C’est tout mélangé

(maniaco-dépression)
Répondre
Suegag
Messages : 128
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

C’est tout mélangé

Message par Suegag » 02 mai 2019, 13:55

C’est tout mélangé.

Les idées n’arrêtent pas, des idées de projets et de trucs à ne pas oublier. Ça me prend du temps à m’endormir à cause de ça, genre 2 heures après ma médication. Je dors sans jamais me réveiller, et ça prend des fois ma fille qui me met une glace dans le dos pour y arriver.

Je traîne une fatigue constante avec un coup de barre vers 2 heures. Hier, j’étais anxieuse +++. J’avais rv chez le médecin du travail pour mon assurance. J’arrive là, je suis irritable, je pleure, je suis fâchée. Le md m’écoute avec un sourire de joker, il comprend tout croche, il me fait la leçon d’une manière qui me fait penser qu’il ne comprend rien à rien. Dans l’auto, je plante mes ongles dans ma main, je serre la mâchoire, je m’arrache la peau des doigts, je voudrais tellement que tout s’arrête. Le soir, au couché des enfants qui n’écoutent pas ENCORE, qui s’amuse en rigolant à gorge déployée, qui n’entendent pas mes consignes, comme d’habitude, je pète une coche comme jamais. J’épargne les détails mais je précise que ce n’est pas un cas de dpj parce que ça n’arrive jamais et je ne leur ai pas fait mal physiquement. J’ai haussé le ton, j’ai pleuré et j’ai bardassé, genre intense mais sans rien briser. J’ai honte. Ils donnent un sens à ma vie et c’est pas mal la seule affaire qui fait cet effet. Je les aiment de tout mon cœur. Je ne veux plus que ça arrive. Je voudrais revenir en arrière.

Dans mes journée « normales », je me sens comme une poule pas de tête. Je parle sans arrêt, à mon chum ou dans ma tête, pour moi-même. Je vais un peu dans tous les sens, j’ai de la misère à estimer le temps, donc retard, j’oublie tout ce que je n’écris pas, mais je ne me souviens pas où j’ai écrit, donc oublis de rendez-vous, dont un qui va me couter 40$, je met mes trucs n’importe où sans m’en rendre compte, j’ai perdu cartes de crédit et cellulaire, je cherche constamment mes affaires. Pas de concentration, j’avance à 100 milles à l’heure, pas capable de m’arrêter, agitée, pas capable d’arrêter de bouger en étant épuisée et avec un air bête, ça m’énerve, d’habitude je suis souriante ou je peux m’efforcer d’être neutre. Je suis obsédée par mon état que je scrute à la seconde, pour le décrire, pour qu’on me comprenne, pour qu’on me traite, pour arriver à prendre conscience de ce qui se passe, pour m’adapter, m’ajuster, me réguler, m’arrêter, finir pas trouver la paix. J’écris ces mots et j’ai les larmes aux yeux de réaliser à quel point c’est difficile. Le md du travail avait pleins de trucs insignifiants pour m’aider. Comme si je n’avais pas essayé. Les stratégies, les outils, les astuces, je les oublie.

Je n’arrive à rien ou j’y arrive avec beaucoup d’efforts conscients. Les autres m’énervent, sauf mes enfants, je suis même indifférente face à mes amis. Ils s’ennuient, pas moi. Je pourrais très bien m’en passer. Je fais des efforts pour ne pas les perdre, pour quand je vais tenir à eux à nouveau. Ce n’est pas normal. Je me méfie de moi, j’essai au mieux de limiter les dégâts, j’ai beaucoup de ressources, une chance. Avant de tomber malade, je ne les sentais plus mes émotions, j’étais sur le pilote automatique. Là, je les sens toutes en même temps. Ça m’épuise.

Et tout ça, ça change au fil du temps qui passe, ce temps qui m’échappe, que je ne perçois pas avant que ce soit fini, avant que je réalise qu’il ne me reste plus de temps et que ce qui est laissé en chantier a semé le chaos plutôt que l’ordre. En écrivant ces mots , je me sens seule au monde, seule avec le mal. Tous ces symptômes qui viennent, qui partent, dans des combinaisons infinies. Je suis vraiment détraquée. Le md du travail me disait hier que j’allais mieux qu’en janvier. C’est vrai, mais c’est autre chose. C’est vraiment difficile.

Je suis une hypomaniaque déprimée à évolution lente et entrecoupée de moment de rétablissement. C’est mon constat. J’ai comme une succession de maladies. Inapte au travail, durée indéterminée. Le md du travail me disait hier que j’étais consciente de ma maladie et que c’était bon point de départ. Alors il est là le point de départ, 1 an 3 mois après la chute. Anyway, il doit ben savoir que je ne peux pas travailler parce qu’il me laisse en congé.

Je suis mère de 2 enfants de 5 et 8 ans. C’est pour eux que je m’accroche. Ok, j’arrête d’écrire, je n’arrive pas à conclure.

.
Modifié en dernier par Suegag le 08 mai 2019, 11:00, modifié 1 fois.

SACHA
Messages : 2626
Enregistré le : 11 mars 2014, 12:54
Localisation : Gatineau

Re: C’est tout mélangé

Message par SACHA » 02 mai 2019, 14:21

pauvre toi.. tu vis un moment intense..

ça fait longtemps que tu n'es pas aller voir ton psy pour une révision de tes médicaments.. peut-être aurais tu besoin d'un ajustement.. ce que je lis de ce que tu as écrit.. me porte à croire que tu es en hypo..

pour tes enfants...inquiete toi pas.. on pete tous une coche de tant en tant..mes enfants ont 22 ans.. une est parti de la maison et l'autre encore pour un bout car elle est à l'université et il m'arrive de sauter une coche car mademoiselle s'est pas ramassé ou pas fait sa part de ménage.. c'est normal qu'elle aie des tâches.. elle est nourrit et logé et cellulaire payé..donc quand elle fait pas sa part..et après demande et qu'elle rouspette.. m'arrive de sauter ma coche..

soit pas trop dure avec toi.. et prend soin de toi.. tu as eu ton congé..

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: C’est tout mélangé

Message par 3.14R » 02 mai 2019, 17:30

Bonjour Suegag,

Un cheval sauvage sur lequel personne n'est jamais monté.
Tous les bipolaires qui ont fait des manies se reconnaissent dans ton témoignage.

Il n'y a pas d'interrupteur pour allumer ou éteindre la patente. On doit porter cette énergie qui nous déphase avec le plus de justice, d'intégrité possible pour ne pas nuire aux autres autour de nous et oui, on en prends un coup. C'est aussi ça la maladie bipolaire. Endurer le temps que ça dure. Trouver des stratégies pour que ce soit le plus agréable possible avec le moins de découragement possible. Une fébrilité mal contrôlée, des sursauts de toutes sortes, des émotions rapides et des pulsions d'intolérances parfois, si tu vivais seule l'histoire ne se conjuguerait pas de la même façon. Avec de jeunes enfants et un conjoint ce ne doit pas être facile de tenter de fonctionner adéquatement. (J'écris pas normalement... mais adéquatement).

Tu trouveras pas d'interrupteur, cherches pas. Cherches l'équilibre dans le déséquilibre, comme le font les judokas. Une force en toi va demeurer stable, c'est le pivot de ton être. Cette force SAIT que tu n'es pas dans un état.. normal. Cette force c'est toi. Tu témoignes avoir gardé tout tes radars en fonction, tu devras patienter le temps que ton cerveau retrouve son calme. Ton cerveau est en réaction en ce moment et tu dois l'aider du mieux que tu peux. C'est pas facile mais c'est ça le contrat. Si tu avais un cancer et que tu devais faire de la chimio on parlerait d'autres choses. Là ton cerveau a besoin de médication à heure fixe et tu as besoin de voir ce qui t'arrive avec sérénité. Oui oui,

Je déteste les dépressions de bipolaire et les manies tout autant. Parfois ça dure longtemps. Je ne cherche absolument pas à minimiser ton état comme tu le vois. Oui ça va passer mais il faudrait peut être jaser avec un psychiatre de ta médication. Si médication tu prends. Si non, ce serait à envisager. Si oui, un ajustement s'impose et tu vas quand même subir les contrecoups de la manie à travers la médication. Faut s'accrocher, c'est malheureusement une maladie. Le cerveau a besoin d'un coup de pouce et les meds font la job.

Moi aussi j'arrête d'écrire, je n'arrive pas à conclure, pas d'interrupteur..

Reviens jaser avec nous autres, tu n'es pas seule, on va te soutenir dans la traversée que tu fais.
On devient jamais comme avant, on avance, on change, on évolue, on s'adapte.
Lâches pas.

Suegag
Messages : 128
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: C’est tout mélangé

Message par Suegag » 02 mai 2019, 22:58

Salut Sacha!
J’ai rendez-vous le 8 mai. Je suis suivie aux mois. J’ai hâte à mon rendez-vous. J’ai 2 antidépresseurs, le wellbutrin et le cipralex. Mon lamictal a pas l’air de faire sa job. Alors oui, il y aura un ajustement. Encore. C’était la première fois depuis 15 mois que je gardais la même médication pour 2 mois.

En mars, j’ai augmenté le cipralex à 20 mg. J’imagine qu’il faut que je retourne à 10mg ou quelque chose d’autre. J’espère que ce ne sera pas l’ajout de pilules. J’en ai tellement je capote. 40 ans pis je prends plus de pilules que ma belle-mère qui a 75. Depuis la fin mars, j’ai diminué le Rivotril. Je prenais 0,5 matin et soir et 0,5 au besoin. Maintenant je prends 0,5 le matin. Je ne sais pas si ça rapport. De toute façon, faut que j’arrête ça. Je le prend depuis juin, après une méga crise d’angoisse qui m’a fait virer folle durant 4-5 jours. Quel cauchemars. En tout cas, c’était supposé m’aider à surmonter ça, puis l’anxiété n’est jamais repartie. C’est normal d’en avoir, mais pas tant que ça. Alors peut-être qu’elle va retirer le wellbutrin et laisser le cipralex à 20? C’est pour ça que je ne fais pas de changement par moi-même, pour pas fucker toute la patente... mais j’aurais vraiment le goût d’essayer de quoi. Mais d’un coup que je me trompe. J’espère que ça ne va pas empirer d’ici le 8. Parce que j’ai comme l’impression que ça change vite. Mais je n’ai pas tant la notion du temps alors... je sais que ça a vraiment changé depuis mars parce que j’ai relu un sujet que j’avais commencé un sujet et je l’ai relu tantôt. Le décalage est vraiment impressionnant. Je voulais jeter un coup d’oeil aux autres sujets que j’avais écrit mais en dessandant la liste, j’ai lu les trucs des autres et ça faisait du bien. Toujours est-il que oui, j’ai rendez-vous le 8 et j’ai vraiment hâte.

Ok pour les pétages de coches mais j’ai des petits... j’ai coutume d’être ferme et de me retirer si je sens le presto monter. Je suis encadrante et plutôt exigeante. Mais là, j’ai vu qu’ils avaient peur. Ils sont suivis pour anxiété, il faut que je me gère. J’ai du mal à croire que ça doit arriver de faire peur à mes enfants. Je ne veux plus que ça arrive. Mon père me faisait peur et ça ne m’a pas fait du bien.

C’est différent avec ta fille. Elle est à un âge où elle doit penser aux autres, les respecter, avoir de la reconnaissance, faire preuve d’empathie, surtout avec ce que tu fais pour elle. Quand l’adolescence se prolonge jusqu’à 25 ans (ils appellent ça l’adulescence :shock: :roll: ), là faut pas s’en faire avec les pétages de coche parce que ça doit être l’enfer d’après ce que tu écris. Il faut que tu te défende si on t’attaque, elle est adulescente :lol: elle n’a plus de chance, elle doit catcher rapidement, ce n’est plus une enfant... en tous cas, j’ai l’impression de ne pas être clair... je devrais aller me coucher. Mais je vais répondre à Pi avant. Je n’ai pas pu tantôt. Trop bouleversée. Je vais ressayer...
Bonne nuit!

Suegag
Messages : 128
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: C’est tout mélangé

Message par Suegag » 03 mai 2019, 00:50

Salut PiR,

Tu écris vraiment bien en passant. Tes images me touchent.

C’est pour ça que je viens sur le forum. Il y a toujours quelqu’un qui va répondre, qui va briser l’isolement. Mais c’est surprenant la justesse de ton message. Tu me comprends, alors je vais t’écouter.

Endurer le temps que ça dure. C’est plus juste que « ça va prendre le temps que ça prend ». C’est vrai que c’est difficile, que c’est un apprentissage. J’espère que j’arriverai à m’adapter à tout ça sans faire trop de dégâts. C’est vrai, avec la famille, ça rajoute un coefficient de difficulté. La souffrance devient partagée en quelque sorte. J’écris ça et je trouve que c’est trop injuste et triste. Je voudrais tellement que ça soit autrement.

J’ai travaillé fort pour me construire une maison de brique. Mais le méchant loup a soufflé plus fort que je ne l’aurais cru. J’aurais dû me fabriquer un bunker. Je me disais que les regrets ne pouvaient être possibles en considérant le contexte dans lequel ils ont pris place. J’en ai des regrets maintenant, parce que je n’accepte pas le contexte.

La force dont tu parles, je la reconnais. Je l’ai. Quelle chance d’y avoir accès... mais il faut que j’y pense et que je la conscientise. *écrire ça sur la liste

Je n’ai pas ta sagesse ou ton expérience, mais ça fait du bien de te lire. Ça rend tout ça accessible. Plus précisément la sérénité... comment tu fais? C’est une attitude qu’on acquiert avec le temps? Ça fait combien de temps que tu jongles avec tout ça?

Des meds, j’en prends. Un cocktail qui ne suffit pas ou qui me rend malade peut-être. Lamotrigine, wellbutrin, rivotril, alertec, cipralex, trazodone... y’en a trop c’est certain.

Tout le monde souffrent un jour ou l’autre. Ça fait partie de la vie. Mais on ne sait pas ce qui nous pends au bout du nez. On ne peut pas se préparer. On sait seulement que ça arrivera. Moi je pensais en avoir assez eu de ça. Un calvaire jusqu’à 23 ans. Je pensais m’en être sortie, avoir vaincue.

Redonne moi mon cerveau et je suis en business. J’ai eut la chance de m’en sortir, de rencontrer des anges sur ma route. J’ai réaliser une scolarité doctorale, les plus belles années de ma vie. J’ai trouvé du travail avant-même d’être diplômée à 29 ans. Et depuis, j’ai une carrière passionnante, des avantages sociaux, un fond de pension, une sécurité d’emploi, une assurance salaire, une assurance médicaments privée... ça n’a pas été parfait, mais j’ai été récompensée pour mes efforts et ma persévérance, avec de la chance et des anges sur ma route. Il est précieux ce cerveau. Ma vie est assise dessus.

J’ai tellement été chanceuse et choyée. J’ai été là au bon moment. Comme si j’avais assez souffert et que les soucis de santé mentale étaient derrière. Près de 20 ans de trève. Merci la vie!

Méchante débarque sérieux. Une chute vertigineuse. Je suis en deuil, en révolte, en prison. Je peux y croire? Que je vais me remettre à penser normalement, à travailler, à tripper?

J’ai hâte à mon rv le 8 mai.

Bonne nuit et merci merci merci pour ces échanges!

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: C’est tout mélangé

Message par 3.14R » 03 mai 2019, 05:24

La sérénité ne serait-ce pas simplement d'accepter le vent quand il vente? La pluie quand il pleut? La neige, le soleil, les moustiques, la chaleur torride et moite des 40°C des mois d'août? Mais le monde chiale. On est éduqué à chialer. Pour des niaiseries. Alors quand on a un vraie bonne raison de chialer on la lâche pas facilement. Pourtant c'est là qu'on accède à la sérénité. Accepter et lâcher prise c'est l'interrupteur de la sérénité.

Je ne parle pas de se vautrer dans la maladie et d'y prendre plaisir mais je dis de prendre plaisir même dans la maladie. On n'attends pas de ne plus être malade avant d'être heureux. Ça fonctionne pas comme ça. On a la responsabilité d'être. Kossé? Être. Être là, tel que nous sommes, avec nos forces et nos faiblesses, dans un quotidien de vie. Nous vivons du mieux que nous pouvons en étant tel que nous sommes. Une partie de moi cherche à améliorer mon état de santé alors qu'une partie de moi l'accepte. C'est simplement un processus à multiples niveaux. On fait plusieurs choses en même temps. Vivre c'est pas linéaire. C'est multidimensionnel. Chacun y va à sa manière. Les trucs du quotidien sont un prétexte à m’entraîner. Accepter qu'il pleuve et que ma vie va se faire ce jour là dans la flotte, c'est un entraînement. Accepter que je sois atteint d'une maladie du cerveau qui active ou désactive certaines formes d'énergie me forçant dans la dépression ou dans la manie, c'est un entraînement. Rien n'est parfait mais tout s’emboîte parfaitement. Multidimensionnel.

Accepter d'être tel que nous sommes c'est accepter d'être en devenir. Nous muons constamment, nous ne sommes pas des objets statiques de construction et de conception. Nous sommes des organismes de force ET de fragilité. Les deux. Et plus encore. Nous possédons l'intention, la détermination, le courage, la persévérance, et on y va à fond de train parfois. C'est pas plus mal. Je me fout pas mal d'être incompris, tant que moi je me comprends c'est correct. Je parle pas parce que je crois avoir raison mais je partage ce que ma raison crois juste. Pour inspirer les autres à faire comme moi, se donner le pouvoir de nommer leur propre vie à leur propre image. Il n'y a pas de manuel du parfait petit bipolaire. Chacun se crée, c'est ça la vie, le but c'est évidemment de visiter les confins de nous même et d'y extraire d'immenses plaisir. C'est jouissif à la limite, se découvrir. Chercheur de trésors. Nous sommes un amalgame de surprises. Les bipolaires ont ceci de commun, ils souffrent d'une maladie des grandeurs. Autant faire avec. On est pas comme normaux? On est pas des monstres non plus. Les passions qui nous animent ne vont pas sous le tapis. La sérénité c'est d'accepter d'apprivoiser ces forces qui parfois nous visitent. C'est d'être qui nous sommes tout en contrôlant nos pulsions dans un registre acceptable et sain. Vivre c'est aussi une affaire sociale et communautaire. C'est comme de traverser un lac à la nage: on doit sortir la tête de l'eau pour regarder où l'on va, sinon on risque de pas pouvoir se rendre. Et la communauté des pairs c'est important. Même dans l'invisible elle est là. Je la sens. Il y a plus de force dans l'invisible que dans le visible. Le visible c'est la manifestation de la force invisible. L'intention en est un exemple.

Les arts sont un exemple d'intention. Les oeuvres sont le produit d'intentions. Comme nous avons tous des intentions de se réaliser, d'accomplir des choses, la vaisselle est une oeuvre, hier j'ai passé la journée à faire du ménage. Je réalisais là des intentions. Intentions versus projets il n'y a pas beaucoup de différence.

On s'en reparle si tu veux, je parle beaucoup et je sors du sujet.
Pierre

Izaza
Messages : 489
Enregistré le : 25 sept. 2017, 20:30

Re: C’est tout mélangé

Message par Izaza » 03 mai 2019, 09:21

Salut suegag... c’est vraiment pas une période facile pour toi... je suis désolée pour toi... j’espère Que tu te sortiras de là au plus vite... il y aura sûrement un ajustement de médicaments. Tu vois ton médecin très bientôt je pense... je ne suis pas d’aussi bon conseils que Pierre et je n’ai Pas autant de jasette , mais je pense à toi et je t’envoie des bonne ondes! Bon courage!

Suegag
Messages : 128
Enregistré le : 25 juil. 2018, 18:42

Re: C’est tout mélan

Message par Suegag » 05 mai 2019, 21:30

Merci, c’est gentil. Je prend tout ce qui passe xxxx
Les encouragements et les ondes positives aussi

Au plaisir Isaac!

Répondre