Stagnation

(maniaco-dépression)
Répondre
DemiLiard
Messages : 806
Enregistré le : 01 juin 2014, 07:46

Stagnation

Message par DemiLiard » 29 août 2019, 23:22

J'ai un grand manque de motivation... Il y a un temps déjà 3.14R dans le post du café avait encouragé les lecteurs à se lancer, et je n'agis que maintenant. Ça fait longtemps que je n'écris pas bcp sur le forum même si je le lis en grande partie. Ça fait encore plus longtemps que je n'ai pas écrit pour un problème personnel. Ce n'est pas que je vais particulièrement bien, juste que j'ignore quoi essayer, quoi changer pour améliorer ma situation de vie, donc en attendant je me laisse un peu porter par le courant, avec quelques élans parfois mais aussi quelques creux sans trop être dans des extrêmes qui provoqueraient une grande réaction. Ma principale victoire est que ça fait 3 ans depuis ma dernière hospitalisation après 5 ou 6 hospitalisations plus un séjour au centre de crise en moins de 5 ans. C'est un répit d'hôpital qui m'a été très soulageant puisque c'étaient quasiment toutes des expériences démoralisantes, principalement à cause de le salle d'isolement et de la contention, qui ont éteint ma flamme intérieure si je peux dire. Je suis content d'avoir mis un peu de distance entre ces expériences et le présent mais je prends en note de mentionner à mon psychiatre que je ne considère pas ma situation actuelle satisfaisante à long terme. Si je n'avais pas espoir que ça pourrait s'améliorer un peu, je trouve que ça ne vaudrait pas la peine...

J'ai l'impression dans mes derniers rendez-vous avec lui qu'il est un peu expéditif. On dirait que de la façon que je lui parle et que je réponds à ces questions spontanément il minimise ce que je vis alors qu'en prenant le temps d'articuler ma pensée, par écrit, ça me semble plus compréhensible.

L'un de mes problèmes principaux en ce moment c'est l'ambivalence, donc p-ê qu'écrire ce message est un bon premier pas.

blondebleue
Messages : 1750
Enregistré le : 03 janv. 2014, 11:26
Localisation : Québec

Re: Stagnation

Message par blondebleue » 30 août 2019, 00:31

Demi contente de te lire. Écrire c’est déjà t’activer.

En février j’ai écrit un courriel à mon psychiatre pour exprimer des choses que je ne me sentais pas capable d’aborder pendant un rdv. J’avais même annulé un rdv. Eh bien il m’a répondu ! J’écris sur mon cell ce que j’ai à dire ou demander avant chaque rdv. Une liste. Quand il me demande si j’ai autre chose à dire je regarde ma liste. Il a compris que je fonctionne comme ça. Pourrais tu arriver avec ta liste?

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Stagnation

Message par 3.14R » 31 août 2019, 21:50

Bonjour Demiliard, je suis bien content de lire ton témoignage. Il y a une sorte "d'accalmie" dans les hospitalisation, ça, c'est précieux. Signe que la maladie est sous contrôle. Mais il semble te manquer quelque chose pour te starter. Une étincelle quelconque pour mettre le feu au moteur.
DemiLiard a écrit :
29 août 2019, 23:22
L'un de mes problèmes principaux en ce moment c'est l'ambivalence, donc p-ê qu'écrire ce message est un bon premier pas.
Je suis vraiment en accord avec l'idée que l'écriture est un bon premier pas. Même plus, c'est un allumeur de feu de première nécessité pour qui se cherche et en plus, l'écriture fournit le combustible une fois le feu allumé. En ce sens, écrire est un processus. Tu commences à partir de n'importe où autour de toi. On écrit à partir de soi même. Pas autrement. Alors forcément on se rencontre et cette rencontre nous permet plusieurs choses et nous offrent une infinie variété de découvertes. Pour moi c'est le plus puissant levier de prise en charge que je connaisse. Un peintre dirait que c'est la peinture, un musicien que c'est la musique. Vas y selon ce qui vibre le mieux pour toi.

C'est quoi tu veux dire en écrivant que l'un de tes problèmes principaux en ce moment c'est l'ambivalence? Pour moi le mot ambivalence vibre dans la sphère d'idée du genre: tu as comme deux choix, deux avenues, deux sentiments et il y a une forme de déchirement à l'intérieur de toi. Mais tu ne l'as pas nommé alors je tente de deviner. Pas très bon à faire: tenter de deviner.

Si tu le sens, tu nous diras c,est quoi qui te tiraille vraiment.

en attendant de te lire je te souhaite quelques moment de répit, de la paix et tout ce qui vient avec.
à bientôt j'espère

DemiLiard
Messages : 806
Enregistré le : 01 juin 2014, 07:46

Re: Stagnation

Message par DemiLiard » 06 nov. 2019, 01:10

Ça fait déjà plus de deux mois depuis que j'ai commencé ce topic, le temps passe vite.

Merci de vos réponses Blondebleue et 3.14R.

Pour les rendez-vous avec le psychiatre j'y allais déjà par liste mais plutôt en fonctionnant par priorités. Mais il prend quand même le temps de répondre lorsque je dis que j'ai d'autres questions. J'imagine que c'est à moi de prendre plus ma place pour passer à travers la liste au complet :P Je retiens l'idée de la lettre/courriel au lieu de compter uniquement sur le moment du rdv.

Pour l'ambivalence je ne pensais à rien de précis, seulement que j'hésite souvent lorsque j'ai une décision à prendre. Des fois je peux procrastiner au point que la question se résout d'elle-même puisqu'un des choix s'élimine avec le temps. Quand je réussis à prendre une décision, ça demande bcp d'effort et de motivation. Pour résumer je dirais que c'est un tiraillement entre activité et inactivité.

Sinon 3.14R j'ai remarqué dans d'autres topics qu'on partage le problème du sommeil excessif, problème inverse à bcp de gens de nos jours je crois. Moi je dors systématiquement des 12h et lorsqu'il arrive que j'en dors 10 je ressens une grande fatigue au bout de 3 à 5h et je dois retourner me coucher... Je calcule que ça me laisse 75% du temps d'éveil de qqun qui dort 8h. C'est difficile d'être productif rendu-là. Par exemple, qqun qui travaille 8h dans une journée, plus le temps pour manger, se préparer, se déplacer, en plus de 12h de sommeil, ça semble très serré. Le 4h à gagner d'éveil me paraît essentiel pour arriver à travailler un shift de 8h. La luminothérapie serait une avenue à explorer de mon bord également.

J'essaie tjrs de terminer mon programme car c'est ma seule chance d'avoir un bac. Il me reste deux cours sur trente. Je suis chanceux car à l'UQAM les cours du matin commencent à 9h30 et sont évitables puisque mon programme est assez gros et qu'on a bcp de latitude dans les choix de cours. Par contre je me suis promis que ma prochaine formation devait mener directement à l'emploi. J'envisage présentement une technique car j'ai déjà complété les cours généraux et je crois que c'est un niveau où j'ai plus d'acquis en plus que ce serait dans un programme dans lequel j'aurais plus de prédispositions (domaine mathématique VS littéraire actuellement, que je trouve pertinent mais difficile). Mais je dois d'abord surmonter le problème du sommeil, sans quoi ce projet me semble irréaliste (les cours au cégep peuvent commencer à 8h).

Avatar du membre
3.14R
Messages : 963
Enregistré le : 18 déc. 2017, 10:28
Contact :

Re: Stagnation

Message par 3.14R » 08 nov. 2019, 05:12

DemiLiard a écrit :
06 nov. 2019, 01:10
Moi je dors systématiquement des 12h et lorsqu'il arrive que j'en dors 10 je ressens une grande fatigue au bout de 3 à 5h et je dois retourner me coucher...
J'ajouterais, comme j'en ai parlé dans Le Café, que durant mes périodes d'éveil, je ne suis pas si équilibré que ça non plus, pas un modèle de zénitude. Je tend vers ça mais je ne suis pas arrivé au bout de mes peines.

En effet, en dormant autant, il ne reste plus longtemps pour vivre dans le monde du travail tel qu'il est.

Même à la retraite, j,ai de la misère à discipliner mon sommeil et mes périodes de veille. Quand j'ai de l'énergie moindrement, je la dépense comme si je n'aurais plus jamais l'occasion d'en avoir. Pas très zen tout ça. Je suis rendu là dans ma quête d'harmonie.

Je t'encourage à terminer ton bac, avant de débuter autre chose. Lâcher maintenant te causerait une blessure je crois.

Dans le monde moderne le sommeil c'est une chose, mais c'est de le rendre régulier comme une horloge qui est dur.

Tu reviendras nous jaser,
à bientôt

Répondre