mots, oui je revois mon médecin dans moins de deux semaines pour possiblement ajuster à 300 mg mon Wellbutrin. Peut être que c'est la diminution des journées ensoleillées qui nous rentrent dedans. Faut arrêter de se culpabiliser pour tout, t'as bien raison. J'imagine que c'est un passage obligé pour affronter mes propres démons et que la lumière va apparaître bientôt au bout du chemin !

Merci et bonne chance à toi aussi
Lorie2015
Messages : 25
Enregistré le : 13 févr. 2017, 18:17

Re: Idées suicidaires

Message par Lorie2015 »

En effet, le manque de soleil joue pour bcp sur le moral. Au niveau de la médication, est-ce qu'il arrive d'en oublier ? Ça déstabilise aussi (etourdissements, pensées, etc.). C'est comme être en sevrage. Comme tu nommais, les gens qui ne comprennent pas ta situation ou jugent, c'est un autre élément qui rend le rétablissement plus difficile. J'ai de la misère à me le rappeler, mais n'oublie pas que c'est en écoutant ton propre rythme, en te confiant aux gens qui te respectent, professionnels, que chacun de tes pas te rapprocheront de la guérison. C'est un grand pas de franchi de s'affirmer, de suivre la route qui nous inspire et non pas celle que les autres voudraient. Tu ne peux que devenir encore plus forte en passant par le désert. Tous les traces que tu laissent derrière, te rapprocheront d'où tu dois te trouver.

On continue ! Prends bien soin de toi aussi.
Répondre